Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Avatar de l’utilisateur
senekk
Messages : 55
Enregistré le : 20 Aoû 2019, 08:05

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar senekk » 20 Aoû 2019, 13:49

Bonjour à tous,

Le texte ci-dessous est mon histoire, c'est un texte que j'ai commencé à écrire avant même de savoir ce que signifiait PN. Il y a une partie écrite deux jours après la rupture, l'autre un mois après et enfin la dernière après avoir passé des heures à vous lire et à avoir entrevu des réponses aux nombreuses questions que je me posais. Désolé pour la longueur, je n'ai pas voulu retravailler ce texte, pour que le sens/contexte reste intact. A la base, je l'avais écrit "pour moi", ça me faisait du bien d'écrire, de mettre les questions sur un support.

1ère partie écrite le quelques jours âpres la rupture

Je l'ai rencontrée le 2/11/2017, à Rouen, au Buffalo grill (pas très romantique, je sais). Des le 1er regard, j'ai su que plus rien n'allait être pareil dans ma vie. Elle est apparue telle une évidence. Quand elle m'a prévenue qu’elle avait "quelqu'un avec qui je vis et un amoureux en plus", je l'ai entendue, mais pas écoutée, je ne voyais que ses yeux et son sourire. Quelques jours après, je ressentais déjà le besoin de sa présence. Ce qui devait arriver arriva, cela reste la vie. Je suis devenu sa relation extra extra conjugale (même si elle m’avait dit avoir quitté son amant, chose que je me suis mis à douter quelque temps après) et elle la mienne. J'ai su très tôt pour son passé, qu’elle avait été abusée par quelqu’un de sa famille, mais je ne voulais pas changer mon comportement, je voulais de la normalité. Je la voulais elle, comme elle était, comme elle sera. Nous avons eu un très beau début de belle histoire, nous avons profite, vécu, ri, nous étions simplement devenus dépendant l'un de l'autre. J’étais ‘l’homme de sa vie », « qu’elle ne me laissera jamais partir », etc. Elle me comblait sur tout, j’avais besoin de la voir tous les jours. Quand j'ai appris brutalement, idiotement, son passe très proche a notre rencontre (quelques mois avant que l’on se rencontre), quand j'ai vu tous ces hommes par dizaines, en photos, ces messages, la vie qu’elle menait, j'ai eu peur ; quand je me suis rendu compte que son passe avait encore une incidence sur son présent, donc notre présent, ce fut un électrochoc. La plupart des hommes étaient toujours en contact presque quotidien avec elle alors qu’on était ensemble. Quelques semaines auparavant, elle m’avait parlé d’un de ces hommes, le qualifiant de « je le considère comme mon frère ». Je ne crois pas qu’entre frère et sœur on s’envoie de telles photos osées et je ne crois pas qu’on puisse dire à son frère qu’ « on est excitée comme une pute » à la vue de ses photos. J’ai donc vu beaucoup, énormément d’hommes, j’ai vu une vie déviante… J’ai vu beaucoup trop de choses pour supporter ça. Mais l’amour rend idiot, j’ai supporté. C'est surement a ce moment la, que j'ai compris qu’elle avait un souci réel avec les hommes, avec son entourage masculin. Il n’y avait pas besoin d’un doctorat en psychologie pour deviner que ce problème devait prendre sa source dans son passé....

Mais au final, qu'est ce que ce que je m'en foutais, je l'aimais, comme jamais. Je la voulais en tant que femme et maman de mon dernier enfant. De cet événement, une alarme s'est néanmoins réveillée en moi, une peur aussi... Et si ces événements, ce comportement déviant, pouvaient se reproduire à l’ avenir ? Mon amour était là, mais je la voyais comme une bombe à retardement. Je n'ai jamais trouve les mots, la force de lui parler de son problème, qui devenait mon problème. J'ai, nous, avons fait "comme si". Plus le temps passait, plus elle me demandait de tout quitter pour elle, chose normale et logique ; elle avait quitté son « officiel » quelques temps avant. Mais cette peur de son souci, de ces non dits, me paralysait. J'ai essaye plusieurs fois de la guider vers un quelqu’un qui pouvait l’aider, non pas pour guérir, on ne guérit pas de ca, mais pour aller moins pire. J'aurais du lui en parler clairement, je le sais, je m'en veux. Le peu de fois où j’arrivais à lui en parler, sa réponse était « personne ne peut rien pour moi » Nous avons continue a vivre, ou a survivre, mais toujours paralyse par cette peur, par "cette bombe a retardement,", je n'arrivais pas a bouger, je n'arrivais pas a lui parler de ca. Quand je voyais son regard, je voyais un peu d'amour mais aussi surtout de la haine, du vide, de l'auto destruction. J'ai fais de mon mieux pour lui enlever un maximum de soucis, de lui amener une vie douce, j’ai la chance d’avoir « une bonne situation » et j’ai mis à profit cette bonne situation pour lui faire aussi connaître des choses.

