Je suis un fou aux yeux de son entourage

Ethan
Messages : 7
Enregistré le : 17 Jan 2020, 01:59

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar Ethan » 17 Jan 2020, 10:59

Merci Buissonnière.

En vous lisant, je me rends compte a quel point la justice et la psychiatrie est impuissante face à ces troubles de la personnalité pervers et manipulateurs car l’hypercontrole et l’image/reputation est au centre de leurs pathologies.

On tombe dans un monde en miroir. La perverse passe pour la victime, Le pauv manipulé pour le monstre. Et la famille et certaines béquilles complices ferment les yeux ça soit par faiblesse de se la cogner en direct, soit parcequ’ils sont eux aussi hypnotisés et dans la partie d’echec pour x ou y raisons. Bon après il y a aussi tous ces pseudos intellos pour qui les valeurs humaines ne veulent pas dire grand chose et les histoires glauques alimentent leur journal intime d’une vie si bien remplie en personnages et mélodrames... c’est plus chic et ca ressemble a leur séries préférées sur netflix

Le PN est en general magnétique et n’importe qui peut être manipulé. C’est un exercice qu’ils maitrisent depuis la tendre enfance. On ne peut pas gagner dans tous ces brouillards de mensonges.
Mais je persiste à croire que, des fois,
Même si me mensonge prend l’ascenseur, la vérité finit toujours pas arriver par l’escalier.

Avatar de l’utilisateur
franck1966
Membre protecteur
Messages : 1473
Enregistré le : 18 Mar 2019, 22:02

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar franck1966 » 17 Jan 2020, 11:26

J'espère croire aussi que la vérité finie toujours par triompher....Je veux y croire aussi... :)
tu seras aimé le jour où tu pourras montrer tes faiblesses sans que l'autre s'en serve pour augmenter sa force.... Cesare Pavese

Andouille81
Messages : 1434
Enregistré le : 22 Juil 2019, 23:40

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar Andouille81 » 17 Jan 2020, 11:50

Ethan a écrit : Le pire je pense que c’est quand tu réalises que tu as été le complice de la folie en privé et que cela se retourne contre toi le jour où les voiles tombent et qu’il ne reste que la sordide vérité, animale, dénuée de toute empathie.


Salut Ethan et bienvenu parmi nous.

Ce que tu soulignes et peut-être l'un des trucs les plus "impactant" pour nous une fois qu'on est seul face à ça...la réalisation de notre propre compromission.

Quand tu es avec PN, entre 4 yeux, tu te retrouves à dire du mal de l'entourage en toute bonne foi. Dans un premier temps, parce que la personne que tu aimes a un avis différent du tien, tu ne remets pas en cause son jugement, tu te dis que tu as raté tel ou tel truc et tu fais confiance à son jugement. Par la suite, c'est souvent par "lâcheté" de notre part... quand PN se lance sur le compte de quelqu'un, c'est plus simple de dire "amen" que de défendre les gens, car tu sais qu'en contredisant PN c'est à toi qu'il va s'en prendre... au final quand il/elle te dit "Machin est un Connard!", comme pour tout tu finies par dire "Oui" pour ne pas palabrer des heures. On se dit que c'est la facilité mais que ça ne sortira pas de la pièce, mais le mal est fait...

Parce que quand le moment de "disparaître" arrive, PN se souvient de tout et ne se privera pas pour aller raconter sa version... et là il n'y a rien à "expliquer" le moment venu. Moi perso j'étais "sidéré"... tu sais bien que ça ne s'est pas passé comme ça, qu'il y a un contexte etc... mais intellectuellement tu sais bien que tu l'as dit que "Machin était un connard". Et puis en plus tu ne t'y attendais pas... à quel moment on imagine que PN ira s'appuyer sur des gens qu'on sait qu'il/elle méprise au plus haut point ?

PN n'a aucun problème à travestir les faits en regardant les gens droit dans les yeux... si tu es "normal" tu ne pourras jamais en faire autant.

Il faut 100 fois moins d'énergie pour raconter une "connerie" que pour rétablir la vérité derrière... et justement cette énergie on ne l'a plus le moment venu, PN y a veillé.

L'entourage post PN, c'est comme un bateau qui prend l'eau de partout, t'es en train de colmater une fuite comme tu peux qu'il y en a 2 autres qui s'ouvrent... au bout d'un moment t'as le choix entre couler ou essayer de nager, tout seul, vers la cote.

Durant toute ma relation avec PN, je crois bien l'avoir entendu "cracher" sur tous les gens de son entourage... paradoxalement, ceux qui aujourd'hui sont encore "à ses pieds" étaient peut être ceux qu'elle critiquait le plus quand nous étions tous les deux. Comme le souligne Buissonnière, le plus grand regret qu'on peut avoir c'est de ne pas les avoir "enregistré" sur le moment...mais quelles personnes saines serions nous si on en avait eu l'idée sur le moment ?

@Buissonière :

Oui pour la famille tu as raison, rationnellement ils en ont conscience... mais j'essaye d'être charitable avec des gens que j'aimais bien dans le fond :lol:

EasyTiger
Messages : 77
Enregistré le : 14 Déc 2019, 19:09

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar EasyTiger » 17 Jan 2020, 14:09

Quand tu es avec PN, entre 4 yeux, tu te retrouves à dire du mal de l'entourage en toute bonne foi. Dans un premier temps, parce que la personne que tu aimes a un avis différent du tien, tu ne remets pas en cause son jugement, tu te dis que tu as raté tel ou tel truc et tu fais confiance à son jugement. Par la suite, c'est souvent par "lâcheté" de notre part... quand PN se lance sur le compte de quelqu'un, c'est plus simple de dire "amen" que de défendre les gens, car tu sais qu'en contredisant PN c'est à toi qu'il va s'en prendre... au final quand il/elle te dit "Machin est un Connard!", comme pour tout tu finies par dire "Oui" pour ne pas palabrer des heures. On se dit que c'est la facilité mais que ça ne sortira pas de la pièce, mais le mal est fait...

C'est exactement ça, et on suit le mouvement parce qu'on aime la personne, qu'on pense qu'elle souffre vraiment (elle jouait et joue toujours le rôle de la victime, à croire que le monde entier est contre elle), etc. Les quelques fois où j'ai essayé de mettre en doute les dires de ma PN elle faisait immédiatement du chantage affectif : car qui n'est pas 100% avec eux devient un ennemi.

Parce que quand le moment de "disparaître" arrive, PN se souvient de tout et ne se privera pas pour aller raconter sa version... et là il n'y a rien à "expliquer" le moment venu. Moi perso j'étais "sidéré"... tu sais bien que ça ne s'est pas passé comme ça, qu'il y a un contexte etc... mais intellectuellement tu sais bien que tu l'as dit que "Machin était un connard". Et puis en plus tu ne t'y attendais pas... à quel moment on imagine que PN ira s'appuyer sur des gens qu'on sait qu'il/elle méprise au plus haut point ?

Voila, tout est dit et bien dit. Et du coup ça travaille incessamment la victime, moi ça m'a rongé pendant des semaines, au point qu'il y avait des personnes que j'évitais, des endroits où je ne voulais plus aller. Au point de ne plus en dormir, au point de devenir presque fou.

PN n'a aucun problème à travestir les faits en regardant les gens droit dans les yeux

Je l'ai vécu, c'est proprement terrifiant. Tu alignes les faits que tu as soigneusement recoupés, les témoignages que tu as empilés à foison, et la PN continue de tout nier en bloc avec une froideur incroyable.

Durant toute ma relation avec PN, je crois bien l'avoir entendu "cracher" sur tous les gens de son entourage... paradoxalement, ceux qui aujourd'hui sont encore "à ses pieds" étaient peut être ceux qu'elle critiquait le plus quand nous étions tous les deux. Comme le souligne Buissonnière, le plus grand regret qu'on peut avoir c'est de ne pas les avoir "enregistré" sur le moment

On s'y retrouve, une fois de plus. Elle lèche aujourd'hui les bottes de personnes sur lesquelles elle a vomi sa haine pendant des années. A ma connaissance, seule une personne, qui avait vu clair dans son jeu depuis des années, est sur ses gardes et ne croit pas à ce changement subit.
Avec le recul j'ai aussi amèrement regretté de ne pas l'avoir enregistrée quand elle massacrait untel ou unetelle, mais effectivement, on n'est pas aussi tordus, vicieux que les PN. Dommage en même temps, car ça aurait fait des preuves irréfutables. Pas devant la justice car un enregistrement fait à l'insu d'une personne n'est pas une preuve recevable, mais au moins pour expliquer à l'entourage, aux ami(e)s, quelle est la vraie personnalité de la PN.

Andouille81
Messages : 1434
Enregistré le : 22 Juil 2019, 23:40

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar Andouille81 » 17 Jan 2020, 14:22

Développement et mise en situation en mangeant (parce que oui, une fois arrivé au fond j'aime toujours passer un coup de balayette histoire que ça soit net :lol: )

Avant toute chose il convient d'être franc avec nous même, mais aussi avec les relations sociales.

Dans l'intimité du couple,on a tous des moments où on critique notre entourage, il ne faut pas se voiler la face ni sur nous ni sur les autres.

Qui n'a pas vécu, après une soirée chez des amis, le débrief' avec son conjoint qui donne en gros "Putain qu'est ce qu'ils étaient lourd ce soir... je me suis retenu pour pas l'envoyer chier..." etc... C'est normal, classique et même sain à mon sens dans un couple.

Le "couple" au final c'est l'association de 2 individualités où on peut espérer le plus d'accords entre les deux...sur les grandes aspirations de la vie comme sur les détails du quotidien... l'avis sur l'entourage en fait parti. Et même si les deux sont en désaccord, au contraire, c'est peut être même l'occasion pour l'un ou l'autre d'évoluer sur un sujet ou à propos d'une personne.

De plus c'est trivial, ce genre de débrief c'est aussi un moyen de relâcher la pression car avec la personne qui partage notre vie on est sensé pouvoir être nous même sans nous embarrasser des conventions sociales obligatoire à la vie en société... c'est à son mec ou sa nana qu'on peut dire que "ouais je l'ai pas montré mais ça m'a pas plu que machin me fasse passer pour un con devant tout le monde, en ressortant des dossiers vieux de 15 ans où je dansais à poil sur la table à la fête de Trifouilli en 1996... ça fait 4 fois qu'il me fait le coup ça va pas le faire".

On se confie à notre moitié et on attend qu'il soit d'accord ou, le cas échéant, qu'il nous explique pourquoi ce n'est pas grave... au pire dans les cas extrêmes le couple tombera même d'accord pour arrêter de voir telle ou telle personne.

Avec PN ça ne se passe pas comme ça...dans 90% des cas c'est lui qui commence à balancer... étant donné sa nature les gens ont très vite fait de faire un truc qui lui déplaît... et là, nous on est obligé d'être d'accord voire d'être encore plus catégorique...sinon c'est sur nous que ça va retomber.

Un exemple qui m'avait marqué... ma PN s'était retrouvée en stage pendant 6 mois avec un gars que je connaissais de loin (ami d'un ami). Le mec était un homo version "pédale douce", boa en plume et talons aiguille en soirée, je le précise juste pour dire qu'à aucun moment je n'ai eu à m'inquiéter qu'elle me trompe avec (pour une fois :lol: ). Le gars n'était pas méchant et même intéressant, mais je le côtoyais sans plus, pas d'atome crochu... pendant les 4-5 premiers mois ma PN ne jurera que par lui, le gars était "formidable" (en fait il lui était bien utile dans le taff et la co-voiturait...et ça devait faire bien d'avoir un ami homo je pense)le faisant rentrer dans notre "entourage"... et en apprenant à le connaitre je l'aimais bien ce gars. Quelques temps avant la fin du stage, PN l'a pris en grippe pour X raison... le moindre truc qu'il faisait ou disait était devenu un affront. Arrive la "dernière soirée" de l'année où PN avait décidé de le tuer publiquement, par avance... le gars a été irréprochable toute la soirée, mais PN n'en démordait pas et a trouvé un prétexte pour lui rentrer dedans très violemment (elle était bourrée bien sûr). Moi sincèrement j'ai observé de loin, je voyais pas comment objectivement défendre PN mais je n'ai pas non plus pris la défense du pauvre gars (par lâcheté et facilité)... et bah à un moment de l'engueulade PN s'est retourné vers moi pour me dire de lui "casser la gueule parce qu'il lui manquait de respect". Je ne l'ai pas fait bien sûr et on a fini par partir... et c'est moi qui ai pris des coups dans la voiture :lol: . Cette histoire m'a marqué aussi parce que ça s'est passé devant témoin, dont beaucoup de gens qui me qualifieront de "monstre" et se rangeront du côté de PN par la suite, comme quoi, j'imagine même pas si j'avais obéit :lol: ... à ce demander si j'ai passé 2 ans dans une faille spatio temporelle. :lol:


Donc on balance... voire on se "fait-plaisir" parce qu'on est du même avis... et toute façon c'est l'intimité du couple ce n'est pas sensé sortir d'entre 4 yeux. Et puis on est comme tout le monde, on a le droit d'être remonter comme une pendule après un ami un soir pour de bonnes ou mauvaises raisons et de revenir à de meilleurs sentiments le lendemain...et justement, si on en parle à notre conjoint et pas à tout le monde c'est justement pour lâcher du leste et se calmer souvent. C'est une sorte de convention sociale, un accord tacite entre les gens qui fait qu'on ne dit pas tout ce qui nous passe par la tête sur l'instant pour vivre en bonne entente... et on en parle avec notre conjoint car pour nous on est une même entité... bref on parle avec sa femme/son homme comme si on se parlait à nous même.

L'erreur fondamentale avec PN, l'idée que comme dans un couple "normal" on est une équipe indissociable alors que PN roule et ne roulera jamais que pour lui tout seul...nous on est juste "assis" à côté pour un moment.

Avec PN ça ne se passe pas comme ça... il n'y a de "secret" que si ça l'arrange.

Et donc au moment de la rupture, quand PN se lance dans son opération de relation publique à nos dépens, tout ce qu'on aura pu lui dire sera répété/amplifié aux personnes intéressées, le tout soigneusement expurgé de sa part de responsabilité voire même carrément inversé.

A partir de là c'est déjà foutu pour la "victime"... parce que si "Gérard" est en colère après nous parce qu'il a appris grâce à PN qu'on aimait pas sa façon de s'habiller, on a aucune façon de s'en sortir. On est pas capable de mentir et qu'elle intérêt...

Pour expliquer "que oui on aime pas sa chemise mais , que c'est nos goûts qui n'engagent que nous, on respecte son indépendance...que pour autant c pas grave... puis sa chemise au final on avait pas fait attention c'est PN qui nous en a parlé...on a voulu faire simple..."... on en a déjà pour 15 minutes rien que sur un détail et en admettant que "Gérard" nous écoute jusqu'au bout...lui il est toujours vexé pour sa chemise :lol:

On est foutu, dès le début... la faculté intrinsèque de PN à mentir aux gens dans son intérêt et à ne respecter aucune convention sociale tout en en profitant fait que dès le début, c'est un combat perdu d'avance.

PN va mettre 3 minutes à retourner une personne contre nous... nous on en a pour des heures rien qu'à rétablir un semblant de vérité au mieux.

Ethan
Messages : 7
Enregistré le : 17 Jan 2020, 01:59

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar Ethan » 17 Jan 2020, 14:30

Entièrement d’accord Andouille avec tes 4 premiers paragraphes. C’est exactement ce que j’ai vécu et d’accord aussi sur une forme
de complicité car elle faisait aussi de nombreuses crises en privé, se tapant la tête, se traitant de mauvaise mère, mauvaise femme, mauvaise prof... dénigrait tout le monde (ses collegues des femmes salopes qui trompaient leur maris, ses hommes qui sont si abjectes et dans les apparences et leur suffisance intellectuelle...
pour sa famille c’était pareil, elle disait qu’ils avaient tous des prob et qu’elle se devait d’être la meilleure pour rattraper sa soeur et son frere si deviants...
«heureusement que j’étais la car j'étais le seul assez intelligent pour la comprendre et partager qu’on était un vrai couple qui pouvait se faire confiance et aimant pas comme toutes ces histories sordides qu’elle voyait autour d’elle... Forcément, je disais amen et j’étais patient et a tout donner ). Et après une prise d’ anxios ou autres medocs et c’était reparti pour je suis la plus belle, forte et intelligente du monde...
exemple pour dire que tu deviens complice en effet car tu entends et subi des horreurs sur tous et tu tolères par amour puis par habitude/soutien/principe de fidelité ou des fois tu la ravise et se reprend en disant qu’elle est dir c’est vrai mais de plus en plus rarement. Et du jour au lendemain, tu découvre que ces femmes sont ses meilleures copines et que les hommes souvent marries ou en couple, sont des marchepieds soit pour ces échanges de desperate housewife afin de se raconter une vie a savoir quelle prof se tapera le plus de gars dans la salle de prof (j’ai retrouvé des correspondances a faire vomir. Elle voulait que j’en détruise une d’ailleurs pour pas qu’elle fuite lol) ou encore pour obtenir des primes supplémentaires, soutiens, protection syndicales induites pour protéger sa précieuse carrière, proviseurs adjoints, vieux de plus de 30 ans ou minet plus jeune, tout y passait...

comme tu dis quand le rideau tombe, tu hallucines totalement, les mensonges s’entrechoquent se contredisent encore et encore. Les personnalités dissociées se révèlent. C’est clair que tu n’es pas capable de parler et d'expliquer les choses avec lucidité quand tu ressort d’une relation avec une psychotique. Tu es littéralement foudroyé. Encore plus quand tu te rends compte qu’elle a la garde des enfants (et oui, l’image sociale sert a de nombreuses choses fiscales et en relationnelle)... mais c’est un autre sujet que vous avez sur ce forum et les temoignages résonnent énormément sur ce que je vis également.

Enfin sans plus en étaler car 7 ans, il y aurait de quoi écrire un livre, je pense en effet qu’il y a une complicité dans une relation avec une perverse car tu l’aides a cacher/dissimuler ce qui mettrait en porte à faux ; tu devient son protecteur et son complice car tu entends et absorbes mois après mois le poison qui devient de plus present avec des ups passionnel quand le proie commence a se réveiller. Jusqu’au moment ou les histoires ne tiennent plus et la pathologie devient au coeur des questions.

Ce que je n’arrive pas à comprendre c’est comment font ils pour avoir des schémas préétablis qui se ressemblent tant dans toutes vos histoires et la mienne. Je ne suis pas trop génétique car la notion de déterminisme me dérange mais je trouve qu’il y a un truc de cet ordre tout de même. Toutes les personnes ayant souffert de trucs énormes enfants ne sont pas tous devenus des psychopathes tout de même. Toutes ces similarités me laisse songeur et très méfiant aujourd’hui .

Souvent elle me disait qu’elle aimait une serie de sf “battlestar gallactica” car les personnages des Sillons lui ressemblaient. C’était au debut alors je n’y prêtais pas attention. Je me disais que c’était original comme idée. Aujourd’hui quand je regarde la serie, j’en ai vraiment des frissons car elle est pas loin de la fiction lol

EasyTiger
Messages : 77
Enregistré le : 14 Déc 2019, 19:09

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar EasyTiger » 17 Jan 2020, 14:54

Tiens, oui, la prise de médocs : la mienne était une vraie armoire à pharmacie, mais elle cachait soigneusement ce qu'elle prenait.
Et de manière générale elle avait toujours un truc de travers, perpétuellement fatiguée (voir la pauvre mère qui élève seule ses enfants un peu plus bas), le dos, les intestins, le cancer du sein menaçait à chaque instant, j'en passe et des meilleurs. Je ne sais toujours pas aujourd'hui, plusieurs mois après qu'elle m'ait jeté, ce qui était vrai et avéré et ce qui était faux.

Jamais aucune crise en privé en tout cas, toujours dans le contrôle total de la situation.
Jalousie totale par rapport à ses collègue féminines qui étaient plus ceci ou plus cela, plus riches, qui avaient moins de soucis quotidiens etc.
Embrayage direct de la PN en tant que femme séparée qui se donnait à fond pour ses enfants, car leur père n'était pas assez présent, ne comprenait pas la situation etc. En même temps elle était bien contente d'avoir ses gamins sous la main, elle en faisait ce qu'elle voulait, ils croyaient absolument tout ce qu'elle disait (ses enfants jouent aujourd'hui à fond la carte de la victimisation perpétuelle, ils ont été bien formatés) et lui obéissaient au doigt et à l'oeil.
Et la ribambelle de masques sociaux : passer du rire ou de la froideur aux larmes de crocodile en quelques secondes, dans le seul but d'attirer la pitié. "Quelle actrice incroyable" ma dit un ami à son sujet. Et il savait de quoi il parlait : devant moi elle lui cassait du sucre sur le dos, par derrière elle lui écrivait des mots doux...

Et voila bien le côté fascinant, assez troublant, du mal : les PNs sont abjects, mais on pourrait en parler pendant des heures.

Ethan
Messages : 7
Enregistré le : 17 Jan 2020, 01:59

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar Ethan » 17 Jan 2020, 15:08

Arrête ca leur donnerait trop de plaisir de savoir cela lol

EasyTiger
Messages : 77
Enregistré le : 14 Déc 2019, 19:09

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar EasyTiger » 17 Jan 2020, 15:26

Ils (elles) en jouissent incontestablement.
Après nous avoir colonisé le corps, l'esprit (et nous avoir parfois asséché financièrement) pendant des mois voire des années, ils / elles savent bien qu'on ne va pas les oublier du jour au lendemain.
Croiser un(e) PN n'est pas une expérience qu'on efface en un instant (alors qu'eux ou elles font une croix sur nous très très vite), et se remettre demande aussi de la patience (et beaucoup d'introspection).
Je me suis d'ailleurs parfois demandé si certain(e)s PN étaient inscrit(e)s ici, pour voir ce qu'on dit d'eux ou d'elles (pour lire et épier, pas forcément pour intervenir). Et franchement, ça ne m'étonnerait qu'à moitié.

Ethan
Messages : 7
Enregistré le : 17 Jan 2020, 01:59

Je suis un fou aux yeux de son entourage

Messagepar Ethan » 17 Jan 2020, 15:49

Bon alors je ne suis pas le seul a m’être posé la question. Après, ne plus avoir peur d’en parler est une étape importante. Même si bcp sous influence diront que tu es fou de dire des choses aussi horrible d’une personne si brillante, respectable, blablabla...

Je pense que notre force commence à revenir quand on n’a plus peur d’en parler. Je ne dis pas que c’est plus facile pour les femmes mais je pense aussi que bcp d’hommes ne parleront jamais car quand on te manque autant de respect, tu as honte de raconter tout ce qui est arrivé, tout ce dont tu as été complice aussi au lieu d’appeler les urgences ou demander une hospitalisation... tu as honte de parler de tout le mal que la personne qui te disait t’aimer plus que tout à pu te faire. En tout cas, je l’ai un peu vécu comme ça au debut.
Moi, ca m’a pris un an pour commencer a en parler avec recul sans avoir honte de ce que j’avais pu vivre en manipulation totale et passionnelle , peur des représailles ou de passer pour un fou aussi.

Aujourd’hui, le jugement des autres peut alternativement m’énerver car il me rappelle toute l’injustice des apparences et des cloisonnements (c’est chaud de s’en défaire je trouve) et m’indifférer car personne ne peut vraiment comprendre la monstruosité de ces causettes/mères courages/Merteuil sans avoir vécu les états dans lesquels elle te plonge. C’est diabolique.


Retourner vers « La manipulatrice perverse narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 3 invités