L'après PN, comment s'en sort-on ?

UnNouveauSens
Messages : 143
Inscription : ven. 24 déc. 2021 19:41

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par UnNouveauSens »

Loume22 a écrit : mer. 19 janv. 2022 17:14 Bonsoir UnNouveauSens 🦄 !

Je ne sais pas s'il est plus facile pour moi d'assumer ma colère, parce qu'elle a été synonyme durant ma relation avec le pn de "folie" (selon lui, en tout cas), malgré tout ce que je vivais, lui pouvait être en colère mais moi si je me mettais en colère c'était parce que j'étais folle et que c'était de ma faute. Donc il y a un sentiment de culpabilité aussi, et peut être une volonté inconsciente de se distinguer de cette personne ?

Pas de souci, je n'ai pas senti de manque de respect du tout au contraire tu exprimes les choses de façon bienveillante 🤗.
Effectivement je reconnais ces petits moments qui font du bien, je vois aussi que j'ai changé. C'est exactement ça, on quitte ses repères, même si concrètement mes repères c'était aussi une maison qui sentait le tabac partout, en désordre total malgré mes tentatives de rangement et de nettoyage ..

"Il y aura toujours une fournée toute chaude de pain à 17h30." : J'adore cette phrase !! Exactement, il y a de petites choses immuables qui apportent beaucoup de réconfort. Bien sûr que les licornes existent hihi :)

Aujourd'hui j'ai laissé ressortir la colère : une ancienne "pote" qui harcèle une amie depuis deux mois et qui est passée par mon intermédiaire pour obtenir des réponses. Je l'ai envoyée sur les roses plusieurs fois, fermement mais respectueusement, elle a fini par être agressive envers moi et par me bloquer.
+ Une collègue qui commence sérieusement à me gonfler, qui me harcèle plus ou moins depuis le début, par "petites touches", en contrôlant tous mes faits et gestes et ceux de mes collègues, en se permettant des remarques déplacées et en se prenant pour ma cheffe alors que ce n'est pas le cas du tout. Maintenant je la recadre, sauf que je suis obligée de le faire en permanence. Avant j'avais le harcèlement moral du toxique + le sien, je n'en pouvais plus. Donc je pense faire remonter plus haut si ça continue, plusieurs anciennes collègues et collègues ont subi des choses de sa part aussi. J'en ai vraiment marre. Je suis surdiplomée pour le boulot que je fais, du coup je pense qu'il y a de la jalousie en jeu, elle est plus âgée, peut être des regrets pour sa carriere etc mais c'est juste insupportable. Je suis arrivée en me posant en collègue, pour moi on est une équipe qui s'entraide. Apparemment une de ses anciennes collègues fermait carrément la porte toute la journée pour ne plus là voir tellement elle ne la supportait plus, ça n'est pas pour rien. En gros elle veut tout contrôler, et a l'âge d'être ma mère donc doit certainement se considérer comme telle. Aucune empathie non plus lorsque j'avais évoqué (vraiment brièvement) mon histoire pour expliquer mon changement d'adresse et mes congés.
Et enfin de la colère pour le toxique, qui laisse toujours la photo en toute impunité, qui se réapproprie donc l'exactitude des faits. J'ai parfois des envies de lui dire que je sais qui il est, et que je ne me laisserai plus faire. Sauf que mon silence est déjà une réponse. Mon silence signifie qu'il ne peut plus avoir de prise ni de réaction sur moi.

Bref, je suis quand même "contente" de ressentir cette colère aujourd'hui, elle est aussi un signe de limites posées.
Hello Loume 🦄

J'ai lu ton message hier et ça m'inspirait pas mal de choses mais j'avais trop peu de neurones concentrés ! 😆

Tout d'abord j'aime bien ce que tu dis sur la colère comme preuve de reconnaissance des limites.

En fait ça reflète tout ce que tu dis dans ce message : la "pote", la collègue, le toxique.

Quand tu parlais de la collègue et de ce qui pouvait provoquer ça en elle tout en disant "c'est insupportable" ça m'a encore renvoyée à ce que Mme de Sévigné disait "Je peux tout comprendre, mais je ne peux pas tout accepter". Une phrase que j'aime beaucoup ❤️

Tout le truc c'est comment signifier cet insupportable selon les circonstances. Et quand on a face à soi une personne qui "scrute" nos réactions ça peut être fatiguant.
Je connais pas la nature exacte des propos de ta collègue mais est ce qu'il est envisageable de lui répondre un simple "ok, d'accord 👍" quand elle fait ça ? un "je te remercie, ça va aller" même si ça paraît répondre un peu à côté, juste histoire que tu n'ais pas à te justifier auprès d'elle et ça la désarmerait peut être assez pour qu'elle te laisse tranquille, même provisoirement.
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonsoir Nathalie11,

J'aime bien tes 6 points, contente que tu en sois sortie pour de bon en tout cas 🤗🌞. Alors pour le no contact absolu ... Pas de contact depuis à peu près deux mois, mais depuis peu j'avais encore des contacts avec sa mère. Je ne l'ai pas bloqué, ni supprimé. Je fais la morte. Lui je crois qu'il m'a "limité" mais pas bloqué non plus ... J'essaie de ne pas aller voir les canaux sur lesquels il pourrait potentiellement être actif.
Tout virer ... Je ne me sens pas encore prête, mais je songe à faire un feu de bois de tout ce qui le concerne, quand je le serai un jour ... Les 4 derniers points sont en cours, je retrouve déjà un peu mes valeurs profondes en n'étant plus en contact avec lui.

Hello UnNouveauSens 🦄

Oui, j'ai vu ta réponse sur le sujet de Jess :) la colère qui pointe le bout de son nez j'essaie de l'accueillir, de la considérer comme "une alliée" ...

C'est exactement ça, tout comprendre mais pas tout accepter. Belle phrase qu'il faudrait appliquer au quotidien ...
Eh bien cette collègue a été assez loin dans ses propos, en sous entendant que je n'allais pas rester à plusieurs reprises et qu'elle voulait caser quelqu'un d'autre à ma place comme si c'était elle qui décidait, au début de mon contrat (j'ai un type de contrat assez spécifique). Et autres irritations quotidiennes. Elle se targue de rester jusqu'à pas d'heure, contrôle absolument tout jusqu'aux choses les plus insignifiantes. Je pense que je peux faire ça oui, répondre à côté. Et ne plus répondre au téléphone non plus quand je vois que c'est elle (heureusement depuis le covid on se voit très peu mais il reste les contacts en télétravail et par mail). Il m'est déjà arrivé aussi de ne pas répondre à ses mails ou à ses insinuations du tout. Un peu tous les jours, c'est lourd. C'est vraiment quelqu'un qui est prêt à écraser les autres pour se faire bien voir et ça me déplaît profondément. Je redoute un peu le moment où ma collègue enceinte va partir en congés, on va se retrouver en groupe restreint et je sais qu'elle va encore plus essayer de faire asseoir sa "domination", dans un contexte qui sera en plus particulier pour nous (en gros, élections, contrat en rapport avec le gouv, je ne suis pas sûre de rester comme ça début par rapport à mon contrat même si je pense que je resterai quand même).

Concernant le toxique, j'ai eu mon rdv avec la psy tout a l'heure, j'ai pris des jours off. En lui relatant d'autres choses elle a eu des mots très forts, elle m'a dit qu'en fait en arrivant dans cette maison j'étais comme une éducatrice avec des marginaux dans un squat, ou comme une infirmière en HP (pas de façon péjorative, mais pour me signifier qu'ils avaient des pathologies psychiques et que les accusations du PN étaient totalement injustifiées et infondées). Et c'était exactement le cas.
Je songe à contacter l'asso France Victimes comme tu nous l'avais conseillé UnNouveauSens, mais j'ai peur de devoir faire le deuil du toxique si je fais ça. Je regarderai, au moins pour me renseigner au niveau juridique.
Ce qui m'interpelle, c'est que je suis certaine qu'il serait capable de me recontacter si je dois de l'argent pour la caution, mais en aucun cas pour s'excuser (je sais, je joue la mamie radoteuse, il ne s'excusera pas :mrgreen:).
Je me trouve changée, je sens que je pose de nouvelles bases, petit à petit. Je ne veux plus qu'on me fasse de mal. Je ne veux plus vivre ça. Et en même temps j'ai toujours la sensation d'un immense gâchis, un peu le "mais on aurait pu être heureux si ..."
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Avatar de l’utilisateur
nathalie11
Messages : 2089
Inscription : sam. 7 janv. 2017 19:49

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par nathalie11 »

Bonsoir Loume 22

en fait quand tu as mis en lumière l'emprise du PN, tu te retrouves confronté à toutes les relations toxiques qui fonctionnent sur des schémas : dominants dominés.. que ce soit dans le cadre pro ou autre....c'est très dur parce que ça pourri tout.. c'est à dire toute relation d'amour ou d'amitié ou de collaboration authentique.

