La disparition du PN

alessa87
Messages : 34
Enregistré le : 05 Nov 2019, 16:43

La disparition du PN

Messagepar alessa87 » 10 Nov 2019, 20:20

je vous rejoins sur ce stade de résignation, suis aussi a cette etape... mais qu'est ce que c'est dur, c'est tellement dur... combien de temps faut-il pour commencer à aller mieux ? une semaine, deux semaines ? :(

louise75100
Messages : 70
Enregistré le : 06 Aoû 2019, 09:58

La disparition du PN

Messagepar louise75100 » 10 Nov 2019, 21:03

Je suis allée le voir, on s'est retrouvé à mi-chemin. Je voulais lui faire comprendre qu'il ne pouvait pas me faire d'ultimatum de cette manière. En vrai.

Jai manqué de changé d'avis, et d'annuler mes 2 jours. Alors jai rentré ma carte bancaire, pour ne pas avoir envie de payer pour rien..!

Jai décidé de tout écrire, pour ne pas oublier dans mes moments de faiblesse, même si je risque doublier bcp d'élément.

Jai eu un coup de foudre dès que j'ai posé mes yeux sur toi. Jai ressenti une sensation que je n'ai jamais éprouvé. On s'est ajouté sur les réseaux, sans pour autant se parler. De temps en temps quelques paroles, rien de plus. Et puis, tu apprends par quelqu'un que tu me plais, que je te trouve très attirant. On se parle, une semaine après, le soir du nouvel an, nous marchons tous les 2 dans la rue pendant plusieurs heures. Tu parles énormément de toi. Mais tes histoires me plaisent.
Tout va ensuite très vite, tout me plait. J'ai l'impression d'avoir trouvé la perle rare. Et puis rapidement, quelques éléments me perturbent. Je te parle que je suis déçue car une de mes amies a annulé subitement son voyage avec moi. Tu me demandes si cela me dérange vraiment, car c'est plutôt une bonne nouvelle, on passera davantage de temps ensemble... On est tous les 2 très jaloux, je deviens même maladivement jalouse, de petits choses anodines, je ne me reconnais pas.
Pour nous rassurer, nous échangeons nos mdp des différents réseaux sociaux. Cest un drame. Tu me quittes une fois, 2 fois, 3 fois car tu lis mes conversations passées avec mes amies, où en effet cela nous arrive de parler de garçon en tant que célibataire.
Et puis, tu aperçois que dans 8 mois, je propose à une amie de participer à un concert de notre chanteur préféré. Le drame. "Tu peux vraiment te passer de moi le temps d'un week-end ??"... cela faisait peut-être 3 semaines ou 1 mois que nous étions ensemble. Cela me fait peur.
Petit à petit, je m'installe chez lui. Je ressens un mal être, l'impression detre enfermée. Je lui en parle, que je veux voir davantage mes amies, ma famille, sortir.... il ne comprend pas quon puisse avoir besoin des autres pour vivre. Je me justifie.
Trois mois passent, je nen peux plus, je ne vis plus, je passe mes pauses au travail au téléphone avec toi, si je tappelle trop en retard jai le droit à des réflexions. Je me dépêche de manger, écourte les conversations avec mes amies/collègues pour l'appeler. Le soir, des que je sors, sur la route pour aller chez lui, je l'appelle, idem le matin.
Je ne supporte plus la situation. Un matin j'explose, je lui mets une énorme claque à lui faire tourner la tête, je pars de chez lui en pleurant, et ne veux plus y retourner.
Oui mais... une semaine après, nous sommes de nouveau ensemble. La douleur est trop importante, je préfère arrêter cette souffrance, et retourne avec.
Je le retrouve méconnaissable, plus d'embrouille anodine, des sorties parfaites... Je suis aux anges. Je me dis que j'ai peut être fait une erreur de jugement en le pensant PN. Cela dure bien 4 mois. Et puis, je pense à faire des études, le lieu est à environ 1h de chez lui. Il ne supporte pas, ne trouve pas ça normal, je culpabilise, je me sens mal, et inconsciemment, je trouve des défauts à ces études, pour au final, ne pas les faire. Je crois que c'est ici que petit à petit tout a recommencé.
Pour fêter la fin de mes examens, je participe à un festival avec mon amie. Je suis étonnée, il ne fait pas tellement de réflexion. Je vais rentrer tard, alors je le préviens. Il me dit quil ira dormir et attendra que mon appel le réveille pour ouvrir. Le festival se déroule très bien, pour autant, je ne suis pas sereine. Nous commençons à partir, je lui envoie un sms pour le tenir au courant. "Ne viens pas ce soir". Quoi ? Comment ça ? Je commence à pleurer, je sens que la situation va être affreuse. Au téléphone, il a vu une de mes stories, malheur, il a aperçu des garçons danser sur une vidéo (oui ben dans un festival...), alors que lui est seul chez lui, moi je m'amuse ! Je suis égoïste. De toute façon, les filles qui vont à des festivals sont des p**es. Je culpabilise.
Et puis, nous va s'enchaîner si rapidement.
- je sors avec 10 minutes de retard du travail, jai d'avance une boule au ventre car je ne lui ai pas dit. Par sms, Je reçois "c'est une blague ?". Vous connaissez la suite.
- je sors au resto avec mes amies, je dois te répondre dans les 20 minutes, car tu me fais des leçons sur le mot "respect"
- tu me fais également des leçons sur quel terme employé, ou bien quel smileys utiliser, car sinon les miens font trop "pote"
- tu me hurles dessus car je pars trop longtemps en vacances chez mes parents, où toute ma famille s'est retrouvé. Tu me quittes, me dit que je suis égoïste, que aucune fille ne ferait ça à son copain.
- tu me quittes car tu commences à me parler d'enfants, et je te dis que tant que tu feras ce que tu fais (tu as de la chance que je ne puisse pas parler de ça ici), je ne pourrais pas avoir d'enfant avec toi, car je ne veux pas que mes enfants vivent dans cet élément. Tu me quittes, je suis une menteuse, une personne affreuse. Oui en effet je t'avais dit vouloir des enfants, avant de savoir tout ce que tu faisais.
- je te vois mentir, sur ton cv, pendant tes entretiens téléphoniques, à ton père, aux locataires... avec un tel aplomb... Je ten fait part. Je culpabilise, car toutes les personnes que tu connaisses te dise sois disant que tu es au contraire débrouillard, que c'est le seul moyen pour ten sortir.

J'oublie des millions de choses, des millions d'exemple, mais je n'oublie pas cette boule au ventre constante que jai, qui m'oblige à m'auto-reguler pour éviter les conflits.
Je n'oublie pas que jai renoncer à vouloir une vie de famille pour rester avec toi. Renoncer à avoir des enfants avec toi, alors que tu m'avais tellement donné envie d'en avoir les 3 premières semaines.
Je n'oublie pas toutes les fois où j'écourte tous les moments, où je me dépêche de faire telle ou telle chose pour éviter les soupçons (faux) de ta part.

Malgré tout ce soir, tu me manques terriblement. Je t'aime à n'en plus finir.


Retourner vers « Le manipulateur pervers narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : MSN [Bot], Petite fraise et 6 invités