Est-ce un PN ?

juliettebch
Messages : 1
Enregistré le : 03 Déc 2019, 11:22

Est-ce un PN ?

Messagepar juliettebch » 03 Déc 2019, 17:51

Bonjour à tous,

J'ai besoin de vos avis sur une relation passée, je m'excuse de la longueur de ce message mais je vais essayer d’être synthétique !

Je l'ai rencontré lorsque j'étais dans une situation de grande vulnérabilité et nous sommes restés ensemble un an. Au début tout était parfait, j'avais vraiment l'impression que nous étions dans une sorte de fusion intellectuelle. Il me plaçait sur un piédestal, m'écoutait longuement avec attention comme fasciné, était attentionné, pensait que j'étais surdoué tout comme lui...Très vite il m'a raconté les choses qu'il avait vécu, incestes durant l'enfance, autre viol, harcèlement très long et violent, jamais aucun ami jusqu'à alors. Etant d'un naturel empathique et très maternel, cela a éveillé beaucoup d'affection en moi. Ajoutée à cela notre entente et la sorte d'admiration que je lui portais - il était très intelligent, du moins en surface - le sentiment était inconnu pour moi (j'étais très jeune à l'époque) j'ai lentement pris ça pour de l'amour et nous nous sommes mis ensemble. Pourtant déjà, il m'exprimait ses peurs quant au fait qu'un jour je découvrirais un aspect terrible de lui et que je partirai, ce que j'ai mit de coté pensant qu'il s'agissait juste d'un manque de confiance en lui.

Progressivement, je me sentais pour la première fois extrêmement jugée, tout et tout le monde était nuls, bêtes (comparé à lui bien sur) et je me sentais comme figée, ne voulant plus rien faire ni dire quoi que ce soit de "personnel", c'est-à-dire avoir mes propres passions, parler de certains sujets, et à partir de là il a commencé à me regarder comme quelque chose de stupide. Il avait certaines remarques également, amenées de façon subtiles et mises sur le compte de la maladresse, qui m'ont conduites à commencer à me dévaloriser et à me comparer. Nous avons emménagé ensemble, et fatalement j'ai découvert des aspects de sa personnalité qu'il m'avait caché ce qui a occasionné des disputes, en soi bénignes sur le fond. Mais la communication était inexistante, il fuyait tout, j'avais vraiment l'impression d'avoir affaire à un enfant : il me tournait le dos quasiment tout le temps, jouer avec quelque chose en même temps sans vraiment m'écouter, m'interromper pour passer sur autre chose, partait d'un coup pour clore le débat. Ça ne menait jamais à rien et je devais me répéter sans cesse mais il ne faisait aucun effort ou à peine, bien que me disant qu'il ne faisait que ça et qu'il se saignait pour moi. Il justifiait ce "manque de compréhension", comme pour absolument tout, par le fait d’être surdoué, m'a demandé d'exprimer nos problèmes par écrit et puis m'a dit qu'il fallait que je m'exprime de façon je cite "extrême", autrement que par les mots. C'est-à-dire par la violence et l'agressivité (pas sur lui mais sur moi). Il profitait alors de ces situations pour les retourner et se faire passer pour la victime, alors qu'il m'avait demandé insidieusement d'agir comme tel.

Il mentait, sur des détails pourtant, un nombre incalculable de fois, se contredisait et niait tout par la suite, ce qui m'a conduit à me demander si je n'étais pas folle. "Heureusement" son père m'a dit qu'il agissait de la même manière avec sa famille... Il ne supportait pas qu'on ne lui réponde pas ou qu'on ne lui porte pas de l'attention quand il en quémandait, encore une fois comme un enfant. Il avait une absence totale d'empathie, qu'il était le premier à reconnaître. A chaque fois après une dispute, il m'a appelé en hurlant disant qu'il avait failli se suicider, un autre jour m'a envoyé un message d'adieu pour que je le retrouve ayant commencé à prendre des médicaments, un autre jour a tenté de se défenestrer devant moi. Accessoirement ses exs étaient "folles" bien sur et "diminuées intellectuellement". Il avait une certaine paranoïa, se méfiait beaucoup des autres et de moi la première, gardait des dossiers entiers plein de screens et d'historiques de conversation "au cas ou". Il me faisait comprendre que je le décevait de n’être pas aussi parfaite qu'il le pensait. C'était quelqu'un de très, très égoïste également. Il me semblait n'avoir aucune valeur, aucune conscience du respect ou aucun principe moral. Et puis vraiment l'apparence du gendre idéal, une tète de gentil, sociable, souriant, sympathique, une personnalité clairement fausse en société et une soif inassouvissable de plaire aux autres et d’être validé. A coté de cela ça n'était pas une personne qui se mettait en colère souvent, c'était plutôt des hurlements (mais vraiment emplis de haine) rares mais très soudains. Il me faisait miroiter une vie future idéale mais n'agissait jamais en ce sens. Il se sentait supérieur à absolument tout le monde alors qu'il n'avait objectivement aucune raison valable pour.

J'ai cherché maintes fois à le quitter sans jamais réussir, il me faisait du chantage affectif puis a fini par adopter une attitude blasée et moqueuse à ce propos. Le jour où il a "accepté" il m'a semblé beaucoup plus blessé sur le plan de l'ego qu’émotionnellement. Il était constamment dans le "chaud-froid" tantôt un véritable monstre tantôt comme si nous étions toujours ensemble, m'a mit la pression pour que je parte de l'appartement : j'ai fini à l’hôpital au bord du suicide. Il a cherché à revenir quelques mois plus tard et a réussi, heureusement même si nous nous étions remit ensemble à sa demande je n'ai plus jamais eu aucune nouvelles au bout de quelques jours.

Au final j'ai eu l'impression d'une relation d'une grande violence sans que je sache expliquer pourquoi sur le moment, de brasser de l'air pour rien, d’être vidée de toute énergie comme vampirisée, j'étais malheureuse et isolée comme je ne l'ai jamais été. J'en suis sorti totalement détruite et ma confiance en moi était en miettes, là où je sentais et j'ai encore l'intuition que lui en est sorti vraiment grandi et est très vite passé à autre chose.

Deux détails qu'il me semble important de préciser : il avait douté un jour qu'il puisse être un manipulateur et m'avait dit à plusieurs reprises qu'il était une mauvaise influence pour moi, ce que je ne voulais pas voir. De là, mes questions : est-ce un PN ? Mais j'en doute puisque je crois que l'une de leurs caractéristiques est justement de ne jamais se remettre en question, à moins qu'il y ait des exceptions. Est-ce alors "juste" un manipulateur ? Une mauvaise personne ? De plus, s'il y avait des personnes connaisseuses ça m’intéresserait de savoir si certaines choses correspondent aux traits de personnalité d'un surdoué, vu que comme dit il avait tendance à expliquer tous ses faits et gestes par cela.

Je vous remercie d'avance de vos retours :)

Retourner vers « Le manipulateur pervers narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Louisville, Moniadu95, MSN [Bot], satchsatch33 et 8 invités