Je crois que c’est à peu prés à cette époque qu’elle me parlait beaucoup d’une « amie », pas forcément avec des termes élogieux, certes. Une phrase pourtant me reste en mémoire « tu te rends comptes, elle sort avec des mecs qui ont de l’argent, elle profite d’eux, jamais je ne pourrais faire ça et encore moins te demander de l’argent »

Il est vrai qu’elle n’a jamais demandé ouvertement, mais on sait tous demander sans vraiment demander, n’est ce pas ? « J’ai les huissiers aux fesses, je ne peux pas payer, comment vais-je faire ? «

Au final, elle n’a jamais demandé mais elle a eu besoin d’argent pour acheter sa voiture… Elle a eu besoin d’argent pour payer son avocat. Pour l’anecdote, son avocat m’appelait « le financier de madame » ;) Son tatouage lui rappelait trop son passé, c’était tellement bien non demandé ;), j’espère que le recouvrement lui plait. « L’ordinateur rame, je n’arrive pas à travailler avec », prends le mien. Sa nouvelle voiture (que j’ai financé) est tombée en panne, pas de soucis, je me débrouille avec mon frère pour qu’il lui prête la sienne pour plusieurs mois. Elle a des soucis avec sa boite, je paie quelques factures. Besoin d'un break et de se retrouver, partons en Tunisie. Ses nouvelles ray ban lui vont tellement bien. Elle souhaite un nouveau téléphone, « prend le mien et revends le tien, ça fera un peu de sous ». De superbes endroits, de superbes palaces, une vie agréable je pense.Et, le pire, c’est qu’elle n’a jamais rien demandé ouvertement……Je voulais tellement qu’elle soit bien.

Le pire dans tout ça, c’est que je ne voyais rien, mais rien du tout. Je me contentais d’un « ça me met mal à l’aise, je te rembourserais plus tard ne t’inquiète pas ». Il y a les choses que j’ai faite (j’ai dû forcément en oublier certaines) et il y a les choses que j’ai refusé de faire (merci à mon 6eme sens, merci, je te dois une fière chandelle): « tu penses que tu pourrais faire un prêt à ton nom de plusieurs milliers d’euros et je te rembourse chaque mois ? J’ai demandé à toute ma famille mais personne ne peut le faire » Même si c’était la 1ere fois où elle demandait ouvertement, je n’ai pas vu ce signe, ça devenait quand même assez évident. Donc même les signes les plus évidents, je me les suis pris en plein visage, pourtant je restais aveugle… Pour moi, le principal problème n’était pas qu’elle profitait de moi (idiot, idiot, idiot, ça ne m’avait jamais traversé l’esprit..) mais son problème avec les hommes. Je pensais maladroitement qu’elle n’avait qu’un seul souci, celui là.

Du fait de cette alarme, du fait de l événement ou j'ai vu "qui" elle était avant notre rencontre, j'ai garde un œil sur ses agissements, j'avais besoin de savoir si son problème pouvait/aller resurgir. Je dois avouer que non, rien n'est revenu a ce moment la ou que je ne voulais rien voir

Notre vraie histoire s'est arrêtée il y a plusieurs mois, suite a un événement de la vie; tout son passe lui remontant a la tronche, la transformant. Et même avec ca, elle a toujours refuse de voir quelqu’un qui pouvait l’aider. Depuis lors, plus rien n'était comme avant, avouant "je suis morte, je suis pourrie a l'intérieur" ; elle été devenue froide, tel un glaçon. Plus de câlins, plus de sexe, plus de lien, plus rien.

J'ai encore plus flippe, je voulais un bonheur futur, mais sans action concrète, sans au moins un signe de vouloir aller mieux, je ne pouvais pas bouger. J'attendais une décision, un signe, qu’elle voulait aller mieux. Cela n'est jamais venu. Malgré tout, fin juin, j'ai voulu voir comment se passerait la vie avec elle, chez elle, pendant une semaine. Je voulais tellement retrouver celle des débuts… Une première pour nous; j'ai donc pris les décisions qu'il fallait et je suis arrive le jeudi 27 juin au soir, avec mon sourire et une bonne pizza. Un truc n'allait pas, son comportement avait change. Vu que j'avais encore certains accès, j'ai vu qu’elle m'avait trompe une semaine avant mon arrivée, avec un 1er homme. Le soir où j'ai fais une hémorragie suite à une opération, elle s'occupait avec un autre. Le lendemain où j’ai appris ça, je faisais encore un chèque pour sa boite. Malgré ca, malgré les cris, les pleurs, j'ai voulu quand même essayer notre couple; la semaine fut compliquée, a base de "je suis pourrie», «je suis morte".... Le mercredi, encore un message a un autre homme confirmant un rdv. Homme avec qui, elle était depuis quelques jours. La phrase « je ferais tout pour avoir mon CDI » prend tout son sens ici. J'ai évidemment pété un câble, et vu les sentiments que j'avais encore, je me devais qu’elle me haïsse, elle était ma plus grande faiblesse. Encore maintenant, je serais faible devant son sourire... Je le sais... J'ai donc fais en sorte de me fermer toutes les portes pour le futur. Me faire haïr a été la seule solution que j’ai trouvée pour ne pas espérer un éventuel retour.

De tout ca, de nombreuses questions restent :

M'a t elle aime ?
A t elle profite de moi ? (je dis oui, sinon pourquoi encore accepter un cheque le le demain ou on a trompe "son amour" ; sinon comment peut on utiliser une voiture prêtée par son « beau frère » pour aller voir un autre homme).
Comment a t elle pu m'accueillir chez elle alors qu'elle était déjà avec un autre ?
Comment a-t-elle pu m’offrir son corps cette dernière semaine alors qu’elle était déjà de nouveau en couple ?
Comment peut on écrire "je t'aime, j'ai envie de dormir avec toi", alors qu'elle était déjà avec un autre homme ?
Pourquoi je n'ai rien vu ? (putain de sentiments qui aveuglent ?).
Pourquoi tout ces mensonges ? (se créer une vie pour se donner le sentiment d exister peut être).
Pourquoi cet appétit pour tous ces hommes ? Les séduire pour les contrôler et les faire payer ensuite ?
M'a t elle manipule ? (sans hésitation, oui).
A t elle profite de moi ? (oui, sinon pourquoi me demander sur la fin de faire un prêt a mon nom alors que c'était déjà bien parti avec un autre homme).
Est ce que je l'aime encore ? Surement. Si je devais changer quelque chose ? Me mettre une paire de couille et lui dire des le début que notre bonheur passera par une aide, ne pas faire l'autruche. Si j'avais un souhait, la revoir, au calme et lui parler comme je viens d écrire, sereinement.
Donc voila notre histoire, ou j'ai aime, j'ai hais, j'ai été idiot, j'ai été manipule, ou je n'ai rien vu.
Maintenant, les langues se délient et mon amour pour elle m’empêchait à l’époque de croire a ce que j’entendais, ca me permettait de me dire qu’elle n'était pas ce monstre décrit. Et même quand j'étais témoin de ses mensonges, je trouvais une excuse qui la mettait hors de cause... Sauf que l'amour partant, je ne peux que réaliser que les autres avaient raisons. On peut effectivement mentir autant, jouer, manipuler, trahir, profiter des gens. Bref, je reste un homme qui a aime, qui aime peut être encore, qui a fait des erreurs, qui a fait de son mieux pour aider, pour nous aider, qui a eu peur.

2éme partie écrite un mois après la rupture


Je cherchais depuis longtemps pourquoi j'avais toujours eu cette retenue sur un avenir avec elle, pourquoi mon 6eme sens me disait de faire attention, jusqu’ a une discussion récente avec une personne, qui m’a appris beaucoup sur la nature humaine et sur les PNM. Celle que j'ai aime n'était qu'une facette, qu’un rôle qu’elle jouait, rôle qui la faisait agir de telle sorte que je la voyais parfaite, pour mieux me contrôler et profiter. Elle était parfaite, simplement parfaite, trop parfaite. Je pense qu’elle a su rapidement cerner en moi ce que je désirais, et m’a mis dans la tronche exactement ce que j’attendais. Je sais maintenant que j'ai été victime d'une manipulatrice, d’une profiteuse qui n’a pas pu cacher sa vraie personnalité, son vrai comportement indéfiniment, qui n’a pas pu cacher son appétit pour les hommes ainsi que pour le côté matériel. Je sais que j'ai été attaque sur fb (l’attaque reste la meilleure défense), je suis le gros connard de service, mais j'ai décide de ne pas répondre, même si j'ai les preuves de tout ce que je viens d écrire (sms, photo, talon de cheque, etc), car même en face de la vérité, ce type de personne niera. Il ne sert a rien de se battre contre ce type de personne, car, quelque part, le conflit est leur pain quotidien.

