vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Andouille81
Messages : 1216
Enregistré le : 22 Juil 2019, 23:40

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar Andouille81 » 20 Sep 2019, 16:29

Coucou les petits loups, aujourd'hui je vais vous proposer un exercice que m'a proposé mon psy : raconter par écrit une journée "type" avec ma PN, histoire de voir s'il y avait des choses à regretter. Je ne l'avais pas fait jusqu'à maintenant, mais ce matin je suis tombé sur des photos d'elle sur ma carte SD, du coup ça va, mais je rumine un peu.

Mise en contexte, on va placer cette journée vers le début de l'année, quelques mois avant qu'elle ne me quitte, une période où je n'avais pas de job... avec le recul j'étais au fond du trou mais je ne m'en rendais pas compte.

Moteur, action...

- 6 h du mat', le réveil de son téléphone sonne et me fait sursauter. Comme tous les matins il va sonner non stop toutes les 6 minutes pour "lui laisser le temps de se réveiller". Je lui ai dit, il y a longtemps quand je croyais qu'on pouvait dialoguer dans un couple, que c'est assez "insupportable" comme manière de se réveiller. Rien à faire, notre couple, ses règles...

J'ai dormi comme une masse, mais là j'ai les yeux grands ouvert dans le noir, pas question d'en profiter pour me lever. Elle ne supporte pas que je me lève en premier... malheureusement elle n'aime pas non plus que je feignante au lit ou que je prenne mon temps... j'attends donc qu'elle se lève pour donner le signal.

Je sais qu'elle est réveillée, elle bouge... au début de notre relation j'aurai joui de ces minutes avant le levé pour la prendre dans mes bras et prendre le temps de nous réveiller dans notre cocon de bonheur. Mais ça fait longtemps qu'elle ne supporte pas que je la touche le matin, "comme elle dit, elle n'est pas du matin." Bien sûr il y a des jours où elle me reprochera de ne pas le faire, mais comme on dit "souvent, femme varie."

J'attends donc dans le noir, immobile.

-6h30 elle décide de se lever d'un coup, sans un mot elle allume toutes les lumières (si je n'étais pas réveillé, c'est fait) et descend dans la salle de bain sans m'adresser la parole ni me lancer le moindre regard. Elle n'est pas du matin.

Moi j'enfile mon survet' et descend 2 étages vers la cuisine, pendant qu'elle va passer 3/4 d'heure une heure à se pomponner moi j'ai plein de chose à préparer... pour elle.

Avant toute chose, je sors dans le petit jardin pour...pisser. Je trouve ça dégueulasse et j'en ai un peu honte, mais le matin je n'ai pas le droit de résidence à l'étage avec la salle de bain et les toilettes, car je "l'insupporte" le matin à lui tourner autour. Au moins, ce matin je n'ai pas envie de la "grosse commission"...sinon j'aurai encore passé une heure à serrer les fesses et avoir mal au ventre en attendant qu'elle parte et que je puisse accéder aux toilettes :31: .

Vite, vite... je dois lui préparer son repas à emporter pour le midi. Surtout tout bien faire comme elle-aime, ne pas oublier de lui mettre une pomme, tous les couverts, sa bouteille d'eau, sa serviette...s'il manque un truc ça lui gâchera sa journée et elle me le dira.

Tout ça, je le fais dans le silence maximum, pas de radio, je ne chantonne pas, rien...elle n'est pas du matin et ne veut pas de bruit. J'hésite à me faire couler un café car le percolateur est bruyant et l'odeur pourrait la déranger... l'odeur pourrait monter les étages... surtout je ne sais pas si je lui en fait un... généralement si je le fais elle me dit qu'elle n'en boit jamais le matin, si je m'en fais un sans lui en faire, elle me le reproche. Je prends un risque et m'en fais un juste pour moi...

Son repas est prêt, il faut que je charge sa voiture... sa sacoche, ses affiches, etc... tout doit être chargé dans un ordre précis dans son coffre. C'est le mois de janvier, il faut que je gratte le givre de ses vitres et fasse chauffer sa voiture pour que ça soit chaud quand elle part.

7h10 il me reste un bon quart d'heure avant qu'elle descende... mais je dois rester dans la cuisine. Avant, dans une autre vie j'en aurai profiter pour faire des pompes, des abdos... mais elle déteste que je fasse du sport, c'est interdit, en plus je n'en ai plus vraiment la motivation... que faire, attendre dans le silence ? Je prend un roman dans mon sac à dos...oui depuis 2 ans je vie avec un sac sur le dos, car souvent je me retrouve à la rue et j'ai pris le coup d'avoir tout l'essentiel sur moi.

Elle n'aime pas que je perde mon temps à lire, donc je n'ai pas vraiment le droit... mais si je ne fais pas de bruit ça devrait passer inaperçu.

7h25 elle sort de la SdB et descend, je n'ai pas le temps de cacher mon livre. Enfin je peux lui dire : "Bonjour mon Coeur".
h
Elle a sa tête des mauvais jour (en fait sa tête de tous les jours) et elle a vu mon livre alors pour toute réponse : "Tu vas te décider quand à t'occuper de la bonde de la douche qui est bouchée à cause des cheveux ? Je te l'ai déjà dit hier..."

Aïe, j'avais oublié... si moi aussi je n'étais pas du matin, je lui répondrai bien que j'ai la boule à zéro donc que ce n'est certainement pas mes cheveux qui bouchent le douche et qu'en plus elle peut tout comme moi s'en occuper... mais bon, les tâches dégradantes et rébarbatives c'est bien sûr ma responsabilité.

Toutes les manières elle est déjà en train de partir non sans me lancer "Va vraiment falloir que tu changes je ne vais pas te supporter longtemps... on peut pas tous passer notre temps à glander". Rappel subtile et motivant à ma situation professionnel actuelle.

La voilà parti, sans même un bisou du bout des lèvres. Le peu de parole échangé m'a mis le moral à zéro, comme souvent ces derniers mois, et je sens que je vais passer la journée à ruminer...

Je bois mon café et fume une cigarette. En temps normal je devrais être en train de lui écrire un texto de "bonne journée" pour qu'elle le reçoive en arrivant au boulot... mais là je suis vexé, je décide sachant que je risque de le payer plus ou moins cher, de ne pas lui écrire, ce sera mon acte de résistance de la journée.

Son texto à elle ne se fait pas attendre : "Putain tu fais encore la gueule??? On peut rien te dire tu prends tout mal. Passe une bonne journée quand même."

Moi j'ai encore des trucs à faire avant de commencer ma journée à moi... en haut c'est le "capharnaüm" , les affaires traînent où elles sont tombées, je range et je nettoie derrière elle et puis je dois m'occuper de la douche.

9h J'arrive chez mes parents. PN trouve que j'y passe trop de temps qu'il "faudrait couper le cordon". Elle ne comprend pas pourquoi je passe mes journées là-bas... le problème c'est que "chez nous" je tourne un peu en rond. Je n'ai pas le droit d'avoir de console de jeu ou d'ordinateur, ne peux pas avoir de livre, du matériel de sport (on en a déjà parlé)... en plus on a déménagé il y a quelques temps, dans une maison qu'elle a choisi de A à Z et on est passé du Centre-ville où j'avais tout à porté, à une citée dortoir sans rien autour, à 10 bornes de tout ce qui faisait ma vie jusqu'à maintenant.

Surtout, mes parents retraités ça me fait au moins des gens à qui parler et j'ai tout le confort chez eux puisque c'est là que j'ai entreposé mes affaires.

Je prends le café avec ma mère en parlant de tout et de rien, en faisant bonne figure et en jouant le fils pour qui tout va bien.

10h Je me fais violence pour chercher un job via internet... ça rythme ma vie en ce moment.

Je ne trouve pas grand chose... j'aimerai travailler dans le domaine de l'éducation (je viens d'avoir mon diplôme), mais PN qui travaille aussi dedans a décrété que je n'étais pas "fait pour ça" donc je cherche ailleurs.

J'ai bossé un temps dans la sécu et il y a des trucs...mais avec horaires décalés, elle refusera car je "l'abandonnerai".

Il y a d'autres jobs, pour lesquels je pourrais candidater, mais il y a toute les chance que je ne fasse pas l'affaire... en temps normal j'aurai tenté le coup mais en ce moment j'ai l'impression d'être un looser et de tout foirer... une lettre de refus me sapera encore le moral, donc j'écris pas.

11h30 Vite...ça va être sa pause de midi. Il faut que je lui envoie son texto de "bonaprem'". J'ai déjà pas écrit ce matin, là je risque gros.

11h46Elle me répond "Moi aussi je t'aime mon Petit Amour...t'es l'homme de ma vie blabla...à ce soir mon amour blabla"... super mignon étant donné son attitude de ce matin... les montagnes russes comme toujours.

Faudrait que je mange mais j'essaye de ne pas le faire... je prends du poids et ça me ruine le moral.

Je devrais continuer à chercher un job mais j'ai plus la motivation...de toutes les manières j'ai envie de rien, j'ai des pensées parasites sur mon couple qui tourne en boucle depuis ce matin... j'ai envie que d'un truc me coucher et dormir (ma dépression avait commencé sans que je le sache je pense).

15h30 Ca va être l'heure d'aller chercher mes enfants à l'école et les garder chez mes parents avant de les poser chez leur mère. C'est un peu la course, il va falloir faire le goûter, les devoirs, jouer... mais ça reste le "but" de ma journée, le seul moment où j'ai l'impression de servir à quelque chose.

18h Il faut ramener les enfants chez leur mère...PN sait que je les ramène pour 18h15 et je dois faire les courses pour manger ce soir. Si je ne suis pas arrivé à 18h45 ça va mal se passer. La "course" commence... je suis minuté alors qu'au final rien ne presse. Je speed les enfants, prend à peine le temps de parler à mon ex et file au magasin... là comme d'hab je ne sais pas quoi acheter. Le repas (comme toutes les tâches ménagères au final) est de ma responsabilité, mais mademoiselle est très difficile (contrairement à ce qu'elle clame haut et fort) pas d'oignons, pas de ci, pas de ça, frais, bio,... bref comme un soir sur deux ça sera pâtes aux lardons, parfois j'ai l'impression qu'elle se nourrit de ça. C'est pas plus mal, à chaque fois que j'essaye de varier ou de cuisiner autre chose, c'est toujours raté, trop salé, trop cuit, meilleur chez sa mère... Au moins, demain elle travaille donc elle ne m'a pas demandé de préparé un "apéro en amoureux" avec saumon, foie gras, saucisson et surtout sa bouteille de vin perso qui m'aurait coûté encore 50 euros. Mise à part une bière ou deux elle devrait donc être à peu prêt sobre ce soir.

18h50 Je passe la porte en retard...je stress le moindre bus qui se traîne ou embouteillage sur mon chemin est devenu mon ennemi personnel. En fait comme souvent je me suis inquiété pour rien... elle prépare son boulot de demain dans le salon et pourrait tout aussi bien avoir oublié que j'existais. Bien sur le bazar ambiant est revenu dans le salon, elle a étalé tout son petit bordel et dérangé tout ce que j'avais arrangé le matin. Elle me dit à peine bonjour, elle est occupée. Je sais qu'il ne faut pas la déranger donc je m’assoies sur le canapé et j'attend... par chance elle a allumé la télé en fond, je n'ai pas vraiment le droit de changer de chaîne aussi devrais-je me contenter de Cyril Hanouna and co mais au moins ça m'occupe un peu.

19h11 Elle se décide à faire une pause clope et à me parler. Elle s'inquiète de ma journée mais veut surtout me raconter la sienne, les gens avec qui elle s'est pris la tête, les parents de ses élèves qu'elle a renvoyé chier, ses collègues qui "ne savent pas bosser"... vient mon tour et j'ai pas grand chose à lui raconter, elle a déjà son avis, le travail j'en cherche pas vraiment, mes parents je les vois trop et mes gosses ça l'intéresse pas vraiment sauf pour me dire ce que je fais mal dans leur éducation.

Elle ponctue par un : "ouais t'as encore rien branlé" et retourne travailler. Je recommence à tenter de m'intéresser aux pitreries d'Hanouna sans faire de bruit en remarquant dans ma tête que ça fait plus de 12 heures qu'on est réveillé et qu'elle ne m'a toujours pas embrassé.

19h52 Nouvelle pause clope et elle se rend compte qu'il faut aller lui en acheter, comme un soir sur deux. Bien sûr, elle aura attendu que tous les Tabacs soient fermés pour s'en rendre compte. Le dernier ouvert est à l'autre bout de la ville. Comme pour les courses, sur son trajet il y a au moins 4 ou 5 endroits faciles d’accès où elle aurait pu s’arrêter, mais c'est plus facile de me faire repartir.

Au final ça m'arrange maintenant, j'en ai pour une heure aller/retour, seul, ça me permet de respirer et de m'aérer... je prends mon blouson et me pose devant elle, j'attends... elle me regarde interloquée...il faut que je lui réclame de l'argent pour payer ses 3 paquets de clopes. Ca ne lui vient pas d'instinct. Parfois je paye quand je peux, mais je suis déjà dans le "rouge" et en plus j'ai encore payé les courses comme toujours. Elle fini par me donner sa carte en grognant.

20h Je pars en vadrouille... j'écoute la radio je chante...je roule pour rouler.

Il y a un petit problème, le buraliste n'a plus de paquets de 20... je prends donc 2 paquets de 30. Mêmes clopes, même prix... mais ça lui plaira pas.

20h50 Je suis de retour et je l'entends vitupérer toute seule... l'imprimante fait encore des siennes. C'est un bug récurrent qui prend 5 minutes à réparer. Je me contente de la regarder sans interférer car elle ne supporte pas que "je l'aide" au bout de 30 seconde le signal tombe :

-"arrète de me regarder comme un gland et bouge toi."

3 minutes pour régler le problème sous son œil inquisiteur, au cas où j'effacerai ses fichiers...

Ca fait un bout de temps que je lui ai dit qu'il faudrait changer d'imprimante...elle n'a pas l'air décider. En fait, je crois qu'elle attend que j'en achète une. C'est paradoxal car l'imprimante à part pour la réparer je n'ai pas le droit d'y toucher...quand j'ai besoin d'une impression je dois aller chez mes parents ou dans un cyber... je ne comprend pas bien pourquoi je devrais en acheter une nouvelle. Mais bon elle n'a jamais d'argent et c'est vrai que c'était mieux de s'acheter une énième perd de chaussures à 200 balles.

21h10 L'imprimante est réparée mais j'ai pris trop de temps donc on ne me remercie pas... je retourne sur le canapé sans bruit, Cyril va bientôt rendre l'antenne...

21h27 Elle va "commencer" à avoir faim, ça serait bien que je me bouge et fasse la bouffe pendant qu'elle termine. Je descend pour une heure faire la cuisine etc... elle a terminé en fait, mais souffle et prend du "temps pour elle". Je fais à manger, met la table etc... on mange sans vraiment se parler devant une émission de télé-réalité de merde qu'elle a choisi, mes pâtes sont bien sûr trop cuites pas assez salées, le dessert ne lui plait pas...bref, je débarrasse fait la vaisselle et retourne me poser à côté d'elle.

Elle est dans son émission donc pas vraiment envie de communiquer. A une époque je lui aurais probablement proposé de faire l'amour, mais elle est de moins en moins réceptive. J'ai de plus en plus l'impression d'être un "gode vivant"... c'est quand et comme elle veut, elle claque des doigts et je dois être au garde à vous, mes envies n'ont que peu d'importance. Toutes les manières ça m'arrange, pour la première fois de ma vie je commence à avoir des complexe sur mon corps, à force d'entendre que je suis petit, gros et moche.

23h30 Elle décide que c'est l'heure de se coucher, elle éteint la télé et monte dans la chambre parce qur "y en a qui bossent". Bien sûr comme le levé, le couché se fait quand elle le dit, pas question de faire bande à part.

Une fois au lit elle passe 30 minutes sur son téléphone portable, à arpenter les réseaux sociaux... moi j'attends sans bruit, en essayant de ne pas m'endormir sinon ça me sera reproché.

00h02 Elle pose son téléphone et éteint la lumière, s'enroule dans la couette (en me découvrant) et me lance un "Bonne nuit Minou!".

Moi je ferme les yeux, au final ça a été une bonne journée, elle ne m'a pas trop insulté, pas frappé et ne m'a pas quitté en me foutant à la porte en balançant mes affaires. Elle était de bonne humeur au final. Je ferme les yeux... avec un peu de chance je ne me réveillerai pas demain matin.

---------------------------------------------------------

Voilà ma journée type, tout est véridique et récurrent.

Alors des choses à sauver :lol: ?

Avatar de l’utilisateur
Bichau
Messages : 73
Enregistré le : 04 Juil 2017, 08:38

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar Bichau » 20 Sep 2019, 17:48

Ce n'est absolument pas une critique, mais quelle soumission face à une PN, qui en fait ne demande que ça, et lorsque la personne l'est trop comme vous, elle en profite encore plus. Vous devez être heureux de l'avoir quitté, sain et sauf !
En fait lorsqu'ils ont du répondant ils aiment ça, celui qui vit avec ma fille me l'a même dit (involontairement évidemment). Une mamie comme moi me racontait la vie qu'elle avait eu avec un PN, qui l'a privée de ses enfants pour se venger d'elle lorsqu'elle l'a enfin quitté après quelques dizaines d'années. Il avait fini par la battre, "seulement" au bout de quinze ans de violences psychologiques, puis ensuite elle a eu droit aux violences sexuelles.
Je lui ai demandé comment elle avait pu accepter de se faire taper, elle une femme très cultivée, absolument sans la juger car j'ai assez lu un peu partout que n'importe qui pouvait être sous l'emprise de ses diables. Elle m'a dit que beaucoup ne pouvait pas comprendre, (la jugeait même un peu), à moins d'avoir vécu avec un (e) PN. Depuis, elle est aussi privée aussi de ses petits-enfants qu'elle ne connait pas. Voilà ce qu'ils peuvent arriver à faire lorsqu'ils sont très forts !
Cette personne est passée dans une émission, et comme moi fait parti d'une association pour voir, ou comme moi revoir, un, ou des petits-enfants. ce sont des monstres !

Andouille81
Messages : 1216
Enregistré le : 22 Juil 2019, 23:40

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar Andouille81 » 20 Sep 2019, 19:21

Oui Bichau, c'est exactement ce que je me dis quand j'y repense, qu'elle soumission. C'est bien ce qui m'énerve le plus aujourd'hui.

Je ne suis pas spécialement véhément, mais j'ai toujours eu mes convictions et je pensais ne mettre jamais "laissé faire" plus que de raison... et avant elle je pensais être un "roc".

Je vous rejoins aussi quand vous dites qu'ils aiment "le répondant". La mienne était comme ça...et elle en avait avec moi, du moins au début. Elle me disait même que son problème avec moi c'est que personne n'avait osé lui dire ses 4 vérités comme moi...

Seulement voilà, pour les gens comme elle, ce n'est pas des "passages"...ils sont vraiment ainsi tout le temps, la vie avec eux est une lutte de tout les instants pour ne pas se faire dévorer. Et au bout d'un moment, on laisse filer car on est épuisé...moi ça a été cela du moins.

Etre en couple avec eux ne donne pas de traitement de faveur, au contraire, on devient la personne à abattre, celui/celle contre qui ils vont tourner toute leur faculté de nuisance.

Gypsy
Messages : 1964
Enregistré le : 23 Aoû 2019, 10:40

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar Gypsy » 20 Sep 2019, 19:55

Bonjour Andouille81,

Je viens de lire ton histoire en entier et honnêtement, je te tire mon chapeau d'avoir eu le courage de tout écrire et de te souvenir de tout ! J'en suis encore à être dans un flou artistique, des choses qui me reviennent et des fois, je me surprend à de nouveau, ne plus me souvenir d'un truc dont je m'étais souvenu la veille.. Tu me suis ? Du coup, j'ai commencé un blog, pour me refaire l'histoire et je pense faire lire tout cela à mes proches un jour ou l'autre, à l'ex que j'ai abandonné quelques jours avant de démarrer cette histoire et qui à découvert que j'avais quelqu'un et m'a vu récemment dans un état de nerf terrible... Je vais essayer de reprendre les points de ton histoire.

- Alcool : Moi aussi, il avait "ce verre" de trop, celui ou tu vois son regard qui change, ou la soirée prend un autre tournant et tu sais que t'es foutu. Moi je ne buvais que très peu, je le surveillais, je faisais attention à ce que je disais, faisais, par crainte qu'il ne pète un câble !
- Amis : Moi ses "amis" étaient ses collègues de travail, je n'ai pas connu de personne en dehors de ce contexte, même s'il avait des amis en dehors, ni famille. Ils ont tendance à cloisonner, pour ne pas se faire prendre sur les mensonges ect... Je dis "amis" avec les guillemets, car s'ils ne savent pas qu'ils sont PN (sauf un), ils disent de lui : que c'est un menteur, un fou, un infidèle. Mais comme tout bon PN, je n'ai jamais rien pu choper... Donc, j'étais la parano, jalouse, folle...
- Violence : Il m'a souvent fait "peur", par ses colères, ses gestes, son regard, mais n'a été violent qu'une seule fois et c'était pas des coups, il m'a vraiment bien bousculé disons, en me virant d'une soirée pro devant tout le monde et personne n'a bougé le petit doigt... Ah si, pour me demander de partir... :45:
- Echec professionnel : C'était l'un des dirigeants de ma boite et j'ai fini par me faire proposé une rupture conventionnelle, justement à cause de notre histoire d'amour trop "tumultueuse"... Il n'a rien fait pour me faire rester, il m'a encouragé à accepter, car "personne ne m'aimait dans la boite", j'"avais mauvaise réputation", il m'avait dit qu'il m'aiderait pour me pistonner ailleurs... J'attends toujours.
- Jalousie : Mon sujet favoris. Fais ce que je dis, pas ce que je fais. Il me rendait folle de jalousie avec les autres femmes, triangulait à mort, me disait d'être plus comme ci ou comme ca. D'être plus comme Martine, parce qu'une femme c'est ça et pas une fille immature comme moi (j'ai 29 ans et si j'ai bien une qualité c'est ma maturité). Rien n'était suffisamment bien pour lui. J'avais des attitudes non appropriés avec les hommes, bref, une catin, lui juste un séducteur qui ne fait rien de mal et dans le cadre du "boulot", les diner en tête à tête avec les filles de son équipe aussi...

Je ne sais pas si tu es prêt pour ce genre de commentaire, mais la partie ci-dessous, m'a fait tellement rire (et franchement merci c'est la première fois que je ris sur le forum et en général), je ne me moque pas de toi, mais j'adore ta manière de raconter les choses, c'est très imagé et je vois tout à fait ce que tu as pu vivre, j'avais ce genre de PN...

Andouille81 a écrit :Cette fois c'est trop... je ramasse mes affaires éparpillés et je monte dans ma voiture pour partir. Je démarre et là je la vois se jeter sur ma bagnole, rentrer par le côté passager et commencer à me frapper de toutes ses forces sur la tête avec son téléphone (j'ai une cicatrice sur le crâne aujourd'hui). Je suis en pleure, je me protège, je la supplie d’arrêter pendant des secondes qui me semble des heures. Au final en me débattant je la pousse et elle est tellement bourré qu'elle tombe en dehors de la voiture et s’assomme... je me suis vu dans les faits divers. Au final elle était juste ne train de cuver et ronflait doucement. Je la trimballe comme j peux jusqu'au canapé du salon et passe 5 heures à surveiller son sommeil... le lendemain j e vous le donne en mille "la faute de l'alcool et à moi". Moi j'ai bleus, des griffures,un oeufs de pigeon sur le sommet du crane et des lunettes qui tiennent avec du sparadrap.


Et sinon, tu as l'air d'être un chic type, même si t'es petit et gros, tu as un grand coeur et je pense que toutes les femmes de ce forum serait ravie d'avoir un homme aussi généreux à ses côtés. Et moi j'adorai lancer un #balancetonpn. Juste pour prévenir les gens...
- NC depuis le 22/10/2019.

blues39
Messages : 767
Enregistré le : 16 Juil 2019, 22:19

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar blues39 » 20 Sep 2019, 20:22

Ça me fait relativiser ... mais tu es sûr qu’elle est PN ? C’est une cinglée surtout?
Elle est prof? Ça doit être sympa en cours...
Ça fait combien de temps que tu ne l’a pas vu? Elle s’est retrouvé qq?

Andouille81
Messages : 1216
Enregistré le : 22 Juil 2019, 23:40

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar Andouille81 » 20 Sep 2019, 20:43

Merci Gipsy :oops:

Une femme qui me fait des compliments aujourd'hui, autre que ma mère... :4: Tu fais ma journée ;)

Sinon je suis vraiment content que certains passage te fassent rire, c'est le but recherché, j'essaye d'illuminer une histoire assez sordide grâce à ça.

Et puis parce qu'au final, vu de loin, c'est assez drôle tout ça... bref ne te prive pas :D

Ce que tu dis sur la mémoire me parle beaucoup car j'ai été exactement comme toi. Un peu comme si mon cerveau avait volontairement arrêté d'analyser toutes les merdes qu'elle me faisait vivre en les gardant pour "plus tard"... une sorte de mode survie.

Et du coup j'ai des trucs qui reviennent en mémoire un constamment maintenant que je suis posé. C'est un peu mon problème aujourd'hui, alors que je pense avoir bien avancé et presque prêt à tourner complètement la page, j'ai plein de trucs qui me viennent que je n'avais pas analysé ou compris sur le coup.

Du coup je viens vous imposer mes pavés ici... j'ai parfois presque honte de le faire, en me disant que ça sert à rien de ressassé, mais je pense que c'est nécessaire.

Quant au reste... l'alcool toussa... je suis à la fois content et triste que ça te parle, c'est des détails mais il faut les avoir vécu pour les comprendre.

Et pour la maturité... elle me reprochait mon manque de maturité justement...alors que bon j'en avis 37 et elle 25...j'avais envie de lui dire "T'es mignonnes mais tu viendras me parler de maturité quand t'auras rempli ta première déclaration d'impôts et que ton seul projet de la semaine sera autre chose que d'atteindre vendredi soir pour te bourrer la gueule et te faire sauter par le premier venu si jamais je ne suis pas là :lol: "

@Blues
PN ? On est jamais sure de rien vu qu'il faudrait les faire consulter... mais nuisible, mauvaise et hautement toxique clairement. De mémoire j'avais dû lui trouver 28 ou 29 sur 30 au test mais bon...

Elle correspond sur pas mal de points, sur d'autres pas forcément... pour sur elle a un truc qui ne tourne pas rond dans sa tête.

Je ne l'ai pas revu depuis fin avril, quand elle a coupé tous les ponts en apprenant que j'avais raconté quelques trucs à des connaissances après qu'elle m'ait quitté (les coups, l'alcool, les tromperies). Elle avait tous les droits mais fallait surtout pas le dire :roll:

J'ai eu besoin besoin de lui parler début juillet...j'ai juste le droit d'en prendre plein les dents sans pouvoir en placer une. Du coup ce coup là j'ai décidé de tout "arrêter". Je l'ai "blacklisté" partout mais surtout avant je lui ai écrit un mail pour vider mon sac et la prévenir que si elle continuait à raconter des saloperies sur moi (genre que je ne devrais pas avoir le droit de m'occuper de mes enfants car j'étais dangereux) je balançais à tout le monde les photos des traces de coups et les enregistrement audio de certaines de ses crises (j'en avais sur mon vieux téléphone). Et j'en ai profité pour lui dire que si comme elle m'avait menacé de m'envoyer sa famille et ses potes pour me "casser la gueule", j'avais pas changé d'adresse et j'étais chaud pour leur donner un échantillon de violence (ouais j'étais chaud bouillant ce jour là :lol:... j'ai la suite de l'histoire qui dâte de la semaine dernière si vous voulez rigoler ) ...et plus de nouvelles depuis.

Quant à savoir si elle a quelqu'un... j'imagine qu'elle a dû se faire sauter durant l'été mais pour le reste. Je sais qu'elle a essayé de retourner avec son ex, qu'elle avait bien sinistré aussi, mais il l'a dégagé car il est avec quelqu'un.

Elle est très belle, trouver un mec n'est pas un problème...un qui reste ça va être plus difficile... et là l'été est terminé, elle va rentrer en phase monomaniaque du boulot... l'année prochaine peut-être

franck1966
Messages : 419
Enregistré le : 18 Mar 2019, 22:02

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar franck1966 » 20 Sep 2019, 20:44

Bonsoir Andy ( désolé mais ton pseudo,je peux pas),car tu es parmis nous et tu es une victime mais certainement pas "une andouille"...

J'ai lu ta "journée type" et je suis effaré ,j'avoue meme avoir lu un récit digne d'un esclavage du siècle passé...
Je ne te juge pas,attention, et je suis très heureux que tu sois "sorti" de ses griffes...
Ce que tu as vécu est effroyable,tu étais sous emprise et cette "malade mentale" le savait bien...

Courage "mon ami",tu mérites mieux que cette vie,reconstruis toi à ton rythme,et ne laisse plus de porte entrouverte pour ce genre de chose...

blues39
Messages : 767
Enregistré le : 16 Juil 2019, 22:19

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar blues39 » 20 Sep 2019, 20:59

Ok Andy, on a beau être des gars on souffre quand même pas mal.
C’est ce que je disais cet AM à ma kinésiologue.

Andouille81
Messages : 1216
Enregistré le : 22 Juil 2019, 23:40

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar Andouille81 » 20 Sep 2019, 21:28

C'est vrai.

Il me semble qu'on a sensiblement le même âge Blues,alors ça va peut-être te parler.

On est un peu une génération d'homme particulière, l'une des premières où on nous a vraiment enseigné l'égalité des sexes, respect des femmes, etc... mais en même temps on a continué à nous élevé à l'ancienne, qu'un homme ça devait être solide, fort, pas pleuré, etc.

En tout cas moi c'est ce qu'on m'a appris et j'ai beau réalisé failles de ce modèle, c'est tout même ancré en moi... à tort ou à raison.

Du coup je me suis surement cru plus solide que je l'étais ou du moins j'ai fait semblant...

Quand tu croises la route d'une saloperie pareil, du coup, les gens ne comprennent pas pourquoi tu t'effondres. :40:

Jessaie02
Messages : 10898
Enregistré le : 01 Jan 2019, 18:36

vers la mort sociale, quand vous quitter ne suffit pas

Messagepar Jessaie02 » 20 Sep 2019, 21:29

Je suis toujours aussi noséeuse quand je lis ce que ses poufs peuvent faire a un homme...

Peut-être parce que je suis une femme qui serait incapable de faire subir tout ça a un homme...

Et pourtant cet homme, mon toxique, X a brisé mes rêves !

Mais je ne lui ferais jamais autant de mal pour autant..

SOYEZ COURAGEUX MESSIEURS...

il y a encore de vrais femmes qui ne demandent qu'à donner du temps ..de l'affection.. et de l'amour au mec qui saura la rendre epanouie et heureuse :)


Retourner vers « La manipulatrice perverse narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité