L'après PN, comment s'en sort-on ?

UnNouveauSens
Messages : 143
Inscription : ven. 24 déc. 2021 19:41

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par UnNouveauSens »

Bonsoir ! 🦄

C'est juste mon avis, je dis ça avec prudence, mais concernant les séquelles, chaque histoire est différente et tout le monde traverse la vie en faisant de son mieux pour avancer. Tout le monde n'a pas les mêmes ressources pour changer la narration autour des mauvais moments. Il y aura toujours le souvenir, en soi, ça pourrait être considéré comme une séquelle d'avoir ce genre d'événement désagréable en mémoire.

Là où je veux en venir c'est que tout est subjectif.

Je me souviens de ce que ma psy m'avait dit à la première séance après lui avoir parlé : "si vous êtes d'accord, je vais vous aider à dédramatiser le souvenir de ce qui est arrivé."

Ça m'a tout de suite parlé. Et dans sa démarche ça ne veut pas dire "oooh mais c'est rien ça Madame, allez c'est du passé maintenant !"

Mais on/je change la narration au fur et à mesure, je suis de plus en plus en paix avec ce qui est arrivé. Étrangement ça m'amène à être de plus en plus ancrée dans le présent. C'est compliqué à expliquer... disons que la charge émotionnelle s'allège de plus en plus. J'ai accepté que ça soit arrivé je pense. C'est comme si j'étais sortie d'une boucle infernale.

Il y a vraiment de l'espoir Loume 🌻 certes cette histoire m'a changée en un être profondément triste et perdue, mais je n'avais pas dit mon dernier mot 😉 Je l'ai toujours pas dit d'ailleurs ! 😆 Et je compte bien continuer comme ça jusqu'à la fin de ma vie 😆 et apprendre quoi que la vie m'apporte.

J'ai changé et maintenant c'est moi qui décide de l'orientation de ce changement 🌻

Crinière au vent 🦄

💪

Bisous 😘
Loume22
Messages : 511
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonjour UnNouveauSens 🦄 (gang des licornes ahah)

Je suis d'accord, c'est vrai que c'est subjectif. Après a mon avis le temps transforme aussi la perception de l'événement, au fur et à mesure. Je vois déjà au bout de deux mois et quelques que ma perception n'est plus la même. J'aime bien ce que ta psy t'a dit, je trouve ça sain de justement modifier la perception des choses et de travailler ensemble là dessus.

Après vraiment je disais ça parce qu'on a parfois des réactions similaires avec ma meilleure amie, même si bien sûr pas le même vécu sur d'autres points/le même caractère, elle me connait très bien, et je sais que son intention était bienveillante :). De toute façon je vois déjà que sans cette personne je me "blinde", c'est étrange. Le fait de ne pas avoir de contact aide beaucoup je pense. Je suis d'ordinaire une boule d'émotions, eh bien depuis que je suis partie je m'apaise de plus en plus, ou peut être que je ne laisse plus toutes les émotions se pointer je ne sais pas. En même temps pas trop d'occasions de voir apparaître des émotions.

C'est pour ça que contrairement à d'habitude je ne cherche pas à "faire apparaître" ces émotions, et que je suis incapable d'écrire vraiment sur tout ce qui s'est passé (sur le papier), j'ai bien trop peur de faire tout ressortir. Mais ça va devoir ressurgir à un moment ou a un autre, et déjà quand je regarde des films/séries a ce sujet j'ai beaucoup de colère par contre. Même des faits divers, ça me révolte beaucoup (bon, déjà avant quand j'étais dans cette histoire). Bref désolée c'est très confus tout ça, je suis encore en phase de réveil dans les transports :mrgreen: .

Il y a quand même encore beaucoup de choses qui me chiffonnent encore concernant cette personne. Je me dis que je me suis catapultée loin de ce qui faisait mon quotidien, malgré tout j'avais construit un début de vie d'adulte, mais sur des fondations très peu solides. La psy a dit que j'avais pris une décision d'adulte en décidant de partir. Mais c'est comme si dans ma tête j'avais encore la clé, que j'allais pousser la porte etc, comme si je ne réalisais peut être pas encore tout à fait. Même si j'avais un sentiment de solitude extrême, vraiment, il se levait tous les jours à 16 heures parfois plus tard pendant que je revenais du boulot, je faisais quasiment tout toute seule, c'était devenu ma "'normalité". De la normalité dans le malsain en fait. J'avais cultivé un petit potager dont j'étais fière, des légumes et tout ça. J'avais aussi une pièce pour moi, et il va falloir tout recréer lorsque je reprendrais un appartement.

Je te remercie en tout cas pour ce message qui m' apporte beaucoup d'espoir, et pour ta positivité !

Bonne journée 🌞 !
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Dorodoro
Messages : 50
Inscription : lun. 1 nov. 2021 14:08

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Dorodoro »

Loume22 a écrit : mar. 18 janv. 2022 07:18 Bonjour UnNouveauSens 🦄 (gang des licornes ahah)

Je suis d'accord, c'est vrai que c'est subjectif. Après a mon avis le temps transforme aussi la perception de l'événement, au fur et à mesure. Je vois déjà au bout de deux mois et quelques que ma perception n'est plus la même. J'aime bien ce que ta psy t'a dit, je trouve ça sain de justement modifier la perception des choses et de travailler ensemble là dessus.

Après vraiment je disais ça parce qu'on a parfois des réactions similaires avec ma meilleure amie, même si bien sûr pas le même vécu sur d'autres points/le même caractère, elle me connait très bien, et je sais que son intention était bienveillante :). De toute façon je vois déjà que sans cette personne je me "blinde", c'est étrange. Le fait de ne pas avoir de contact aide beaucoup je pense. Je suis d'ordinaire une boule d'émotions, eh bien depuis que je suis partie je m'apaise de plus en plus, ou peut être que je ne laisse plus toutes les émotions se pointer je ne sais pas. En même temps pas trop d'occasions de voir apparaître des émotions.

C'est pour ça que contrairement à d'habitude je ne cherche pas à "faire apparaître" ces émotions, et que je suis incapable d'écrire vraiment sur tout ce qui s'est passé (sur le papier), j'ai bien trop peur de faire tout ressortir. Mais ça va devoir ressurgir à un moment ou a un autre, et déjà quand je regarde des films/séries a ce sujet j'ai beaucoup de colère par contre. Même des faits divers, ça me révolte beaucoup (bon, déjà avant quand j'étais dans cette histoire). Bref désolée c'est très confus tout ça, je suis encore en phase de réveil dans les transports :mrgreen: .

Il y a quand même encore beaucoup de choses qui me chiffonnent encore concernant cette personne. Je me dis que je me suis catapultée loin de ce qui faisait mon quotidien, malgré tout j'avais construit un début de vie d'adulte, mais sur des fondations très peu solides. La psy a dit que j'avais pris une décision d'adulte en décidant de partir. Mais c'est comme si dans ma tête j'avais encore la clé, que j'allais pousser la porte etc, comme si je ne réalisais peut être pas encore tout à fait. Même si j'avais un sentiment de solitude extrême, vraiment, il se levait tous les jours à 16 heures parfois plus tard pendant que je revenais du boulot, je faisais quasiment tout toute seule, c'était devenu ma "'normalité". De la normalité dans le malsain en fait. J'avais cultivé un petit potager dont j'étais fière, des légumes et tout ça. J'avais aussi une pièce pour moi, et il va falloir tout recréer lorsque je reprendrais un appartement.

Je te remercie en tout cas pour ce message qui m' apporte beaucoup d'espoir, et pour ta positivité !

Bonne journée 🌞 !
"De la normalité dans le malsain" cette phrase me parle, c'est exactement mon ressenti avec 6 mois de recul...
On en arrive à accepter des choses tout bonnement inacceptables et tout ça devient normal...
Je ne savais plus ce qui était normal ou pas, j'avais complétement perdu le sens des réalités, seule sa vision des choses comptait un vrai lavage de cerveau...
Tjangmialba
Messages : 13
Inscription : mer. 12 janv. 2022 01:24

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Tjangmialba »

Dorodoro a écrit : mar. 18 janv. 2022 13:25 "De la normalité dans le malsain" cette phrase me parle, c'est exactement mon ressenti avec 6 mois de recul...
On en arrive à accepter des choses tout bonnement inacceptables et tout ça devient normal...
Je ne savais plus ce qui était normal ou pas, j'avais complétement perdu le sens des réalités, seule sa vision des choses comptait un vrai lavage de cerveau...
C'est tellement ça ... Il te lave carrément le cerveau Je savais que ses propos etaient faux.
J'avais beau les souligner, monsieur n'écoutait pas.
Il contournait et une petite erreurs de rien du tout . Il te le reproche, fois mille.
J'insistais sur ses propos illogique de sens . Un vrai dramaturge .
Impossible de discuter avec un PN. Ça veut toujours avoir raison et il n'a aucun défaut .
Loume22
Messages : 511
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