Rester calme relève du challenge

Je n'ai pas encore gagné cette bataille de la maîtrise de soi et je souffre encore régulièrement
cette maîtrise de soi profonde est complètement liée à la confiance en soi

pour ce qui est de la nostalgie " on aurait pu mieux faire " en fait NON.... et là plus aucun sentiment mais alors vraiment plus rien car le PN veut détruire et rien de plus ou alors se gaver de l'Energie de l'autre comme une grosse tique
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonsoir Nathalie,

C'est ça, c'est comme si ça mettait en lumière d'autres aspects de la vie, d'autres relations. Je n'ai plus envie d'avoir de patience pour des gens qui ne sont pas respectueux ou qui ne prennent pas en compte les limites des autres (consciemment). J'ai perdu trop de temps à me rabaisser pour des personnes à qui ça faisait manifestement plaisir, puisqu'ils en jouaient.

La maitrise de soi passe aussi par l'acceptation de ses émotions je pense. Au lieu d'y réagir, les laisser passer dans le corps ... J'en suis encore loin également, mais j'ai remarqué ces derniers temps que quand j'avais envie de pleurer, c'est comme si je "bloquais" ces larmes.

C'est difficile de sortir de cette nostalgie. Enfin un coup il n'y a pas du tout de nostalgie et c'est la colère, l'heure d'après c'est de la tristesse etc. Les circonstances étaient assez particulières (comme dans énormément d'histoires ici d'ailleurs).
Je l'ai tellement aimé, j'ai tellement voulu y croire, je m'étais vraiment ouverte à lui. Seulement d'un jour à l'autre, il m'encensait où il m'enfonçait. Le voyage à X était pourtant l'un des meilleurs voyages de ma vie. Et je l'ai fait avec lui. Mais nous n'étions pas câblés de la même façon, j'ai vécu avec un parfait étranger. Quand je voulais passer du temps avec lui, c'était compliqué. Il a dépassé les bornes tellement de fois, moi aussi quelques fois en réaction à son indifférence/ses insultes et en même temps on a aussi vécu de beaux moments. Une relation totalement borderline en fait. Parfois je suis lucide sur le fait qu'il soit comporté comme un parasite, et puis parfois je me prends à penser qu'on se retrouvera un jour autour d'un café pour parler de tout ça (non Loume, on n'est pas dans une comédie romantique, plutôt dans un film toxique :| ). Je sais que c'est une chose qu'il ne faudrait surtout pas faire. Je rêve de partir à la campagne, marcher seule quelques jours. Voilà l'une des raisons pour laquelle je planche sur le code. J'aurais tellement aimé faire ça avec lui, même si on a fait de beaux voyages ensemble (entrecoupés de violence parfois, il ne faut pas que j'oublie). Tellement aimé que ça se passe autrement.

Je crois que le plus triste c'est que je pense que je l'aime encore malgré tout mon mépris et ma colère envers lui. Je veux encore "l'épargner" alors que lui n'en avait rien a faire de m'épargner ou de me respecter d'une quelconque manière.

Bref, on l'aura compris, ça fait deux jours que je suis en mode nostalgie malheureusement :mrgreen: .
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
AnnaK
Messages : 479
Inscription : jeu. 12 août 2021 19:07

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par AnnaK »

Bonjour Loume,

Ce que tu racontes sur les voyages me rappelle bien de souvenirs. Il y a eu un voyage en Italie "en amoureux", tout y était pour passer de bons moments, l'atmosphère très agréable, la ville imprégnée d'art, la bonne cuisine, le temps ensoleillé et doux... Sauf le vide entre nous, le sentiment d'être deux étrangers marchant côte à côte. C'est là que j'ai commencé à comprendre qu'il n'y a pas de connexion affective entre nous et que sans cela notre couple n'en est pas un.
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonsoir AnnaK,

C'est curieux quand tu parles de connexion affective, j'avais l'impression d'en avoir une avec lui notamment dans l'intimité, ou dans sa façon de me regarder. Mais sur d'autres points il me semblait comme détaché aussi, un peu "dans son monde". Est ce que j'ai imaginé cette connexion ? Est ce que je voulais tellement la voir que j'y ai cru et j'ai fait vivre cette fable ? La psy m'a assurée qu'il avait été sincère dans son amour (comme dans son desamour, elle a bien insisté la dessus). Elle l'a comparé à un enfant tyrannique a qui il fallait mettre des limites, mais les étiquettes que j'ai mis sur cette relation brouillent les choses. Ce qui est sûr en tout cas c'est qu'il a un vrai problème, et qu'il est complètement toxique, et sûrement pn a un certain degré je pense.

Lors de ce fameux voyage il avait été aussi méchant dans certains de propos envers moi, alors que je voulais vraiment profiter de ce temps pour nous retrouver. Quand je le voyais nerveux parce qu'il ne pouvait pas fumer dans l'aéroport du retour par exemple, j'essayais de temporiser (j'ai trouvé ça vraiment dur psychiquement, j'avais la sensation qu'il ne pensait qu'à ça au détriment du voyage qu'on venait de passer). Et paradoxalement le soir il avait été aux petits soins avec moi, qui était épuisée et repartait en vacances le lendemain ... A n'y rien comprendre. J'essayais souvent de temporiser au final, et de m'adapter à ses humeurs. J'ai remarqué aussi qu'il ne s'extasiait pas autant que moi quand on visitait (bon, ok, je suis assez expressive quand je voyage mais quand même).

Sinon, j'ai enfin mes règles. J'ai mal mais je suis contente.
J'ai trouvé un remède tout simple pour me détendre les muscles et apaiser l'esprit en douceur le soir aussi, que je mets dans du lait (je ne sais pas si je peux mettre la recette, il s'agit de qqchose de légal mais je ne veux pas créer de polémiques ou autre :)).
Je continue à me poser des questions, et a faire aussi le deuil de mon côté. Toujours dans une phase de repli, je ne veux absolument pas que quiconque me fasse de mal à nouveau. Je ne sais pas combien de temps durera cette phase, mais je me sens protégée.
Lui, je le vois en permanence connecté encore. Certainement toujours en arrêt pour X ou Y raison, ou viré. Je l'imagine sonné. Et c'est tant mieux, son vrai visage est de toute façon celui-là, même si j'étais passée totalement a côté le temps de la relation. Vraiment, j'aurais pu faire n'importe quoi pour lui. Je pense reellement que pour sa part, son but était de m'aneantir.C'est ce qui est effrayant dans ce genre d'histoires.
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Avatar de l’utilisateur
MilaLune
Messages : 3414
Inscription : lun. 19 août 2019 18:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par MilaLune »

Loume22 a écrit : dim. 23 janv. 2022 19:27 J'ai trouvé un remède tout simple pour me détendre les muscles et apaiser l'esprit en douceur le soir aussi, que je mets dans du lait (je ne sais pas si je peux mettre la recette, il s'agit de qqchose de légal mais je ne veux pas créer de polémiques ou autre ).
Bonsoir Loume,

Super, bonne nouvelle pour les règles !
Je veux bien que tu partages ta recette si les ingrédients sont légaux et licites, et ne nécessitent pas de prescription médicale. Je prendrai ou ne prendrai pas selon mes goûts et convictions.
Si ça te gêne, je comprends aussi !
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonsoir Mila,

Je m'aperçois que la molécule en elle même est légale sous diverses formes mais que la façon dont je la consomme (en fleurs/feuilles dans le lait donc) ne l'est plus depuis le début de cette année (donc très récent), je ne cite pas de nom en conséquence mais c'est assez reconnaissable je pense.

Donc si tu devines ce que c'est (et que ça correspond à ce que tu souhaites et a tes convictions), la recette est toute simple. Je broie les feuilles/fleurs pour les mettre dans du lait de soja vanille/lait d'amande ou autre, je fais bouillir durant quinze minutes puis je filtre pour boire le lait et extraire les résidus. Ça aide pour les douleurs de règles, les courbatures, l'anxiété également et l'insomnie (pour ma part en tout cas).

Je pense que ça peut marcher également pour d'autres plantes traditionnellement utilisées en infusions (verveine ou autre), ça vaut peut être le coup de bricoler !

Sinon il y a aussi le bon vieux lait de vache/lait d'amande/de vanille au miel :mrgreen: .
J'aime bien aussi la tisane de verveine, de lavande. Je trouve que la lavande est assez efficace en cas d'insomnies.
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Oups, petite rectification, je fais bouillir le lait puis une fois bouilli je termine à feu doux.
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Avatar de l’utilisateur
MilaLune
Messages : 3414
Inscription : lun. 19 août 2019 18:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par MilaLune »

OK Loume, merci.
J'aime beaucoup les infusions de lavande aussi.

La verveine, j'en ai eu quelques fois qui venait du Maroc, piochée directement dans le champ voisin par un collègue : plus efficace que les hypnotiques que je prenais occasionnellement à l'époque, impressionnant.

Pour le bas-ventre, en cas de fortes contractions, j'applique une bouillotte bien chaude, ça soulage aussi un peu...
Répondre