Ma contribution

Venez parler de tout le reste...
Avatar de l’utilisateur
temoin
Messages : 348
Inscription : sam. 30 sept. 2017 10:38

Ma contribution

Message par temoin »

Bonjours MGWarrior
Je pense que la difference essentielle est que ma pn tenais à moi seul tandis que ta pn .......reflechis bien MGWarrior.Soit lucide !
j'espere pour toi le meilleur de la vie .
Le manipulateur perd son pouvoir le jour où on ne lui en donne plus !
Je ne savais faire que aimer, je ne sais faire qu'aimer, je ne saurais faire qu'aimer parce que c'est tout ce que je sais faire! Hors de ma vie la haine et consort et le mal sous tous ses aspects.
Avatar de l’utilisateur
temoin
Messages : 348
Inscription : sam. 30 sept. 2017 10:38

Ma contribution

Message par temoin »

Bonjour Louane 123 , comme les histoires se ressemblent . ton post est reconfortant merci pour ta reponse .
Le manipulateur perd son pouvoir le jour où on ne lui en donne plus !
Je ne savais faire que aimer, je ne sais faire qu'aimer, je ne saurais faire qu'aimer parce que c'est tout ce que je sais faire! Hors de ma vie la haine et consort et le mal sous tous ses aspects.
Avatar de l’utilisateur
temoin
Messages : 348
Inscription : sam. 30 sept. 2017 10:38

Ma contribution

Message par temoin »

à MGWarrior j'ai oublier de terminer par : " Amicalement "
Voila c'est fait , j'y tenais absolument
Le manipulateur perd son pouvoir le jour où on ne lui en donne plus !
Je ne savais faire que aimer, je ne sais faire qu'aimer, je ne saurais faire qu'aimer parce que c'est tout ce que je sais faire! Hors de ma vie la haine et consort et le mal sous tous ses aspects.
Avatar de l’utilisateur
MGwarrior
Messages : 482
Inscription : mar. 29 août 2017 12:45

Ma contribution

Message par MGwarrior »

temoin a écrit :Bonjours MGWarrior
Je pense que la difference essentielle est que ma pn tenais à moi seul tandis que ta pn .......reflechis bien MGWarrior.Soit lucide !
j'espere pour toi le meilleur de la vie .
Je sais ma naïveté est mon pire défaut :(
« "La haine tue toujours, l'amour ne meurt jamais" » Gandi
« "En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur" » Gandi
Je n’ai pas cessé de t’aimer, j’ai seulement cessé d’insister...
Avatar de l’utilisateur
temoin
Messages : 348
Inscription : sam. 30 sept. 2017 10:38

Ma contribution

Message par temoin »

Bonjours à toutes et à tous , j'aimerais encore une fois apporter une petite contribution sur ce forum et cette fois ci cela concerne un des moyen de faire face a un ou une pn et de temoigner que le ou le pn a réèllement peur . Ce que je vais écrire est une synthèse de mes trois decenies de vie en contact avec des personnes de toutes natures . En effet , j'ai bossé dans un milieux estudiantin depuis l'age de 21 ans et j'ai été donc , en relation "humaine" chaque jours avec des dizaines d'individus de toutes sortes . Ceci m'a apporte une bonne connaissance de la nature humaine . Ainsi , avec le recul et en reflechissant, j'ai compris pourquoi et comment j'ai pu rester avec ma pn : c'etait parceque je lui ai dit instinctivement ce qu'elle est depuis le début de notre relation sans savoir que c'etait une pn car ce concept n'etait pas tres connu et n'etait pas popularisé comme maintenant . Mon éxpérience avec le monde universitaire m'a appris à connaitre les différentes natures humaines et à faire face à différentes situations critiques qu'il m'a suffit de mettre en oeuvre avec ma pn .Il s'agit de lui dire la vérité sur ce qu'elle est ,ce qu'elle fait et ce qu'elle dit ! ne rien garder en soi-meme .C'est ce que j'ai fait instinctivement .Ainsi le ou la pn est désarçonné , a trés peu d'emprise sur sa victime et rumine ses échecs de tentatives de manipulations .Je ne prétend pas que c'est le paradis mais les dégats sont limités .Quand à la peur , OUI le pn a réèllement peur .....dehors , pas a la maison ! il a peur de tout ce qui représente une autorité ,il a peur d'un conflit , d'une altercation verbale etc...il a peur du noir , des fantomes ou autre chose ... ! Essayez de lui faire peur et vous verrez les résultats .

Amusez vous bien et rigolez de ces étres en vérité trés fragiles intérieurement .

Salutations à tous .
Le manipulateur perd son pouvoir le jour où on ne lui en donne plus !
Je ne savais faire que aimer, je ne sais faire qu'aimer, je ne saurais faire qu'aimer parce que c'est tout ce que je sais faire! Hors de ma vie la haine et consort et le mal sous tous ses aspects.
Avatar de l’utilisateur
temoin
Messages : 348
Inscription : sam. 30 sept. 2017 10:38

Ma contribution

Message par temoin »

" Amusez vous bien et rigolez de ces étres en vérité trés fragiles intérieurement . "

1-

16/10/2017 COMMENT SE LIBÉRER D'UN MANIPULATEUR... - Pervers Narcissique, Si toi aussi tu t'es retrouvé KO sans comprendre | F...

21 juin 2014 ·
COMMENT SE LIBÉRER D'UN MANIPULATEUR PERVERS ?
«La manipulation en amour se manifeste souvent ainsi : le manipulé a envie
de s'éclipser de la relation, de tout arrêter, mais il ne peut pas, il n'y parvient
pas. Non pas parce qu'il est maso, mais parce qu'il a des illusions et parce
que l'autre le retient justement en cultivant ces illusions.»
«Étrangement, depuis le début, la victime de manipulateur pervers sait que
quelque chose ne va pas. C’est comme une impression, un pressentiment,
une intuition. C’est physique. Inexplicable. Cela se manifeste par des rêves,
des actes manqués, des manifestations psychosomatiques (symptômes de
détresse). C’est comme si tout son corps émettait un signal d’alarme qui lui
était destiné. Un "ATTENTION DANGER" en lettres rouges. Malgré ces
signaux, elle reste là.»
«Une grande partie du problème vient du manipulateur et non du manipulé
qui au départ l'a cru, s'est accusé de tout et de rien, d’être trop sensible, de
manquer de confiance en lui, de ne pas être assez performant... Il lui faut du
temps (parfois beaucoup) pour qu'il comprenne que le problème lui est
extérieur... qu'il vient du manipulateur.»
«Pourquoi est-il si difficile de quitter un manipulateur pervers ? Parce qu’il
ne vous laisse pas partir. S'il y a bien une chose que le manipulateur
pervers ne supporte pas, c’est que sa proie lui échappe, se dérobe. Dans ce
cas, il fait tout pour la récupérer.»
«Pourquoi le manipulateur revient-il systématiquement vers le manipulé ?
Parce que ce dernier croit en lui, parce qu'il lui fait confiance !
Fatale erreur !»
«On n’imagine pas à quel point leur emprise est forte. Avec un
manipulateur, on ne part pas qu’une seule fois. C’est une suite de départs,
de silences, de «réconciliations», un cycle infernal...»
Comment SE libérer ?
«Abandonner son idéal de tolérance, admettre que son adversaire présente
un trouble du comportement dangereux.»
«Ne plus chercher d'explications à tout prix, c'est être amené à se justifier
sans en avoir besoin, c'est acculer l'autre à des agressions de plus en plus
destructrices.»
«Ne rien attendre de son adversaire ! Un individu pervers est constamment
pervers, il est fixé dans ce mode de relation à l'autre et ne se remet JAMAIS
en question. Aucun compromis n'est possible.»
«Le pervers trouve toujours d’excellentes justifications pour expliquer ses
actes.... Il manie, avec maestria, l’art du «double lien» face auquel il est
impossible de se décider. "Viens ici – Fous le camp".»
«Le temps est son allié...Il vous laissera mariner dans votre jus...Jusqu’à ce
que vous retourniez vers lui, en le suppliant de vous laisser tranquille. Et là,
il portera le coup de grâce. Il espère que ce soit vous qui ne puissiez
résister à le contacter. Mais un pervers ne supporte pas la rupture et
l’abandon. Si vous lui laissez une brèche, il ne pourra pas résister à vous
revoir. Le temps est de son côté. Il prendra parfois des mois à faire cette
démarche. Mais il reviendra...»
Pour le manipulé il est très difficile d'admettre que tout ce en qui et en quoi il
a cru n'était que mensonges, tromperies, illusions, leurre... manipulation !
«Ce n’est que lorsqu’il sortira de cette phase d’emprise que sa colère pourra
se manifester et jouer son rôle libérateur.»
Souvent grâce à un geste, une parole en trop, un acte manqué du
manipulateur abject qui a atteint son paroxysme, le manipulé va retrouver sa
lucidité. Le point de non retour est atteint. Il lui sert de déclic et déclenche la
réaction, lui permet de se remettre en question, d'accepter de voir l'autre tel
qu'il est, par admettre qu'il s'est laissé piéger et par réagir.
«Dans tous les cas, c’est la victime qui prend l’initiative de la rupture.
Jamais l’inverse. Tout simplement parce que (en bon vampire affectif) le
manipulateur pervers a besoin de sa dose d’énergie vitale. Alors il revient
encore et encore...»
«... le manipulateur pervers est incapable d'abandonner sa victime.»
Seulement là, c'est elle qui va l'abandonner !

«Rappelez vous qu'un pervers fonctionne dans le "pas vu pas pris", il faut
donc le pousser à être pris en flagrant délit... ou lui faire comprendre que
vous pouvez le démasquer.
C'est le meilleur moyen de le tenir à distance lorsqu'on ne peut pas s'en
débarrasser définitivement.»
Employer le même stratagème que lui : l'atteindre par son(ses) point(s)
faible(s) et il en a !