@Dorodoro totalement, un lavage de cerveau ... Ça se fait petit a petit. Alors quelle joie de "recouvrer petit a petit la raison" ... Quand j'y pense, c'est ma première "vraie expérience de couple", habiter ensemble, rester tant d'années ensemble etc. Je ne m'attendais pas à ça.
Mais en y réfléchissant bien quand j'avais 14-15 ans jusqu'à mes 18 ans j'étais tombée sur un manipulateur aussi, qui m'avait dit des choses horribles (je me souviens notamment d'un "tu vas creuser ta tombe avec tes dents" puis qu'il voulait me draguer des années après pour "redorer son blason", un ami m'avait mis en garde et avait rapporté ses propos) et qui me menait en bateau (d'une façon différente). Sensiblement la même histoire de vie que le toxique aussi. J'avais coupé les ponts et j'y ai pensé pendant des années. Bien des années après il s'était excusé dans le but de me remanipuler je pense, donc ça n'a pas pris. Il m'avait expliqué avoir agi ainsi parce que quand il m'avait avoué ses sentiments la première fois je l'avais repoussé (c'est tellement bête comme excuse en fait, j'étais très jeune). Ça m'avait fait beaucoup de mal aussi cette histoire, même si ça n'était pas allé aussi loin. J'étais très jeune et il était un peu plus âgé. C'est totalement digeré depuis belle lurette maintenant mais sur le coup c'était dur. Je ne voudrais surtout pas que l'histoire se répète une troisième fois. C'est maintenant qu'il faut que je mette des barrières ...

@Tjangmialba c'est ça, on ne peut pas discuter, ils trouvent toujours "la petite bête". Il trouvait toujours un moyen de légitimer ses violences, peu après m'avoir menacé je suis restée deux heures au téléphone avec lui parce qu'il me soutenait que c'était de ma faute. Idem un jour il y a eu un problème dans la maison concernant un domaine qu'il ne connait absolument pas, mais qui se trouve être le métier de mon père. On l'a appelé en visio, et le pn faisait preuve de mauvaise foi et s'énervait contre mon père alors qu'il n'y connaissait rien. Il se vantait d'être un crack dans son domaine aussi, mais pas sûre du tout que ce soit vrai avec le recul ... Pareil quand je voulais prendre mes propres décisions, je luttais parce qu'il fallait que ce soit comme monsieur voulait, et pas autrement. Il a quand même réussi à me faire changer la trajectoire de ce que je voulais faire plusieurs fois avec ce raisonnement ... Heureusement j'ai toujours freiné des quatre fers pour les grandes décisions
: acheter ensemble, purée une fois il m'avait fait une crise là dessus parce qu'il fallait absolument qu'on achète ensemble avant tel âge selon lui, je lui ai mis un stop tout de suite en lui disant que ce n'était pas du tout une question d'age, en plus il m'aurait isolée de mes proches dans le lieu où il aurait voulu etre et ça n'allait déjà pas entre nous à ce moment là, j'ai mis un gros stop ça aurait été la porte ouverte a bien pire de dire oui, avoir un enfant, se marier etc.

Tout est dans l'ego, ils n'ont que ça, il sont comme des ballons dégonflés qu'on remplirait d'eau pour faire illusion jusqu'à ce qu'ils éclatent, et rebelote a l'infini.
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
UnNouveauSens
Messages : 143
Inscription : ven. 24 déc. 2021 19:41

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par UnNouveauSens »

Petit message avant d'aller me coucher...
D'une 🦄 à une autre 😉

Je sais pas pour toi, mais j'ai réalisé y a pas si longtemps que ça avait souvent été plus facile pour moi d'être indignée, en colère, que d'exprimer la peine sous jacente. Pourtant je supporte assez mal ma propre colère.

J'espère que je n'ai pas manqué de respect vis à vis de ton amie, c'est pour ça que je disais "je le dis avec prudence", je sentais que ça pourrait être une pente glissante. Je voudrais juste réaffirmer que je respecte le parcours de chacun.e.

Et oui, pas de contact = pas de nouveaux dramas qui s'amusent. Reste à déblayer ce qui est déjà présent, déjà arrivé.
Je trouve ça bien que tu reconnaisses ça dans ton présent, ces "amorces" de quiétude.

Pour le reste, partir ce n'est pas facile. Oui on quitte la violence, mais aussi toutes habitudes, nos repères ! La boulangerie où on allait acheter le pain, la vue de la fenêtre du salon, le trajet pour aller travailler/étudier ... Ça peut paraître rien, mais c'est tout ce qu'on avait de certains.

Il y aura toujours une fournée toute chaude de pain à 17h30.

Enfin c'est comme ça que je l'ai vécu.

Des "petits riens" qui apportent beaucoup de sécurité dans de telles conditions.

Autre certitude, plus récente celle là :

Les licornes existent ! 🦄
UnNouveauSens
Messages : 143
Inscription : ven. 24 déc. 2021 19:41

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par UnNouveauSens »

Pas dramas qui s'amusent mais dramas qui s'amoncellent...
Dorodoro
Messages : 50
Inscription : lun. 1 nov. 2021 14:08

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Dorodoro »

Tjangmialba a écrit : mar. 18 janv. 2022 20:45
Dorodoro a écrit : mar. 18 janv. 2022 13:25 "De la normalité dans le malsain" cette phrase me parle, c'est exactement mon ressenti avec 6 mois de recul...
On en arrive à accepter des choses tout bonnement inacceptables et tout ça devient normal...
Je ne savais plus ce qui était normal ou pas, j'avais complétement perdu le sens des réalités, seule sa vision des choses comptait un vrai lavage de cerveau...
C'est tellement ça ... Il te lave carrément le cerveau Je savais que ses propos etaient faux.
J'avais beau les souligner, monsieur n'écoutait pas.
Il contournait et une petite erreurs de rien du tout . Il te le reproche, fois mille.
J'insistais sur ses propos illogique de sens . Un vrai dramaturge .
Impossible de discuter avec un PN. Ça veut toujours avoir raison et il n'a aucun défaut .
Cette capacité à mentir en te regardant droit dans les yeux...
Il avait toujours raison aussi et impossible de se remettre en cause. C'est toujours la faute des autres aussi...
Loume22
Messages : 511
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Bonsoir UnNouveauSens 🦄 !

Je ne sais pas s'il est plus facile pour moi d'assumer ma colère, parce qu'elle a été synonyme durant ma relation avec le pn de "folie" (selon lui, en tout cas), malgré tout ce que je vivais, lui pouvait être en colère mais moi si je me mettais en colère c'était parce que j'étais folle et que c'était de ma faute. Donc il y a un sentiment de culpabilité aussi, et peut être une volonté inconsciente de se distinguer de cette personne ?

Pas de souci, je n'ai pas senti de manque de respect du tout au contraire tu exprimes les choses de façon bienveillante 🤗.
Effectivement je reconnais ces petits moments qui font du bien, je vois aussi que j'ai changé. C'est exactement ça, on quitte ses repères, même si concrètement mes repères c'était aussi une maison qui sentait le tabac partout, en désordre total malgré mes tentatives de rangement et de nettoyage ..

"Il y aura toujours une fournée toute chaude de pain à 17h30." : J'adore cette phrase !! Exactement, il y a de petites choses immuables qui apportent beaucoup de réconfort. Bien sûr que les licornes existent hihi :)

Aujourd'hui j'ai laissé ressortir la colère : une ancienne "pote" qui harcèle une amie depuis deux mois et qui est passée par mon intermédiaire pour obtenir des réponses. Je l'ai envoyée sur les roses plusieurs fois, fermement mais respectueusement, elle a fini par être agressive envers moi et par me bloquer.
+ Une collègue qui commence sérieusement à me gonfler, qui me harcèle plus ou moins depuis le début, par "petites touches", en contrôlant tous mes faits et gestes et ceux de mes collègues, en se permettant des remarques déplacées et en se prenant pour ma cheffe alors que ce n'est pas le cas du tout. Maintenant je la recadre, sauf que je suis obligée de le faire en permanence. Avant j'avais le harcèlement moral du toxique + le sien, je n'en pouvais plus. Donc je pense faire remonter plus haut si ça continue, plusieurs anciennes collègues et collègues ont subi des choses de sa part aussi. J'en ai vraiment marre. Je suis surdiplomée pour le boulot que je fais, du coup je pense qu'il y a de la jalousie en jeu, elle est plus âgée, peut être des regrets pour sa carriere etc mais c'est juste insupportable. Je suis arrivée en me posant en collègue, pour moi on est une équipe qui s'entraide. Apparemment une de ses anciennes collègues fermait carrément la porte toute la journée pour ne plus là voir tellement elle ne la supportait plus, ça n'est pas pour rien. En gros elle veut tout contrôler, et a l'âge d'être ma mère donc doit certainement se considérer comme telle. Aucune empathie non plus lorsque j'avais évoqué (vraiment brièvement) mon histoire pour expliquer mon changement d'adresse et mes congés.
Et enfin de la colère pour le toxique, qui laisse toujours la photo en toute impunité, qui se réapproprie donc l'exactitude des faits. J'ai parfois des envies de lui dire que je sais qui il est, et que je ne me laisserai plus faire. Sauf que mon silence est déjà une réponse. Mon silence signifie qu'il ne peut plus avoir de prise ni de réaction sur moi.

Bref, je suis quand même "contente" de ressentir cette colère aujourd'hui, elle est aussi un signe de limites posées.
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Avatar de l’utilisateur
nathalie11
Messages : 2089
Inscription : sam. 7 janv. 2017 19:49

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par nathalie11 »

Bonjour

ce qui m'a permis d'en sortir pour de bon c'est un travail quotidien sur 5 ans :

1.No contact absolu

2.Tout virer de ce qui me rappelait PN et toute relation toxique

3.la détermination à ne plus jamais me faire emmerder par qui que ce soit

4.l'analyse des rapports humains

5.l'acceptation de soi

6 la reconnaissance de ses valeurs profondes
Répondre