Je pensais aimer passionnément une personne, j'ai aime le rôle qu'elle a joue. Je me suis simplement rendu compte que sa vie, donc notre vie, n'était pétri que de mensonges, que toutes les réponses que j'avais aux questions que je lui posais n'était que des mensonges, que tous (et je dis bien tous) les hommes dont elle m’a parle, qui étaient ou qui sont encore dans sa vie sont des ex/plan cul/ nourriture pour son ego/banquier. Ses plus gros mensonges passaient très bien :
« je ne pourrais jamais te laisser partir, je t’aime trop » recasée une semaine avant la rupture, infidélité avérée, etc
« mon ex a volé la voiture que j’ai payé », comment ai-je pu y croire…
A propose d’ex et de SA voiture, « s’il vient la prendre, je me débrouille pour la casser » : comment suis-je supposé croire que quand j’ai voulu reprendre la voiture de mon frère, la voiture s’est cassée toute seule ?
« ah non lui, il ne s’est jamais rien passé, il est trop moche de tout façon » ou pas hein (besoin d’aller chez le dentiste ? ;)
« C’est la première fois que je fais ça avec un homme », gros LOL.
« Je me suis toujours protégée, sauf avec toi » , ce foutage de gueule…
« On ne peut pas aller à cet endroit, j’ai peur de rencontrer mon ex » : mouais, c’est surtout que tu étais un peu grillée la bas…
»Non, je te jure, même si j’ai échangé 3000 messages avec cet homme en peu de temps, il ne s’est jamais rien passé, je t’aime trop » et la marmotte ? ;)
« On m’a volé ma veste avec 500Euros dedans », veste qui est ré apparue chez elle quelques jours après.
« J’ai pensé au suicide, j’ai jeté tous les médicaments », médicaments qui se sont retrouvés dans un tiroir une semaine après.
« mon responsable est très beau, mais ne t’inquiètes pas, il ne m’intéresse pas. » C’est ta nouvelle proie sale conne, il a son mot à dire pour ton CDI…
Et j’en oublie, surement des centaines…
J’ai jusqu’à été apprendre son petit surnom que les hommes lui donnait, dans un lieu qu’elle aimait fréquenter…

Bref, voilà ce que notre histoire était depuis le 1er jour, une marée de ses mensonges, mensonges auxquels je croyais dur comme fer…

Mais le plus gros mensonge restera « tu es l’homme de ma vie », je pense que c’est celui là qui me fait encore le plus mal…J’aurais aimé qu’elle me dise plutôt la vérité, « tu es mon banquier, tu es mon ascenseur social »

Avec le recul, une des rares phrases empreinte de vérité était celle-ci « pour chaque personne que je rencontre, pour chaque phase de ma vie, je joue un rôle, ma vie est un rôle qui évolue constamment » Même cette phrase, lourde de sens, ne m’a pas fait me poser la moindre question…

Certains hommes sont restés dans sa vie plus longtemps que d’autres, pour la simple raison qu’ils apportaient (qu’ils lui rapportaient) plus que les autres ; au niveau égo, social, matériel et/ou financier. On peut endormir, cacher sa vraie nature, mais pas indéfiniment, elle en est le parfait exemple. Elle avait peur, je cite "d'avoir le vice", je peux maintenant dire que non, elle ne l'avait pas, elle l'était..

Même si son comportement a eu des conséquences sur moi, je reste satisfait d’avoir pu entrouvrir les yeux, d’avoir suivi mon 6eme sens, d’avoir cherché pourquoi j’avais cette alarme qui sonnait en moi tous les jours. J’ai une pensée particulière envers ceux qui sont tombés dans le panneau, dans son piège. Pour chaque nom de son passé et présent, je pourrais lister ce qu’il lui a apporté/rapporté ou apporte encore. J’envoie donc plein de pensées positives à L, à P, à JG, à C, à F, à K1,à K2, à S, à J1, à J2, à N, à L, à E, ainsi qu’à leur épouse/copine respectives de l’époque. Évidemment mes pensées vont aussi vers tous ceux dont j’ai oublié le nom et tous les autres inconnus qui ont croisé sa vie, que ce soit à l’Or.. Expr.. ou au club libertin l’Orph…, ou encore sur Adopte un mec, sans oublier le fameux groupe secret, sur FB, dont elle semblait si fière d’en parler (et surement de s’afficher nue)…. Donc oui, je connaissais une partie de tout ça, car elle m’en a parlé, mais l’amour rend aveugle, ou idiot, ou surement les deux… Quand je dis amour, j’inclus l’emprise qu’elle avait sur moi.

