Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

esther34
Messages : 256
Enregistré le : 01 Nov 2019, 09:36

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar esther34 » 27 Nov 2019, 15:29

C'est terrible car même dans ta relation avec la psy il était présent, une autre forme de triangulation. Ces séances ne comptent pas, tu n'as jamais pu te sentir en confiance. Peut-être devrais-tu aller en voir un autre ou si la question financière est complexe, te tourner vers un CMP ? C'est important d'avoir quelqu'un dont c'est le métier te dire que ce n'est pas normal ce que tu vis, que ce n'est pas ça une relation de couple.

36 ans c'est jeune! Ca ne signifie pas que tu n'auras jamais d'enfants!!! J'ai une copine qui a eu les siens à 41 et 43 et sa vie est top. Elle non plus ne croyait jamais rencontrer quelqu'un (rupture difficile aussi pour d'autres raisons, également à 36 ans) et avait tiré un trait sur la famille mais elle l'a aujourd'hui. Mon père m'a eue à 40 ans également, certes c'est un homme, mais regarde, il y a plein de gens qui construisent tard, tu dois garder confiance. Et faire un enfant avec quelqu'un de toxique ce n'est pas non plus la panacée, regarde ici la vie très dure de celles/ceux qui ont des enfants avec un PN, comme c'est compliqué, comme ça peut être destructeur pour l'enfant...

Tu as les faits sous les yeux : en effet comment quelqu'un avec qui tu fais ta vie peut te dire que personne ne voudrait de toi ??? C'est faux!

Les mots que je lis ici sont brutaux, c'est dur de lire ça, de se trouver face à face à une réalité dont on ne veut pas en fait, j'aimerais que quelqu'un me prenne dans ses bras, me dise que tout va bien, que c'était qu'une crise et qu'on va être heureux ensemble.


Je crois qu'on ressent tous ça. C'est dur quand on aime sincèrement... Mais si tu regardes avec objectivité, tu remarqueras sans doute que les bons moments sont de moins en moins bons et que les mauvais moments sont de plus en plus violents psychologiquement pour toi, non ?
Tu n'as pas à "assumer" la rupture, tu n'es pas responsable.
Courage, tu n''es pas seule!! :39:

esther34
Messages : 256
Enregistré le : 01 Nov 2019, 09:36

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar esther34 » 27 Nov 2019, 15:35

J'ajoute aussi qu'il existe des associations dans certaines régions : peut-être que ça pourrait être une solution pour toi, de te faire aider par des gens en vrai ?

Et si ton ventre se tord, c'est normal, j'ai l'impression, personnellement, que l'emprise de ces personnes ressemble aux effets d'une drogue dure... Dur dur de s'en sevrer mais plusieurs exemples prouvent ici que c'est faisable...

satchsatch33
Messages : 333
Enregistré le : 23 Avr 2019, 17:15

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar satchsatch33 » 27 Nov 2019, 15:47

isavenezia a écrit :Comment je peux avoir ma tête qui repense à toutes ces choses qui vont mal, et mon ventre qui se tord en ressentant le manque de lui ? J'avais un peu confiance en mes capacités la dernière fois, confiance en mon amour pour moi et ma force, mais je me mentais, là je vois bien que je suis prête à plonger la tête la première dès qu'il ouvrira ses bras. J'ai pas la force de le quitter, pas la force d'être seule, pas la force d'avoir mal sans lui, pas la force d'assumer la rupture.
........
J'ai 36 ans l'an prochain. Pas d'enfants. Si je le quitte, il va me rester 4 ans pour me remettre de ça, refaire confiance à quelqu'un, fonder une famille... Autant dire que j'aurai pas de famille. Autant dire que l'avenir me semble sombre, avec ou sans lui.


Ça m'embête de voir à quel point il a entamé ta confiance en toi.

Si je peux te donner un conseil, arrête de t'angoisser pour l'avenir, tu ne sais pas de quoi demain sera fait (t'as 36 ans, pas 80....).
Si ça se trouve, dans une semaine....un mois....un an qui sait, tu auras repris tes esprits, tu auras rencontré le vrai homme de ta vie et votre 1er enfant sera en route.....

Quand je voies ton discours, j'ai tendance à me dire que c'est toi que j'aurais dû rencontrer, et non pas la tarée avec qui j'ai eu mon fils.
Cependant, j'ai l'intention de me battre pour lui. Dans la vie, si tu n'as pas de projet ou de fil conducteur, tu es aussi mort (ou pratiquement) qu'un PN.

Alors relève la tête, ici y a des gens qui sont prêts à t'aider. Courage !

isavenezia
Messages : 111
Enregistré le : 06 Nov 2019, 11:46

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar isavenezia » 27 Nov 2019, 15:51

Oui les bons moments sont de moins en moins bons et les mauvais plus violents.
C'est là que je sais qu'il est ma drogue, parce que je suis prête à tout pour une dose de l'amour qui m'enveloppait au début. Ou même une dose d'un amour moins bon mais quelque chose là, maintenant. Je vous jure je veux pas le perdre. C'est viscéral.
Et là forcement, qu'est ce que je fais ici, à me plaindre, à vous parler, si c'est pour conclure que malgré tout je garde mes oeillères, je courbe le dos, j'attends que la vague passe, et je repars. J'ai l'impression de n'avoir aucune volonté, aucune force, je me plains mais je continue? Je m'énerve moi même, on me tend la solution mais j'en veux pas en fait. C'est bien ça le problème.

J'ai un autre questionnement. Quelque part, à force de lire sur les pn, de venir sur ce forum, de déverser mon sac, j'empire peut-être la situation, à trop analyser, à ne plus pardonner, à donner encore plus d'importance qu'avant à certaines choses. Je sais pas si c'est clair, enfin peut-être que je regrette quand je me voilais la face. Peut etre que je laissais passer certains comportements sans trop m'en rendre compte. Là, j'analyse tout, mais j'ai l'impression que je me fais encore plus de mal.
Et aussi que comme je suis plus consciente, plus informée, lui le ressent, et c'est là que je me dis que c'est un cercle vicieux, que moi si j'agis différemment, je lui tiens tête, ca se passe moins bien, et là, je culpabilise.

Pas seule, non, merci de recevoir mon sac qui commence à être un peu lourd pour moi.
C'est ma 1ère relation, c'est pour ça qu'il se permet de dire que personne voudrait de moi, si ce n'est lui. Alors que non, objectivement, j'étais juste terriblement timide et mal dans ma peau, des avances, j'en ai eu, souvent, je suis plutot sympa, pas trop bete, et jolie sans me lancer des fleurs, j'ai toujours refusé, j'avais vraiment peur de l'autre, peur d'aimer, de souffrir, que sais-je? Bref jusqu'à lui. Le coup de foudre. Ca m'a prise sans que je comprenne, je l'ai vu une seule fois et j'étais sous son charme, je ne pensais qu'à lui, je l'ai même relancé (moi!!) pour qu'on se revoit. J'étais sur un petit nuage, quelle claque, l'amour au premier regard. Je l'ai eu dans la peau. Il avait tout de parfait.
Tu me parles de confiance satch, le plus fou c'est qu'avant lui je n'en avais pas bcp, de confiance en moi, et lui, il m'a élevée, il m'a fait grandir, je me sentais forte, épanouie, fière de moi, et là, ce qu'il reprend, ca me fait retomber dans un état peut etre encore pire qu'avant.

Une association de victime tu veux dire? Bon je dois dire qu'à écrire ce mot, d'un coup je me dis que non, je suis pas une victime, le terme est trop fort. Pourtant c'est ce qu'on dit non, "victime de pn"?

isavenezia
Messages : 111
Enregistré le : 06 Nov 2019, 11:46

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar isavenezia » 27 Nov 2019, 15:53

Vous êtes fort(e)s ! J'ose pas imaginer dans mon état comment je ferai avec un enfant, j'ai pas envie de me nourrir, pas envie de parler, pas envie de sourire, je suis en semi-léthargie à chaque fois qu'on s'engueule jusqu'au moment où ma drogue revient vers moi et m'en fait sortir.

satchsatch33
Messages : 333
Enregistré le : 23 Avr 2019, 17:15

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar satchsatch33 » 27 Nov 2019, 15:58

Oui c'est typique du PN.