C'est possible et ça marche.
Comment déceler ses points faibles ?
Toutes ces questions auxquelles il ne répond pas, toutes ces personnes
dont il ne veut pas parler, tous ces sujets qu'il ne veut pas aborder, tous ces
mystères, tous ces secrets, tous ces mensonges, tous ces prétextes, toutes
ces bassesses, toutes ses accusations, tous ces propos moralisateurs, tous
ces revirements, toutes ces fausses excuses, tous ces non-dits, tous ces
subterfuges, tous ces faux-fuyants, toutes ces phrases à double sens ou
dénuées de sens, toutes ces contradictions, toute cette agressivité... sont
autant d'éléments révélateurs d'un trouble de la personnalité.
Une personne équilibrée, sereine, transparente, honnête, sincère, vraie, qui
n'a rien à cacher ou à préserver n'a pas le comportement du manipulateur
pervers.
N'avez-vous pas remarqué que lorsque vous tentez de le mettre face à lui-
même, il détourne la conversation, devient agressif, acerbe, ignoble et
qu'habilement, il inverse la situation en vous accablant de ses propres
défaillances, faiblesses, manques, défauts, carences, déficiences. Tout ce
dont il vous afflige c'est ce qu'il n'aime pas en lui et qu'il désavoue. Ce sont
ses points faibles.
Une fois trouvé la "faille", il faut parfois se faire violence pour agir car cela
peut nous amener à faire quelque chose que nous n'aurions jamais fait
d'ordinaire.
Mais ne pas renoncer. Foncer. Ne penser qu'à soi pour se préserver.
Le plus surprenant lorsqu'on y parvient, c'est de constater que le
manipulateur est tellement ancré dans son mode de fonctionnement que
lorsqu'on utilise le même, il n'en comprend même pas la subtilité, loin
d'imaginer que nous en sommes capables !
Une fois fait, le manipulateur, convaincu que sa victime était totalement sous
son emprise et donc incapable de réagir, va être désarçonné et ça, il n'aime
pas ! Et il va le manifester par quelque moyen pour chercher à l'atteindre
une fois de plus...
Ne pas faiblir. Ne pas craquer. Rester totalement impassible, indifférent,
imperturbable et hermétique à ses paroles ou à ses actes quels qu'ils
soient.
Ce n'est qu'à ce prix que vous vous débarrasserez de cet être nuisible,
néfaste, dangereux, pernicieux.
A terme, le manipulé s'en sortira.
Le manipulateur lui, restera manipulateur (le plus grave, c'est qu'il fera
d'autres victimes).
Il est loin d’être conscient de tout et particulièrement de sa propre misère.
C’est un être VIDE qui a besoin de l'autre, de son énergie pour exister.
«C'est un malade. Mais il ne se considère pas comme tel et ne se remet
jamais en question. Un trouble de l'égo énorme, un grand gouffre en lui qu'il
cherche à combler en puisant chez l'autre.»
«Le fait d'être aimé lui semble "dangereux", impossible, trop lourd à porter,
alors il brise celui qui a osé "chambouler" son équilibre, ses certitudes, il
pousse les limites toujours plus loin , celles que l'on ne franchit pas si l'on
est "équilibré"...»
Tenter de lui donner votre amour c'est comme vouloir remplir un récipient
sans fond...
Il ne sait qu'en faire, ne sait le "gérer". Il panique. Il est impuissant.
Il ne saura ni l'accueillir ni le recevoir. Il ne peut pas aimer. Il a peur. Peur de
ses propres sentiments, de ses émotions. Peur que l'amour ne l'envahisse.
Peur que son cœur ne prenne le pas sur sa raison. Peur de bousculer sa
vie. Peur de perdre le contrôle, la maîtrise. Peur de perdre son
indépendance. Peur d'aimer, d'être aimer. Peur d'être quitté...
Peur, peur, peur...!
Frigo du sentiment ! Handicapé de l'amour !
Il n'a rien compris. Alors qu'il le craint, l'amour, inépuisable, est une source
d'énergie incommensurable, un chemin vers la quiétude, la sérénité,
l'harmonie... qui rend la vie légère et douce.

Il y a bien mieux à faire qu'à lui consacrer son temps, son amour, son
énergie. Il n'en vaut vraiment pas la peine.
Laissons le dans sa misère, être pitoyable, avec sa pauvreté affective et
amoureuse.
Qu'il reste avec sa pathologie que rien ni personne ne pourra "guérir" sauf
lui-même... s'il le désire et s'il en a la volonté !
Très peu en ont conscience ; parmi eux, très peu ont le courage de le
reconnaître et encore moins acceptent de se soigner.

Seulement «3% des manipulateurs avouent l'être et seul 1% veulent en
guérir...»
Sans aller jusqu'à s'apitoyer, finalement, le plus à plaindre, ne serait-ce pas
le manipulateur pervers, ce vampire affectif qui a besoin du manipulé pour
s'abreuver d'un nectar d'affection et d'amour qu'il n'aura jamais le plaisir de
goûter et dont il ne saura jamais se délecter ?
Ces êtres qui se croient supérieurs, au dessus de tout et de tous, ne sont en
fait que des êtres miséreux, pitoyables, incapables de donner et recevoir ce
dont la vie leur fait cadeau.
Ils n'inspirent que compassion et pitié.
201 J’aime 68 commentaires 148 partages


2-

LA MÉTAMORPHOSE DU PERVERS NARCISSIQUE...
Steeven Boorks
24 oct. 2014




Image



Pour comprendre l'autre il est impératif de l'aimer...

Il faut noter que dans cette approche, aimer = comprendre et n'est nullement rattaché à la sympathie et aux émotions affectives de l'amour d'un enfant, d'un conjoints, de la famille ou d'un ami... Ce dont il est fait état ici se rapproche plus de l'empathie, sans l'influence de la mémoire affective...
Vous me direz que c'est impossible si l'autre en question est son pervers narcissique détesté et ou son ennemi juré...
Je pense qu'il y a une solution tout de même qui dépend d'une loi très simple...
Si tu t'aimes pas toi-même tu ne peux aimer les autres quels qu'ils soient, même ceux qui t'aiment...
Apprendre à se faire confiance et s'aimer soi-même est un pas vers les autres et vers le respect mutuel...

Dans le tableau de Salvador Dali ( la métamorphose de narcisse) nous voyons 2 reflets...( la peinture est riche d'autres symboles mais nous allons nous intéresser aux reflets dans cet article)...
Celui qui est à l'arrière-plan dans le tableau ( l'homme orangé qui se reflète dans l'eau) est au premier plan dans la vie... Il s'agit de l'amour-propre ( l'amour de la forme. De l'image, de la matière, de l'objet de la possession du désir)...
Et au premier plan du tableau nous observons le deuxième reflet ( la main qui tient l'œuf) qui lui est à l'arrière-plan dans la vie ( plus occulte), il s'agit de l'amour de soi, derrière le masque social...
L'amour-propre et l'amour de soi sont très différents dans leur nature... Pour qu'ils puissent vivre en harmonie il faut que les 2 arrivent à se comprendre... Mais hélas ils passent leur temps à s'ignorer et à s'opposer inconsciemment...

Les pervers narcissiques que nous sommes tous au sens banalisé du terme, sont des êtres torturés et divisés entre plusieurs parties d'eux-mêmes…

Source : internet .




Bonne soirée
Amicalement .
Dernière modification par Admin le mer. 18 oct. 2017 20:23, modifié 1 fois.
Raison : Balises image
Le manipulateur perd son pouvoir le jour où on ne lui en donne plus !
Je ne savais faire que aimer, je ne sais faire qu'aimer, je ne saurais faire qu'aimer parce que c'est tout ce que je sais faire! Hors de ma vie la haine et consort et le mal sous tous ses aspects.
Avatar de l’utilisateur
marieja
Messages : 957
Inscription : lun. 5 juin 2017 21:02

Ma contribution

Message par marieja »

Bonsoir Témoin, a toutes et tous,

Merci, c est exactement ca. Mon Pn désire désire sincèrement "etre" avec quelqu un, il voudrait reprendre notre relation, mais en même temps se refuse a aimer et a être aimé...... Ca lui est impossible, c est son combat intérieur.....
Je me suis vraiment éloignée de lui y a 10 mois, apres une relation cahotique de 5 ans, là il souhaite reprendre. Il a encore une emprise sur moi.
Même si je ne me sens plus veritablement amoureuse, c est comme une force qui m oblige a me "soumettre" a sa volonté, même si je n en n ai plus envie.
Je suis une thérapie qui m a bien faite évoluer vers un mieux être, mais je n arrive pas a dépasser cette derniere étape, je me sens impuissante.
C est mon combat intérieur. Encore merci pour cet article.
Avatar de l’utilisateur
temoin
Messages : 348
Inscription : sam. 30 sept. 2017 10:38

Ma contribution

Message par temoin »

Bonjour marieja , je sais que le combat interieur est tres penible et tres douloureux car il s'agit entre autre de faire le deuil de la relation amoureuse et emotionnelle avec le pn .Mais n'oublie pas que cela ne veux pas dire que tu n'auras plus d'amour en toi . Au contraire , tu vas te liberer du blocage que t'imposait ton pn , tes emotions vont ressurgir et l'amour que tu as en toi vas deborder et tu vas le distribuer vers " autres choses " que le pn qui n'a pas pu le recevoir . Pour ceux qui restent avec leur pn et entreprennent ce combat , ils retrouveront leurs emotions comme avant quand ils n'etaient pas bloque , et leur relation avec le pn sera tout simplement accademique , ...à chacun de voir !
Bon courage .
Amicalement.
Le manipulateur perd son pouvoir le jour où on ne lui en donne plus !
Je ne savais faire que aimer, je ne sais faire qu'aimer, je ne saurais faire qu'aimer parce que c'est tout ce que je sais faire! Hors de ma vie la haine et consort et le mal sous tous ses aspects.
Avatar de l’utilisateur
temoin
Messages : 348
Inscription : sam. 30 sept. 2017 10:38

Ma contribution

Message par temoin »

Bonjours à toutes et a tous,
Nous nous sommes tous demande comment nous avions pu nous laisser prendre dans les filets du pervers narcissique ? pour répondre à cette question qui revient trés souvent dans ce forum , je poste 2 articles trouvés sur le net ,sans commentaires de ma part afin que chaque personne y fasse sa propre analyse .


Article 1
21/10/2017
Qu’est ce que l’Empathie ? Comment Vivre en étant Empathique ? | Laura Marie

Quand une âme s’incarne dans le monde physique et se manifeste au travers d’un
corps physique pour vivre dans la dimension physique (3ème dimension), elle perd la
mémoire de sa vraie nature et se retrouve dans l’illusion de la “matrice” et de la
séparation (avec tout ce qui l’entoure). Elle se perçoit comme séparée des autres
humains, des animaux, des végétaux, de la rosée du matin, alors qu’en réalité, elle est
connectée à ce Tout, mais l’a simplement oublié, de nombreux voiles s’étant insérés
devant ses yeux, et étant déconnectée, la plupart du temps, de ses autres perceptions
(invisibles à l’oeil nu). Ainsi, la personne évoluant au travers de ce corps physique, pense
que ce qu’elle fait aux autres peut ne pas avoir un impact sur elle-même. Elle pense que
ce qu’elle fait aux animaux peut ne pas avoir d’impact sur elle-même ni sur le reste du

monde. Et il en va de même pour les végétaux. Elle passe devant les arbres de sa rue
chaque matin sans même les remarquer ni honorer leur présence, les considérant
comme “dûs” ou comme une simple “décoration”, dénuée de toute conscience. Elle peut
découper des troncs sans sentiments, raser des forêts, brûler, pulvériser des produits
chimiques sans ressentir la disharmonie que cela créé.
Pour la
personne
déconnec
tée, la vie
n’est
qu’individ
ualisme,
c’est s’en
sortir soi-
même
coûte que
coûte (“la
loi du plus
fort”), et
satisfaire
ses
propres
besoins. Il y a “nous”, et puis il y a “les autres”. Il y a “nous”, et “eux”. Aucun sentiment
de fusion avec le tout n’est jamais expérimenté ni ressenti. L’illusion de séparation de la
matrice a parfaitement e ectué son rôle sur ces personnes. Souvent, chez les
personnes “déconnectées” de leur réelle nature, l’ego “négatif” est prédominant et
l’identi cation sociale, raciale, religieuse, ou toute autre forme de conditionnement ou
de croyance, très prononcée. L’individu ainsi piégé dans ses croyances se voit comme
séparé de son voisin, du cochon qu’il mange en tranche, de la vache qu’il consomme en
hamburger, du veau dont il a privé de lait en buvant son chocolat le matin, du lapin qu’il
porte en capuche. Ces personnes peuvent regarder des reportages et être témoins de

ce que leurs actions causent sur d’autres humains ou sur des animaux, et continuer
quand même. Ils sont incapables de se mettre à la place d’un autre et à vrai dire, cela ne
leur viendrait même pas à l’esprit, tant leur niveau de séparation entre eux et “les
autres” est grand, ce qui leur donne l’illusion d’être parfaitement irresponsables de ce
qu’ils font, disent, ou même pensent. En clair, ils vivent sur une planète étant régie sur
la base de la “communauté” et de la “communion”, comme s’ils étaient seuls. Ce qui
donne naissance à tous les dérèglements observés sur cette planète (guerres,
maltraitances humaines et animales, destruction de l’environnement et épuisement des
ressources vitales, etc...).
L’empathie
L’empathique (ou empathe) ressent
non seulement les émotions mais
aussi la sou rance physique des
autres. Il ne fait qu’un avec toute
personne ou groupe de personnes
ou animaux sur lesquels il porte son
attention (même sans
nécessairement être à côté
physiquement). La fusion est
instantanée et au delà de la
compassion, il DEVIENT l’autre, et
RESSENT dans son corps, physiquement et/ou (selon les degrés d’empathie)
émotionnellement, les émotions et la sou rance de l’autre comme si c’était lui. Il est son
égal, voire l’autre prend alors même plus d’importance que sa propre personne qu’il va
souvent instantanément oublier tant la fusion est totale. Sa conscience a fusionné avec
la conscience de l’autre pour ne faire plus qu’un. L’empathique peut donc, dans certains
cas, même se “sacri er” pour quelqu’un d’autre, car dans ces moments de fusion, il est
totalement désidenti é de sa propre identité, et la survie ou l’arrêt des sou rances de
l’autre devient alors son ultime priorité. Ce n’est même pas un processus conscient ou
volontaire, c’est instantané chez l’empathique, sans qu’il n’ait à le décider ni à “faire
d’e ort”. C’est automatique, tout simplement parce que l’empathique n’a, lui, pas perdu
sa connection avec le Tout. Il est ce Tout.
Mais au même titre que l’hypersensibilité, l’empathie, dans la matrice (autrement dit,
dans la société de l’humain déconnecté de sa réelle nature), est considérée comme une
“faiblesse”, un “défaut”, ou un “problème”. Un humain “réussissant” dans la matrice est
un humain déconnecté de ses émotions. La “force” dans la matrice est associée à
l’absence de sentiments, le cerveau gauche étant le roi de la matrice et le cerveau droit
et tout ce qui touche à l’émotionnel, à fuir et à montrer du doigt, considérés comme
des failles ou des faiblesses. Ces qualités sont ainsi montrées du doigt et même traitées
comme des maladies, non seulement parmi les femmes (polarité féminine), alors
que c’est leur fonction primaire dans l’univers que d’apporter la sensibilité, l’empathie,
la créativité et la valeur des émotions, mais encore plus chez l’homme. Ainsi, un homme

qui
pleure
est
consid
éré
comm
e un
être fa
ible.
Un
homm
e
souha
itant
défendre les femmes, traité de “gay”, un homme ne souhaitant pas manger d’animaux,
considéré comme “n’étant pas un vrai homme”. Ceux qui contrôlent ce monde et qui
ont parfaitement connaissance du pouvoir des émotions et de la connexion entre les
humains ont ainsi tout fait pour “inverser” toutes les valeurs et ainsi rendre à la mode
tout ce qui n’est pas sain et tout ce qui est contre-nature, a n que l’humain, éduqué
et formaté à toujours privilégier le regard des autres plutôt que ses propres ressentis et
valeurs, refoule toujours ce qu’il a en lui, sa propre vérité, pour “suivre le moule” et ne
pas être “di érent”. L’empathique, au lieu de réaliser qu’il est né avec cette habilité
extraordinaire d’avoir dès sa naissance percé les voiles de la matrice et de ressentir
cette connexion avec le Tout, croira ainsi qu’il a un problème, aura honte de ces
habilités et prendra des médicaments pour calmer sa sou rance d’être rejeté, moqué
et d’être di érent, et voudra la plupart du temps plus que tout que quelqu’un lui “retire”
cette faculté qu’il prendra par conséquent comme une punition ou un poids horrible à
porter, souhaitant plus que tout, juste, “être comme tout le monde”. Il entendra
régulièrement des remarques du type “tu es trop sensible”, “tu n’es pas mère Teresa”,
“arrêtes de vouloir sauver le Monde”, “contrôles-toi”, “tu n’arriveras à rien en étant si
sensible ou si faible”. Il regardera les autres et se demandera comment ils font, eux,
pour ne pas avoir mal pour les animaux, pour les autres humains qui sou rent, et quel
est son problème, pourquoi lui il n’y arrive pas. Il fera parfois même tout pour essayer
de ne plus l’être, constatant qu’on ne peut pas se retirer ces choses là. L’empathie est
en nous et ne peut pas partir, tout simplement car elle fait partie de nous, mais ce n’est
pas tout : NOUS L’AVONS POUR UNE RAISON.
L’empathie et la compassion sont les plus hauts états de connexion intuitive avec le
reste de l’Univers. C’est l’une des plus grandes capacités que l’humain puisse avoir. De
nombreux mammifères sont eux aussi dotés d’empathie, incluant les rongeurs. Par
exemple, un rat qui a appris à appuyer sur un levier pour obtenir de la nourriture
arrêtera de s’alimenter s’il perçoit que son action (appuyer sur le levier) est associée à la
délivrance d’un choc électrique à un autre rat. Un dauphin, pourtant capable par sa
puissance, de tuer un humain en lui donnant des coups de queue, préfèrera se laisser
attraper ou mourir plutôt que d’avoir à tuer un humain (souvent constaté par exemple

au Japon). Et si vous
êtes un vrai empathe,
alors rien que cette
phrase vous aura
donné les larmes aux
yeux (comme pour la
photo des lions), car
seulement en lisant ces
mots vous
aurez fusionné avec le
dauphin,
instantanément, et
ressenti sa grandeur
d’âme et sa
sou rance... Une
personne extérieure et non empathique qui arriverait alors à ce moment là ne pourrait
pas comprendre cela : comment pouvons-nous pleurer rien qu’en pensant à quelque
chose que nous ne subissons pas nous-même et que nous ne subirons la plupart du
temps jamais ? Car c’est cela la véritable empathie. Elle brise toutes les barrières,
raciales, sociales, ethniques, d’espèces... ainsi que toutes les barrières physiques.
La fusion se passe à un autre niveau que le niveau “physique”, c’est pour cette raison
que simplement par la “pensée”, nous pouvons nous connecter à l’autre et fusionner
avec lui. Nous pouvons ainsi fusionner avec n’importe quelle conscience.
Les di cultés pour l’empathe
Même si vous n’êtes pas empathes vous-mêmes, vous pouvez maintenant facilement
imaginer les côtés di ciles de ressentir une telle connection avec tout ce qui nous
entoure, dans un Monde comme le nôtre si déconnecté et causant tant de sou rances
aux êtres les peuplant. Et si vous l’êtes, inutile de vous le préciser, vous le savez
parfaitement, raison pour laquelle vous avez si souvent souhaité ne plus l’être, ne plus
rien ressentir, tellement la douleur est parfois immense.
Les risques et les di cultés pour l’empathe :
– Fusionner avec les autres en permanence sans pouvoir le contrôler, dans des
moments où nous ne le souhaiterions pas, ou où nous sommes déjà a aiblis
énergétiquement : dans le métro, au travail, à la maison, dans notre relation, en
regardant des lms, les infos. L’empathie si elle n’est pas volontairement un minimum
contrôlée peut être très lourde à porter au quotidien. En e et, un seul humain ne peut
porter tous les problèmes du Monde, et toutes les pensées et maux de tous les
humains... Le travail de l’empathe sera donc d’apprendre à parfois déconnecter son
empathie volontairement...