3eme partie, après avoir passé de nombreuses heures sur le forum :

Mon dieu, j’ai l’impression de m’avoir pris une porte dans la tronche tellement cela parait plus clair maintenant. J’ai tout eu : le lovebombing, le sexebombing, la victimisation, la triangulation, le chaud et le froid (où je faisais tout pour retrouver celle que j’avais connue au début), la pression quotidienne, son appétit pour les hommes et l’argent/pouvoir/notoriété. Ou tout était de ma faute, l’infidélité et pour couronner le tout, une nouvelle proie avant même la rupture. Dire qu’elle a tout fait pour avoir un enfant (arrêt des contraceptifs…). Je n’ai même pas été étonné du 28/30 comme résultat au test…
Je pense que ce qui m’a sauvé fut mon instinct, mon 6eme sens et ma curiosité. Comme je le racontais plus tôt, j’ai vu ce qu’elle était peu de temps avant qu’on se rencontre (elle m’avait laissé son ordi à réparer, avec une sauvegarde de son téléphone, et j’ai la curiosité d’une femme….) ; depuis lors, une alarme sonnait en moi. Mais malgré ça, je restais amoureux et dépendant. Sa phrase étant « seule une belle personne comme toi peut comprendre mon passé, tu es le seul qui m’a donné envie d’arrêter de charmer les hommes ». Je sais que ce long post n’est pas forcément structuré, clair ou autre, mais j’écris comme cela vient. La rupture en elle-même vient de moi. Ca s’est produit quand on a essayé de vivre ensemble. J’arrive donc un jeudi soir chez elle, pour voir ce que ça donnerait de vivre ensemble, j’ai vu à son regard que quelque chose n’allait pas. Elle m’a accueilli avec un « tu me surveilles ou quoi ? « (J’avais prévu d’arriver le vendredi, mais je pensais faire plaisir). Mon alarme intérieure s’est mise à sonner encore plus fort. J’ai donc mis à profit mes compétences informatique et j’ai vu que une semaine avant elle m’avait trompé. Je lui ai demandé des explications et en guise réponse, ce fut « c’était ça où je perdais pied vu que tu tardais à ce qu’on vive ensemble ». Je ne suis même pas parti, elle m’a sauté dessus pour faire l’amour (elle voulait, je cite « que je la punisse »)…. Le samedi ; grosse crise de larme de sa part, avec le recul, une vraie actrice, ça a duré des heures. Je pensais vraiment qu’elle était mal. Le lundi, elle s’est absentée une partie de l’âpres midi, il fallait qu’elle aille à son boulot, même si c’était son jour de congés (mon cul, c’est du poulet ? ). Je sentais que je perdais pieds, mes repères, je ne mangeais plus. J’avais envie de vérité. J’ai imprimé tous ses messages, photos échangés avec le 1er homme (tout du moins 1er à mes yeux) et je lui ai mis sous le nez ; j’ai dit « maintenant, tu me racontes tout ». Sa réponse fut claire « arrête de me faire chier avec ça » . Malgré ça encore, j’ai dormi chez elle… Le mardi, j-1 avant la rupture. J’arrive à mon bureau et je craque nerveusement, je pleurs, j’hurle pendant des heures, je frappe les murs, une douleur morale mais aussi physique, je perds pied, je perds tout, j’ai eu l’impression de perdre la raison, de devenir fou. Je lui tel, en pleurs, lui disant que c’est fini entre nous. A sa pause, elle est venue à mon bureau me regarder dans cet état, je n’arrivais à pas à arrêter de pleurer ni d’hurler, elle me caressait le dos. Elle était d’un calme glacial. Toujours avec le recul, on aurait dit un matador quelques secondes avant la mise à mort… Nous avons parlé, confirmant la rupture. Pendant qu’on discutait, elle m’a envoyé le sms suivant « rompre est déjà difficile, c’est encore plus dur quand il y a encore beaucoup d’amour ». Bilan, le soir même j’étais au resto avec elle et j’ai dormi avec elle… Le fameux mercredi : ma si bonne