J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Ludi64
Messages : 63
Enregistré le : 24 Nov 2019, 20:00

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar Ludi64 » 24 Nov 2019, 22:16

Voilà 18 ans que j'ai partagé ma vie avec un pervers narcissique violent, j'ai ouvert les yeux très tard cherchant toujours à mieux faire là où aucune issue n'était finalement possible.
Je l'ai rencontré à 16 ans, mon 2ème amour quand j'étais encore enceinte du 1er (jai dû avorter) donc je ne voulais pas être mal vu auprès de ma famille et je m'étais fixé que ce serait le bon pour la vie...
Mais la manipulation et les violences ont commencé très tôt. Il était malheureux, il avait vécu une enfance très difficile, abandonné de tout le monde (d'après ses dires) alors j'ai été là pour lui autant que possible en me disant que je ferais tout pour le rendre heureux.
Il était déjà méchant, parfois violent mais il disait que c'était moi qui l'était. J'ai vécu très mal l'avortement et je finissais par me dire que c'était vrai, que mes crises de tristesse étaient insupportables pour lui et que j'avais de la chance de lavoir.
Puis j'ai fait mes études, puis travaillais, pris l'initiative de déménager, d'avoir une maison à nous, de signer les papiers du mariage (on n'a jamais fait de mariage, refusant le monde), et fait 3 enfants. Je suis très sociable, lui pas du tout mais je mettais ça sur sa timidité et malgré ses colères pour me faire plier et rentrer dans son jeu, jai préféré la vie durant 18 ans en m'efforçant de lui faire comprendre qu'il devrait sortir, avoir des amis, que ça lui ferait du bien...et j'essuyais ses reproches quotidiennes, ses colères et ses violences par rapport à ma façon de voir la vie et de vouloir vivre.
J'ai tout et trop pris en main les choses, je gérais la maison (ménage, bricolage, travaux,...), les finances, les enfants,..., cherchant tellement à avoir une vie normale. J'ai caché à mes proches la réalité de ce qui se passait réellement chez nous.
Lui disait que je le rabaissais tout le temps mais quand je lui demandais pourquoi il ne prenait pas les choses en main pour une fois, au lieu de me faire des reproches par la suite, il m'expliquait gentiment que c'était moi qui a toujours géré, et que c'était ma faute si aujourd'hui il n'arrive plus à rien faire...
Mais nos amis (mes amis qui sont devenus les siens car je voulais le sociabiliser, et avec qui il s'est disputé un à un) et ma mère principalement, ont vu la méchanceté qu'il avait envers moi pour un rien (elle est fainéante, s'occupe pas de la maison, des enfants, fait mal à manger, pense qu'à travailler, ne m'aime pas,...) et voyaient de temps en temps des hématomes, des lunettes cassés mais je disais toujours que c'était rien (et j'arrivais à men convaincre pensant que c'était ma faute et qu'il était malheureux...c'est dingue je sais mais je ne voyais que par lui).
Mon plus gros problème, c'était qu'il sen prenait à mon fils aîné pour un rien également. Moi c'était pas grave, je m'en fichais de mourir, j'ai toujours essayé de faire le maximum de bien autour de moi (j'aime la vie même si des fois, les gens sont durs :) en me disant que peut-être j'irais au paradis comme ça, c'est pas grave si je vie un enfer ici et puis, quelque part, on a ce que l'on mérite, donc je le mérite sûrement. mais je ne pouvais pas accepter qu'il soit violent avec mon fils, il a rien fait pour mériter ça mis à part des bêtises d'enfants et il était beaucoup trop violent pour que je puisse laisser faire ça. Je me mettais devant malgré ses propos, "tu vois, tu me rabaisse encore, tes la pire des femmes, les femmes soutiennent leur mari, surtout devant les enfants..." Pitoyable à chaque fois que j'y repense.
Les dernieres années, c'était de plus en plus pire, il ne supportait pas qu'on se parle, ne voulait pas que je lui fasse ses devoirs (arrête, il dois les faire dans sa chambre tout seul, tu lui embrouille la tête...). On était les 2 mal aimés de la famille sans trop savoir pourquoi.
Mon 2nd lui était vu comme le géni, il lui retournait le cerveau en lui expliquant que tout ce que je fesais été mal et que je ne les aimais pas, et le dernier était le chouchou (il aimait son papa et sa maman à parts égales).
Je suis partie en septembre, quand il ma étranglée et poussée contre l'évier parce que j'avais remplacé des chaises que j'avais acheté d'occasion à 10e il y a 10 ans. Je l'avais déjà averti en août lorsquil m'avait dit que jetais une salope à vouloir écarter les cuisses (il ne m'avais encore jamais traité de la sorte, j'ai toujours été très droite, beaucoup plus que lui mais ça je l'ai appris que depuis quelques semaines) et il m'avait étranglé encore lorsque je lui ai dit que je priais pour lui pour qu'il soit guidé et que je n'accepterai plus qu'il soit de nouveau violent et que je divorcerai.
Il ne l'a pas du tout accepté, essayant d'avertir les dernières personnes quil côtoyait en disant que j'étais folle et quil comprenait pas ce qu'il m'arrivait. Tout le monde ne l'a pas cru étant donné sa méchanceté orale injustifiée envers moi depuis des années dont ils avaient été témoin mais ceux qui nous voyaient pas souvent, oui, et on lui donnerait le bon dieu sans confession en le voyant : il réussissait à convaincre, même à me convaincre pendant des années, que c'est moi qui commandait dans la maison, et que lui, il subissait.
Et c'est là où j'ai dû me défendre pour justifier mon départ en avouant ses violences et jour après jour, j'ouvrais les yeux...ça fait très mal, mais en vient peu à peu une libération. Le plus dure, c'est de voir le doute de certaines personnes, la famille... de les entendre dire que c'est normal, tout le monde a des problèmes de couple et d'expliquer aux enfants que c'est normal que des fois les papas doivent être sévères avec les enfants...comment peut on juger, dire c'est normal, donner des leçons de vie alors que l'on a pas vécu ce qu'il nous a fait vivre... on arrive enfin à partir, parler de ce qu'on a vécu en 18ans, et on doit entendre ce genre de chose qui nous détruit et se justifier, toujours plus détailler avec certains regards douteux qui nous font encore plus mal... comment peut on partir du jour au lendemain après 18 ans, tout perdre, se retrouver seule avec 3 enfants, et croire le manipulateur quand il dit, elle voulait être comme les autres femmes, être indépendante et vivre sa vie ...
Il continue à dire que c'est mon nouveau travail qui m'a rendu comme ça, à vouloir être comme les autres femmes, vouloir être riche et indépendante...
Aujourd'hui, je suis partie, lui laissant la maison le temps de la vente, et nous sommes en attente du jugement de protection (il ne sait pas où nous sommes et cela nous fait le plus grand bien). J'ai également perdu mon travail quand j'ai dû prendre le seul arrêt maladie en 2 ans et demi pour pouvoir déménager en urgence.
J'ai pu trouver une location pas cher où nous sommes bien avec les enfants mais avec des moments de difficiles. Quand nous sommes arrivés là, début octobre, nous avions l'impression de sortir d'une secte.
Les enfants me font des crises par moments, les 2 grands de moins en moins. Ils cherchent à me faire du mal, à me faire pleurer en disant que c'est comme ça qu'ils ont été élevé mais après, ils sont adorables et me remercient de les avoir sorti de cet enfer sans savoir pourquoi ils réagissent comme ça. Mais c'est mon petit dernier de 6 ans qui m'inquiète (le chouchou de son père). Tous les jours, il est en crise de plus en plus violente. Il me tape, nous tape. Ce soir il ma dit t'es con, je te déteste, tes pas ma mère, je vais te taper et je veux aller avec mon père, cest comme ça que j'ai été élevé. Il n'était pas du tout comme ça, pas du tout...il m'aimait énormément et ne m'aurait fait aucun mal avant. Des fois il me dit, qu'il m'aime trop, qu'il a trop mal au cœur et que je lui manque trop à l'école mais il recommence une crise quelques heures plus tard. Il est méconnaissable et je suis impuissante face à ça. Je vais tenter de pousser des portes cette semaine pour trouver de l'aide chez un spécialiste mais je ne sais pas du tout où aller...
Alors beaucoup me disent que c'est bien, que j'ai réussi à partir, que c'est courageux et que d'autres nosent pas et sont encore dans leur vie malheureuse ....sauf que je le sais tout ça, mais l'avenir je ne le vois plus, terminé, ma joie de vivre est très loin désormais même si je souris encore, mon cœur est détruit. Il me reste que mon mental et jai la chance davoir la santé où dautres personnes ne l'ont pas donc je me dis que ce serait égoïste de ma part de la gaspiller donc j'avance pour mes enfants, pour leur éviter de finir mal.
Merci de m'avoir lu et merci si quelqu'un a des conseils pour sortir mon fils de cette emprise

Avatar de l’utilisateur
Buissonnière
Membre protecteur
Messages : 4964
Enregistré le : 15 Nov 2018, 08:38

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar Buissonnière » 24 Nov 2019, 22:49

Bienvenue Ludi et bravo pour ton courage
Repartir de zéro, changer de vie, boulverser ses repères est difficile au début. Ce n'est qu'un cap à passer.
C'est dur pour toi mais encore plus pour tes enfants.
Ce qu'il faut c'est du temps. Le temps nécessaire à l'adaptation. L'être humain est bien fait, il s'adapte dans toutes les situations et environnement.
Tes enfants vont avoir d'autres repères. La routine les sécurise et cette routine se fera tout doucement
N'hésite pas a offrir une aide psychologique au petit dernier et des activités extrascolaires (le rugby est un bon défouloir), parle aux grands, communique et écoute-les beaucoup surtout.
Paris ne s'est pas fait en un jour.

Laisse dire ce qui se dit sur toi. Retablis la vérité, donne ton son de cloche mais ne te mets pas martèle en tête si des gens de ton entourage ne te comprennent pas ou pire s'ils t'accusent de tous les torts
Toi tu sais ce que tu as vécu et personne ne pourra te faire douter de tes ressentis et de ce que ton futur ex-conjoint t'a fait endurer.
Les gens parlent sans savoir. Quand on quitte un toxique on perd beaucoup matériellement et socialement (amis, relations) mais on gagne gros en échange, la paix n'a pas de prix

Courage pour ta séparation. Prends des forces pour affronter le divorce et viens ici pour écrire tes humeurs, tes états d'âme, tes soucis, et aussi tes joies et tes succès :39:
On ne trahit pas le PN en rompant.
On se trahit soi-même en restant

Ludi64
Messages : 63
Enregistré le : 24 Nov 2019, 20:00

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar Ludi64 » 24 Nov 2019, 22:58

Merci beaucoup, ça fait du bien d'écrire et de recevoir des réponses attentionnées comme la tienne :)
Je dois aller à un entretien d'embauche vendredi mais suivant où je vais tomber, je vais devoir déménager une nouvelle fois et faire vivre un nouveau changement aux enfants :roll: car je suis actuellement en pleine campagne avec 1h de route pour pouvoir trouver un travail.

Avatar de l’utilisateur
Buissonnière
Membre protecteur
Messages : 4964
Enregistré le : 15 Nov 2018, 08:38

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar Buissonnière » 24 Nov 2019, 23:06

Alors ne leur donne pas une avance sur le stress d'un nouveau potentiel déménagement.
Lorsque tu auras pris la décision et avancé dans ce projet réunis tous les points positifs pour eux et qui en découlent comme par exemple proche d'un cinéma, d'un bowling d'un club de leur sport favori, des économies de trajet etc
Tu parleras aussi du nouveau logement et de ses points positifs
Petit à petit ;)
On ne trahit pas le PN en rompant.
On se trahit soi-même en restant

Ludi64
Messages : 63
Enregistré le : 24 Nov 2019, 20:00

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar Ludi64 » 24 Nov 2019, 23:30

Oui t'as raison, je vais faire ça. J'en parlerai que quand j'aurai pu voir que ce serait positif pour eux.
Le jugement est prévu le 18 décembre, il faut que j'arrive à ne pas sombrer dans l'attente et l'angoisse de ça, c'est pour ça que j'essaye d'anticiper un nouveau travail, je voudrais essayer d'en trouver un pour janvier. Le travail me permet de penser à autre chose, de me dire que j'ai une vie normale et m'évite de sombrer. Je suis une bosseuse en règle générale donc difficile de rester à attendre et d'être regardé en pitié par des personnes que je côtoyais professionnellement.
J'ai réussi à faire bonne figure les derniers jours de mon travail que je viens de perdre, j'ai pu montrer que l'on peut toujours bien bosser malgré des problèmes perso mais cela n'a pas empêché de me faire dégager discrètement. J'avais réussi à avoir un bon poste en évoluant de secrétaire en assistante de direction même si parfois c'était un travail ingrat et je me suis fait évincer en un rien de temps.
Du coup, je me suis remise en arrêt pour pouvoir être avec mes enfants et on a signé une rupture conventionnelle pour une fin de contrat au 31 décembre.
Je vais pouvoir prendre les rendez-vous au psychologue pour mon fils (le plus grand est déjà suivi au vu des violences subies).
Merci encore pour tes réponses, je passerai pour écrire la suite des démarches car j'avoue être assez larguée souvent même si j'avance... Bonne nuit

Petite fraise
Messages : 453
Enregistré le : 13 Mar 2019, 17:30

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar Petite fraise » 26 Nov 2019, 10:51

Bravo Ludi d'avoir ce courage. Tes enfants sont chamboulés mais ils comprendront finalement que la vie est meilleure ainsi. Ils mettront plus ou moins de temps, le temps de retrouver des repères. Sois à l'écoute comme tu sembles l'avoir toujours été, surtout avec le petit dernier qui visiblement est le plus chamboulé, ils comprendront que tout cela est pour leur bien et ils te verront plus heureuse aussi, et ça ça joue beaucoup pour leur bien-être aussi.

esther34
Messages : 256
Enregistré le : 01 Nov 2019, 09:36

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar esther34 » 26 Nov 2019, 11:57

Bravo! Bravo quel courage...
Allez il faut tenir jusqu'au 18 décembre mais le forum est là pour aider dans ce temps.

Avatar de l’utilisateur
Kiwi
Messages : 160
Enregistré le : 27 Fév 2019, 10:44

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar Kiwi » 26 Nov 2019, 14:54

Ludi64, tu as beaucoup de courage et beaucoup de ressources ! Continue à à te battre, c'est spectaculaire ce que tu fais.

Petite question : comment parlez-vous du père à la maison, toi et tes enfants ?
N'ayant pas d'enfants, je ne sais pas comment je réagirais... est-ce que j'essaierai de préserver son image auprès des enfants, ou au contraire, est-ce que je l'accablerais pour justifier tous ces bouleversements ?
Kiwi

Ludi64
Messages : 63
Enregistré le : 24 Nov 2019, 20:00

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar Ludi64 » 28 Nov 2019, 18:24

Merci à toutes pour vos messages :)

Kiwi, pour parler aux enfants, c'est vraiment le plus compliqué car justement, j'ai toujours voulu éviter de rentrer dans la manipulation comme leur père a pu faire en me descendant auprès des enfants mais il fallait aussi que je justifie mon départ surtout quand leur père leur disait que j'allais détruire leur vie, que j'étais égoïste, le diable... donc ça s'est fait peu à peu et normalement, on va dire mais c'est encore très dure aujourd'hui davoir les mots, surtout pour mon fils de 7 ans qui était le chouchou de son père.
Mais le jour où jai été au rdv à l'avocate pour le divorce le 2 octobre, je n'avais pas encore conscience de la tournure. Je savais seulement que je voulais divorcer et que je n'accepterai plus de violence comme mentionné à mon "mari". Il faut savoir qu'il a toujours été au courant de mes démarches (même s'il nie encore aujourd'hui, il dit à ceux qui l'écoute, que je suis partie comme une voleuse, sans explication), je ne lui ai rien caché, je restais stoïque face à ses menaces et ses tentatives de monter les enfants contre moi, mais je savais qu'il fallait que j'avance même si jetais un peu perdu. Et c'est qu'après être parti de mon domicile que j'ai pris conscience du réel cauchemar dans lequel on vivait.
Avant mon départ, mon" mari "ne parlait déjà plus à notre fils aîné de 12 ans, celui à qui il fesait subir les mêmes violences morales et physiques qu'à moi. le matin avant d'aller travailler, il fesait un bisou à nos 2 autres enfants mais pas à l'aîné, il en souffrait et me demandait pourquoi papa lui fesait la tête mais ne pouvait pas lui parler directement de peur qu'il se mette en colère. Il voulait fuguer donc cela me permettait d'avancer davantage dans mes démarches.
Je crois que son père lui en voulait car il savait que son fils était quelque part d'accord avec ce divorce.
Donc pour les 2 grands qui ont vu, subi et ont été témoins des violences, le discours a été plus facile puisque c'est finalement eux qui ont eu la parole de libéré. Leur plus grande incompréhension c'était de savoir pourquoi je disais à chaque fois que c'était normal :( je n'en reviens toujours pas d'avoir pu accepter ça et d'avoir laissé mes enfants dans ce contexte là aussi longtemps. Le pire je crois, c'est de savoir que je suis suspectée d'être une personne HP (haut potentiel), comment a til pu à ce point me faire accepter cette vie, je n'ai rien vu, je suis restée dans l'illusion de cette vie "normale" et je cherchais toujours qu'à l'aider tout en culpabilisant de le faire souffrir. HP ou pas HP, javais beaucoup de mal au début, à accepter mon comportement de toutes ces années que je trouve finalement complètement stupide et irresponsable :(.
J'ai trouvé une thérapeute ce matin, afin d'aider mon fils de 7 ans qui répercute les violences de son père sur moi et sur ses frères. Elle va le voir demain et il a accepté daller au rendez-vous. Il me fait des crises de plus en plus violentes quotidiennement et plusieurs fois par jour avec des propos extrêmement choquants.
J'espère seulement avoir les mots pour les aider mais sachant que moi aussi, je suis détruite, je doute par moment mais j'avance quand même...

Ludi64
Messages : 63
Enregistré le : 24 Nov 2019, 20:00

J'ai tout perdu mais j'ai réussi à partir

Messagepar Ludi64 » 28 Nov 2019, 22:57

Je suis en train de lire le livre de Stan Carrey
Pervers narcissique: L'identifier, le fuir, se reconstruire ,
il est vraiment impressionnant, je reconnais mon "mari", ma vie ... je ne sais pas si vous l'avez déjà lu mais je vous le conseille vivement, ça aide vraiment de voir que des personnes ont pu mettre des mots sur nos tristes vécus et nous permettent une analyse plus poussée pour éviter d'autres pièges je l'espère


Retourner vers « Le manipulateur pervers narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot], DaX et 50 invités