– S’oublier
soi-même et
perdre sa
propre
identité et
personnalité
par fusion
perpétuelle
avec les
autres étant
donné que
nous
percevons toutes leurs pensées. Nous pouvons aussi être tentés de correspondre à ce
qu’ils veulent (le ressentant de manière très claire) et donc de nous créer une “fausse
identité” calquée à leur volonté. C’est ainsi que l’empathe peut se perdre totalement
dans une relation de couple, ou qu’un enfant empathique peut être trop dominé par
ses parents voire abusé, ou encore qu’un individu empathique peut perdre sa
personnalité et ne pas oser dire ce qu’il pense en groupe, connaissant en avance les
pensées ou remarques qu’il va déclencher (l’empathique ayant souvent en plus la
blessure du rejet et / ou de l’abandon, qui leur ont permises justement de comprendre
les autres ensuite, cela donne une combinaison “idéale” pour l’abus ou le manque de
limites personnelles, la perte totale de soi).
– Ne pas arriver à dire non et à mettre des limites. L’empathe, comme il a la capacité de
tout ressentir chez l’autre, émotions mais aussi pensées, sera très souvent tenté de
privilégier le bien-être et la volonté de l’autre puisqu’il peut la voir, plutôt que la sienne.
Il mettra ainsi souvent ses propres sentiments, besoins et volontés de côté et dira
souvent “oui” par volonté de faire plaisir à l’autre et n’arrivera souvent pas à dire “non”.
Etant capable instantanément de ressentir l’e et que son “non” produira sur l’autre, il
ne pourra donc bien souvent pas dire non, pour ainsi éviter à l’autre de ressentir cette
chose qu’il a immédiatement ressentie simplement en s’imaginant lui dire non. Il
préfèrera se “sacri er”, lui, par empathie. L’empathe préfèrera en e et toujours sou rir
lui, plutôt que de déclencher une quelconque sou rance ou désagrément à autrui
(aussi petit ce désagrément soit-il... il peut s’agir même d’un plat à choisir au
restaurant). C’est la plus grande di culté de l’empathe, d’arriver à dire non, ainsi que
d’arriver à mettre des limites et à a rmer ses propres volontés. C’est l’une des choses
les plus éprouvantes pour lui, car pour cela, il doit apprendre, dans ces cas là, à aller
contre sa propre nature (se déconnecter de l’autre pour revenir dans sa propre
perspective). Pourtant, il apprendra que c’est indispensable dans une société
déconnectée, s’il ne veut pas se détruire lui même et s’il veut pouvoir mener à bien la
mission qui lui incombe en tant qu’empathe (nous le verrons plus bas).
– Devenir “craintif” des autres, de ce que nous voyons et regardons par “peur” de
prendre les émotions des autres ou leur énergie négative, se placer en tant que

“victime” de son empathie et
victime des autres, penser que
l’on est plus propice aux attaques
que les autres, que l’on est plus
“faible” que les autres “à cause”
de notre empathie et se voir
comme quelqu’un de “tout petit”
et de “fragile”, face aux “grands
requins de ce Monde” (“les
autres”). Dès lors que l’empathe
se place en tant que victime de son empathie, il n’est pas dans sa pleine puissance et
sera donc dans une vibration non su samment élevée pour lui permettre de ne pas
sou rir de son empathie mais surtout de se créer une réalité positive (puisque nous
créons notre réalité sur la base de notre vibration, voir article “Comment créé-t-on
notre réalité ?”).
– Penser que nous n’avons pas notre place dans ce Monde, que nous sommes ici “par
erreur”. Rejeter son incarnation ou rejeter qui nous sommes. Nous en revenons comme
au point précédent à la vibration de l’impuissance qui est la plus basse sur l’échelle des
émotions (juste au dessus de la vibration de la mort, O). L’individu se rejetant est par
conséquent comme un individu “mort” avant l’heure. Reprendre son pouvoir est
impératif pour l’empathe (et pour tout humain en général de toute façon).
Ce que l’empathie permet :
Au vu de tout ce
que nous venons
d’évoquer, et par
simple recours à
la “logique”, il est
évident de
comprendre ce
que la qualité
d’empathie
permet dans le
Monde. Lorsque
l’on ne fait plus
qu’un avec l’autre,
il devient alors
impossible ou
tout du moins
très di cile de le
heurter. Si tous les humains étaient connectés entre eux et avec les autres espèces,
alors aucun des plus gros problèmes dont nous sommes témoins sur Terre ne
pourraient exister : la pédophilie, la prostitution, les massacres d’animaux pour nos
modes, nos divertissements et notre alimentation, le viol, la maltraitance, la pollution

des airs, de la Terre et des mers, l’intoxication alimentaire, la violence, les guerres... car
tout cela n’est que le résultat de l’agissement d’humains complètement déconnectés de
tout ce qui les entoure. C’est la raison pour laquelle encore une fois, ceux qui contrôlent
ce monde (ou tout du moins tentent de le contrôler), souhaitent plus que tout que
l’empathie ne se développe pas chez les humains, et font tout pour au contraire
provoquer toujours plus de déconnexion des humains, des animaux et des végétaux
entre eux : par le développement de la technologie au détriment de l’humain
(transhumanisme, homme-machine), produits chimiques dans l’alimentation
(pesticides) et encouragement à la consommation de produits transformés et non
naturels pour encourager à la déconnection à la nature et à l’alimentation naturelle et
originelle de l’homme par lequel l’information, la lumière et la force vitale lui est
normalement transmise; par la banalisation et la désensibilisation à la violence par
les lms et séries, l’hypersexualisation des femmes en les rendant comme des “objets”
(pornographie de plus en plus violente et déconnectée, industrie de la musique et du
cinéma de plus en plus dégradant pour la femme) donc déconnectés encore une fois
des sentiments et émotions, ainsi que du respect de soi et de l’autre.
L’empathe,
lui, a besoin
de sentir la
connection
avec le Tout,
sans cela il
dépéri. Il n’a
aucun intérêt
à être
heureux seul,
il veut faire
partager son
bonheur et
aider ceux
qui sou rent.
Il est
incapable de faire à quelqu’un d’autre ce qu’il n’aimerait pas qu’on lui fasse. Il considère
les animaux comme des êtres hautement développés et conscients, puisqu’il est
capable également de les ressentir, cela n’a jamais été une question pour lui. Il fusionne
également avec la nature, la mer, les forêts, les montagnes, les rivières, les rochers, le
soleil. Il ressent les particules et l’essence de tout ce qui l’entoure jusque dans ses
propres cellules. Il est donc beaucoup plus di cilement corruptible, puisqu’il
serait même capable d’aller jusqu’à se sacri er pour les autres. Il n’est donc pas un bon
élément pour la matrice, c’est ce qu’il est important de comprendre.


Comment vivre dans ce Monde
déconnecté en tant qu’empathe?
La question est donc, comment arriver à utiliser la “bonne partie” de l’empathie, sans en
subir la “mauvaise” ? Comment arriver à tirer pro t de cette magni que qualité, sans en
vivre les conséquences di ciles ?
1) La priorité pour
l’empathe est de
REPRENDRE
SON POUVOIR.
L’empathie n’est ni un
défaut, ni une tare, ni
une maladie mentale :
c’est un signe de haut
état d’avancement
spirituel, de capacités
extra-sensorielles et de
connexion avec le Tout. Il
convient donc de bien
intégrer cela en soi. Il ne
s’agit pas non plus de se
sentir “supérieurs”, mais
tout simplement de ne
plus se considérer
INFÉRIEURS ou comme
ayant un problème ou un
dysfonctionnement.
L’empathie devrait être
l’état NATUREL de l’humain. L’humain qui n’est pas empathique est au contraire celui
qui n’a pas toutes ses facultés intuitives développées et qui sommeille encore sous les
voiles de l’illusion de la séparation dans la matrice physique.
2) L’empathe doit plus que quiconque veiller à sa VIBRATION puisqu’il fonctionne,
s’il ne sait pas contrôler son empathie et sa vibration, comme une “éponge” avec les
vibrations des autres. En présence de quelqu’un, il va non seulement percevoir ses
émotions et ses pensées, mais aussi pourra prendre sa “vibration” (s’il ne cherche pas
volontairement à maintenir la sienne). Nous émettons tous une certaine “fréquence
vibratoire” et si l’empathe ne fait pas attention, il peut se calquer à la vibration de celui
qu’il côtoie, entend (musique, communication téléphonique...), ou même auquel il pense.
Tout étant vibration, la vibration n’a pas besoin de contact physique pour être
in uencée. La pensée seule peut faire varier notre vibration. Par conséquent, l’empathe
devra veiller à maintenir une vibration élevée le maximum possible (par son
alimentation, ses pensées, vêtements qu’il porte, activités,...) a n d’être le plus e cace

également dans ses actions pour le Monde (ayant cette qualité non “par hasard”, c’est
toujours parce qu’il doit les mettre au service du Monde). Un empathe “submergé” par
son empathie n’est plus un empathe e cace pour sa mission et pour le Monde. Un
empathe e cace est un empathe qui arrive à maintenir sa vibration élevée tout en
étant dans la compassion pour l’autre pour le comprendre puis l’aider, mais SANS
descendre à son niveau vibratoire ni de détresse. Pour maintenir sa vibration élevée en
vue de ses actions pour les autres, l’empathique doit donc apprendre à être doux avec
lui-même, à se “chouchouter”, à se faire plaisir, il doit être attentif à son hygiène de vie,
et toujours veiller à contrebalancer la dureté de sa mission (d’aide par la
compréhension) avec la joie, en trouvant des activités qui lui permettent de ressentir la
joie (sinon il sombrera trop facilement et trop fréquemment dans les émotions négatives).
L’empathe ne doit pas avoir peur de paraître “léger” ou “égoïste” aux yeux des autres ou
même vis à vis de lui-même en e ectuant des activités moins “sérieuses” et plus légères
par moments, il n’a tout simplement pas le choix car si cette balance n’est pas
équilibrée, il chute vibratoirement et n’est donc plus d’aucune e
cacité ni pour
lui-même dans la création de sa propre réalité, ni pour le Monde.
3) Apprendre à maîtriser son empathie et à ne pas absorber toutes les sou rances
sur Monde (la “déconnecter” par moments). Une seule personne, comme nous l’avons
vu plus haut, ne peut porter tous les problèmes et tous les maux du Monde. Chaque
âme dotée d’empathie ayant réussi à déjouer les voiles de l’illusion choisit de s’incarner
pour impacter le Monde dans un domaine, à son échelle, à sa manière. Aucune âme n’a
comme mission de sauver toutes les âmes, car c’est tout bonnement impossible. Il
convient donc pour l’empathe de véritablement intégrer profondément cette réalité en
lui, aussi triste soit elle, car c’est ce qui est : il ne pourra pas “sauver” tout le monde. De
nombreux humains et animaux mourront et sou riront sous ses yeux pendant toute la
durée de son existence. Son rôle est donc de l’accepter car il n’a pas le choix que de
l’accepter, et ensuite de retrouver son plein pouvoir de manière à agir e cacement :
utiliser son empathie dans le(s) domaine(s) où il est appelé à agir (en suivant sa joie
profonde et les causes qui l’appellent : femmes maltraitées, animaux blessés, enfants,
handicapés...) et déconnecter volontairement son empathie des autres causes. C’est
di cile pour lui, mais il n’a pas le choix, et ainsi, il agit au moins pour une cause, car
sinon, il n’agira pour aucune, car trop a aibli par le poids de son empathie généralisée.
Une bonne technique consiste à s’imaginer (la pensée étant créatrice) que nous
pouvons activer et désactiver notre empathie simplement en appuyant sur un bouton
sur notre tempe (ou ailleurs). Ainsi, nous décidons désormais d’activer notre capacité à
fusionner avec l’autre QUE lorsque c’est NÉCESSAIRE, et le reste du temps nous restons
dans notre propre perspective.
4) Retrouver sa propre identité. L’empathe ayant tendance à fusionner avec toutes les
consciences qui l’entoure, aura donc tendance à se “perdre” et à se noyer dans la
masse. Il devra donc retrouver sa véritable identité et essence s’il veut retrouver son
plein pouvoir, se faire respecter et retrouver sa joie. Même si nous “sommes tous
connectés” et que “nous ne faisons tous qu’un”, nous décidons de venir nous incarner
sous une perspective unique et une essence unique qui nous constitue (notre âme), et
renier cette identité c’est donc renier notre âme et ses particularités. Comme les

animaux qui
sont connectés
à la “conscience
collective”, mais
qui ont tout de
même tous une
personnalité
propre (notre
chat est bien
di érent du
chat du voisin).
L’empathe doit
retrouver sa véritable essence, se reconnecter à son âme et apprendre à respecter qui il
est. Pour cela, quand il n’y a pas de situation de “danger” et “d’aide impérative”,
l’empathe doit apprendre à ne pas être connecté en permanence à l’autre, et “à rester
dans son corps”. Il doit apprendre à rester dans sa propre perspective, car il est venu
pour expérimenter avec cette unique perspective, non celle d’un autre. Ainsi, l’empathe
a besoin de se retrouver régulièrement seul et d’avoir son propre espace pour se
reconnecter à lui.
5) Apprendre à dire non et à mettre des limites. Certainement encore une fois la
partie la plus di cile pour l’empathe, et pourtant la plus “vitale” s’il ne veut pas se
détruire. Le don de soi s’arrête là où notre propre destruction ou “abîmement”
commence... Aucune cause ni aucune personne ne justi e que nous nous détruisions
pour elle. L’objectif est d’arriver à vibrer su samment haut pour pouvoir impacter
positivement l’autre, ou une cause, sans se descendre soi. Et pour cela, il va falloir, au
même titre qu’il va falloir déconnecter son empathieà certains moments pour pouvoir
se maintenir en vie et non submergé, apprendre à dire “non” à certaines personnes ou
à certaines choses. Cela s’appelle “mettre des barrières saines”, poser des limites.
Mettre des limites ne veut pas dire vouloir contrôler ce que le monde extérieur fait ou
ne fait pas, c’est plutôt : déterminer ce que NOUS acceptons ou non. Cela implique de
se reconnecter à ses PROPRES émotions (et non celles des autres), et respecter ce que
nos propres émotions nous disent. Apprendre à dire non quand nos émotions nous
disent de dire non. Apprendre à ne plus avoir peur ou honte de montrer qui nous
sommes réellement et de dire haut et fort nos pensées pour respecter notre intégrité et
nos valeurs, et rester en alignement. Chaque fois que quelqu’un dépasse nos limites,
c’est parce que nous n’avons pas respecté nous-mêmes nos propres limites... il convient
donc d’établir à nouveau ces limites... Et encore une fois, mettre des limites cela ne veut
pas dire, dire aux autre ce qu’ils doivent faire ou non, mais respecter ce que l’on veut et
ne veut pas, NOUS. Par ailleurs, nous respectons toujours plus ceux qui se respectent
eux-mêmes.

Pour finir...

Prenez le temps de prendre
une feuille et de noter tout
ce que votre faculté
d’empathie vous permet
dans votre vie et dans le
Monde. Dressez une liste
aussi longue que possible
pour bien réaliser l’avantage
énorme pour soi et pour le
Monde qu’est d’être
empathe. Cela peut être par
exemple d’avoir peu de
con its dans sa vie, comme
nous comprenons les autres,
d’être proche des animaux et
de se sentir en communion
avec eux, ainsi qu’avec la
nature, de se sentir vivants,
plein de vie grâce à cette
connexion avec le Tout, de
réaliser mieux que
quiconque la Beauté de la
Vie. Réalisez que si vous
n’étiez pas empathe, vous
n’auriez certes pas les “inconvénients” de l’empathie, mais pas non plus ses
innombrables avantages, qui valent tout l’or du Monde.
L’empathie est un magnifique cadeau qui nous permet tellement
de facilités à communiquer, à se faire comprendre, à comprendre,
et à aider les autres. Elle peut être di cile à gérer quand on la
prend comme un “fardeau” et non comme la merveilleuse faculté
qu’elle est, quand on se place en tant que “victime” plutôt qu’en tant
qu’humain PUISSANT connecté au Tout. L’empathe oublie souvent
également qu’il a la chance de ressentir TOUTES les émotions des
autres et vibrations de l’Univers, par conséquent, pas seulement les
émotions “négatives” et choses “négatives” (de basse fréquence) de
ce Monde, mais aussi tout le bonheur, toute la Beauté et toute la
magie le constituant, sachant que la Beauté surpasse la noirceur
dans l’Univers.

Article 2
21/10/2017
Comment Apprendre à Dire Non et à se Protéger lorsque l’on est Empathique ? | Laura Marie

Dans un précédent article, j’ai expliqué ce qu’est l’empathie et comment vivre dans un monde si déconnectés les uns des autres en étant empathique .
Nombreux pensent comprendre les autres, quand l’empathie est quelque chose de
vraiment au delà de la “compréhension” ou même de la “sensibilité”. En effet, la
compréhension ne peut être que mentale, et non nécessairement RESSENTIE à 100%
comme si nous étions l’autre, la sensibilité n’implique pas nécessairement non plus une “fusion” avec l’autre comme dans le cadre de la réelle empathie. L’empathie est
véritablement la capacité à pouvoir instantanément fusionner avec n’importe quelle
conscience, de n’importe quel type (humaine, animale, ou même végétale et minérale). Le véritable empathe n’a même pas besoin d’être en présence physique d’une conscience pour se “connecter” à elle. Il lui suffit simplement de porter son intention sur n’importe quelle conscience encore une fois pour “devenir elle”. Il se met alors à voir avec les yeux de l’autre, entendre avec les oreilles de l’autre, et ressentir avec le cœur de l’autre.
Dans un monde où tout le monde aurait les meilleurs intérêts des autres à l’esprit, et où toutes les pensées et les actes seraient “harmonieux” et dans le
respect d’autrui, alors l’empathie serait un véritable “bonheur”, où
chaque moment connecté à l’autre remplirait notre cœur et
où l’échange d’énergie se ferait toujours de manière
parfaitement équilibrée, sans qu’aucun ne soit lésé, puisque tous auraient la faculté de ressentir l’autre.
Et si tout le monde était doté d’empathie, par définition, alors le
Monde ne pourrait être qu’harmonieux, car c’est justement parce
que beaucoup ne le sont pas, ou ne cherchent pas à développer leur empathie –
emprisonnés dans leur mental, leurs croyances, leur égocentrisme – que tant d’abominations peuvent encore se produire, et tout simplement que tant de conflits, d’incompréhensions et de quiproquos peuvent arriver au quotidien dans nos vies. Lorsque l’on est connecté à la conscience de l’autre,et que l’on devient l’autre, alors il nous devient tout bonnement impossible de pouvoir
le heurter (ou lui mentir, le tromper) car cela revient à nous heurter nous-mêmes...
Nous ne pouvons heurter l’autre que si nous nous percevons comme “séparés” de lui,
et qu’aucune connexion entre lui et nous n’est établie. Une fois “connecté à lui”, nous ne pouvons alors que le comprendre.
La question n’est donc pas de savoir si c’est bien ou non d’être empathique, si c’est une qualité ou un défaut, car il est évident que c’est une grande faculté. L’empathie est le plus haut niveau de connexion avec une autre conscience, et par définition c’est donc la preuve chez un humain ou mammifère (car beaucoup d’animaux sont capables d’empathie aussi) qu’il a développé ses facultés psychiques, émotionnelles et subtiles au delà de la “norme actuelle”, limitée à une
perception de 3ème dimension (qui ne perçoit qu’au travers des 5 sens “physiques” : la vue,l’odorat, le toucher, l’ouïe, le goût, et qui analyse tout au travers de son mental et non de son cœur et de ses “ressentis”).
L’empathique utilise ses sens “spirituels”,“invisibles” et la connexion avec l’autre
s’effectue sur des fréquences différentes (etsouvent plus élevées), comme s’il était capable de capter d’autres “radios” que les radios des 5
sens physiques, auxquelles la plupart des humains sont encore limités .
Certains appellent même en anglais la télépathie, la “telempathy” (empathy en anglais voulant dire empathie) car nalement la télépathie étant la capacité de communiquer entre nous au travers de nos pensées, la télempathie représente alors la capacité de communiquer avec l’autre à la fois en terme de pensées mais aussi en terme d’émotions et de ressentis. C’est ce qu’est véritablement l’empathie. Fusionner avec l’autre et se connecter à lui, et dans ses pensées et dans ses ressentis.