alarme (elle au moins fidèle) me fait regarder son fb (j’avais ses mots de passe, elle avait les miens aussi –super pour un pro de l’info comme moi, je sais), elle avait rendez vous avec encore un autre homme le soir même, sa nouvelle proie, son responsable. Elle est en interim et son responsable peut valider un cdi potentiel.. Je n’étais même pas étonne. Elle ne devait pas s’attendre à me voir débarquer à son boulot, plein à craquer de clients… Je lui ai demandé (très fortement) depuis quand ça durait. J’ai vu un regard de haine, son visage était déformé, je ne la reconnaissais plus. J’avais touché à son image d’employée modèle… Elle m’a forcé à sortir, à aller loin du magasin pour qu’on s’explique. Elle a hurlé que tout était de ma faute, que j’allais lui gâcher son CDI, qu’il n’y avait rien avec son responsable (euh, malgré les preuves..), que j’inventais tout. Vu qu’elle avait la voiture de mon frangin (la sienne, payée par votre serviteur était en panne depuis des semaines), je lui ai dit que cette voiture ne lui servirait pas pour aller à se faire sauter par un autre, ça a dégénéré. Elle m’a proposé de la racheter mais qu’il fallait qu’on aille chez elle chercher l’argent chez elle. Bon ben, je la suis avec ma voiture. Sur l’autoroute, je vois la voiture sur la bas côté et elle qui me dit « je crois qu’elle est cassée ». C’est exactement ce qu’elle avait prévu de faire avec la voiture de son ex s’il venait la récupérer. Je la tracte jusqu’à chez elle, elle me tend les clés avec un beau « maintenant, casse toi ». J’ai dis non. Elle me fait rentrer quasiment de force chez elle car des clients pouvaient arriver chez elle (elle tient aussi une petite écurie), faudrait pas que des clients nous voit dans cet état. Elle me tend une enveloppe avec du liquide, je dirais plutôt qu’elle me frappe avec son poing en me remettant une enveloppe. Sa phrase, à ce moment là, fut « fais le intelligemment, n’oublie pas tout le mal que je peux te faire ». Je suis reparti, on s’est insulté par sms. Voilà comment s’est passé la rupture. Dés le lendemain, elle s’est pavanée avec sa nouvelle proie sur les réseaux, qu’elle se dit heureuse, que je suis le bourreau de l’histoire. On a essayé de me ramener des infos, mais rapidement, j’ai dis « stop, je ne veux rien savoir » et j’ai mis le no contact dés le second jour, elle est bloquée de partout. Non pas forcément pour qu’elle ne me contacte pas, mais pour que je ne la contacte pas/que je ne souffre pas plus. Oui mais malgré ça, ça tourne encore beaucoup dans ma tête, je pense tous les jours à elle, à son regard, son sourire, à comment je me sentais beau/fort/unique quand elle était là. Même si j’ai beaucoup lu, je me dis parfois qu’elle a dû m’aimer quand même un peu, elle ne peut pas être malade à ce point. Malgré le no contact, j’attends timidement un signe de sa part, même si je sais qu’il ne faut pas. J’aimerai aussi lui en mettre plein la tronche, lui cracher ma haine, ma frustration, etc. Je bloque assez sur un de ces derniers messages, la veille de la rupture, alors qu’elle était déjà avec une nouvelle proie) qui me disait « viens te coucher à côté de moi, cela nous fera du bien d’avoir un peu de zen », alors que je souhaitais partir en courant de chez elle. Encore désolé pour ce long texte, surement décousu, surement avec des oublis, mais un grand merci à ce forum qui m’aura fait comprendre plein de choses. Elle était belle, elle était parfaite, elle m’a fait sentir unique. J’ai encore mal, je me sens comme une grosse merde, je me sens encore dépendant… Mais au final, non, je n’étais pas fou, mon instinct avait raison. Mais elle me manque cette connasse

