L'après PN, comment s'en sort-on ?

Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

@UnnouveauSens idem, on aurait dit parfois que les choses positives qui arrivaient pour les autres (et pour moi aussi !) lui glissaient dessus. Beaucoup de jalousie ... Je pense sincèrement qu'ils ont énormément de jalousie en eux parce qu'au moment où on est heureux pour autrui, on ne se focus pas sur eux non plus. Tu as bien raison de rejeter la négativité maintenant, ça ne sert a rien de persister même si on a souvent la volonté de comprendre. Il faut savoir jeter l'éponge ... J'adore la citation de RuPaul, ça fait longtemps que j'ai envie de regarder ses émissions (bon il y a énormément de saisons quand même :mrgreen: ).

@Dorodoro, @Jess @AnnaK : Je pense vraiment que ça dépend du "degré de pn" des toxiques, certains sont vraiment très avancés et irrécupérables. Mais effectivement nous sommes vus comme des objets, alors que nous nous aimons ce que nous pensons être des sujets à part entière. C'est difficile à intégrer malheureusement.

Pour le côté faire-valoir, j'adhère totalement. Lorsque nous nous sommes connus, j'étais encore en études. Je prenais soin de moi et il me complimentait souvent sur mon physique. Même a la fin, il me disait tous les jours que j'étais belle et blablabla (en m'insultant a côté bien sûr, pour créer une vraie dissonance cognitive). En gros c'est bien vu d'être avec ce qu'il se fait de "l'image de la réussite" ou je ne sais pas comment ça se passe dans sa tête, moi qui croyait a un amour sincère :(
.

Le côté financier a vraiment joué aussi. J'ai jeté un coup d'œil sur de vieux relevés de comptes, je lui avais fait un jour un virement "renflouage" alors que j'étais en recherche d'emploi et au RSA après les études, et que lui travaillait depuis plusieurs années. J'ai toujours mis un point d'honneur à partager les frais malgré tout, même quand je ne gagnais rien. Je gagne ma vie depuis deux ans maintenant, et il en a profité pour me faire payer pas mal de choses sans culpabiliser. Au début c'était une fierté pour moi de ne plus dépendre de personne et de lui faire plaisir, et puis par la suite je me suis rendue compte que je me faisais vraiment avoir, tous mes proches ont essayé de m'ouvrir les yeux a ce sujet. Il a pris soin de prendre toutes les choses de valeur lorsqu'il a fait ses affaires, et de laisser le vraiment important à mes yeux, les mots doux etc... Le beau voyage que nous avons fait a X, il m'a fait limite la gueule lors de la réservation parce que je n'avais pas été assez rapide pour le logement qu'il voulait (c'est le monde à l'envers, sachant que c'était moi qui lui offrait j'ai trouvé ça déplacé). Quand je lui disais de mettre le chauffage quand j'avais froid il me disait de mettre un pull aussi, alors que quand c'était lui pas de problème. J'ai compris vraiment avec le recul de la rupture qu'il avait une vraie obsession concernant l'argent.

Et le côté faire valoir continue encore certainement, vu que je suis toujours en photo de profil avec lui sur un réseau de communication sur lequel il communique principalement avec ... Ses collègues. J'imagine que c'est par stratégie, non seulement pour que je me dise "oh le pauvre il ne m'a pas oubliée", mais aussi parce qu'il a du inventer un joli conte a ses collègues en disant certainement que je l'ai abandonné subitement alors qu'il n'avait rien fait pour ca etc. Bref, ça me dérange en fait. Malheureusement je ne peux rien faire. Le paradoxe étant qu'il encensait mon boulot auprès de ses collègues, il m'encensait aussi alors qu'en privé il me disait que mon boulot était facile que ce n'était pas comme le sien etc.
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Jess2021
Messages : 20107
Inscription : mar. 1 janv. 2019 17:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Jess2021 »

Loume22 a écrit : sam. 15 janv. 2022 14:19 @UnnouveauSens idem, on aurait dit parfois que les choses positives qui arrivaient pour les autres (et pour moi aussi !) lui glissaient dessus. Beaucoup de jalousie ... Je pense sincèrement qu'ils ont énormément de jalousie en eux parce qu'au moment où on est heureux pour autrui, on ne se focus pas sur eux non plus. Tu as bien raison de rejeter la négativité maintenant, ça ne sert a rien de persister même si on a souvent la volonté de comprendre. Il faut savoir jeter l'éponge ... J'adore la citation de RuPaul, ça fait longtemps que j'ai envie de regarder ses émissions (bon il y a énormément de saisons quand même :mrgreen: ).

@Dorodoro, @Jess @AnnaK : Je pense vraiment que ça dépend du "degré de pn" des toxiques, certains sont vraiment très avancés et irrécupérables. Mais effectivement nous sommes vus comme des objets, alors que nous nous aimons ce que nous pensons être des sujets à part entière. C'est difficile à intégrer malheureusement.

Pour le côté faire-valoir, j'adhère totalement. Lorsque nous nous sommes connus, j'étais encore en études. Je prenais soin de moi et il me complimentait souvent sur mon physique. Même a la fin, il me disait tous les jours que j'étais belle et blablabla (en m'insultant a côté bien sûr, pour créer une vraie dissonance cognitive). En gros c'est bien vu d'être avec ce qu'il se fait de "l'image de la réussite" ou je ne sais pas comment ça se passe dans sa tête, moi qui croyait a un amour sincère :(
.

Le côté financier a vraiment joué aussi. J'ai jeté un coup d'œil sur de vieux relevés de comptes, je lui avais fait un jour un virement "renflouage" alors que j'étais en recherche d'emploi et au RSA après les études, et que lui travaillait depuis plusieurs années. J'ai toujours mis un point d'honneur à partager les frais malgré tout, même quand je ne gagnais rien. Je gagne ma vie depuis deux ans maintenant, et il en a profité pour me faire payer pas mal de choses sans culpabiliser. Au début c'était une fierté pour moi de ne plus dépendre de personne et de lui faire plaisir, et puis par la suite je me suis rendue compte que je me faisais vraiment avoir, tous mes proches ont essayé de m'ouvrir les yeux a ce sujet. Il a pris soin de prendre toutes les choses de valeur lorsqu'il a fait ses affaires, et de laisser le vraiment important à mes yeux, les mots doux etc... Le beau voyage que nous avons fait a X, il m'a fait limite la gueule lors de la réservation parce que je n'avais pas été assez rapide pour le logement qu'il voulait (c'est le monde à l'envers, sachant que c'était moi qui lui offrait j'ai trouvé ça déplacé). Quand je lui disais de mettre le chauffage quand j'avais froid il me disait de mettre un pull aussi, alors que quand c'était lui pas de problème. J'ai compris vraiment avec le recul de la rupture qu'il avait une vraie obsession concernant l'argent.

Et le côté faire valoir continue encore certainement, vu que je suis toujours en photo de profil avec lui sur un réseau de communication sur lequel il communique principalement avec ... Ses collègues. J'imagine que c'est par stratégie, non seulement pour que je me dise "oh le pauvre il ne m'a pas oubliée", mais aussi parce qu'il a du inventer un joli conte a ses collègues en disant certainement que je l'ai abandonné subitement alors qu'il n'avait rien fait pour ca etc. Bref, ça me dérange en fait. Malheureusement je ne peux rien faire. Le paradoxe étant qu'il encensait mon boulot auprès de ses collègues, il m'encensait aussi alors qu'en privé il me disait que mon boulot était facile que ce n'était pas comme le sien etc.
Tu commences a voir clair sur le personnage, les souvenirs MAUVAIS qui remontent ... en tout cas tu avances a grand pas. Bravo loume :39:
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Merci beaucoup Jess, le forum m'aide beaucoup notamment :39: le suivi psy et l'entourage aussi.
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Jess2021
Messages : 20107
Inscription : mar. 1 janv. 2019 17:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Jess2021 »

Loume22 a écrit : sam. 15 janv. 2022 14:26 Merci beaucoup Jess, le forum m'aide beaucoup notamment :39: le suivi psy et l'entourage aussi.
Ce forum est une mine d'or je confirme
Pour moi qui n'est pas eu de soutien familial de par mon histoire ce forum est ma deuxième famille 💖

J'espère que tu continues a te maquiler et a te faire toute belle. Et que tu as travaillé sur l'alcool 😘😘😘😘
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Jess2021 a écrit : sam. 15 janv. 2022 14:29
Loume22 a écrit : sam. 15 janv. 2022 14:26 Merci beaucoup Jess, le forum m'aide beaucoup notamment :39: le suivi psy et l'entourage aussi.
Ce forum est une mine d'or je confirme
Pour moi qui n'est pas eu de soutien familial de par mon histoire ce forum est ma deuxième famille 💖

J'espère que tu continues a te maquiler et a te faire toute belle. Et que tu as travaillé sur l'alcool 😘😘😘😘
Oui c'est clair :39: ! Et l'anonymat aide aussi à être au plus sincère dans les émotions vécues je pense.

Effectivement je continue à me maquiller et à m'habiller quand je vais au travail, par contre en télétravail c'est relâche totale et je dois me "forcer" pour sortir dans ce cas là, je dois aussi m'ouvrir un peu plus et ne pas rester dans mon coin mais j'ai toujours cette peur de déranger/déplaire. Par contre je ne me sens pas prête du tout a habiter de nouveau toute seule, j'ai la sensation que je m'ecroulerai surtout avec l'isolement du télétravail. Je vais essayer de faire les choses à mon rythme.
Et les collègues ne sont pas méga cools avec une collègue enceinte à moi que je défends (avec qui je m'entends très bien) donc il m'arrive d'être un peu sur les nerfs.
Concernant l'alcool c'est un peu mieux, par contre pour la nourriture c'est toujours relâche aussi, c'est une façon de remplir mon corps et de remplir un vide ... Je tente les plantes et tisanes naturelles. Je me replie un peu sur moi même mais je pense que j'en ai besoin aussi, ça me "protège" du monde extérieur mais cette bulle devra éclater un jour !
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
UnNouveauSens
Messages : 143
Inscription : ven. 24 déc. 2021 19:41

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par UnNouveauSens »

Coucou Loume 🥰

Ils sont vraiment pareil...l'argent, les renflouages, la domination sur le chauffage, le dénigrement de l'activité de l'autre...

Et nous aussi sommes pareilles !

Mais on progresse !

Tant que ce moment dans ta bulle ne t'empêche pas de gérer ton quotidien ça va. Le monde "extérieur" peut être fatiguant dans un premier temps. Tes forces vont revenir 😉

Moi aussi j'ai des moments de relâche, je grignote. Plus qu'avant c'est certain. Ma silhouette a un peu changé mais je me lâche la grappe pour l'instant. Je sais que c'est sur ma liste mais que c'est pas encore le moment.

En télétravail, je m'habille, ça m'aide à faire la transition. Je mets mes bijoux et parfois un peu de maquillage. Par contre les cheveux c'est pas ça 🤣🤣🤣
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

@Unnouveausens oui hein ! Ça me choque encore de voir les similitudes entre eux. J'espère que les forces vont revenir à effectivement, il m'arrive d'avoir du mal à sortir quand je suis en télétravail, en tout cas il m'arrive de n'avoir envie de croiser personne (et pourtant je suis à la campagne chez mes parents, pas trop de risques que je croise des gens). Idem quand je suis au travail dans une grande ville pourtant. Je devrais reprendre le yoga mais j'ai terriblement peur de me confronter à mes émotions je crois. Et toutes les nuits des cauchemars où des rêves abracadabrants encore.

Tu as raison de t'habiller quand même en télétravail, ça fait du bien 👌 !!
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Dorodoro
Messages : 50
Inscription : lun. 1 nov. 2021 14:08

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Dorodoro »

Loume22 a écrit : sam. 15 janv. 2022 14:19 @UnnouveauSens idem, on aurait dit parfois que les choses positives qui arrivaient pour les autres (et pour moi aussi !) lui glissaient dessus. Beaucoup de jalousie ... Je pense sincèrement qu'ils ont énormément de jalousie en eux parce qu'au moment où on est heureux pour autrui, on ne se focus pas sur eux non plus. Tu as bien raison de rejeter la négativité maintenant, ça ne sert a rien de persister même si on a souvent la volonté de comprendre. Il faut savoir jeter l'éponge ... J'adore la citation de RuPaul, ça fait longtemps que j'ai envie de regarder ses émissions (bon il y a énormément de saisons quand même :mrgreen: ).

@Dorodoro, @Jess @AnnaK : Je pense vraiment que ça dépend du "degré de pn" des toxiques, certains sont vraiment très avancés et irrécupérables. Mais effectivement nous sommes vus comme des objets, alors que nous nous aimons ce que nous pensons être des sujets à part entière. C'est difficile à intégrer malheureusement.

Pour le côté faire-valoir, j'adhère totalement. Lorsque nous nous sommes connus, j'étais encore en études. Je prenais soin de moi et il me complimentait souvent sur mon physique. Même a la fin, il me disait tous les jours que j'étais belle et blablabla (en m'insultant a côté bien sûr, pour créer une vraie dissonance cognitive). En gros c'est bien vu d'être avec ce qu'il se fait de "l'image de la réussite" ou je ne sais pas comment ça se passe dans sa tête, moi qui croyait a un amour sincère :(
.

Le côté financier a vraiment joué aussi. J'ai jeté un coup d'œil sur de vieux relevés de comptes, je lui avais fait un jour un virement "renflouage" alors que j'étais en recherche d'emploi et au RSA après les études, et que lui travaillait depuis plusieurs années. J'ai toujours mis un point d'honneur à partager les frais malgré tout, même quand je ne gagnais rien. Je gagne ma vie depuis deux ans maintenant, et il en a profité pour me faire payer pas mal de choses sans culpabiliser. Au début c'était une fierté pour moi de ne plus dépendre de personne et de lui faire plaisir, et puis par la suite je me suis rendue compte que je me faisais vraiment avoir, tous mes proches ont essayé de m'ouvrir les yeux a ce sujet. Il a pris soin de prendre toutes les choses de valeur lorsqu'il a fait ses affaires, et de laisser le vraiment important à mes yeux, les mots doux etc... Le beau voyage que nous avons fait a X, il m'a fait limite la gueule lors de la réservation parce que je n'avais pas été assez rapide pour le logement qu'il voulait (c'est le monde à l'envers, sachant que c'était moi qui lui offrait j'ai trouvé ça déplacé). Quand je lui disais de mettre le chauffage quand j'avais froid il me disait de mettre un pull aussi, alors que quand c'était lui pas de problème. J'ai compris vraiment avec le recul de la rupture qu'il avait une vraie obsession concernant l'argent.

Et le côté faire valoir continue encore certainement, vu que je suis toujours en photo de profil avec lui sur un réseau de communication sur lequel il communique principalement avec ... Ses collègues. J'imagine que c'est par stratégie, non seulement pour que je me dise "oh le pauvre il ne m'a pas oubliée", mais aussi parce qu'il a du inventer un joli conte a ses collègues en disant certainement que je l'ai abandonné subitement alors qu'il n'avait rien fait pour ca etc. Bref, ça me dérange en fait. Malheureusement je ne peux rien faire. Le paradoxe étant qu'il encensait mon boulot auprès de ses collègues, il m'encensait aussi alors qu'en privé il me disait que mon boulot était facile que ce n'était pas comme le sien etc.
Même obsession de l'argent chez mon ex, il avait acheté énormément de choses pour la maison et a tout récupéré jusqu'au moindre petit objet ( il a été jusqu'à réclamer une poubelle où l'on mettait les tontes de pelouse 😂), il n'a pas hésité à embarquer des objets dont j'avais payé la moitié, mais bon j'étais prête à tout pour qu'on en finisse au plus vite j'ai laissé couler, il m'a aussi réclamé le cadeau qu'il m'avait offert à Noël là j'ai dit non et l'ai mis en vente sur Vinted, bref le vrai crevard... Pareil que toi pour le chauffage...
Et il a aussi raconté que c'était moi qui l'avait mis dehors mais à sa façon- oubliant de préciser les menaces de mort à mon égard, les menaces de mettre le feu à ma maison, ma voiture, les insultes- parce que lui pensait continuer à cohabiter mais en vivant dans la 2ème chambre, en rentrant quand ça lui chantait, revenant de je ne sais pas trop où ( trop qui ?), en fumant ses pétards dans la chambre... Là s'en était bcp trop et effectivement j'ai changé les serrures
Loume22
Messages : 518
Inscription : dim. 28 nov. 2021 17:25

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Loume22 »

Coucou Dorodoro, purée ça me choque ... Tellement de similitudes encore. Aller jusqu'à réclamer la poubelle de gazon c'est incroyable je trouve ! On dirait que ce qui comptait est simplement l'aspect matériel, le gîte et le couvert. Et gare a toi si tu ne suis pas ses "preceptes" ... Tu as bien fait de changer les serrures, c'est parti super loin quand même avec les menaces de mort et tout ça :o .
Quand je suis partie il est resté trois semaines-un mois en s'accaparant la maison vu que j'étais partie avant de partir à son tour pour le demenagement. Du coup je ne pouvais plus y acceder sauf en demandant à sa mère de le faire momentanement partir, la personne violente qui reste dans la maison c'est le monde à l'envers, malheureusement c'est bien souvent le cas ... C'était troublant parce que la maison était comme "a l'abandon", des trucs moisis dans le frigo etc. De vrais parasites.

Bref, encore des cauchemars tous les jours, aujourd'hui c'était lui qui était avec quelqu'un d'autre et qui habitait à côté de chez mes parents, qui me mettait à manger dans ma boîte aux lettres aussi en guise de présents (merci cerveau, je me demande ce qui se trame la haut parfois :mrgreen:) et qui me "narguait" avec sa nouvelle conquête. Super pour bien commencer la journée. C'est bizarre aussi parce que le silence m'aide, et a la fois me condamne parce que j'ai la sensation que je ne pourrais jamais lui exprimer ce que j'ai sur le coeur. Je sais que c'est mieux parce que je ferai face à un mur de toute façon ou a un monstre de mauvaise foi (il retournerait tout contre moi) mais c'est difficile. Dans ma tête c'est difficile aussi de me dire que je me suis fait berner en beauté. La prochaine fois, je prendrais en compte les actes et non les paroles parce que la j'étais littéralement avec une feignasse de première qui se contentait de me parler 5 mn et de me dire qu'il m'aimait avant de vaquer à son unique occupation, l'ordinateur. Et de faire semblant d'être en dépression aussi, ça je commence à le comprendre. Ça aussi, sa dépression, c'était censé être de ma faute. Comme un peu tout ce qui se passait dans sa vie en fait.
Quand je me dis que j'ai été la quand personne n'était la (on ne se demande pas pourquoi) quand il était vraiment malade, j'ai littéralement pris le rôle de l'infirmière alors que ça ne faisait même pas un an qu'on était ensemble je crois.
Je m'en suis pris plein la tête et je me suis coupée de mes proches à l'époque pour être là pour lui ... Pendant que ses "amis" passaient le voir une demie heure une fois par an par intérêt (véridique).

Je ne sais pas vous, mais j'ai l'impression que plus le pn est mal traité, plus il en redemande ? Et plus on essaie de le comprendre ou de le "choyer" (grosse erreur d'ailleurs) et plus il va nous en mettre plein la tête ... ?
" Ta vie c'est ta vie. Ne la laisse pas prendre des coups dans une moite soumission. Guette. Il y a des issues. Il y a une lumière quelque part. Ce n'est peut-être pas beaucoup de lumière mais elle brise les ténèbres (...)" Bukowski
Jess2021
Messages : 20107
Inscription : mar. 1 janv. 2019 17:36

Re: L'après PN, comment s'en sort-on ?

Message par Jess2021 »

Loume22 a écrit : dim. 16 janv. 2022 16:08 Coucou Dorodoro, purée ça me choque ... Tellement de similitudes encore. Aller jusqu'à réclamer la poubelle de gazon c'est incroyable je trouve ! On dirait que ce qui comptait est simplement l'aspect matériel, le gîte et le couvert. Et gare a toi si tu ne suis pas ses "preceptes" ... Tu as bien fait de changer les serrures, c'est parti super loin quand même avec les menaces de mort et tout ça :o .
Quand je suis partie il est resté trois semaines-un mois en s'accaparant la maison vu que j'étais partie avant de partir à son tour pour le demenagement. Du coup je ne pouvais plus y acceder sauf en demandant à sa mère de le faire momentanement partir, la personne violente qui reste dans la maison c'est le monde à l'envers, malheureusement c'est bien souvent le cas ... C'était troublant parce que la maison était comme "a l'abandon", des trucs moisis dans le frigo etc. De vrais parasites.

Bref, encore des cauchemars tous les jours, aujourd'hui c'était lui qui était avec quelqu'un d'autre et qui habitait à côté de chez mes parents, qui me mettait à manger dans ma boîte aux lettres aussi en guise de présents (merci cerveau, je me demande ce qui se trame la haut parfois :mrgreen:) et qui me "narguait" avec sa nouvelle conquête. Super pour bien commencer la journée. C'est bizarre aussi parce que le silence m'aide, et a la fois me condamne parce que j'ai la sensation que je ne pourrais jamais lui exprimer ce que j'ai sur le coeur. Je sais que c'est mieux parce que je ferai face à un mur de toute façon ou a un monstre de mauvaise foi (il retournerait tout contre moi) mais c'est difficile. Dans ma tête c'est difficile aussi de me dire que je me suis fait berner en beauté. La prochaine fois, je prendrais en compte les actes et non les paroles parce que la j'étais littéralement avec une feignasse de première qui se contentait de me parler 5 mn et de me dire qu'il m'aimait avant de vaquer à son unique occupation, l'ordinateur. Et de faire semblant d'être en dépression aussi, ça je commence à le comprendre. Ça aussi, sa dépression, c'était censé être de ma faute. Comme un peu tout ce qui se passait dans sa vie en fait.
Quand je me dis que j'ai été la quand personne n'était la (on ne se demande pas pourquoi) quand il était vraiment malade, j'ai littéralement pris le rôle de l'infirmière alors que ça ne faisait même pas un an qu'on était ensemble je crois.
Je m'en suis pris plein la tête et je me suis coupée de mes proches à l'époque pour être là pour lui ... Pendant que ses "amis" passaient le voir une demie heure une fois par an par intérêt (véridique).

Je ne sais pas vous, mais j'ai l'impression que plus le pn est mal traité, plus il en redemande ? Et plus on essaie de le comprendre ou de le "choyer" (grosse erreur d'ailleurs) et plus il va nous en mettre plein la tête ... ?
Plus tu le plains, plus tu t'epuises pour lui, plus tu gonfles son ego et plus tu le nourris..

Met de la distance, soit froide et il detestera ça et te le reprochera... il redeviendra love...

Ils n'ont pas d'émotions. Pas de coeur.. pas de sentiments..

j'ai lu une fois ici il te pique tes qualités qu'il utilise avec la suivante... et une fois qu'il ont pompé notre énergie on se retrouve avec leur noirceur. Leur vide sidéral qu'il ressente quand il ne sont pas nourris..

Le cerveau m'en parle pas ! si tu savais tout ce que j'ai imaginé quand j'étais dans ma période noire 😅🤣.. des trucs de fous🤮
Répondre