Le symbole de l’empathie

La question est donc plutôt : Est-ce possible d’avoir cette faculté sans être
impacté négativement dans un Monde encore si “déconnecté”, où les
pensées et intentions négatives envers les autres humains ou espèces sont
encore très courantes ? Et même sans qu’il y ait nécessairement intention
négative, est-ce possible de ne pas être impacté négativement si un empathe
interagit avec un autre humain non-empathe ? Que se passe-t-il
énergétiquement ? La réponse en détail ci-dessous.
Que se passe-t-il vibratoirement lors d’un échange entre un
empathe et un non-empathe ?Lors d’un échange entre deux empathes (autrement dit, 2
humains connectés au monde qui les entoure), la communication est fluide, sans
possibilité de conflits puisque les deux sont accordés vibratoirement – et surtout
parce qu’il y a un ÉCHANGE VIBRATOIRE. L’harmonie ne peut être ressentie que
lorsqu’il y a FLUIDITÉ (au sein de notre propre corps – ainsi que dans l’échange
énergétique avec l’autre).
Dès lors que l’autre individu n’est pas dans l’empathie, autrement dit qu’il est bloqué dans ses perceptions de 3ème dimension, dans son mental, dans sa “personnalité” (“petit moi” et non “higher self”, “conscience supérieure”) et centré sur sa propre personne, alors le flux énergétique est bloqué, il ne va plus que dans un sens (de l’empathe vers le non-empathe, et le non-empathe n’envoie rien en retour à l’empathe,qui ressent alors ce blocage énergétique et cette absence de retour d’énergie).
L’empathe se vide donc au fur et à mesure de son échange avec le non-empathe. Après
la conversation, ou l’échange physique (relation sexuelle, amoureuse), l’empathe se sent “vidé”. C’est tout simplement parce qu’il s’est connecté à quelque chose (en l’occurrence quelqu’un) sans que cette personne (conscience) en retour se soit connectée à lui.
L’énergie qui est sortie de lui est donc perçue par le corps physique comme une “fuite énergétique” puisqu’il n’y a eu aucun retour en échange – comme si l’énergie se confrontait à un mur. L’empathe se sent alors mal, fatigué, frustré, seul, triste, en colère,ou vidé, et ressent alors le besoin de se “ressourcer” (retourner à la Source pour se réapprovisionner en énergie).
Les Fréquences Vibratoires
Chaque être vivant a -et même est- comme un “réservoir énergétique” puisqu’il est fait d’énergie, et cette énergie qu’on appelle “énergie vitale” augmente et diminue en chaque instant en fonction de nos pensées, de nos actes, des lieux que nous
fréquentons, des aliments que nous mangeons, des musiques que nous écoutons, des
activités physiques, mentales et émotionnelles que nous avons. Cette énergie vitale
peut être mesurée par le “taux vibratoire” d’un être vivant. Tous les êtres vivants n’ont pas le même taux vibratoire (différences au sein même des humains, des espèces
animales, et végétales). Par exemple, les espèces animales qui vibrent le plus haut sont les dauphins et les baleines.
Chaque taux vibratoire émet une certaine “fréquence” (encore une fois comme une fréquence radio) et crée une réalité
différente en fonction de la vibration émise. C’est la raison pour laquelle la plupart des enseignements
spirituels sont d’accords sur le principe suivant : nous créons notre réalité
extérieure basée sur notre
réalité intérieure. Cette loi est réelle (dans une certaine mesure, maintenant nous ne
sommes pas nécessairement responsables par exemple de ce qu’il se passe dans le
Monde, dans les autres pays, etc... – nous parlons bien là de notre réalité extérieure
directe), c’est ce que l’on appelle la Loi de l’Attraction. Cette Loi est souvent mal
interprétée par les adeptes de développement personnel, qui cherchent à appliquer
cette Loi uniquement par le Mental et non en la comprenant réellement en profondeur,
en particulier en assimilant la réalité importante des FRÉQUENCES VIBRATOIRES. Nous
ne créons pas notre réalité en fonction de nos PENSÉES mais en fonction de nos
FRÉQUENCES VIBRATOIRES émises. Autrement dit, je peux tout à fait penser “Je veux de
l’amour”, mais si intérieurement, je vibre “je ne mérite pas l’amour, personne ne
m’aime”, c’est CETTE réalité que je vais manifester, et non la réalité “Je veux de l’amour –
donc j’aurais de l’amour par la loi de l’attraction si je le répète chaque matin devant
mon miroir”. (Pour plus d’information sur le principe détaillé de création de notre réalité
et sur la loi de l’attraction, lire mon article ici).
Ainsi, lorsque l’empathe se connecte à l’autre conscience avec laquelle il interagit (et il le
fait naturellement et automatiquement sans que ce soit un processus déclenché
“volontairement”, c’est sa propre nature), et que l’autre ne renvoie pas d’énergie en
2
échange, cela abaisse sa vibration car il donne de l’énergie sans en recevoir en retour,
et cela abaisse sa vibration également car il devient l’autre, et prend donc aussi sa
vibration. Il se met à expérimenter l’espace d’un instant (plus ou moins long selon
l’exposition à cette personne et notre durée de connexion énergétique à elle) la vie
selon la perspective de l’AUTRE (dans ce cas, plus limitée que lui car limitée aux 5 sens

sens physiques et donc souvent vibratoirement plus basse que lui). Une
personne vivant au travers du mental vibre forcément plus
bas qu’une personne vivant au travers du cœur (comme c’est le cas pour l’empathe).
De même qu’une personne coincée
dans le cerveau gauche (mental, esprit rationnel, scienti que, logique, etc...) vibrera
globalement plus bas qu’une personne expérimentant la vie sous la perspective du
cerveau droit (ou tout du moins de manière équilibrée entre les 2 hémisphères) – le
cerveau droit représentant la créativité, l’imagination, la sensibilité, etc. C’est aussi la
raison pour laquelle les empathiques sont souvent des artistes et vice versa, les artistes
souvent des empathiques, et les “rationnels” souvent exempts d’empathie. Et les
femmes étant plus souvent dans le cerveau droit et les hommes dans le cerveau
gauche, c’est aussi la raison pour laquelle la véritable connexion entre les deux sexes
est si di cile dans une société encourageant justement les hommes à ne pas être dans
le cerveau droit (par la glori cation des métiers rationnels et scienti ques et la
ridiculisation ou non-considération des métiers plus artistiques ou assimilés aux
femmes). Les perspectives et perceptions sont si di érentes que la discorde est
presque obligatoire, et devient même, pour le coup, “logique”.
Par conséquent, comment se protéger vibratoirement lorsque l’on
est empathe ?
Lorsque l’on comprend le principe de création de notre réalité directe en fonction de
notre taux vibratoire, et le principe des émotions qui nous indiquent notre “niveau”
dans l’échelle des vibrations (les émotions dites “négatives” vibrent plus bas que les
autres dites “positives”), alors on comprend à quel point il est important voire VITAL de
veiller en permanence au maintien de son taux vibratoire le plus haut possible. Ce
travail demande encore plus d’e orts pour un empathe, lui qui capte toutes les
vibrations ambiantes. Celui qui est uniquement “dans son corps” et ne se connecte pas
aux autres reste facilement dans sa vibration (même si elle est basse du coup), alors
que celui qui est connecté à tout ce qui l’entoure, peut plus facilement vaciller et varier
2
tout au long de la journée. Il lui su t de tomber sur une image de maltraitance
humaine ou animale (peu importe si cela se passe à l’autre bout de la planète),
d’entendre une information négative, d’intéragir avec quelqu’un dans la rue, de parler
5min au téléphone avec quelqu’un de sa famille qui le “plombe” énergétiquement, pour
se sentir tout à coup vidé, déprimé, en colère; ou inversement, d’admirer la beauté

d’une fleur ou d’un animal, d’un coucher de
soleil pour se sentir euphorique et heureux
comme jamais – là où on encore une fois le “non-connecté”
passera son chemin sans ne rien ressentir.
L’empathe DOIT donc se protéger
vibratoirement. Il ne peut pas
être DÉPENDANT du monde
extérieur pour déterminer sa
VIBRATION. Le processus de
création de sa réalité doit
toujours être : de l’intérieur vers
l’extérieur, de l’intérieur vers
l’extérieur – jamais de l’extérieur
vers l’intérieur. Et quand
l’empathe se connecte à
quelqu’un qui ne lui renvoie rien
énergétiquement en retour ou à
quelqu’un qui sou re ou vibre
bas, alors il peut, s’il ne fait pas
attention, comme nous l’avons vu plus haut, adopter la fréquence vibratoire de l’autre.
Il se met alors, à créer une réalité qui n’est plus la sienne mais qui est celle de la
personne à qui il s’est connecté ! C’est la raison pour laquelle beaucoup d’empathes se
perdent dans leurs relations amoureuses, car la fusion est telle qu’ils sont devenus leur
conjoint, et ont totalement perdu leur personnalité propre (et donc leur vibration
propre) et se sont mis à littéralement “vivre la vie de l’autre”, et même quand l’autre
n’est pas là, à créer la vie que l’autre aurait lui-même créé, simplement car ils sont
branchés sur le même champs de fréquence. Ce problème peut également arriver dans
2
une relation entre un enfant empathe envers un parent ou l’inverse, un parent empathe
envers un enfant. Mais encore une fois, quand il n’y a que l’un des deux qui est
connecté à l’autre, il y a forcément DÉSÉQUILIBRE ÉNERGÉTIQUE ! Il est donc impératif
que celui qui envoie son énergie apprenne à se protéger et à contrôler son empathie,

pour la stopper quand l’autre en abuse ou franchi les limites du bien-être et de
l’équilibre de l’empathe (que ce soit consciemment ou non).
Apprendre à dire Non et à mettre des limites
C’est certainement la chose la
plus di cile pour un
empathe. Etant donné qu’il
est capable de ressentir en
temps réel et même EN
AVANCE les pensées et les
émotions des autres, pendant
qu’il est en train de parler ou
sur le point de parler, il sait
DÉJÀ d’avance ce que l’autre
va ressentir ou répondre ou
penser, à la suite de ce qu’il va
dire ou faire. Quand l’empathe entame une conversation, il est à la fois LUI et à la fois
l’AUTRE (en d’autres termes, il ressent comme s’il se parlait à lui-même, ou à un autre
lui). Il expérimente à la fois sa propre perspective, et en réponse, la perspective de
l’autre.


C’est la raison pour
laquelle il est si
difficile pour un
empathe de se
mettre en colère
contre quelqu’un,
ou de dire non
(surtout avec les
gens qu’il aime).
Tout simplement
car il est à la fois la
personne qui dit
non, et à la fois
celui à qui on dit non. Il est à la fois celui qui se met en colère, et celui qui se fait
“gronder”. Tout cela en même temps. Il se retrouve donc comme “coincé” et n’arrive
2
souvent à rien dire, puisqu’en temps réel il expérimente toutes les perspectives, et est
incapable de blesser. Face à son absence de réaction, parfois l’individu non-connecté,
non-empathe va prendre l’empathe pour un individu “faible”, qui manque de
personnalité, et pourra même aller jusqu’à “abuser” de la situation ou de la personne
(même inconsciemment car c’est avant tout énergétique). Nous connaissons cette triste
réalité que les “gentils” sont souvent les plus abusés. L’empathe se sentira alors ensuite
encore plus mal, car il n’aura rien dit non pas par faiblesse, mais pour ne pas blesser
l’autre (ou car il savait d’avance qu’il n’y avait pas de possibilité de compréhension dans
la conscience de l’autre) – et c’est là souvent que la colère interne, la tristesse ou la
frustration montera. La colère et la frustration d’avoir à porter ce “poids” seul, de
comprendre l’autre tout en étant souvent incompris en retour, et par conséquent
également la colère face à soi-même de ne pas réussir à dire non et à se faire
respecter... L’empathe entre alors dans un dilemne. Il se rend compte qu’il ne peut plus
dire oui aux autres si cela implique de se dire non à lui-même... Il réalise alors qu’il doit
apprendre à se protéger et à mettre des limites dans son empathie.
Dire “non” aux autres pour se dire “oui” à soi-même
L’empathe
développera
souvent au l des
années en e et de la
colère envers lui-
même. Cette colère est
un appel du moi
intérieur qui demande
à être respecté, au
même titre qu’il
respecte les autres.
L’empathe, faisant
systématiquement passer les autres avant lui-même, doit faire un grand travail “contre-
nature” pour apprendre à se respecter assez pour se faire passer avant. Il doit lutter
contre cet immense sentiment de culpabilité qui lui monte dès lors qu’il doit mettre une
limite ou dire non. Comme il déteste l’égoïsme plus que tout au monde, c’est la chose la
plus di cile qui lui soit d’accomplir. Mais pourtant, il convient de se demander : “quand
je dis oui à cette personne, est-ce que je ne suis pas en train de me dire non à moi-
même ?”. Nous ne pouvons pas nous considérer “moins importants” que l’autre. C’est
ainsi que notre estime de nous-mêmes est sérieusement abîmée. Et c’est pour cette
raison que la plupart des empathes manquent terriblement d’estime d’eux-mêmes.
Ayant toujours fait passer les autres avant eux, de part leurs ressentis accrus, ils ont
subis beaucoup plus d’abus que la moyenne, de rejets, d’humiliations, et ont donc
toutes ces blessures beaucoup plus présentes (blessures de l’abandon, du rejet et de
l’humiliation). Le travail de l’empathe est donc de réapprendre à se dire “oui” au même
titre qu’il a pris l’habitude de dire oui aux autres. Comment faire ?
2
La première chose à faire est de se reconnecter à ses PROPRES ÉMOTIONS. L’empathe
doit faire le tri dans ce qui lui appartient et ne lui appartient pas (les émotions des
autres). Ses émotions sont sa propre guidance intérieure et donc il ne doit en aucun cas
s’en éloigner (ceci est valable pour tout le monde). Si je me sens “mal”, c’est le signal que
ma vibration a chuté, et c’est mon corps qui m’envoie un message. Qu’ai-je fais, pensé,
dit, entendu, pas fait, ou pas dit, qui m’a fait
chuter vibratoirement ? (oui, les “non-dits”
peuvent être aussi dommageables pour
nous que les paroles, voire encore plus).
Cela veut donc dire que dès lors que
l’empathe est en présence d’un non-
empathe où il n’y a pas d’échange
énergétique sur le même niveau (de
connexion), alors l’empathe doit
impérativement RESTER DANS SON CORPS,
et ne pas projeter sa conscience dans l’autre.
Il DOIT RESTER SA PROPRE IDENTITÉ et ne
DOIT PAS FUSIONNER AVEC L’AUTRE. Il pourra ensuite refusionner avec une autre
conscience avec laquelle il y aura échange d’énergie ou respect mais dès lors que c’est
unilatéral et surtout dès lors qu’il commence à “se sentir mal”, il doit s’empêcher de
fusionner et conserver les 2 perspectives bien distinctes, surtout la sienne. Un bon
moyen est de se répéter dans sa tête, dès qu’on sent les premiers symptômes de fusion
et de “plongeon” dans la conscience dans l’autre, de dire “non, non, je reste dans mon
corps, je reste dans mon corps, je reste dans ma propre perspective”, et de stopper le
processus d’empathie dès ses prémices. Qu’est ce que JE ressens ? Qu’est ce que JE
pense ? Qu’est ce que JE veux ?
2 moyens visuels pour se protéger :
Je coupe le robinet énergétique pour
ne pas me vider et stoppe la fusion


Je visualise mon “aura” (ma protection
énergétique) comme une “coque” qui me protège
de tout ce qui ne m’appartient pas et je “reste en
moi”
Exemple :
Sophie est
empathe et
Sébastien, son
conjoint ne l’est
pas. Quand elle
est avec lui, elle
fusionne avec
lui et devient
lui. Quand elle
va au
restaurant, elle
le laisse choisir
car le fait de ressentir au fond d’elle la joie de Sébastien quand il va dans son restaurant
préféré, la rend encore plus heureuse que d’avoir choisi son propre restaurant préféré.
Elle fait la même chose avec ses amis, c’est toujours elle qui s’adapte car leur joie, de
par son empathie, la rend heureuse. De l’extérieur, pourtant, souvent son attitude
2
s’apparente à une absence de personnalité.
Sophie est malheureuse car quand Sébastien rentre du travail, il ne s’occupe pas du
tout d’elle. Il est fatigué ou vaque à ses propres occupations, sans vraiment lui prêter
d’attention. Sophie se sent mal (le corps de Sophie lui envoie des signaux que cette

situation n’est pas “juste” et que sa vibration n’est pas au plus haut), mais de par son
empathie, elle comprend Sébastien. Il passe sa journée au travail et n’a pas beaucoup
de temps pour lui, donc quand il rentre le soir, il est “normal” qu’il ait besoin de prendre
du temps pour lui. Et puis, elle arrive à tout gérer, les courses, les enfants, la maison,
alors c’est bon, pas besoin qu’elle ne s’exprime sur le sujet. Elle va alors se coucher, et
quand Sébastien la rejoint, il ne comprend pas pourquoi elle ne sourit pas. Elle a même
l’air triste. Sophie est alors à la fois cette personne triste car délaissée, ET Sébastien qui
ne comprend pas la réaction de Sophie quand il la rejoint. Comme elle “comprend”
l’absence de compréhension de Sébastien, alors elle passe.
Elle fait tout à coup un
sourire pour dire que tout va
bien, et Sébastien s’endort
ensuite, rassuré, quelques
minutes plus tard, laissant
Sophie pleurant en silence
sur son oreiller. Le
lendemain, Sébastien aura
tout oublié et
recommencera, et Sophie “recomprendra”. Mais Sophie se sent de plus en plus mal, sa
vibration baisse et sa joie de vivre aussi par la même occasion. Elle qui était si joyeuse
et pleine de vie avant, elle ne se reconnait plus. Elle fait toujours tout pour remonter les
autres, comprendre Sébastien, faire en sorte que tout soit parfait à la maison, et
pourtant elle se sent mal (= son corps lui fait signe que quelque chose ne va pas). Un
soir, Sébastien rentre du travail et trouve Sophie en train de pleurer sur le canapé. Il lui
demande si ça va, mais malgré ses mots elle ne ressent aucune connexion avec lui. Elle
voit bien dans sa conscience qu’il ne la “voit” pas, qu’il ne la comprend pas. Elle se sent
terriblement seule. Elle qui comprend toujours tout le monde, pourquoi personne ne
fait cela pour elle. Pourquoi n’a-t-elle pas droit elle aussi à ce que quelqu’un se penche
sur elle et lui dise “Je comprends ce que tu ressens”. Et parfois même, au delà des mots,
seul un regard peut nous faire nous sentir moins seuls. Tout simplement car c’est la
connexion vibratoire qui nourrit. Ce ne sont pas les mots. Sophie réponds alors que
tout va bien, car elle sait d’avance que si elle disait à Sébastien qu’il ne s’occupe pas
assez d’elle et qu’elle se sent ignorée voire rejetée, il se braquerait et ne comprendrait
pas, et la situation deviendrait ensuite encore pire. Alors une fois de plus, elle se tait et
le garde pour elle, en se disant que c’est à elle d’être “forte”. Des mois peuvent ainsi
s’écouler, voire même des années. Et un jour, Sébastien apprend que Sophie a un
cancer. La famille de Sophie ne comprend pas : “Pourquoi il arrive toujours des
maladies aux gens les plus gentils ? La vie est injuste.”
Mais le corps de Sophie n’a pas dégénéré immédiatement en Cancer. Il a commencé par
2
la faire se sentir mal dans son coeur, il y a de nombreuses années déjà. Parfois il lui
donnait mal au ventre aussi. Parfois il passait par les intuitions de Sophie lui disant que
cette situation n’étais pas normale et que ce n’était pas ce qu’elle désirait ni méritait.
Mais Sophie n’écoutait pas cette petite voix, et culpabilisait de vouloir autre chose que
ce qu’on lui donnait. Et puis en plus, ces derniers temps elle lisait beaucoup de livres de
spiritualité où on lui
disait qu’il fallait être
dans l’amour
inconditionnel des
autres, et leur
pardonner. Alors elle
était dans l’amour
inconditionnel de
Sébastien, mais cela ne
l’a pas empêchée de
développer un cancer.
L’énergie qu’elle a donné
pendant toutes ces années ne lui a jamais été renvoyée en retour. Elle qui “nourrit” tout
le monde de sa compréhension et de sa connexion, n’a jamais été nourrie en retour.
Elle a dû puiser sans cesse au plus profond d’elle-même pour faire remonter son
énergie vitale, jusqu’au jour où il n’y en avait plus assez.
Sophie aurait également pu se suicider. Un beau jour ses proches l’auraient retrouvée
morte, et on aurait pu entendre des phrases du type “Nous ne comprenons pas, Sophie
semblait tout à fait bien dans sa vie, et avait tout pour être heureuse ! Un bon travail, un
mari, des enfants, une belle maison, nous ne comprenons pas ce qu’il s’est passé”. Rien ne
peut tuer plus un humain “connecté” que l’absence de connexion. Il dépérit
littéralement à vue d’oeil, jusqu’au seuil fatal. Voilà pourquoi tant de gens tombent dans
la drogue, l’alcool, et toutes sortes d’addiction. Tout simplement car la solitude de
l’âme est la pire de toutes.
2
Alors, comment recti er le tir lorsque l’on est dans la
situation de Sophie avant que le seuil fatal de perte

d’énergie vitale ne soit atteint ? Voici maintenant le
scénario de Sophie qui reprend son propre pouvoir
créateur :
Sophie se sent rejetée et pas aimée à sa juste valeur. Sébastien l’ignore et comme
elle est empathe elle voit ce qu’il se passe dans sa conscience, il est fatigué et
autocentré et n’arrive pas à capter ce qui l’entoure. Il ne fait pas d’e orts car de
toutes façons inconsciemment il est “habitué” à ce que Sophie gère tout et le
comprenne. Il n’est donc pas “poussé” à lui-même développer son empathie ou à se
préoccuper des autres. En surprotégeant Sébastien et le faisant passer avant elle,
Sophie ne lui rend donc pas service et elle l’a bien compris. Sophie a bien
conscience de sa capacité d’empathie. Elle s’en sert d’ailleurs merveilleusement bien
à son travail et auprès de ceux qui en ont besoin. Elle aime la vie plus que tout et
s’émerveille d’un petit rien quand elle part au travail le matin. Tout le monde
l’appelle “le rayon de soleil”, et quand elle se retrouve le soir dans ses sentiments
négatifs face à Sébastien qui n’est pas présent émotionnellement, elle ne se
reconnait plus mais maintenant elle a appris à identi er le processus et ne se laisse
plus descendre dans la “spirale négative” des émotions. Elle prend le signal de son
corps (qui lui fait se sentir mal) comme une alerte et comprend immédiatement
qu’elle doit rester dans son corps et revenir dans ses propres émotions pour se
faire respecter et mettre ses limites. Energétiquement, elle “coupe” le lien qui ne
part que dans un sens. Elle stoppe le robinet énergétique. Elle s’aime su samment
pour accepter ses propres désirs et besoins et ne plus les renier. Elle veut un
homme qui soit présent émotionnellement pour elle, elle ne veut pas un “enfant” ou
un homme fuyant, ou autocentré. Puisque c’est ce qu’elle ne veut pas, elle arrête
donc de “comprendre” (dans le sens “cautionner”) cet aspect chez l’autre car ainsi
elle continue à créer cette réalité. Elle se remet à créer sa propre réalité, sur la base
de ce qu’ELLE souhaite. Elle se focalise donc sur ce qu’elle souhaite (dans
l’enthousiasme et non la frustration) pour s’aligner vibratoirement à ce qu’elle
désire, avant que cette chose ne soit encore manifestée dans le monde physique
(que ce soit Sébastien qui change ou la manifestation d’un autre homme plus aligné
à ce que Sophie désire). Elle a repris son plein pouvoir et reconnait la personne
importante qu’elle est, et surtout puissante, dans la création de sa propre réalité.
Nous ne sommes pas responsables de ce que les autres font ou ne font pas, mais
nous sommes responsables de les laisser entrer dans notre réalité. Pour qu’ils
puissent entrer dans notre réalité proche, il faut que vibratoirement nous leur
ayons laissé la place.

2
La clef est donc de cesser de cautionner ce que nous ne désirons
plus voir se produire dans notre réalité. Il y a une di érence entre

“comprendre” et “cautionner”. Nous devons apprendre à
“comprendre” mais sans s’impliquer vibratoirement (sans fusionner
avec l’autre et ainsi impacter notre vibration) et sans laisser cette
chose exister dans notre réalité.
C’est aussi la raison pour laquelle beaucoup de personnes battues ou abusées restent
avec leur bourreau et même, “l’aiment”. Car elles le “comprennent”, et le comprennent
tellement qu’elles sont devenues lui et se laissent ainsi abuser. En le comprenant elles
“cautionnent” indirectement ce qu’il fait, elles lui permettent vibratoirement de pouvoir
faire ce qu’il fait. Reprendre son pouvoir serait donc de vibrer la vibration suivante :
“Je comprends ce que tu vis, mais je ne peux accepter ce que tu fais. Ton action me fait
me sentir mal moi, donc c’est que mon corps m’envoie le signal que ce que tu fais n’est
pas juste, n’est pas bon pour moi. Je ne désire plus cautionner ce que tu fais, alors je ne
participe plus énergétiquement à la création de cette réalité avec toi. Si je me retire
énergétiquement de ce scénario, alors tu ne peux plus continuer et ainsi je te rends
encore plus service que de t’avoir “compris” (dans le sens cautionné). Tu as ainsi appris,
que tu ne peux pas faire tout ce que tu souhaites aux autres, sans qu’ils ne mettent de
limites, puisque tu n’es pas capable toi-même de les ressentir. Tu vas devoir ainsi te
remettre en question, bien plus que si j’avais continué à accepter encore et encore. J’ai
con ance en mon propre pouvoir créateur et au fait que je peux manifester tout ce
dont j’ai besoin dans ma vie. J’ai conscience que je n’ai jamais à subir quoi que ce soit
qui n’aurait pas mon consentement. J’ai le plein pouvoir sur ma vie et sur ma réalité et
je m’aime su samment pour désirer le meilleur pour moi-même, comme je désire le
meilleur pour les autres. Je ne culpabilise plus de vouloir me sentir bien, de vouloir
pouvoir réaliser mes rêves et mes envies. Ce n’est pas parce que je suis empathique
que je dois tirer une croix sur mes propres désirs et besoins. Mon empathie est une
qualité qui doit être HONORÉE et non bafouée ou abusée, et j’ai compris que dans un
monde encore si déconnecté, c’est à moi de faire le filtre. J’utilise mon empathie quand
vibratoirement le terrain est sécurisé, et reste dans mon propre corps quand les limites
du non respect risquent d’être non franchies, ou que cela menace trop ma propre
vibration et donc mon propre bien-être et la création de ma propre réalité.”
Sentez-vous la di érence vibratoire d’un tel discours interne ?
Quelle réalité Sophie va-t-elle créer en retrouvant ainsi son
propre pouvoir ? Elle ne pourra que créer la réalité suivante :
Sébastien devra s’aligner à cette vibration ou alors une autre
2
personne entrera dans sa réalité, elle-même alignée à cette
vibration et donc à ses besoins et désirs.

Réussir à
affirmer ses
propres désirs
et besoins pour
un empathe
encore une fois
est l’une des
choses les plus
difficiles, et
lorsque nous
sommes en
train de dire non ou de mettre des limites, surtout avec un proche, il faut
impérativement “tenir” pendant que nous disons non et nous empêcher de “craquer”
dès que l’on ressent l’autre (qui pourra être triste ou en colère par exemple). On peut
tout à fait comparer cela à une mère qui doit disputer son enfant quand il fait une
bêtise. Pourtant, elle sait très bien que l’enfant ne l’a pas fait exprès ou que c’est
“normal” qu’il fasse ce genre de bêtises à son âge au vu de sa conscience, mais ce n’est
pas pour autant qu’elle ne va rien lui dire, sinon il continuera et ne comprendra jamais
qu’il doit cesser de faire cela ou que c’est une chose dangereuse ou mauvaise pour lui
ou pour les autres. Cela n’empêche pas non plus la maman d’aimer énormément son
enfant, même si elle le dispute. C’est le même procédé lorsque nous devons mettre des
limites autour de nous. Dire non ne veut pas dire ne pas aimer l’autre ou être égoïste.
C’est simplement a rmer ce que l’on souhaite et ne souhaite pas dans sa propre
réalité, et souvent aussi, cela permet à l’autre d’évoluer beaucoup plus que de lui avoir
tout cédé.
Beaucoup d’empathes prennent
leur empathie comme un
“fardeau” plutôt qu’autre chose
et ont souhaité maintes et
maintes fois qu’on leur enlève ce
fardeau, pour être “en n comme
tout le monde”. L’empathie et
l’hypersensibilité sont di ciles à
vivre au quotidien dans un
monde si déconnecté, mais avec
les techniques que nous venons
de voir, et surtout la
compréhension des mécanismes
vibratoires et de création de
notre réalité, nous pouvons
reprendre notre pouvoir en
temps qu’empathe et nous en
servir à bon escient, sans en
subir les conséquences
négatives. Notre discours interne créé notre réalité externe, alors temps que
nous pensons que l’empathie est un fardeau, notre réalité externe re étera
cette croyance, et nous nous placerons en tant que “victimes”. Il faut au
contraire arriver à changer sa perspective sur cette qualité que nous
possédons qui sera la normalité de demain, la normalité d’un monde et
d’une humanité plus consciente, si nous persistons dans cette voie. Il y a une
citation de Saint Augustin qui dit “Ce qui est juste est juste, peu importe si
personne ne le fait. Ce qui n’est pas juste, n’est pas juste, même si tout le
monde le fait”. Gardez toujours cela en tête vis-à-vis de votre empathie.
Même si vous êtes la seule personne de votre entourage à l’être, ce qui est
juste est juste. Ne pas être connecté au reste du Monde et aux autres n’est
pas “juste”, même si c’est le cas encore de la majorité des humains.
Mais nous sommes là pour leur montrer la voie. Nous sommes là pour leur
montrer ce qu’est justement qu’un humain conscient. Devenez un modèle de
cet humain conscient qui sait utiliser son empathie à bon escient tout en
mettant des limites à ceux qui ne savent pas les déterminer d’eux-mêmes. Et
surtout, ne désirez plus ne plus avoir cette qualité, ce serait comme si un
oiseau disait qu’il désirait ne plus chanter car personne ne comprend son
chant. C’est la nature de l’oiseau que de chanter, peu importe si personne ne
le comprend ou ne l’entend. Ce qui compte, c’est la relation entre votre âme
et vous. Et vous savez très bien au fond de vous que vous ne seriez pas plus
heureux si on vous enlevait votre empathie, autrement dit votre connexion
avec le Monde qui vous entoure, car vous perdriez tout, même la connexion
aux choses et sentiments merveilleux de ce Monde, et ils sont
nombreux. C’est justement l’empathie, la qualité indispensable à un Monde
harmonieux et plus conscient, et vous faites partie des pionniers et des
graines de ce Monde plus conscient. Intégrez-le profondément en vous et ne
reniez plus jamais cet aspect de vous, car vous portez en vous le Monde de
demain, la Conscience de demain, que vous êtes venus pour inséminer petit
à petit sur Terre.
Le manipulateur perd son pouvoir le jour où on ne lui en donne plus !
Je ne savais faire que aimer, je ne sais faire qu'aimer, je ne saurais faire qu'aimer parce que c'est tout ce que je sais faire! Hors de ma vie la haine et consort et le mal sous tous ses aspects.
Avatar de l’utilisateur
marieja
Messages : 957
Inscription : lun. 5 juin 2017 21:02

Ma contribution

Message par marieja »

Bonjour Témoin,

Merci beaucoup pour ces articles. Il m a fallu tresssss longemps pour "comprendre" cela, des années, puisque ces "fonctionnements" venaient de l enfance, dejà avec ma mere, mes parents..... puis toutes les personnes importantes dans ma vie, même mes enfants quand ils sont devenus adultes.

Ce dernier texte m a donné les larmes.

Quand on le lit ca parait tout simple, mais ca part de tout un processus de prises de conscience, souvent douloureuses. C est extrêmement difficile de canaliser notre empathie.
La personne qui m a amenée a ces prises de conscience, c est mon PN. Sa maltraitance a fait que j ai consulté pour me faire aider.

Je le cotoie encore un peu, et depuis peu de temps j arrive a faire ce qui est dit dans l article : énergétiquement, je coupe la connexion quand je suis en sa présence , et depuis que j y arrive un peu, je ne suis plus en larme, effondrée apres l avoir vu meme quelques minutes.

Ca fait du bien de s identifier, d identifier nos mécanismes ou comportements, mais c est un long tres long processus pour que ca s intègre en soi-même, enfin je parle pour moi, d autres personnes y arrivent peut être plus vite.

Encore merci Témoin, bon dimanche a toi :3:
Répondre