Il t'as donné l'illusion de beaucoup te donner en début de relation (je dis bien illusion, car même cette phase dite "lune de miel" ou "love bombing", c'est du flan....). Et ensuite, il reprends tout et en profite pour bousiller complètement ta confiance en toi.

Ne sois pas dépendante de cela (j'étais pareil avant, je dépendais du regard des autres...et de leur affection....désormais je m'en tape, je préfère être en phase avec moi-même, et aimer mon gamin, le reste rien à taper....).

Relève la tête, c'est d'un vrai amour dont tu as besoin, pas de cette supercherie à base de domination/soumission, c'est pas de l'amour ça, c'est de l'emprise :evil:

isavenezia
Messages : 111
Enregistré le : 06 Nov 2019, 11:46

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar isavenezia » 27 Nov 2019, 16:14

Oui c est bien ça, de la domination/soumission.
Quelque part, il m a prévenue, il adore me dire que je suis "sa chose", que je lui appartient, que je suis son objet, voire son objet "sexuel" etc. Mais toujours en mode humour/séduction, je sais pas si vous voyez le genre... avec ces mots la ils n est jamais dans la menace, c'est sa façon de dire qu il m aime quoi.

Ce que j essaie de comprendre aussi, c'est quand il me "supplie" de le laisser partir ou de le libérer quand on se dispute. Comme si je le forcais à m aimer ou vivre avec moi. Je comprends pas. Ou alors il voit que je suis tellement mal quand il me "plaque" qu il n ose pas partir ? Mais un mec avec autant de caractère, il ne se plie pas à l autre, pourquoi cette supplique du "libere moi"? Ca veut dire quoi??? Que c'est moi la manipulatrice?

esther34
Messages : 256
Enregistré le : 01 Nov 2019, 09:36

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar esther34 » 27 Nov 2019, 16:21

isavenezia a écrit :Oui les bons moments sont de moins en moins bons et les mauvais plus violents.
C'est là que je sais qu'il est ma drogue, parce que je suis prête à tout pour une dose de l'amour qui m'enveloppait au début. Ou même une dose d'un amour moins bon mais quelque chose là, maintenant. Je vous jure je veux pas le perdre. C'est viscéral.
Et là forcement, qu'est ce que je fais ici, à me plaindre, à vous parler, si c'est pour conclure que malgré tout je garde mes oeillères, je courbe le dos, j'attends que la vague passe, et je repars. J'ai l'impression de n'avoir aucune volonté, aucune force, je me plains mais je continue? Je m'énerve moi même, on me tend la solution mais j'en veux pas en fait. C'est bien ça le problème.

J'ai un autre questionnement. Quelque part, à force de lire sur les pn, de venir sur ce forum, de déverser mon sac, j'empire peut-être la situation, à trop analyser, à ne plus pardonner, à donner encore plus d'importance qu'avant à certaines choses. Je sais pas si c'est clair, enfin peut-être que je regrette quand je me voilais la face. Peut etre que je laissais passer certains comportements sans trop m'en rendre compte. Là, j'analyse tout, mais j'ai l'impression que je me fais encore plus de mal.
Et aussi que comme je suis plus consciente, plus informée, lui le ressent, et c'est là que je me dis que c'est un cercle vicieux, que moi si j'agis différemment, je lui tiens tête, ca se passe moins bien, et là, je culpabilise.

