Contre-expertise psychiatrique

Articles de lois, de presse,... Différentes ressources sur le thème du droit et de la justice.
Règles du forum
Les liens sont autorisés dans ce forum
Aqua
Messages : 6
Enregistré le : 10 Jan 2019, 20:21

Contre-expertise psychiatrique

Messagepar Aqua » 10 Jan 2019, 20:36

Bonjour, ceci est mon premier message sur ce forum.

Je vais tenter de faire court.
Ex PN, séjours aux urgences psychiatriques lorsque notre bébé est né, puis a quitté la maison et m'a diabolisée auprès du monde entier, il était victime, moi violente et manipulatrice... je vous fais pas un dessin.
Bref, 3 ans plus tard, mon fils a des DVH depuis 1 an et il relate des violences terribles subies chez son père (mais sans traces). J'ai saisi le juge des enfants, enquête et expertise psychiatrique ordonnée. Il passe entre les mailles du filet à chaque fois, mon fils n'a rien raconté lors de l'enquete...il passe toujours pour le père parfait. Mais après la première enquête de 6 mois, l'association mentionne quand même "sa pathologie" et "la necessité d'adapter les médiations".

.. et là, 6 mois plus tard, le jugement et les expertises tombent.
Jugement : aucun problème, mais conflit et re-enquête pour 1 an
Expertises : le ciel m'est tombé sur la tête. Mon ex "n'a aucune pathologie" (???) et moi j'en ai pris plein la tête (avec 45 min d'entretien seulement chez le psy) : névrosée, hystérique, désir de controle...
alors que je subis SES décisions, SES scènes de violence et de délire, SES plaintes et SES menaces

Le psychiatre a même conclu qu'il devrait élargir ses DVH et demander la garde alternée !
Le pire c'est qu'il se trouvait dans l'hopital psy où mon ex est allé, et où il y a 4 ans on m'a bien dit "de me protéger et de protéger mes enfants" et qu'on avait décelé une pathologie lourde.

Evidement mon ex était RAVI à l'audition du résumé de l'expertise, moi j'ai cru tomber dans les pommes.

J'ai appelé mon avocat pour demander la procédure pour demander une contre-expertise, mais c'est loin de chez moi (il faut se déplacer à 2h et trouver un avocat là bas sinon c'est 3000 euros si mon avocat se déplace).

Je souhaiterais demander une contre-expertise, j'ai peur du sentiment de toute puissance de mon ex... d'autant qu'il a tout gagné ! J'ai saisi le juge pour violence et il en ressort avec une autorisation de garde alternée !!! (qui ne l'intéresse pas dit-il, c'est déjà ça).

D'un autre coté je me demande s'il ne vaut pas mieux le laisser penser qu'il a "gagné", surtout qu'il est avec une autre femme et a un bébé de 9 mois... j'aimerais tant qu'il me zappe.

Avez vous des conseils sur la stratégie à adopter, sur un plan psychologique ou juridique ?
Merci

Violetta
Messages : 1839
Enregistré le : 17 Aoû 2015, 20:45

Contre-expertise psychiatrique

Messagepar Violetta » 10 Jan 2019, 22:17

Bonsoir
Que c’est dur de lire cela!
Encore un exemple où le parent deviant est protégé et le parent sain passe pour hystérique.

Que demandes tu? La garde exclusive ?
Si il ne demande pas la garde alternée. Tu pourrais te contenter de la garde classique si cela convient à monsieur.

J’ai l’impression que cela pourrait se retourner contre toi si tu conteste l’expertise et ce dernier pourrait se voir imposer une GA que vous n’avez pas souhaitez tous les 2.

Peut-être il vaut mieux envisager la paix dans ton foyer que d’avoir raison.

Cela me révolte cette injustice....

Aqua
Messages : 6
Enregistré le : 10 Jan 2019, 20:21

Contre-expertise psychiatrique

Messagepar Aqua » 12 Jan 2019, 11:57

Merci violetta, oui la tentation de vouloir prouver le bien fondé de mes propos et actions est tentant, mais ce n'est pas ce qui me motive le plus ici. Comme l'a dit mon avocat, mon ex pourrait se "prévaloir" du bon résultat de l'expertise psy a l'avenir pour se justifier, où en profiter je ne sais comment. Je pense aux violences psychologiques et physiques subies par mon fils et je crains pour sa sécurité avec une telle expertise.... Même si celle ci n'indique rien sur sa violence.

Calaïca
Messages : 847
Enregistré le : 22 Oct 2018, 20:11

Contre-expertise psychiatrique

Messagepar Calaïca » 14 Jan 2019, 03:53

Juste une information en passant, pour peut-être un tout petit peu t'apaiser.

Si l'expert est un psychiatre, sache que la perversion narcissique n'est PAS reconnue comme une PATHOLOGIE par les psychiatres. Donc il est normal, si ton ex est PN, que cela soit écrit ainsi. Non, il n'a pas de pathologie. Cela ne veut pas dire qu'il n'a pas de problème.
Ensuite, si tu es NEVROSEE, c'est que tu es...tout à fait normale. Névrosée, c'est ce que nous sommes quasiment tous et toutes. Donc, tu n'es pas perverse de ton côté, jusque quelqu'un construit comme la majorité de l'humanité.

Maigre consolation notamment par rapport à ce qui a pu être exposé et dit. Tu n'as pas de traces quelconques par rapport à ce qu'on t'a dit lors de son passage en hôpital psy? Je comprends que tu sois très déstabilisée par les propositions d'élargissement de la garde. Je ne saurais pas quoi te conseiller, cela dépend tellement des réactions de ton ex...Est-ce que la garde alternée est actée? Il ne faudrait pas qu'il la refuse sans que tu aies de traces pour ensuite obtenir la garde totale en portant plainte dans ton dos et en se fondant sur cette expertise...

Courage

Aqua
Messages : 6
Enregistré le : 10 Jan 2019, 20:21

Contre-expertise psychiatrique

Messagepar Aqua » 15 Jan 2019, 21:32

Non la garde alternée était "juste" la recommandation du psychiatre... Sinon, oui mon ex est (en plus de pn) malade. A l'hôpital on m'a confirmé il y a 4 ans "une pathologie lourde", je pense bipolaire avec délire de persécution (comme sa mère).

Invité
Messages : 1891
Enregistré le : 15 Oct 2018, 18:09

Contre-expertise psychiatrique

Messagepar Invité » 15 Jan 2019, 21:50

délire de persécution

Le mien avait des délires de persécution. Se voyait la cible de hackers, de malfaiteurs de rue (pour son vélo), de la police, etc etc.
Une manière de se donner de l'importance.


Retourner vers « Droit et justice »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité