L'après PN, comment s'en sort-on ?

Répondre
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonjour,

Je voudrais faire part de mon histoire, et surtout avoir des conseils pour m'en sortir.
Je ne sais pas si mon ex fiancé est vraiment un PN, en tout cas c'est une personne très toxique.
Je suis en fin de vingtaine, je l'ai rencontré il y a quatre ans, sur un site de rencontre. Je ne cherchais pas spécialement d'histoire sérieuse et j'étais à ce moment là bien dans ma vie, heureuse. Dès le début de notre histoire il m'a fait comprendre qu'il voulait être en couple, m'a dit beaucoup de choses du style tu es la femme de ma vie etc. Il était toujours en arrêt maladie pour plein de raisons (burn out, dépression, mal de dos etc etc de gros soucis de santé alors qu'il est jeune), avec une hygiène douteuse, fumait de l"herbe à l'époque (au moins 10 joints par jour, je l'aidais à arrêter) et a eu une enfance très difficile (père maltraitant physiquement, mère psychiquement). Les premières violences ont commencé à apparaître assez tôt dans la relation : insultes, violences verbales, taper dans les murs, les portes, etc. Il revenait toujours après en disant que j'étais la femme de sa vie, qu'il m'aimait comme il n'a jamais aimé etc ou me faisait des cadeaux. Pour ma part, j'essayais de l'aider en lui disant qu'il s'agissait de violence, que c'était inacceptable etc, et il y a avait toujours une justification : "j'ai fait ça parce que tu as fait ça" etc. Il m'a menacé physiquement deux fois, il m'a notamment dit "je vais te défoncer le crâne contre le mur", et derrière s'excusait en me disant je t'aime je ne recommencerai plus jamais etc, me rabaissait continuellement (sur mon travail, mes diplomes etc, par jalousie je pense ...), agissait un peu comme un enfant de 4 ans en colère puis par la suite redevenait un "enfant très aimant" entre gros guillemets. Il a aussi profité de moi financièrement, au sens où cela faisait plus de six mois qu'il ne payait plus les courses et autres dépenses pour la maison etc. Nous avons fait un voyage à l'étranger (chaotique, son comportement était exécrable avec moi la veille du départ) quelques temps avant notre rupture, j'ai tout payé.

À chaque moment important pour moi (entretien, passage de diplôme etc), une violente dispute se produisait. Je précise qu'il parlait tout seul, en étant énervé, parfois pendant 20 minutes, ça se produisait très fréquemment. Il disait notamment "elle fait chier" "elle casse les couilles"ou autre.
Tout ce que j'achetais ou faisait était mal, sachant que j'essayais de faire en sorte d'avoir une vie "correcte". Il ne faisait plus rien avec moi, ne dormait plus avec moi depuis des mois en prétextant des insomnies (il ne dormait quasiment jamais). Il y avait des phrases auxquelles je n'avais pas prêté attention qui font sens à présent : au début de notre relation, il m'avait notamment dit "heureusement que tu es comme tu es sinon je t'aurais fait la misère", et il m'a récemment dit "que dans sa tête, il pensait comme un robot".

Petit à petit mon énergie a commencé à décliner, je me suis sentie sous emprise tout en intellectualisant tout ça (je suis très au fait des violences faites aux femmes etc). Je n'avais plus d'énergie, le cerveau cotonneux et j'étais confuse (je le suis encore).
Je suis partie brusquement car c'était pour moi une question de survie, après qu'il m'aie dit "maintenant qu'on n'est plus ensemble je ne suis plus obligé de te respecter alors tais toi sale conne", il m'a dit que j'étais une "putain de folle", mais aussi que mon futur copain allait non seulement m'insulter mais aussi me frapper si j'agissais ainsi avec lui. J'ai appelé mes parents qui sont venus me chercher et j'ai donné mon préavis le lendemain, cela fait quinze jours. La maison sera bientôt rendue. Il a donné son préavis deux jours après. Je suis revenue chez mes parents, lui "habite" encore là-bas, des cartons sont faits, il a laissé des petites choses symboliques de notre histoire à portée de vue, en revanche les gros cadeaux que je lui ai faits sont bien dans les cartons (cadeaux onéreux).

J'ai omis beaucoup de choses mais je lis énormément sur le sujet des manipulateurs, PN etc depuis que ça s'est passé, je me sens très faible, complètement flouée, détruite, j'ai l'impression que je ne m'en sortirai jamais, que cette histoire n'était qu'une illusion ... Je suis par ailleurs suivie par une psy depuis peu. Je sais que ce que j'ai subi était de la violence conjugale, verbale et psychologique. Je sais aussi qu'il ne le reconnaîtra jamais, il ne le reconnaissait déjà pas durant notre histoire. ça fait très mal. Je n'ai plus de contact avec lui depuis que je suis partie de la maison, et je passe par sa mère pour régler la logistique.
J'ai omis volontairement beaucoup de choses étant donné que ce serait très long de tout raconter.

J'aimerais savoir comment vous vous en êtes sorti(e)s ? Est-ce qu'à un moment on retrouve la personne qu'on était, avant tout ça ? J'ai l'impression qu'il a aspiré toute mon énergie.

Je vous remercie de m'avoir lue, j'avais besoin de déposer cela quelque part.

Bonne soirée à toutes et à tous, je continue ma lecture du forum ...
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Angel22600
Messages : 6
Inscription : sam. 27 nov. 2021 22:39

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Angel22600 »

bonsoir,
je suis nouvelle sur le forum tout comme toi, j'ai écrit les grandes ligne de mon histoire sur "mon ex est un PN".
En ce qui me concerne, séparée de lui depuis début aout et sans contact direct, et avec une obligation pour lui de ne plus avoir de contact direct sous peine de prison, j'ai décidé après avoir beaucoup pleuré, analysé la situation dans tous les sens....que je ne devais pas lui donner le plaisirs de me " voir" sombrer, j'ai donc décidé dans un premier tps de prendre soin de moi de retrouver celle que j'étais avant de le rencontrer, me maquiller, reporter des robes, jupes, talons hauts retrouver ma femminité...de retrouver mes amies pour boire un verre, puis de sortir en boite de nuit pour retirer la soupape....et constater que je peux plaire contrairement a ce que mon ex PN me disait....je me suis fais violence en me disant parfois si j'avais le droit de faire tout cela, en regardant la pendule en me disant que j'allais rentrer tard, puis qq minute plus tard je me disait mais il est plus là, je n'ai pas de compte a rendre a personne, plus d'interrogatoire en rentrant (qui? quoi? ou? comment?)
Une nouvelle vie beaucoup plus sereine, ce qui a été le plus difficile pour moi est la solitude le soir en rentrant a la maison après le travail, j'ai donc décidé de me mettre au bricolage et a la rénovation de meubles, quelque chose de très satisfaisant, et valorisant . Cela me permets également de ne plus penser a lui...
je l'ai aimé plus que mon ex mari, je l'ai aimé presque a en mourir mais aujourd'hui je dis STOP je mérite mieux que ca.
Jess2021
Messages : 20107
Inscription : mar. 1 janv. 2019 17:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Jess2021 »

Loume22 a écrit : dim. 28 nov. 2021 17:54 Bonjour,

Je voudrais faire part de mon histoire, et surtout avoir des conseils pour m'en sortir.
Je ne sais pas si mon ex fiancé est vraiment un PN, en tout cas c'est une personne très toxique.
Je suis en fin de vingtaine, je l'ai rencontré il y a quatre ans, sur un site de rencontre. Je ne cherchais pas spécialement d'histoire sérieuse et j'étais à ce moment là bien dans ma vie, heureuse. Dès le début de notre histoire il m'a fait comprendre qu'il voulait être en couple, m'a dit beaucoup de choses du style tu es la femme de ma vie etc. Il était toujours en arrêt maladie pour plein de raisons (burn out, dépression, mal de dos etc etc de gros soucis de santé alors qu'il est jeune), avec une hygiène douteuse, fumait de l"herbe à l'époque (au moins 10 joints par jour, je l'aidais à arrêter) et a eu une enfance très difficile (père maltraitant physiquement, mère psychiquement). Les premières violences ont commencé à apparaître assez tôt dans la relation : insultes, violences verbales, taper dans les murs, les portes, etc. Il revenait toujours après en disant que j'étais la femme de sa vie, qu'il m'aimait comme il n'a jamais aimé etc ou me faisait des cadeaux. Pour ma part, j'essayais de l'aider en lui disant qu'il s'agissait de violence, que c'était inacceptable etc, et il y a avait toujours une justification : "j'ai fait ça parce que tu as fait ça" etc. Il m'a menacé physiquement deux fois, il m'a notamment dit "je vais te défoncer le crâne contre le mur", et derrière s'excusait en me disant je t'aime je ne recommencerai plus jamais etc, me rabaissait continuellement (sur mon travail, mes diplomes etc, par jalousie je pense ...), agissait un peu comme un enfant de 4 ans en colère puis par la suite redevenait un "enfant très aimant" entre gros guillemets. Il a aussi profité de moi financièrement, au sens où cela faisait plus de six mois qu'il ne payait plus les courses et autres dépenses pour la maison etc. Nous avons fait un voyage à l'étranger (chaotique, son comportement était exécrable avec moi la veille du départ) quelques temps avant notre rupture, j'ai tout payé.

À chaque moment important pour moi (entretien, passage de diplôme etc), une violente dispute se produisait. Je précise qu'il parlait tout seul, en étant énervé, parfois pendant 20 minutes, ça se produisait très fréquemment. Il disait notamment "elle fait chier" "elle casse les couilles"ou autre.
Tout ce que j'achetais ou faisait était mal, sachant que j'essayais de faire en sorte d'avoir une vie "correcte". Il ne faisait plus rien avec moi, ne dormait plus avec moi depuis des mois en prétextant des insomnies (il ne dormait quasiment jamais). Il y avait des phrases auxquelles je n'avais pas prêté attention qui font sens à présent : au début de notre relation, il m'avait notamment dit "heureusement que tu es comme tu es sinon je t'aurais fait la misère", et il m'a récemment dit "que dans sa tête, il pensait comme un robot".

Petit à petit mon énergie a commencé à décliner, je me suis sentie sous emprise tout en intellectualisant tout ça (je suis très au fait des violences faites aux femmes etc). Je n'avais plus d'énergie, le cerveau cotonneux et j'étais confuse (je le suis encore).
Je suis partie brusquement car c'était pour moi une question de survie, après qu'il m'aie dit "maintenant qu'on n'est plus ensemble je ne suis plus obligé de te respecter alors tais toi sale conne", il m'a dit que j'étais une "putain de folle", mais aussi que mon futur copain allait non seulement m'insulter mais aussi me frapper si j'agissais ainsi avec lui. J'ai appelé mes parents qui sont venus me chercher et j'ai donné mon préavis le lendemain, cela fait quinze jours. La maison sera bientôt rendue. Il a donné son préavis deux jours après. Je suis revenue chez mes parents, lui "habite" encore là-bas, des cartons sont faits, il a laissé des petites choses symboliques de notre histoire à portée de vue, en revanche les gros cadeaux que je lui ai faits sont bien dans les cartons (cadeaux onéreux).

J'ai omis beaucoup de choses mais je lis énormément sur le sujet des manipulateurs, PN etc depuis que ça s'est passé, je me sens très faible, complètement flouée, détruite, j'ai l'impression que je ne m'en sortirai jamais, que cette histoire n'était qu'une illusion ... Je suis par ailleurs suivie par une psy depuis peu. Je sais que ce que j'ai subi était de la violence conjugale, verbale et psychologique. Je sais aussi qu'il ne le reconnaîtra jamais, il ne le reconnaissait déjà pas durant notre histoire. ça fait très mal. Je n'ai plus de contact avec lui depuis que je suis partie de la maison, et je passe par sa mère pour régler la logistique.
J'ai omis volontairement beaucoup de choses étant donné que ce serait très long de tout raconter.

J'aimerais savoir comment vous vous en êtes sorti(e)s ? Est-ce qu'à un moment on retrouve la personne qu'on était, avant tout ça ? J'ai l'impression qu'il a aspiré toute mon énergie.

Je vous remercie de m'avoir lue, j'avais besoin de déposer cela quelque part.

Bonne soirée à toutes et à tous, je continue ma lecture du forum ...
Bonjour loume et bienvenue

Bien sur qu on en sort . 😊 c'est parfois long mais c'est fesable.
ON DEVIENT PLUS FORT ET PLUS GRAND
Avec du temps et du travail sur soi.
En prenant soin de toi.
En fesant des choses pour toi : amis famille coiffeur marche passion etccccc.
En reprenant gout a la vie.
En étant suivi psychologiquement si tu en as besoin, spécialiste des toxiques ou des violences psychologiques seraient un plus.
ET SURTOUT EN COUPANT TOUT CONTACT AVEC CE TARÉ
même si les débuts sont difficile et qu on passe par un tas d'émotions il faut tenir.
Il faut comprendre que ces gens ne fonctionnent pas comme nous et qu'ils n'ont aucun sentiment. On est juste la dans leur vie a boucher ce vide en eux et pour le remplir eux doivent détruire.
Courage
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonjour,

@angel22600, plein de courage à toi pour ce nouveau départ, tu as eu la force de reprendre ton énergie et de t'extirper de cette histoire, c'est déjà un très grand pas ! Pour ma part j'adorais prendre soin de moi aussi, pas de remarques de ce côté ou de toxicité, mais j'étais devenue tellement une "loque" que je ne le faisait plus ... Et actuellement je ne le fais plus d'ailleurs, je ne me maquille plus et je m'habille avec ce qui me tombe sous la main, comme pour refléter un état intérieur ...

@jess2021 merci pour ton retour, il a lui même "coupé" les choses en me supprimant de fb et en supprimant notre statut "fiancés" (mais pas de Messenger). Nous avons encore des comptes "loisirs multimédias" en commun.
Ce qui est très dur pour moi est de me dire que je ne n'aurais jamais de "reconnaissance" de ce qu'il m'a fait. Je pensais porter plainte a la fin du processus pour rendre la maison, le souci étant que dans ces cas là, il est très difficile d'avoir des preuves tangibles. J'avais en tout cas contacté la police qui m'a confirmé que tout ceci était inacceptable et condamnable, j'ai "ouvert un mini pré dossier" on va dire mais je n'ai pas été jusqu'à la plainte.

J'ai la sensation d'avoir vécu seule une illusion en fait, et je sais que j'ai aussi ma part de responsabilité là dedans (carence affective, dépendance affective certainement), alors que ma famille à moi est aimante et équilibrée (il me disait souvent d'ailleurs que ma famille "était une famille de Bisounours," de façon assez méprisante, "ne m'avait jamais mis de limites", puis il avait fini par m'avouer a la fin qu'il aurait aimé avoir une famille comme la mienne). Alors que ma famille l'avait depuis le début accueilli à bras ouverts ...

Je suis de retour chez mes parents pour quelques mois, j'ai besoin de ça pour rebondir car je me sens incapable de revivre seule pour le moment (j'ai vécu seule pendant quelques années dès mes 18 ans).
Je vais essayer de reprendre des activités progressivement, pour l'instant je passe par plein de stades différents, la colère, puis je pleure, ensuite je suis "indifférente" etc. Je regarde beaucoup la télé, j'écoute et je regarde beaucoup de vidéos a ce sujet (en même temps que le travail parfois, car je suis quelquefois en télétravail), ça "m'anesthesie le cerveau" en quelque sorte ...
J'ai lu une bd qui s'appelle "tant pis pour l'amour" qui parle de ce sujet, et j'ai largement reconnu des choses là dedans ...
Ainsi que des bouquins de Marie France Hirigoyen, très éclairants.

Bref pour l'instant c'est dur, je me sens seule même si j'ai la chance d'etre plutôt entourée, j'ai la sensation d'être dans une spirale sans fin qu'il peut réactiver a chaque "geste ou parole" (donc heureusement qu'on ne se parle pas ...)
Jess2021
Messages : 20107
Inscription : mar. 1 janv. 2019 17:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Jess2021 »

Loume22 a écrit : lun. 29 nov. 2021 06:24 Bonjour,

@angel22600, plein de courage à toi pour ce nouveau départ, tu as eu la force de reprendre ton énergie et de t'extirper de cette histoire, c'est déjà un très grand pas ! Pour ma part j'adorais prendre soin de moi aussi, pas de remarques de ce côté ou de toxicité, mais j'étais devenue tellement une "loque" que je ne le faisait plus ... Et actuellement je ne le fais plus d'ailleurs, je ne me maquille plus et je m'habille avec ce qui me tombe sous la main, comme pour refléter un état intérieur ...

@jess2021 merci pour ton retour, il a lui même "coupé" les choses en me supprimant de fb et en supprimant notre statut "fiancés" (mais pas de Messenger). Nous avons encore des comptes "loisirs multimédias" en commun.
Ce qui est très dur pour moi est de me dire que je ne n'aurais jamais de "reconnaissance" de ce qu'il m'a fait. Je pensais porter plainte a la fin du processus pour rendre la maison, le souci étant que dans ces cas là, il est très difficile d'avoir des preuves tangibles. J'avais en tout cas contacté la police qui m'a confirmé que tout ceci était inacceptable et condamnable, j'ai "ouvert un mini pré dossier" on va dire mais je n'ai pas été jusqu'à la plainte.

J'ai la sensation d'avoir vécu seule une illusion en fait, et je sais que j'ai aussi ma part de responsabilité là dedans (carence affective, dépendance affective certainement), alors que ma famille à moi est aimante et équilibrée (il me disait souvent d'ailleurs que ma famille "était une famille de Bisounours," de façon assez méprisante, "ne m'avait jamais mis de limites", puis il avait fini par m'avouer a la fin qu'il aurait aimé avoir une famille comme la mienne). Alors que ma famille l'avait depuis le début accueilli à bras ouverts ...

Je suis de retour chez mes parents pour quelques mois, j'ai besoin de ça pour rebondir car je me sens incapable de revivre seule pour le moment (j'ai vécu seule pendant quelques années dès mes 18 ans).
Je vais essayer de reprendre des activités progressivement, pour l'instant je passe par plein de stades différents, la colère, puis je pleure, ensuite je suis "indifférente" etc. Je regarde beaucoup la télé, j'écoute et je regarde beaucoup de vidéos a ce sujet (en même temps que le travail parfois, car je suis quelquefois en télétravail), ça "m'anesthesie le cerveau" en quelque sorte ...
J'ai lu une bd qui s'appelle "tant pis pour l'amour" qui parle de ce sujet, et j'ai largement reconnu des choses là dedans ...
Ainsi que des bouquins de Marie France Hirigoyen, très éclairants.

Bref pour l'instant c'est dur, je me sens seule même si j'ai la chance d'etre plutôt entourée, j'ai la sensation d'être dans une spirale sans fin qu'il peut réactiver a chaque "geste ou parole" (donc heureusement qu'on ne se parle pas ...)
Tu peux poser tes ressentis ici et lire les articles dans la bibliothèque. Tu es plus seule 😉 on est plus de 8000 membres 😁

On passe par de nombreux stades et c'est normal.

Le deni la colère le manque et quand vient l'indifférence on est au bout. On le ressent de l'intérieur on est moins oppressée, moi tendu et on a moins peur

Courage.

Tu es plus avec lui c'est la plus grosse partie
Ensuite ce qui est important c'est aucun contact
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Merci Jess, je parcours le forum et je suis frappée par les similitudes des situations et le courage de gens qui s'en sortent, mais aussi la cruauté des pn ...

Pour ma part j'ai beaucoup de mal à me dire qu'il a pu me manquer de respect ainsi (j'ai oublié d'omettre qu'il m'avait lancé un verre d'eau (l'eau, pas le verre du coup) le jour où il m'a dit que mon futur copain allait me frapper etc, ce qui a précipité ma décision, même si honnêtement le manque de respect/les insultes c'était régulièrement, j'étais juste trop sous emprise pour réagir. Concrètement j'ai réagi parce que je sentais que psychiquement j'allais mourir, je sens qu'il est vide à l'intérieur ou que c'est très noir et triste (diagnostiqué dépressif, dort tout le temps, quand je suis revenue faire mes affaires les choses du quotidien étaient a l'abandon, courrier, nourriture, poubelles pas mises etc).Il me disait qu'il m'aimait (beaucoup) trop de fois par jour, comme pour combler ce qu'il ne me donnait pas, de la véritable attention. Et je me suis complètement oubliée la dedans, j'ai "fusionné" avec cette personne au final, en laissant la première violence verbale arriver c'etait la porte ouverte à l'écrasement par la suite.

J'ai quand même prévenu une proche a lui qu'il s'agissait de violence conjugale. Je lui ai dit de lui faire passer le message, de lui dire que c'était inacceptable, que je n'étais en aucune cas "folle", et que j'exigeais des excuses si notre histoire avait un tant soit peu compté (deux jours avant il me disait encore comment seraient nos enfants etc, heureusement qu'il n'y avait pas d'enfants dans cette histoire !!).

Bref, je tiens le no contact mais c'est la première chose à laquelle je pense quand je me lève, j'y pense toute la journée, je n'arrive toujours pas à réaliser ... Et en même temps ça me facilite la tâche de ne pas avoir à lui parler. Je pense que mon énergie va revenir peu a peu. J'ai juste hâte que les démarches pour le logement soient faites même si y retourner me fait peur. Heureusement je continue à travailler pour m'occuper même si clairement j'aurais juste envie de dormir/ne rien faire toute la journée ...

Je me dis que j'ai évité le pire, encore un peu et ça allait vers de la violence physique et il y a avait déjà eu "intimidations" a de multiples reprises (frapper sur les tables, les meubles, lancer un objet dans un mur, se griffer le visage, me pousser même si ce n'était pas "fort" etc etc) ... J'ai aussi un peu "peur" (même si je n'ai pas peur de lui, trop feignant pour faire quoi que ce soit) qu'il se "venge" par la suite, car je le mets dans une situation délicate matériellement parlant, pour le travail aussi etc au final (et il l'a bien bien cherché, le karma fera son oeuvre et je regarderai avec du pop corn au moment venu, jusqu'à ce que par la suite je ne ressente que de l'indifférence à son égard, du moins je l'espère).

Je pense que j'utiliserai ce sujet pour parler de tout ça, extérioriser. Ça me fait du bien. C'est vraiment dur pour le moment.
Jess2021
Messages : 20107
Inscription : mar. 1 janv. 2019 17:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Jess2021 »

Loume22 a écrit : mar. 30 nov. 2021 04:23 Merci Jess, je parcours le forum et je suis frappée par les similitudes des situations et le courage de gens qui s'en sortent, mais aussi la cruauté des pn ...

Pour ma part j'ai beaucoup de mal à me dire qu'il a pu me manquer de respect ainsi (j'ai oublié d'omettre qu'il m'avait lancé un verre d'eau (l'eau, pas le verre du coup) le jour où il m'a dit que mon futur copain allait me frapper etc, ce qui a précipité ma décision, même si honnêtement le manque de respect/les insultes c'était régulièrement, j'étais juste trop sous emprise pour réagir. Concrètement j'ai réagi parce que je sentais que psychiquement j'allais mourir, je sens qu'il est vide à l'intérieur ou que c'est très noir et triste (diagnostiqué dépressif, dort tout le temps, quand je suis revenue faire mes affaires les choses du quotidien étaient a l'abandon, courrier, nourriture, poubelles pas mises etc).Il me disait qu'il m'aimait (beaucoup) trop de fois par jour, comme pour combler ce qu'il ne me donnait pas, de la véritable attention. Et je me suis complètement oubliée la dedans, j'ai "fusionné" avec cette personne au final, en laissant la première violence verbale arriver c'etait la porte ouverte à l'écrasement par la suite.

J'ai quand même prévenu une proche a lui qu'il s'agissait de violence conjugale. Je lui ai dit de lui faire passer le message, de lui dire que c'était inacceptable, que je n'étais en aucune cas "folle", et que j'exigeais des excuses si notre histoire avait un tant soit peu compté (deux jours avant il me disait encore comment seraient nos enfants etc, heureusement qu'il n'y avait pas d'enfants dans cette histoire !!).

Bref, je tiens le no contact mais c'est la première chose à laquelle je pense quand je me lève, j'y pense toute la journée, je n'arrive toujours pas à réaliser ... Et en même temps ça me facilite la tâche de ne pas avoir à lui parler. Je pense que mon énergie va revenir peu a peu. J'ai juste hâte que les démarches pour le logement soient faites même si y retourner me fait peur. Heureusement je continue à travailler pour m'occuper même si clairement j'aurais juste envie de dormir/ne rien faire toute la journée ...

Je me dis que j'ai évité le pire, encore un peu et ça allait vers de la violence physique et il y a avait déjà eu "intimidations" a de multiples reprises (frapper sur les tables, les meubles, lancer un objet dans un mur, se griffer le visage, me pousser même si ce n'était pas "fort" etc etc) ... J'ai aussi un peu "peur" (même si je n'ai pas peur de lui, trop feignant pour faire quoi que ce soit) qu'il se "venge" par la suite, car je le mets dans une situation délicate matériellement parlant, pour le travail aussi etc au final (et il l'a bien bien cherché, le karma fera son oeuvre et je regarderai avec du pop corn au moment venu, jusqu'à ce que par la suite je ne ressente que de l'indifférence à son égard, du moins je l'espère).

Je pense que j'utiliserai ce sujet pour parler de tout ça, extérioriser. Ça me fait du bien. C'est vraiment dur pour le moment.
C'est normal c'est récent mais tu es lucide et c'est le principal. C'est normal de repenser. Pourquoi. Comment ça a demarrer. On doute. Qui est le fautif? Pourquoi j'ai accepté. Etc.... c'est une très grosse remise en question.

Plus tard dans quelques mois quand tu reliras tout ça, tu te diras : comment j'ai pu aimer un connard pareil !!!!

Quand je l'ai quitté pendant 3 moi j'ai cru que j'allais crever j'étais seule face a toutes ses émotions et j'avais l'impression que mon intérieur brulait.

Puis le 1er janvier 2019 j'ai decouvert ce forum et j'ai écris sans arrêt ce qui me passait par la tête mes questions mes joies mes peines mes doutes mes souvenirs tout tout TOUT...et j'ai lu énormément j'ai tout copier coller mes textes lus ici dans la bibliothèque et dans D'AUTRE partie.
j'avais besoin de comprendre a qui j'avais affaire et pourquoi.

Tu vas y arriver parce que TU MERITES D'ÊTRE RESPECTÉE et en aucun cas d'être traitee comme une merde !

Continue d'extérioriser.
Prend du temps pour toi
Savoure chaque petit plaisir
Reconnais les et ressource toi 😊
Jess2021
Messages : 20107
Inscription : mar. 1 janv. 2019 17:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Jess2021 »

VENGE avec ta réussite, TUE avec ton silence, PUNI avec ton absence, MAIS SURTOUT GAGNE AVEC TON SOURIRE.
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Merci Jess, ça m'aide beaucoup. Je ne connais pas ton histoire mais je te souhaite de continuer sur ta lancée pour ta reconstruction, on est des survivant.e.s sur ce forum.

Oui je suis assez "lucide" dans le sens où ça fait des mois que je pense à la rupture, mais en même temps quand je suis revenue "chez moi" pour prendre des affaires je me disais qu'il fallait que j'aille dormir dans mon lit etc et que je reste la (il n'était pas là, j'étais avec mes parents) et j'ai fait une crise de larmes donc je peux revenir "sous emprise" à tout moment.
Je ne fais que penser à ça ... Je pense qu'il faut que je me fixe des horaires précis dans la journée où je "m'autorise" à consulter/lire/ecouter des choses à ce sujet, sinon je ne vais jamais m'en sortir.

Ce matin je pleurais en consultant Messenger. Je me dis que c'est une bonne chose qu'on n'aie pas de contact, qu'il est vraiment nocif, et qu'il restera comme ça toute sa vie, qu'il ne réalisera jamais, que la personne la plus malheureuse a terme ce sera lui (s'il est toutefois capable de ressentir quelque chose), rien qu'en voyant qu'il peut vivre sans récupérer le courrier qui contient des éléments importants pour rendre la maison etc, pas de papier toilette dans les toilettes etc ça fait peur en fait.Et en même temps ça me fait mal, je me dis aussi que c'est vraiment douloureux, je sens cette douleur même physiquement, comme si sans la douleur d'avant j'étais "perdue". Et je pense qu'il y a une part de sentiment de libération que je ne ressens pas encore complètement.
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Jess2021
Messages : 20107
Inscription : mar. 1 janv. 2019 17:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Jess2021 »

Loume22 a écrit : mar. 30 nov. 2021 07:50 Merci Jess, ça m'aide beaucoup. Je ne connais pas ton histoire mais je te souhaite de continuer sur ta lancée pour ta reconstruction, on est des survivant.e.s sur ce forum.

Oui je suis assez "lucide" dans le sens où ça fait des mois que je pense à la rupture, mais en même temps quand je suis revenue "chez moi" pour prendre des affaires je me disais qu'il fallait que j'aille dormir dans mon lit etc et que je reste la (il n'était pas là, j'étais avec mes parents) et j'ai fait une crise de larmes donc je peux revenir "sous emprise" à tout moment.
Je ne fais que penser à ça ... Je pense qu'il faut que je me fixe des horaires précis dans la journée où je "m'autorise" à consulter/lire/ecouter des choses à ce sujet, sinon je ne vais jamais m'en sortir.

Ce matin je pleurais en consultant Messenger. Je me dis que c'est une bonne chose qu'on n'aie pas de contact, qu'il est vraiment nocif, et qu'il restera comme ça toute sa vie, qu'il ne réalisera jamais, que la personne la plus malheureuse a terme ce sera lui (s'il est toutefois capable de ressentir quelque chose), rien qu'en voyant qu'il peut vivre sans récupérer le courrier qui contient des éléments importants pour rendre la maison etc, pas de papier toilette dans les toilettes etc ça fait peur en fait.Et en même temps ça me fait mal, je me dis aussi que c'est vraiment douloureux, je sens cette douleur même physiquement, comme si sans la douleur d'avant j'étais "perdue". Et je pense qu'il y a une part de sentiment de libération que je ne ressens pas encore complètement.
C'est normal c'est récent on oublie pas du jour au lendemain on apprend a vivre avec. Chacun son rythme

Tu t'en fous de comment il vit c'est son problème il se DEMERDE !

Il ne ressentira aucun regret . jamais.
Moi j'ai passé des nuits a lire. J'avais besoin de comprendre les mots : toxiques. Manipulation etccccc
Je voulais savoir a qui j'avais affaire..

Tu ne pourras pas le sauver. Il ne changera hamais.
Répare toi, repare tes failles et VIS
Répondre