Pas seule, non, merci de recevoir mon sac qui commence à être un peu lourd pour moi.
C'est ma 1ère relation, c'est pour ça qu'il se permet de dire que personne voudrait de moi, si ce n'est lui. Alors que non, objectivement, j'étais juste terriblement timide et mal dans ma peau, des avances, j'en ai eu, souvent, je suis plutot sympa, pas trop bete, et jolie sans me lancer des fleurs, j'ai toujours refusé, j'avais vraiment peur de l'autre, peur d'aimer, de souffrir, que sais-je? Bref jusqu'à lui. Le coup de foudre. Ca m'a prise sans que je comprenne, je l'ai vu une seule fois et j'étais sous son charme, je ne pensais qu'à lui, je l'ai même relancé (moi!!) pour qu'on se revoit. J'étais sur un petit nuage, quelle claque, l'amour au premier regard. Je l'ai eu dans la peau. Il avait tout de parfait.
Tu me parles de confiance satch, le plus fou c'est qu'avant lui je n'en avais pas bcp, de confiance en moi, et lui, il m'a élevée, il m'a fait grandir, je me sentais forte, épanouie, fière de moi, et là, ce qu'il reprend, ca me fait retomber dans un état peut etre encore pire qu'avant.

Une association de victime tu veux dire? Bon je dois dire qu'à écrire ce mot, d'un coup je me dis que non, je suis pas une victime, le terme est trop fort. Pourtant c'est ce qu'on dit non, "victime de pn"?


Très sincèrement j'aurais pu écrire des choses très similaires il y a 1 mois quand je suis arrivée sur le forum. Je me suis d'ailleurs posé la même question en ce qui concerne ça (je me la pose encore, mais de façon moins permanente) :
J'ai un autre questionnement. Quelque part, à force de lire sur les pn, de venir sur ce forum, de déverser mon sac, j'empire peut-être la situation, à trop analyser, à ne plus pardonner, à donner encore plus d'importance qu'avant à certaines choses. Je sais pas si c'est clair, enfin peut-être que je regrette quand je me voilais la face.

Heureusement que ma psy et les gens ici ont été patient pour me faire comprendre progressivement les choses. Encore hier soir, gros coup de mou/doute (et si je m'étais trompée ? C'est peut-être moi qui ait un problème ?) Mais non en fait : si ça peut t'aider fait une liste de ce qu'il t'a fait qui était éthiquement condamnable dans le cadre d'un couple. Aurais-tu, toi, fait tout ça ? C'est vraiment ça de l'amour ?

J'ai l'impression de n'avoir aucune volonté, aucune force, je me plains mais je continue? Je m'énerve moi même, on me tend la solution mais j'en veux pas en fait. C'est bien ça le problème.

Idem, idem, idem. Pendant des mois des amis m'ont incitée à le quitter (lui de son côté les descendais et me faisait comprendre que je n'étais qu'une grosse naïve) et je n'y arrivais pas, et ça renforçait mon manque d'estime de moi et ma culpabilité.
C'est clair que c'est une énorme démarche à faire. Qui semble insurmontable. Ton histoire m'a donné envie de relire ce que j'ai écrit ici il y a juste 1 mois (c'est rien du tout 1 mois) et j'ai été frappée de voir comme ça a été vite pour reprendre goût à des choses simples, retrouver un semblant de confiance, retrouver surtout de la lucidité, le sens des valeurs, de ce qui est acceptable ou non. Et pourtant, mon dieu ce que ça a été dur. Et je suis loin d'aller vraiment bien, mais je suis contente (même s'il me manque toujours) de vivre à peu près normalement et ne plus être dans cet état de survie permanente. Je crois que c'est une décision à prendre sans penser aux conséquences, sans regarder derrière soi, et en trouvant l'aide où l'on peut (pour ma part j'ai été énormément aidée par les gens de ce forum).
lui, il m'a élevée, il m'a fait grandir, je me sentais forte, épanouie, fière de moi, et là, ce qu'il reprend, ca me fait retomber dans un état peut etre encore pire qu'avant.

Non, il t'a juste tendu un miroir : tu as toujours été comme ça mais tu n'avais pas confiance et lui en a juste joué pour te manipuler et garder toutes tes belles qualités pour lui, en gros égoïste, en te faisant croire en plus dans les phases "froides" que tu les possédais pas ces qualités.

Une association de victime tu veux dire? Bon je dois dire qu'à écrire ce mot, d'un coup je me dis que non, je suis pas une victime, le terme est trop fort. Pourtant c'est ce qu'on dit non, "victime de pn"?

Idem, j'ai encore dit ça a un copain le week-end dernier. Difficile d'admettre qu'on est victime car on ne veut pas non plus se dédouaner de sa responsabilité. Mais si... Tu es une victime. Personne ne mérite d'être traité de la sorte, personne, pas même un chien, pas même un imbécile (c'est ce que je me répète quand ça va mal, ça marche plutôt bien, car si quelqu'un de ton entourage venait te raconter ce que tu nous dis, tu réagirais certainement comme nous, non ?).

satchsatch33
Messages : 333
Enregistré le : 23 Avr 2019, 17:15

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar satchsatch33 » 27 Nov 2019, 16:22

Le simple fait que tu te poses la question prouve que ce n'est pas toi la PN, mais bien lui.
Et je peux t'assurer que sur le ton de l'humour, en réalité, il ne rigole pas du tout, il te prends réellement pour sa chose.
En réalité, un PN prends le monde entier pour son jeu d'échec, qu'il va pouvoir manipuler allègrement. Si quelqu'un ne lui sert plus à rien, il jette.
Si ça peut également t'aider, dis-toi qu'il ne se perçoit pas lui-même non plus comme un "sujet" mais comme un "objet", il a un ego surdimensionné qui le protège, mais en réalité il ne s'aime pas lui-même non plus....et il est enfermé dans cet enfer psychologique jusqu'à la fin de sa vie....c'est pas beau ça ? :lol:

Il faut réellement que tu te mettes en tête que cette "personne" n'a pas "d'âme".....c'est un corps avec une "intelligence artificielle" (qu'il utilise pour faire le mal :twisted: ) mais en réalité, il n'y a aucune personnalité à l'intérieur, comme un robot....il "mime" les émotions, il ne les ressent pas....

esther34
Messages : 256
Enregistré le : 01 Nov 2019, 09:36

Il me quitte. L'impression que rien n'a existé

Messagepar esther34 » 27 Nov 2019, 16:29

isavenezia a écrit :Ce que j essaie de comprendre aussi, c'est quand il me "supplie" de le laisser partir ou de le libérer quand on se dispute. Comme si je le forcais à m aimer ou vivre avec moi. Je comprends pas. Ou alors il voit que je suis tellement mal quand il me "plaque" qu il n ose pas partir ? Mais un mec avec autant de caractère, il ne se plie pas à l autre, pourquoi cette supplique du "libere moi"? Ca veut dire quoi??? Que c'est moi la manipulatrice?

:lol: :lol: Ils se ressemblent quand même vraiment tous.
Non, ce sont des injonctions contradictoires : c'est le truc classique du PN pour te faire vriller le cerveau. Tu tournes le truc en boucle car ça n'a pas de sens et tu finis par te dire que ça vient de toi.
Tu ne le forces à rien, c'est un adulte, c'est juste une façon de te soumettre (pour te dire que tu es dépendante de lui, il a bien réussi car tu le crois).
Dominant comme il l'est tu crois qu'il aurait vraiment peur de partir ? Il n'a pas l'air si gentil/prévenant quand il te fais croire que personne ne voudrait de toi.

Oui c est bien ça, de la domination/soumission.
Quelque part, il m a prévenue, il adore me dire que je suis "sa chose", que je lui appartient, que je suis son objet, voire son objet "sexuel" etc. Mais toujours en mode humour/séduction, je sais pas si vous voyez le genre... avec ces mots la ils n est jamais dans la menace, c'est sa façon de dire qu il m aime quoi.

C'est là où tu commets peut-être (à mon humble avis) une erreur de compréhension (je me permets de te le dire car j'ai eu le même type de questionnements et quand on me l'a dit ça m'a fait du mal mais ça m'a aidée, pardonne moi par avance si mes propos te blessent) : ce n'est pas de l'amour ça, c'est juste de la possession (et c'est encore typique d'un PN). On considère l'autre comme une personne et pas comme un objet. C'est parfois agréable à entendre ce type de phrase car on peut se sentir dans une sorte de fusion avec l'autre, mais ce n'est pas signe d'une relation équilibrée. Cela te montre qu'il n'a pas de sentiments amoureux tels que quelqu'un de normalement structuré peut en avoir.


Retourner vers « Le manipulateur pervers narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : MilaLune et 43 invités