L'après PN, comment s'en sort-on ?

Avatar de l’utilisateur
nathalie11
Messages : 2089
Inscription : sam. 7 janv. 2017 19:49

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par nathalie11 »

Loume22 a écrit : sam. 22 janv. 2022 21:51 Bonsoir Nathalie,

C'est ça, c'est comme si ça mettait en lumière d'autres aspects de la vie, d'autres relations. Je n'ai plus envie d'avoir de patience pour des gens qui ne sont pas respectueux ou qui ne prennent pas en compte les limites des autres (consciemment). J'ai perdu trop de temps à me rabaisser pour des personnes à qui ça faisait manifestement plaisir, puisqu'ils en jouaient.

La maitrise de soi passe aussi par l'acceptation de ses émotions je pense. Au lieu d'y réagir, les laisser passer dans le corps ... J'en suis encore loin également, mais j'ai remarqué ces derniers temps que quand j'avais envie de pleurer, c'est comme si je "bloquais" ces larmes.

C'est difficile de sortir de cette nostalgie. Enfin un coup il n'y a pas du tout de nostalgie et c'est la colère, l'heure d'après c'est de la tristesse etc. Les circonstances étaient assez particulières (comme dans énormément d'histoires ici d'ailleurs).
Je l'ai tellement aimé, j'ai tellement voulu y croire, je m'étais vraiment ouverte à lui. Seulement d'un jour à l'autre, il m'encensait où il m'enfonçait. Le voyage à X était pourtant l'un des meilleurs voyages de ma vie. Et je l'ai fait avec lui. Mais nous n'étions pas câblés de la même façon, j'ai vécu avec un parfait étranger. Quand je voulais passer du temps avec lui, c'était compliqué. Il a dépassé les bornes tellement de fois, moi aussi quelques fois en réaction à son indifférence/ses insultes et en même temps on a aussi vécu de beaux moments. Une relation totalement borderline en fait. Parfois je suis lucide sur le fait qu'il soit comporté comme un parasite, et puis parfois je me prends à penser qu'on se retrouvera un jour autour d'un café pour parler de tout ça (non Loume, on n'est pas dans une comédie romantique, plutôt dans un film toxique :| ). Je sais que c'est une chose qu'il ne faudrait surtout pas faire. Je rêve de partir à la campagne, marcher seule quelques jours. Voilà l'une des raisons pour laquelle je planche sur le code. J'aurais tellement aimé faire ça avec lui, même si on a fait de beaux voyages ensemble (entrecoupés de violence parfois, il ne faut pas que j'oublie). Tellement aimé que ça se passe autrement.

Je crois que le plus triste c'est que je pense que je l'aime encore malgré tout mon mépris et ma colère envers lui. Je veux encore "l'épargner" alors que lui n'en avait rien a faire de m'épargner ou de me respecter d'une quelconque manière.

Bref, on l'aura compris, ça fait deux jours que je suis en mode nostalgie malheureusement :mrgreen: .

Bonsoir Loume 22

Je mets du temps à répondre

Il y a des fermetures à faire avec les pilleurs et pilleuses d'Energie mais c'est dur :D très dur quand on est open et gentil.. un véritable training :40:

Pour la nostalgie je te comprends car même en fermant les portes ça revient.. j'en ai rêvé cette nuit de mon dernier PN et pourtant.. no contact total depuis 2 ans ( il me semble) et une colère contre cette ordure qui a un palmarès de violences à l'égard de toutes les femmes qu'il a approchées et épousées ( je t'expliques pas l'état des enfants qui sont en souffrance car manipulés à l'extrème )

Disons qu'une part d'eux ( des PN) reste humaine et comme nous avons senti une détresse, des qualités sous ce vaste bourbier infernal qui nous renvoie à nos propres failles.. il y a encore un lien et c'est ce morceau qui partira avec la guérison totale qui peut prendre des années ( en tout cas dans mon cas ) :37:
Camomille
Messages : 62
Inscription : dim. 23 janv. 2022 20:37

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Camomille »

En lisant vos messages je me dis que le mieux c’est peut être de garder une affection distante pour le PN, mais de ne pas en faire une raison de retourner avec lui. Je crois que je comprends ce dont vous parlez quand vous dites que vous êtes encore touchées par lui malgré tout. Mais il est important de ne pas associer cette émotion à un retour vers le PN. A vrai dire, il ne doit pas réellement être possible d’être amie avec l’un d’entre eux, mais cela ne veut pas dire qu’il faut les détester ou nier qu’il y a quelque chose en eux de touchant. Sans doute est il possible de garder en soi cette affection, tout en se montrant ferme (mais gentil) avec le PN. L’affection ne servira à rien au PN qui aime uniquement les manifestations de dépendance. Mais elle n’en est pas moins réelle et il n’est pas nécessaire de la tuer. Ce que je trouve un peu triste pour ne pas dire tragique avec les PN c’est qu’on ne peut pas leur donner quelque chose de positif, parce qu’ils n’en veulent pas. Ils veulent absolument rester dans leur délire, et ils passent un peu à côté de la vie. Mais peut-être en sommes nous tous un peu la… nous avons tous souvent des choses qui nous bloquent et nous empêchent de vivre.
davidH
Messages : 1064
Inscription : lun. 26 nov. 2018 13:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par davidH »

coucou Loume
ta rencontre avec mister c'est deux blessures qui se rencontrent. c'est ça la fusion. "montres moi tes blessures, je te dirais qui tu es"
voir ainsi l'amour c'est particulier, je connais, je renie pas, j'aime!!!!
mais c'est une facon de voir l'amour, le bonheur . il en existe d'autre

donc oui tu as du faire plein d'erreurs, oui il a du te mettre le nez dessus. cependant. toi tu voulais évoluer. pas lui, il voulait conserver son malheur. c'est ainsi. et franchement c'est pas toi qui pouvait lui faire changer d'avis. un jour dans une autre histoire il pourra peut etre et c'est à lui souhaiter. et le pourra justement car c'est finit entre vous.

mais toi et lui en amour ça passait plus, il voulait pas et tu ne pouvais plus le supporter. supporter ça. cette négation de l'amour.
oui il sait une partie de toi, oui il aime une partie de toi mais non il veut pas de l'amour avec toi, totalement. il n'a pas fait le chois de l'amour.
dire " quand on aime on prend l'autre dans son ensemble" c'est faux . c'est l'intention de celui qui énonce qui cimpte. ' et? toi tu veux quoi? "car dans ce cas c'est laissé l'autre faire tout et etre irresponsable au motif que c'est lui. c'est faux, immature. partage, ce n'est que ca l'amour. enfin je pense !

donc tu vas te réinventer en douceur, tiens bon. faut que ça passe
Loume22
Messages : 511
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Hello,

@Mila Tu as bien raison, il faudrait d'abord penser à soi, mettre le curseur sur ses propres besoins avant de penser à ceux des autres ... C'est curieux parce que quelque part, offrir des choses à pn était pour moi une "façon inconsciente d'obtenir de l'attention " je pense (qui ne marchait pas bien sûr).

@Nathalie c'est exactement ça, des fermetures d'énergie à faire. J'essaie de "m'entraîner" à le faire au quotidien avec des "petits mangeurs d'énergie" , et de fermer un peu mon coeur, de moins prendre les choses de plein fouet. Purée ... J'espère que cet homme a au moins un casier judiciaire vis à vis de ces violences ? J'imagine pour l'état des enfants, malheureusement les toxiques sont très forts pour retourner le cerveau et faire culpabiliser, alors sur des enfants ... :(. J'espère que ceux-ci pourront comprendre et se protéger en grandissant, avec les outils qu'on commence à avoir sur ce type de profils.
Voilà, on est branché.e.s sur les blessures des PN et comme on voit cette part en eux et qu'ils en jouent, c'est difficile de s'extraire de cette dépendance mutuelle. D'autant plus qu'on se pose généralement en sauveurs/sauveuses envers ces personnes, et eux du coup se posent tour à tour en victimes, tout à tour en bourreaux ...

@Camomille je pense qu'il y a une part inconsciente d'envie que ça reprenne effectivement, malgré toutes les crasses et les violences, c'est ce que je trouve étonnant. Mais ils mettent en place un système de type "punition/récompense" (c'est comme ça que je voyais les choses dans mon cas), qui fait revenir indéfiniment comme un élastique. Le souci c'est qu'il est aisé de basculer de l'affection à retourner dans autre chose ... Je pense que dans certains cas là "solution" reste de couper tout contact, parce qu'on n'obtiendra pas ce que l'on souhaite.

@David c'était la fusion, et je pense avoir abordé d'autres relations amoureuses sous cet angle, c'est vrai. Une façon de se présenter à l'autre, dans la reconnaissance mutuelle de ses douleurs et de ses failles. Je vais de toute façon modifier cette façon de faire, fermer des portes en moi que n'importe qui ne sera plus en mesure d'ouvrir. Honnêtement je ne pense pas qu'il pourra évoluer dans quoi que ce soit. Il est très bien là où il se situe, confortable dans ses biais. Il ne voit aucun problème a user de violence psychique envers les autres, puisqu'il se sent "dans son bon droit" et est très rigide sur ses positions. Ses précédentes histoires ont un écho, des personnes parties "du jour au lendemain", et encore je ne sais pas tout. Il a tellement de colère et de violence en lui, mais est aussi un fin manipulateur comme son père (ce qui m'a été confirmé par sa famille, et que j'ai vraiment découvert en partant). La seule chose qui pourrait le faire "changer" serait une intervention judiciaire, et encore j'en doute fortement.
Je suis d'accord avec toi, j'avais justement dit précédemment que je trouvais qu'on pouvait prendre l'autre avec ses qualités et défauts, mais pas avec tout. A partir du moment où il a usé de violence envers moi, j'aurais dû ne jamais accepter parce qu'ensuite la violence s'est amplifiée, l'emprise également. Merci David ! :40:

Hier, j'étais tellement en colère. Aujourd'hui toujours mais ça va un peu mieux. Le fait qu'il ait communiqué "indirectement" avec moi me perturbe, c'est comme s'il était revenu troubler ma reconstruction. Et surtout je reste assez interloquée du culot dont il faut faire preuve pour réclamer de l'argent quand on sait que la personne est parfaitement au courant de tout ce qu'il a fait. C'est comme si, même après avoir tout donné de moi-même, il fallait que je continue à donner indéfiniment comme si c'était mon "devoir" même après ses comportements indignes et abjects.
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Avatar de l’utilisateur
nathalie11
Messages : 2089
Inscription : sam. 7 janv. 2017 19:49

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par nathalie11 »

Bonjour :3:
Que la force soit avec Vous
comme disent les Jedi !

Oui cet homme a un long casier judiciaire mais il continue sa ronde infernale par les coups verbaux et psychologiques
Il est quand même fatigué car pas totalement dans le déni
il voit bien ce qu'il est

La fermeture énergétique sans fermer le coeur :3: idem

Il y a dans les phrases qui m'ont aidée, que j'ai retenues

Ce qui fait obstacle à notre liberté est de 3 ordres :

l'héritage ancestral et familial bien sûr
l'environnement
nos actes et leurs conséquences

Ces obstacles peuvent se dépasser par l'intériorisation et le silence
quand on fait silence
on voit apparaitre les débris qui remontent et remontent et remontent :lol:

au bout d'un certain temps apparait notre véritable image
celle qui n'est plus en interaction avec le chaos ambiant

j'en suis à ma première semaine de " faire silence" et ça commence à marcher :lol:
Avatar de l’utilisateur
nathalie11
Messages : 2089
Inscription : sam. 7 janv. 2017 19:49

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par nathalie11 »

Après avoir tout tenter :42: :41: :39: :45: :46: :24: :evil: :twisted: :?: :ugeek: :geek:
Loume22
Messages : 511
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonsoir Nathalie,

Ahah star Wars :mrgreen: .

Eh bien tant mieux qu'il ne soit pas complétement dans le déni ... Malheureusement ça ne l'arrête pas, c'est vraiment rageant :| . Mais la roue tourne, ce genre de personnes paie tôt ou tard à défaut de chercher à se comprendre.
Merci pour ces outils ... Effectivement l'intergénérationnel joue beaucoup, certains traumatismes se répètent sur plusieurs générations si on ne casse pas la chaîne ... Quant aux actes, je dirai aussi que les pensées peuvent faire obstacle à cette liberté en empêchant d'agir de façon bonne pour nous, ou encore en ressassant et en ruminant.
Eh bien, j'ai justement peur de ce silence ... En tout cas j'appréhende de reprendre mon autonomie par la suite, mais je pense que c'est parce que je suis encore fragile.
Bonne introspection alors Nathalie :D :40: !!


Bon, aujourd'hui, congés ... Encore énervée, j'ai fait une promenade qui ne m'a pas plus calmée :mrgreen:. Jusqu'à ce soir où j'ai fait mon lait de soja, je suis déjà un peu plus relaxée. J'ai répondu à l'agence de façon très concise, en utilisant un verbe qui montre que c'est moi qui décide. Sur ce point ce sera donc réglé, pourtant je trouve ça totalement incohérent puisque la somme qu'il consent a partager est plus élevée que la somme qu'il me réclame ... À ce stade je réalisé que c'est un être bourré d'incohérences sur tellement d'aspects de sa vie ... J'ai également préparé un brouillon avec la personne de ma famille pour répondre au SMS de "réclamation" de pn ... Factuel, mais qui appuie là où ça fait mal tout en y mettant les formes (neutre mais qui pique sans en avoir l'air). Hâte de l'envoyer. Aussi, j'ai regardé une vidéo où il était donné l'exemple d'une personne qui était partie au bout de plusieurs années de couple où tout se passait bien après une parole violente, où l'autre partenaire évoquait son envie de frapper la personne. J'ai trouvé ça bien, cette idée de ne rien laisser passer. D'avoir une ligne de conduite envers soi-même.
Je ne voulais pas que ça se passe comme ça, vraiment pas. Et le clou est d'autant plus enfoncé avec la réclamation matérielle en passant le reste sous silence, à croire que pour lui c'était normal et tout naturel, parce que bien sûr je l'avais certainement cherché, de son point de vue (après tout, il m'avait déjà dit un jour qu'il s'en "battait les couilles de me manquer de respect" ... Tout est dit !)
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Avatar de l’utilisateur
MilaLune
Messages : 3412
Inscription : lun. 19 août 2019 18:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par MilaLune »

Bonsoir Loume,

C'est juste une impression, ou l'ambiance procédurière t'aide à rester un peu plus sur Terre ?

L'autonomie ça fait peur, ouais... Mais quand on est vraiment bien entouré, on a des personnes qui nous aiguillent et nous accompagnent... Pour notre bien. Puis qui s'éloignent doucement, peu à peu. Pour notre bien aussi. Et entre temps, on a appris des choses. Alors parfois ça saoule, parfois y'a la flemme, parfois il y a des angoisses diverses... Mais dans le fond : on n'a plus peur.
Bien joué, pour le mail... Si c'est concis en plus d'être directif, c'est que tu sais t'exprimer sans te justifier de trop et ça c'est très, très bon signe !

Ah, le fardeau transgénérationnel... Parfois si pesant, "empêtrant" même !
Je n'ai tellement pas envie d'avoir de lien avec ma famille, que je me vois même détourner le regard quand j'ai une pensée pour elle.
Il va falloir quand même songer au nettoyage.
Je sais que si je ne consacre pas un moment à une bonne grosse réflexion au sujet de la famille, je serai prochainement bloquée. Donc post-it sur le frigo : "Penser à crever l'abcès avec moi-même avant la gangrène" :lol:

J'ai pensé à toi, non pas en infusion mais en clope électronique : un miracle sur ma main qui me causait tant de tracas. Quel bonheur, d'avoir un peu de répit ! Merci à toi :39:
nathalie11 a écrit : ven. 28 janv. 2022 09:21 La fermeture énergétique sans fermer le coeur
À graver quelque part aussi !
Loume22
Messages : 511
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonjour Mila,

Effectivement, je suis un peu plus dans la réalité, j'oscille entre des émotions diverses et variées comme c'est un peu le cas depuis le début mais ce qui prédomine ces derniers jours c'est la colère. J'imagine que c'est bon signe !
Pour l'autonomie, j'ai déjà vécu seule des mes 17/18 ans pendant 7-8 ans, donc je pense que par la suite ça ne me posera pas trop de problème, une fois que tous ces soutiens seront toujours présents mais que l'oiseau (re-re)quittera le nid ahah. Pour le moment ça me fait encore peur, mais j'ai hâte de la personne que je vais découvrir au bout.
Eh bien, avant j'argumentais avec lui, j'essayais de démontrer, de raisonner, je m'epuisais a faire tout ça. Surtout a lui faire comprendre qu'il était violent, ça n'en finissait pas de "mais si tu n'avais pas fait ca j'aurais pas fait ça", bref rien à en tirer, discours classique, surtout quand ce que j'avais fait c'était par exemple lui laisser du café pour le matin. J'ai enfin compris qu'il fallait "jouer sur son terrain", être procédurière même si ça fait tout drôle, l'impression de parler à un inconnu au boulot en fait. Pas le choix, de toute façon on en est là.

Je te souhaite d'entamer cette réflexion sur ta famille quand tu seras prête, parfois ça peut être lourd mais salvateur par la suite de se poser un peu pour se débarrasser des bagages inutiles ... Après c'est sur qu'il faut être prête, et le faire dans de bonnes conditions !
Très contente d'avoir pu t'aider un peu Mila, ça fait plaisir ! C'est super si ça a pu soulager un peu ta main :39:. Il y a aussi les gouttes qui marchent pas mal, enfin plein de déclinaisons, a trouver ce qui convient le plus. Et puis des études poussées commencent à être faites à ce sujet, et dans mon entourage je constate aussi que ça marche avec des pathologies assez importantes (sur la durée bien sûr, des progrès sont observés).
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Jess2021
Messages : 20099
Inscription : mar. 1 janv. 2019 17:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Jess2021 »

Coucou loume

Je passe te dire que tu peux etre FIÈRE de ton avancée depuis les premiers mots ou je t'ai lu.
Continue ton bout de chemin vers ta nouvelle vie
BRAVO 🤗
On a tous au fond de nous une force que l'on ne soupçonne pas..
Répondre