sedmarc
Messages : 198
Enregistré le : 11 Déc 2018, 09:01

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar sedmarc » 20 Aoû 2019, 14:38

Bonjour senekk,

Je ne veux pas instiller un doute sur le fait que cette femme soit un PN mais j'ai plus l'impression qu' s'agit d' une " profiteuse".
Maintenant le test indique 28/30...je me trompe peut-être ...

Une PN, pour en avoir connu une très douée, aurait tenté de vous ferrer, elles ne laisse aucune latitude à leur proie (proposition de mariage, installation rapide ensemble, un enfant...ect).

Une proie idéale, c 'est vital pour les PN.

Mais je peux me tromper !
Pouvez vous nous dire si le mariage avait été en envisager et au bout de combien de temps ?

Courage !

Avatar de l’utilisateur
senekk
Messages : 55
Enregistré le : 20 Aoû 2019, 08:05

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar senekk » 20 Aoû 2019, 14:55

Bonjour Sedmarc,

Comme je disais dans mon texte, j'ai dû oublier des éléments, anecdotes, etc... Au bout d'un mois de relation, j'avais tout le lovebombing dans toute sa splendeur "tu es l'homme de ma vie", "tu me fais sentir vivre", "tu es le 1er à qui je dis je t'aime" (oui oh hein, mais j'y ai cru...), "je ne te laisserais jamais partir", etc. J'ai eu droit, très rapidement, a des propositions d'endroits où s'installer, que c'était "la première fois où je pense me marier et avoir un enfant avec un homme". Elle s'est rapidement inscrite sur un site pour la grossesse (qu'elle m'a montré bien sûr). Je crois que en moins de 2 mois après le début de la relation, tout ça avait été dit et envisagé. Elle s'est rapidement glissé dans une faille, notamment pour un bébé; lors d'une discussion, avant d'être ensemble, je lui avais dit que j'en voulais un 3eme (j'en ai deux). Plus j'y repense, plus je lui ai ai servi toute mes failles sur un plateau d'argent (ex gros, donc problème de confiance, envie de bébé, etc).

Dreamy
Messages : 2629
Enregistré le : 25 Oct 2018, 17:32

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar Dreamy » 20 Aoû 2019, 15:10

Bonjour Senekk et bienvenu sur ce forum où toutes les victimes de TOXIQUES qu'ils soient catalogués de PN ou pas peuvent s'exprimer pour vider leur sac rempli de merdes et également pour se désintoxiquer des poisons déversés par des personnes malveillantes jusqu'au bout des GRIFFES.
Vous êtes maître de votre vie et qu'importe votre prison, vous en avez les clés. (Dalai Lama)

Avatar de l’utilisateur
senekk
Messages : 55
Enregistré le : 20 Aoû 2019, 08:05

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar senekk » 20 Aoû 2019, 15:17

Merci Dreamy,

Le tout 1er message n'est pas aisé, raconter son histoire, accepter de tout ouvrir, sortir toute la rancœur, l'incompréhension, le sentiment de trahison, etc. Parler du manque, parler de la soumission, de nos faiblesses, de nos failles. Une phrase que je vois souvent sur le forum est "si les PN se sont intéressés à nous, c'est parce qu'on est de personnes avec de belle qualités, fortes, tout ce qu'elles n'ont pas". Je dois avouer que me la répète souvent car je me sens plutôt comme un moins que rien. Je ne me sentais fort qu'en sa présence.... Rien qu'à écrire ça, la colère monte...

Dreamy
Messages : 2629
Enregistré le : 25 Oct 2018, 17:32

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar Dreamy » 20 Aoû 2019, 15:32

senekk a écrit :J’ai encore mal, je me sens comme une grosse merde, je me sens encore dépendant…

Maintenant, il va falloir t'accrocher pour te désintoxiquer de cette dépendance physique et psychique. :42: :42: :42:
Tu n'es pas une grosse merde ! Tu t'es fait voler ton âme, ton corps et ton cœur à ton insu et pour te retrouver, il va être nécessaire de ne plus te dévaloriser, de ne plus culpabiliser afin de pouvoir récupérer l'intégralité de ton être.
N'hésite pas à faire appel à un psy qui devrait pouvoir t'aiguiller vers des horizons plus sains et sereins.
De plus, en consultant un(e) thérapeute, ça devrait t'aider à ne pas retomber sur le même genre d'individu.
senekk a écrit :Elle était belle, elle était parfaite, elle m’a fait sentir unique.

En commençant par transformer l'image erronée de la belle princesse en → :117: pourriture machiavélique, ce qu'elle est réellement.
En fait, tu as eu à faire à Dora l'exploratrice qui se faisait explorer par de multiples partenaires, du coup, cette image est en conformité avec la réalité. Cela risque d'être difficile au départ que de la désacraliser mais il est important que tu le fasses, sinon, tu vas continuer à morfler.
Tu n'as plus qu'à sortir une feuille vierge, tu la scindes en deux colonnes et tu remplis d'un côté tout le "positif" et de l'autre le "négatif", ceci te permettra d'avoir un constat visuel immédiat, irréfutable. Garde précieusement, ce "bilan" et dès lors que tu ressentiras le besoin de la contacter, tu relis et ce, à plusieurs reprises, s'il le faut.
Accroche-toi car le combat pour récupérer ta liberté, ne fait que commencer ! :42: :42: :42:
Vous êtes maître de votre vie et qu'importe votre prison, vous en avez les clés. (Dalai Lama)

Dreamy
Messages : 2629
Enregistré le : 25 Oct 2018, 17:32

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar Dreamy » 20 Aoû 2019, 15:38

senekk a écrit :Rien qu'à écrire ça, la colère monte...

