Ma PN. Une sacrée épreuve.

Sebler
Messages : 1
Enregistré le : 29 Aoû 2019, 13:01

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar Sebler » 04 Sep 2019, 16:21

Merci Franck pour ton témoignage je m'y suis totalement retrouvé j'ai vraiment la même vision que toi car en te lisant c'est comme si j'écrivais...

Je n'ai pas posté "histoire' ici mais toi et le forum m'aident énormément..

J'ai pris le temps d'écrire pour te remercier car tu as fait le choix de partir...

Ça va aller tout va bien se passer....

Mais si tu veux échanger en Mp ça sera avec plaisir...vu mon histoire ça ne pourra que te remonter le moral...lol

Merci au forum

Avatar de l’utilisateur
Bisounours
Messages : 832
Enregistré le : 01 Jan 2019, 14:17

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar Bisounours » 04 Sep 2019, 16:55

Sebler a écrit :
Mais si tu veux échanger en Mp ça sera avec plaisir...vu mon histoire ça ne pourra que te remonter le moral...lol

Merci au forum


Ça ce n'est pas possible… Voir règlement.
Le bonheur est la seule chose qui se double si on le partage (Albert Schweitzer)

Et si
Messages : 231
Enregistré le : 22 Aoû 2018, 09:05

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar Et si » 04 Sep 2019, 17:15

Tu as raison il est temps pour moi aussi de partir. J'ai beaucoup appris à vos côtés, j'ai découvert la nature de ce mal j'ai appris que je n'étais pas seul à vivre une histoire de fou avec un de ces démons. Plus d'un an 1/2 que c'est terminé, j'ai refait ma vie et je suis revenu pour apporter mon humble témoignage à qui voulait le lire. A l'époque je ne faisais que vous lire je n'intervenais pas, je vous ai accompagné dans vos vies, dans vos joies, dans vos peurs, dans vos larmes et vous soulagiez mon âme sans le savoir ;) .

Bonne route à tous, elle est longue et chaotique cette sortie du pn mais on y arrive tous. ET SI..

Jessaie02
Messages : 11367
Enregistré le : 01 Jan 2019, 18:36

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar Jessaie02 » 04 Sep 2019, 22:24

Et si a écrit :Tu as raison il est temps pour moi aussi de partir. J'ai beaucoup appris à vos côtés, j'ai découvert la nature de ce mal j'ai appris que je n'étais pas seul à vivre une histoire de fou avec un de ces démons. Plus d'un an 1/2 que c'est terminé, j'ai refait ma vie et je suis revenu pour apporter mon humble témoignage à qui voulait le lire. A l'époque je ne faisais que vous lire je n'intervenais pas, je vous ai accompagné dans vos vies, dans vos joies, dans vos peurs, dans vos larmes et vous soulagiez mon âme sans le savoir ;) .

Bonne route à tous, elle est longue et chaotique cette sortie du pn mais on y arrive tous. ET SI..


Et bin c'est émouvant tout ça..
Bonne continuation a toi aussi :29:

J'ai la vie que je mérite, je ne me plains plus, je ne compte que sur moi meme... et j'ai aucun courage pour changer de vie
Il me reste a Serrer les dents et TENIR ............

Mia13
Messages : 1073
Enregistré le : 30 Juil 2019, 20:49

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar Mia13 » 04 Sep 2019, 22:29

Et si a écrit :Tu as raison il est temps pour moi aussi de partir. J'ai beaucoup appris à vos côtés, j'ai découvert la nature de ce mal j'ai appris que je n'étais pas seul à vivre une histoire de fou avec un de ces démons. Plus d'un an 1/2 que c'est terminé, j'ai refait ma vie et je suis revenu pour apporter mon humble témoignage à qui voulait le lire. A l'époque je ne faisais que vous lire je n'intervenais pas, je vous ai accompagné dans vos vies, dans vos joies, dans vos peurs, dans vos larmes et vous soulagiez mon âme sans le savoir ;) .

Bonne route à tous, elle est longue et chaotique cette sortie du pn mais on y arrive tous. ET SI..


Et si bonne et heureuse route ravie de voir que tu ten est sortis
ce qui t'attend et bien plus merveilleux que ce qui est derrière toi

Donne de l'importance à une cacahuète elle se prendra pour un M&MS

DaX
Messages : 895
Enregistré le : 19 Avr 2019, 16:16

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar DaX » 04 Sep 2019, 23:21

Bonne continuation à vous les gars, que votre vie soit maintenant aussi douce que votre ame.
Portez vous bien et si le besoin s en fait sentir n hésitez pas.

franckdt
Messages : 69
Enregistré le : 05 Mai 2019, 21:03

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar franckdt » 10 Déc 2019, 23:49

L’espoir d’une vie, non pas meilleure, mais tout simplement normale, sans ce vampire en tête, sans ce démon, sans ces pensées incessantes. C’était mon rêve quotidien et permanent. Je l’atteins quelque fois. Mais cela reste éphémère. L’idée de faire marche arrière, avant de rentrer dans sa vie, mais je sais que le coup de poignard dans le dos n’est pas loin, je l’attends parce que je sais qu’il peut surgir à tout moment, sans prévenir. Une rencontre, un objet, un souvenir et je replonge dans son image, dans cette funeste histoire remplie de douleur et d’amertume. Elle apparaît dans un premier temps comme un souvenir joyeux mais de nombreuses questions subsistent : me suis-je trompé sur elle ? Était-ce moi le problème ? Qu’aurais-je pu améliorer ? Où était l’erreur ? Puis très vite, ses actes, ses mots prennent le dessus. Toute la violence psychologique subie pendant de long mois. Violence inouïe : mensonges, manipulation directe ou indirecte, trahison. Tout n’était qu’illusion.

Je ne pensais pas connaître à nouveau les étapes du deuil. Enfin, pas si tôt. Je pensais que l’a vie m’en avait déjà offert assez. Mais ce deuil ne s’apparente à aucun autre. Il est beaucoup plus intense, plus douloureux. Le deuil des illusions d’une rencontre, mais bien au-delà de ça, le deuil des illusions d’une vie. Quand la maladie ou les accidents l’amène, c’est le destin qui nous frappe. Il n’était pas évitable. Quand une rencontre nous amène dans ce processus, on sait qu’on aurait pu y échapper. Et alors, ces questions reviennent : pourquoi, comment ai-je pu être berné de cette manière, pourquoi étais-je l’élu ? Pourquoi moi ? Pourquoi elle ? Elle était si avenante, si romantique. Elle aimait toute mes passions et j’aimais les siennes. Elle avait été maltraitée dans le passé. Elle avait souffert, durement. Enfin, ce qu’elle disait : brimades, violence et viol. Je ne peux plus la croire, en tout cas pas la croire avec les explications qu’elle m’a apportées. Ce n’est pas possible. Mais si c’est le cas, j’ai pu comprendre à travers cette histoire pourquoi certaines personnes peuvent en arriver à la violence, à l’acte final, à cause d’un amour fait que d’illusion et de manipulation. J’ai tout pris sur moi, peut-être un peu trop. Mais la violence, ce n’est pas pour moi.

J’aurais dû fuir, j’aurais pu fuir très rapidement. Mais j’étais sous son emprise, elle avait trouvé la faille et elle s’y est engouffrée de manière brillante, très intelligente pour accompagner son désir de perversion. En parallèle de la phase de séduction, le mimétisme a été très révélateur. Elle m’avait absorbé tel un dictateur qui absorbe son peuple. Mon corps me disait stop. Arrête, tu vas y passer : addictions diverses, alcool, anxiolytiques, antidépresseurs, nuits blanches. Et bien sûr, l’envie d’en finir. Des idées noires tiraillaient mon esprit. Le scénario était prêt, ma lettre d’adieu aussi. Le testament également. Il est dorénavant déposé en lieu sûr. On ne sait jamais. 20 kg de moins en quelques mois, des absences nombreuses au travail, un arrêt de mes plus grandes passions. J’ai accumulé les preuves sur elle, j’ai recoupé les informations. Je voulais être certain de ne pas me tromper. Je voulais comprendre si le problème c’était bien elle ou moi. Il y avait en fait un peu des deux : de mon côté, un problème de dépendance affective. Un besoin d’amour certain avec des échecs amoureux marquants, dont un particulièrement. Une mère décédée depuis de nombreuses années avec qui j’entretenais une relation profonde. Le rêve de connaître à nouveau un amour profond et inconditionnel.

Mais le fond du problème n’était pas là : j’ai côtoyé des nombreuses personnes malsaines, en tout cas pour moi. Je les ai fuies rapidement. Avec cette histoire, le problème était tout autre : elle cachait son jeu, elle mentait. Le snipper était bien caché. Son plan d’attaque était prêt. Il était précis et réfléchi. Pas une seule erreur, pas une seule approximation. Elle avait tout calculé : la force du vent, coriolis, la distance de la cible et comment jouer avec elle. Elle y a mis toute son énergie, qu’elle avait puisée auprès de ses précédentes proies : promesses non tenues, harcèlement psychologique. Et ce n’était pas la première fois qu’elle utilisait ses méthodes diaboliques. J’en ai eu la preuve quelques temps après. Et je me suis rendu compte récemment qu’elle pouvait agir de la même manière, à plus grande échelle, non pas sur une seule personne, mais sur un groupe tout entier.

Oui, j’avais besoin d’amour, de reconnaissance, de tendresse. J’avais besoin d’avoir quelqu’un à côté de moi pour m’épauler. Mais j’avais également beaucoup d’amour à donner. Elle le savait, elle a presque failli tout prendre. Elle savait que je recherchais une histoire fusionnelle. Cet amour, elle l’a pris, en a fait des miettes et me la renvoyé en pleine face. Elle n’avait rien vu de mon état, ou elle ne voulait pas voir. En fait, non, elle ne savait pas voir. Aucune empathie, aucune reconnaissance, aucun sentiment pour moi, pour ses proches, pour nos proches. Son intérêt, seulement le sien et rien d’autre.

Peut-être que mon état psychologique avait altéré mes capacités d’analyse et de jugement. Je ne sais pas. Mais dorénavant, j’en suis certain. J’ai retrouvé la lumière. Tout du moins celle nécessaire pour analyser cette histoire. Certes, j’ai mis beaucoup de temps à comprendre, à analyser, à rester dans le déni. J’ai cru un moment que je n’avais rien compris à la vie, aux relations humaines. Celles qui pour moi se doivent d’être profondes, entières, respectueuses, en harmonie avec nos valeurs propres. Dans la peine, comme dans la joie. Maintenant, j’en suis convaincu, j’avais raison mais j’étais en partie responsable de cette situation.

Dans un premier temps, je me suis méfié de tout le monde : amis, collègues, famille. Et ce n’est malheureusement pas fini. Certains étaient déjà blacklistés de ma sphère. J’aurais dû opérer le même processus avec elle. Et puis, je me suis reconnecté doucement mais sûrement à la réalité. J’ai rencontré des personnes merveilleuses. Je leur ai tout dit, une à une ou en groupe. Elles ont compris. Certaines avaient même déjà vécu une telle histoire. Et elles m’ont prévenu que jamais je ne pourrai oublier, que le chemin de la réconciliation avec mon âme allait être long, mais que je pouvais compter sur elles. J’ai même à nouveau rencontré l’amour. Il n’était pas fusionnel, mais il était beau et sincère. Une chic fille avec qui nous avions fixé une seule règle dès le départ : aucun mensonge. Cet amour n’a pas marché. Je n’étais pas prêt, elle non plus. Ça ne collait pas. Nous n’avons pas trouvé l’équilibre. Mais j’en retiens l’histoire d’une rencontre faîte de vérité.

Mon vampire m’a donné des rêves. Il ne s’agissait que d’illusions, de promesses non tenues, de mimétisme dans un premier temps dissimulé, puis révélé pas à pas. Il n’y avait rien derrière. En face, par contre, il y avait une proie, docile, empathique, disponible et serviable à souhait. Cette proie qu’il ne fallait pas abimer de cette manière, fragilisée ces derniers temps par un manque de confiance, tant d’un point de vue professionnel que personnel, cette proie qui voulait faire partager ses rêves et les vivre. Cette proie qui a fini alcoolique à côtoyer ce démon, cette proie qui est allée travailler complétement saoul, qui a pleuré devant ses collègues. La proie ne mangeait plus. En revanche, elle buvait à très haute dose.

J’ai mis beaucoup de temps à comprendre le problème. Des réflexions, des partages. Une analyse des relations humaines, la découverte de personnages manipulateurs, d’autres narcissiques, d’autres pervers. Avec elle, j’avais le cocktail complet ! Puis une analyse de mon passé, de mon avenir. La rencontre d’une psychothérapeute qui connaissait bien ce problème et qui me conseillait de fuir et vite, de stopper tout contact, tout message. Mais voilà, je ne pouvais pas fuir à mon rythme, aussi vite que mon état le demandait. Et le déni était toujours présent au plus fort de moi.

Tant de dissonances, tant de fausses notes. Mon esprit n’était pas configuré pour cela. Des mensonges, du mépris, de la vampirisation. Des dissonances cognitives, nombreuses, trop nombreuses pour moi ou pour tout autre personne qui aurait pu la côtoyer dans ces circonstances. Une des étapes de la manipulation, une des étapes pour faire de moi sa proie, une des étapes pour m’amener dans un état second. Elle connaissait très bien ces étapes. Elle a procédé pas à pas, très subtilement, mais dans l’ombre. Toujours dans l’ombre. Et quand vint le dimanche soir, quand elle se retrouvait seule, elle m’appelait, nous mangions ensemble, nous regardions son film préféré, nous nous enivrions. Et puis plus rien. Je servais de défouloir, de réceptacle à narcisse. Je sortais de chez elle vidé, complètement vidé. Plus d’énergie, plus d’envie, plus de rêves. Elle aspirait tout : mon énergie, mes rêves, mon amour pour la vie et même mon amour pour mes proches par ses propos déconcertants. Tout. J’en sortais vidé. Une fois, j’ai dû vomir, non pas d’avoir trop bu, non pas d’être malade. Je suis rentré chez moi et j’ai tout vomi. Réflexion faite, c’était sa présence qui m’avait provoqué un profond dégout. Et une autre fois, j’ai pleuré. Je me suis dit, non, ce n’est pas possible, pas elle. Ce n’est pas possible qu’elle me fasse cela, qu’elle soit comme cela. Et si, c’était bien elle qui me détruisait.

Mais, elle m’avait manipulé, sans aucun scrupule. Jusqu’à 50 messages par jour. Jour et nuit et des relances pour aller en voyage. Et les mêmes messages le lendemain, pour annuler ces idées de voyages, ou l’absence de message pour me dire qu’elle ne voulait plus me voir. Simplement pour entretenir sa proie. Simplement pour savoir si elle réagissait encore. Ce qui me rendait malade, et j’en suis dorénavant certain, c’était simplement son ignorance, sa perversion, son indifférence. Il fallait combler sa dépendance affective, occuper ses soirées, remplir son agenda. Il fallait l’écouter et ne pas perdre son temps à parler. De toute façon, cela ne l’intéressait pas. Et puis, quand elle était fatiguée, elle me mettait à la porte, comme un malpropre. Ou elle me raccompagnait, avec les poubelles. Une fois, ça passe. Plusieurs fois non. Et subitement, elle passait du love bombing à l’ignorance. Il fallait combler son manque affectif, seulement cela. Elle construisait son bonheur sur le dos des autres, en les anéantissant, sans scrupule. Elle se servait de moi comme médicament, comme réceptacle à narcissisme. Elle dosait savamment la prescription afin que le médicament fonctionne le plus longtemps possible, en attendant de trouver une nouvelle proie. Et oui, je n’étais qu’une proie.

J’ai servi de table d’échecs, de paillasson. J’ai été l’acteur principal de dîners de cons ou d’un voyage de con. J’ai voulu m’éloigner, mais elle me relançait constamment, en permanence pour entretenir la proie, son vice, pour tester son emprise et y remettre juste après de la perversion.
Je pensais avoir connu le pire. Mais non, le pire était à ses côtés. Elle m’a anéanti. Je n’ai pas seulement perdu un an de ma vie avec elle. J’ai perdu mes illusions, mes rêves, ma joie de vivre, ma fierté, mon humour. Elle m’a fait passer un cap : celui d’une vie que je croyais merveilleuse et remplie d’amour. Je n’ai connu à ses côtés que la manipulation et la perversion. Oui elle a coupé le dernier fil qui me rattachait à la vie. Elle a pris ma vie.

Ces souvenirs qui sont comme un couteau en plein cœur m’handicapent profondément : impossible de repenser à l’Italie, impossible de revenir dans une église, impossible de planifier un voyage sans penser à cela, de boire un spritz, impossible de brancher une télé, impossible de repenser à noël, impossible de côtoyer des menteurs, des usurpateurs, des manipulateurs. La peur de recevoir un SMS, la peur de le lire, la peur de recevoir un mail indésirable, la peur de retourner au travail et de les lire, la peur d’une rencontre inopportune, encore pire, avec une de ses proies, la peur d’un diner en ville, la peur et le dégoût d’un prénom. Et dorénavant la peur d’ouvrir mon courrier. Impossible de côtoyer le mal.

La période de no-contact a alors débuté. J’avais fermé la porte, elle est passée par la fenêtre. Elle m’a envoyé une carte postale de ses vacances alors même que nous devions y aller ensemble. Je devais alors simplement remplir son agenda. Mais la situation a fait que j’ai dû la croiser, contre mon grès, 2 fois en 6 mois. Et à chaque fois, plusieurs jours pour m’en remettre. J’ai pratiqué l’indifférence la plus totale, mais elle n’a toujours pas compris. Elle s’acharne à son os, comme si le coup de grâce était absolument nécessaire. Je ne sais plus quoi faire : continuer cette indifférence ou lui offrir ma haine qu’elle ne mérite pas. Quoiqu’il en soit, j’ai fait des sacrés progrès : je ne rêve plus d’elle au lit et d’elle dans mon lit. Son image me dégoute, ses propos également. Jamais je n’ai connu de tels sentiments pour quelqu’un. C’est horrible et je me sens horrible quand je réfléchis à ce ressenti. Serait-ce alors moi le monstre, capable d’offrir de l’indifférence à quelqu’un, moi qui avait tant d’amour à donner, peut-être trop, surement trop et elle le savait. Elle en a pris une grande partie.

Noël approche, et je sais qu’elle m’en prépare une. Je l’ai vu dans ses yeux. Elle attend ce moment, patiemment, avec méthode. Ce sera peut-être le coup de grâce. Ou peut-être est-ce moi qui lui ait donné lors de notre dernière rencontre. Je ne sais pas. Et j’en ai honte.

J’ai écouté récemment « Requiem pour un fou » de Johnny. Je le cite : « je n’étais qu’un fou et par amour, elle a fait de moi un fou d’amour. Je l’aimais tant que pour la garder je l’ai tuée. Pour que l’amour vive toujours, il faut qu’il meurt ». Fou, je l’étais certainement. J’avais plusieurs solutions pour cette soirée. La première solution était de ne pas y aller. J’ai refusé. Ce sont les plus gênés qui s’en vont, comme on dit. Alors, voilà, j’ai choisi une autre solution. Je l’ai tuée, non pas physiquement, mais tout simplement par mon indifférence à tous ses propos, à toutes ses invitations, à tous nos souvenirs communs. J’aurais pu y mettre de la haine, mais elle ne le méritait pas. Et je n’avais jamais vu des yeux aussi tristes, ce n’était plus ceux du diable, mais ceux d’une personne malade (un peu comme moi….), peut-être remplis de regrets, de chagrins, de remords. Et cela pendant 3 heures. Je suis rentré lessivé, vidé et en larmes. J’avais tué définitivement cet amour, j’avais fait du mal autour de moi. Et ça ce n’est pas moi. Jamais je n’ai eu de sentiments aussi puissants. Non pas de la haine, non pas de la rancœur,… Mais bien plus fort encore. Tout simplement de l’indifférence pour quelqu’un. J’ai tué cet amour.

Je croyais pourtant en cet amour. Mon dieu qu’il aurait pu être beau, excessif, inconditionnel. Elle y avait mis tant d’énergie à la faire naître, à m’asservir à travers ses mensonges, à me manipuler pour qu’il retombe un jour de plus haut. Elle était rentrée dans l’excès et elle savait très bien où pomper mon sang. J’ai toujours été dans l’excès : dans l’amour de mes proches, dans mes activités sportives, dans mon travail, dans mes soirées, dans mes passions, dans mes rêves. Ceux passés et ceux qui restent à accomplir. Elle voulait partager avec elle les prochains. Elle me l’avait promis. Tout était qu’illusion, une foutaise.

Suis-je fautif ? Peut-être. Heureusement, comme un présage, j’ai noté un par un tous les mots qu’elle a pu tenir, toutes les scènes que j’ai crues un temps pardonner. J’ai noté toutes les vérités apprises sur elle. J’ai noté tous les propos qu’elle a pu tenir sur nos relations communes. Et quand j’ai un doute, je relis ces écrits. Non, je ne suis pas le principal fautif, c’est une évidence.

Il n’y a là aucun sentiment de revanche. Rien de cela. Simplement l’envie de mettre au grand jour la vérité.

Ces pervers narcissiques n’ont aucune conscience du mal qu’ils répandent autour d’eux. Ils n’ont aucun regret, aucun scrupule. En revanche, ils sont particulièrement intelligents pour défendre leur propre intérêt et uniquement leur intérêt, y compris celui de la jouissance qu’ils ressentent quand leur proie est touchée, mais plus encore, quand elle est anéantie.

Ces gens sont malades et malheureusement, nous, les empathes, nous ne pouvons pas les aider. Et nous ne devons pas les aider. C’est une question de survie.

Je ne voulais plus revenir sur ce forum, pour oublier. Et pourtant ce forum m’a beaucoup aidé à comprendre ma situation et le comportement de ces personnages que je n’avais jamais côtoyé auparavant. Je pense qu’il ne sera jamais possible d’oublier cette histoire. La cicatrice sera présente à jamais. Mais je reviens à nouveau y écrire, pour apporter le témoignage d’une victime qui, je pense, a compris le mécanisme diabolique qui s’est abattu sur elle. Le pronostic vital n’est à priori plus engagé. Mais la consolidation sera longue.

Je veux y croire : j’ai vécu tant de bonheur ces derniers mois. J’ai retrouvé en grande partie le sommeil, et je ne supporte plus l’alcool…. Comme quoi tout arrive.

Mais il me sera impossible de pardonner.

Courage et amour à vous tous.
___________________________________________________________________________________________________________
"Le PN incarne le mal et la tentation. Créature funeste, il est à l'origine l'« accusateur » ou l'« adversaire » avant de devenir un démon."
No-contact for ever.

celineceline
Messages : 713
Enregistré le : 22 Mar 2019, 21:09

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar celineceline » 11 Déc 2019, 09:57

Merci franckdt c’est courageux de faire le point le bilan d’après me touche ce que tu écris, si je n’avais pas été dehors tôt ce matin je pense que j’aurais pleuré (je ne pleure plus) des similitudes qui font mal...à un détail près, il a simulé la maladie pour me garder au chaud plus longtemps. Le pn était fort. Sont-ils conscients depuis le début préparent-ils notre descente aux enfers ? J’ai toujours pensé qu’à un certain niveau certains sont conscients et planificateurs. La tienne le mien. J’ai porté plainte y a pas longtemps hier je me questionnais, s’il n’était pas responsable de ses actes ? Certains sont bord à bord avec la folie se servent de nous pour ne pas tomber dedans. On dit que structurellement ils n’ont pas la conscience pour évaluer le mal qu’ils font, en même temps leur scénario ressemble à un acte prémédité ? Du no limit. Cette question reste en suspend j’ai compris le reste tu décris exactement comment ça s’est passé..Les faits correspondent aux intentions, on dit qu’ils n’en ont pas par manque de conscience justement, alors ? Même chez les spécialistes je trouve pas la réponse.
Je te relirai une mine ton récit. Courage.
Tout cela était réel, notez-le.

satchsatch33
Messages : 183
Enregistré le : 23 Avr 2019, 17:15

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar satchsatch33 » 11 Déc 2019, 16:48

franckdt a écrit :.......J’ai toujours été dans l’excès......


Telle est l'erreur à ne plus jamais commettre, afin d'éviter d'attirer des PN dans sa vie.

Tout donner = risque ne se faire tout prendre ! (ça peut arriver avec les personnes normales, c'est encore plus vrai avec les PN).

C'est une belle chose d'être généreux sentimentalement, à condition que la personne en face en vaille la peine...(et ça c'est pas toujours le cas...).

satchsatch33
Messages : 183
Enregistré le : 23 Avr 2019, 17:15

Ma PN. Une sacrée épreuve.

Messagepar satchsatch33 » 11 Déc 2019, 16:52

celineceline a écrit : On dit que structurellement ils n’ont pas la conscience pour évaluer le mal qu’ils font, en même temps leur scénario ressemble à un acte prémédité ? Du no limit. Cette question reste en suspend j’ai compris le reste tu décris exactement comment ça s’est passé..Les faits correspondent aux intentions, on dit qu’ils n’en ont pas par manque de conscience justement, alors ? Même chez les spécialistes je trouve pas la réponse.


C'est tout le coeur du problème, et qui rends leur fonctionnement parfaitement incompréhensible. Comment fomenter le mal tout en ayant pas conscience des conséquences ? Cela dépasse mon niveau de compréhension.


Retourner vers « La manipulatrice perverse narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 9 invités