Ne t'inquiète pas ! Cette colère est saine car elle va te permettre de sortir de ton état de sidération et te propulsera vers le sevrage intensif nécessaire pour t'extirper de l'emprise qu'elle a eu sur toi. Le chemin risque d'être long et sinueux mais tu vas t'en sortir ! :42: :42: :42: :42:
Vous êtes maître de votre vie et qu'importe votre prison, vous en avez les clés. (Dalai Lama)

davidH
Messages : 402
Enregistré le : 26 Nov 2018, 14:36

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar davidH » 20 Aoû 2019, 15:44

Hello senekk,
ben oui nous sommes plusieurs a ressentir la même chose que toi. l'incompréhension et comme tu le dis "Je ne me sentais fort qu'en sa présence".
tu as surement sur investi ta relation, tu lui as confié les clés de ton estime. j'ai fait exactement la même chose . un 26/09/2014 sur un sourire qui a bouleversé ma vie.
et ta petite alarme intérieure qui fait bip bip mais que tu ne veux pas entendre. idem
ton incompréhension que tu lui partage mais que revient comme un boomerang en pleine tronche " tu comprends rien, tu me fais pas confiance, t'es lourd avec tes questions, tu veux pas mon bonheur, tu veux me contrôler, t'es un dictateur, tu as tout gâché etc..."
oui elle peut te dire " tu es l'homme de ma vie" et 2 semaines après te faire un coup de " pute". oui c'est possible . ils ne mentent pas, ils peuvent juste faire du yoyo très facilement. mode zapping. en mode utilitaire. vivre l'instant présent quelque soit les circonstances. pas de remise en cause possible, pas de "moral" et de prise en compte de l'autre, ses besoins, ses envies, ses désirs.
Faut être super clair avec soi même pour vivre avec ce style de personne.
cette histoire t'a retourné la tete à l'envers. le passage ou tu arrives à son boulot....pfiou.... tu as du culpabiliser a fond. te dire qu'au final, oui tu fais un peu n'importe quoi, que tu t'emballes trop etc....
cette femme te correspond surement pas. son sourire, sa candeur, son attitude, sa folie oui te subjuguent. mais pas son "être" profond. et ça tu le sais.
Narcissique très certainement, perverse? qu'importe quelque part. et a la lecture de ton histoire, je dirais "pas spécialement".

blues39
Messages : 1049
Enregistré le : 16 Juil 2019, 22:19

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar blues39 » 20 Aoû 2019, 15:49

Salut Senekk,

Impressionnant ton récit et beaucoup de points communs avec mon histoire de 3 ans passés avec elle.
Je dirais 90% de similitudes. Incroyable.
Ca fou vraiment les boules et envie de gerber de se faire berner de la sorte.
Je suis profondément choqué de mon histoire, et ultra triste.

Courage.

Avatar de l’utilisateur
senekk
Messages : 55
Enregistré le : 20 Aoû 2019, 08:05

Ma PNM, mon histoire, mais elle me manque...

Messagepar senekk » 20 Aoû 2019, 15:53

Je ne m'attendais pas à l'image de Dora l'exploratrice, ça m'a fait sourire ;). Donc on peut dire qu'elle a "chipé" mon âme... Mon sense de l'humour (de merde) revient petit à petit, c'est aussi à ça que je vois que je commence à aller mieux. Je faisais beaucoup de sport, faut que je m'y remette, je sais. Pour le psy, j'y pense; il y a plusieurs années, j'avais fait une thérapie à base de EMDR (phobie d'avion, mais qui avait sa source dans le relationnel avec mes parents, faille aussi servie sur un plateau à Dora), je pense que je vais aller le revoir. Je pense aussi à une autre forme de thérapie, bréve, élaborée par Alain Brunet (je ne sais pas si je peux poster un lien externe, au pire, me demander en MP). Le plus important, le plus urgent, et le truc qui m'a occupé l'esprit dés le début fut de remettre mon entreprise à flot (je crois que Dora peut s'acheter des louboutins, tous les mois, pendant des années)...
Mais bordel, il y a des moments où j'ai envie de lui hurler dessus, de la serrer dans mes bras, de la supplier de me regarder, de me contacter, de la salir, de contacter tout le monde et de montrer son vrai visage, de lui envoyer un sms à la sarko "reviens et j'oublie tout", bref, tout est tellement contradictoire dans ma tête....


Retourner vers « La manipulatrice perverse narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités