Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

catloveuse
Messages : 27
Enregistré le : 01 Avr 2019, 09:59

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar catloveuse » 01 Avr 2019, 13:17

Bonjour,

Je suis nouvelle ici. Je dois avoir ma césarienne la semaine prochaine, problème : le père est un manipulateur, et selon ses filles (il a fait pareil avec son exe, mère de ses enfants et d autres femmes), m ont dit que pour le comprendre je devais lire le portrait du "pervers narcissique".
Cet homme m a pourri toute ma grossesse, entre menaces de mort, insultes, rabaissement, débarquer chez moi a l improviste, crises de frustration lorsque je me refusais a lui...
Ses 2 filles aînées qui sont grandes ne lui parlent plus.
Au début, quand je l ai connu, il jouait le papa modèle avec les plus jeunes.
Je suis vite tombée enceinte accidentellement, et il m a dit "que c etait le plus beau cadeau que je pouvais lui faire", de plus je me suis bien entendue avec ses filles (avec qui je m entends toujours bien) et tout le monde était heureux.
Seulement voilà, vers octobre 2018 tout se dégrade, déjà car je ne veux pas d une vie commune "sur le champ", pour des crises de jalousie (au début, je me suis rendue compte qu il avait bloqué les appels et Sms de tous les hommes dans mon répertoire), et ensuite ça allait de pire en pire, d abord a cause de ses envies sexuelles, devenues bestiales, il fallait toujours s occuper de "lui", mais pour lui, je ne méritais pas de massage, car je ne travaille pas et ne suis qu une feignasse. Au passage, lui est aux 35 h, à le luxe de faire 2 siestes l apres midi, de rentrer chez lui et de se mettre peinard à la télé, fallait encore lui préparer l assiette, le servir et ranger car "il travail lui".
Moi j ai déjà 3 enfants, un garçon handicapé avec qui j ai beaucoup de Rdv médicaux, et je suis peut être a la maison, mais n ai pas le luxe de faire une sieste ou beaucoup de loisirs !!!
Au début, je me forçait à avoir des rapports pour avoir la paix, car a chaque fois c etait des bagarres, insultes rabaissement, j ai vite éprouvé que du dégoût pour lui, surtout après avoir appris qu il avait des antécédents de violence, plusieurs armes confisquées, la mère de ses enfants a même eu un pistolet sur la tempe lorsque elle a voulu le quitter, de plus il m a dit lorsque j ai voulu rompre tout simplement, qu aucune femme n avait le droit de le quitter, qu il me mettrait une balle dans la tête, qu il pouvait débarquer a tout moment chez moi et tout casser, qu il allait faire un faux témoignage au 119 pour me retirer mes enfants, et, surtout plusieurs fois qu'il allait réussir a me faire mettre en psychiatrie tellement je serais mal...
Par peur, j ai donc été "en couple avec lui" jusqu'à en décembre, et lui ai ensuite dit que je voulais juste une bonne entente pour la petite, que je pouvais lui donner plus.
En le caressant dans le sens du poil, il était calme 2 semaines, puis retournait sa veste et recommençait directement les menaces, rabaissements des lors que je me refusais a lui sexuellement et lui laissait entendre qu il n y aura plus de "couple" entre nous.
Tout ce que j eprouvais encore pour lui était du dégoût, j etais juste heureuse de voir ses filles, mais pas lui.
Tout raconter serait long, mais il alternait entre le "gentil qui veut le bien de l enfant", menaces de mort, rabaissement, chantage au suicide, etc...

Bref, certaines périodes il me disait ne plus vouloir me parler, qu il ne voulait rien savoir de l enfant, qu il n entrerai plus en contact avec moi, car "après tout ce qu il a fait pour moi, je devrais avoir honte de le quitter", en général ma paix était de courte durée : 1 jour a 1 semaine (c etait le maximum), je pensais avoir la paix, et finalement toujours la même situation, je suis pas fâché avec toi, c est ma fille, je m inquiete pour toi, bref, il a transformé ma vie en cauchemar. Depuis décembre 2018 on m a rajouté des anti dépresseurs en plus d d'anxiolytiques car j en dormais plus, j ai perdu 6 kg en 1 mois et ai échappé de peu à la sonde naso gastrique, surtout quand il a commencé a se déplacer et a venir sonner chez moi n importe quand, ou a tourner pendant 2 h dans ma rue en moto et en la faisant pétarader devant ma maison, pour que je dise pas qu il soit entré dans ma propriété.
J ai essayé de discuter avec lui, mais rien a faire, il ne change pas, debut du mois j ai été hospitalisée, je ne voulais pas le voir, mais il est venu, a demandé la chambre, il a ramené du coca et du chocolat, que j ai refusé, mais qu il a laissé.
Le jour où je suis rentrée, il a écrit : "tu es peut-être pressée de me revoir ?" Où j ai direct répondu brièvement que je souhaitai juste une bonne entente pour le bien de l enfant, pas de nouvelles pendant 3 jours, et tout a recommencé : menaces, plusieurs déplacements à mon domicile, il m a même dit : "qui a gâché 40 bornes d essence aller-retour pour te voir a l hosto et te ramener du coca et du chocolat ?" Et la je lui ai répondu que je ne lui ai rien demandé, que je lui avait exprès pas répondu car il me dérangeais et que je voulais pas le voir, et que pour le coca et le chocolat que j en voulais pas non plus et que j avais qu une seule hâte : qu il parte, et que je lui parlais pour pas faire d esclandre a l hopital et pour le bien de la petite, c est tout. La il s est mis dans une rage folle, disant qu il voulait plus rien savoir de l enfant, mais le répit a été de courte durée... 2 jours après il revient comme une fleur : "salut, comment va la petite".
Ayant compris que ce n etait qu un manipulateur et la psychologue et assistante sociale m ont dit qu il y avait des gens avec qui ça ne sert a rien de discuter, lors d une autre hospi, alors que j etais a peine sortie...

Du coup au jour d aujourd'hui je l ai définitivement bloqué.
Suite au blocage, il a appelé dans le service de maternité pour obtenir des renseignements, du coup la sage-femme a dit qu elle ne voit pas de qui il parle, et qu elle n avait pas a fournir ce genre de renseignements.
L assistante sociale a écrit au procureur pour le signaler (car il a une arme chez lui), et j ai gardé des messages.
Il a un casier judiciaire bien fourni apparemment pour violences, plusieurs armes confisquées, internement en psychiatrie par la gendarmerie en isolement pour violences également...
J ai finalement porté plainte.
Actuellement, je parle avec sa fille aînée,qui m en dit sur lui : il a fait a sa mère ce qu il est en train de faire avec moi : menaces, et vers la fin il est entré de force pour tout casser, a mis son arme sur la tempe a sa mère.
Et la pour continuer à savoir ce qui se passe chez elle, il passe par les plus jeunes.
Dernièrement pour "punir son exe de ne pas baisser la pension", il a exprès pas pris les enfants, il dit que les enfants sont son seul moyen de pression sur elle, il insulte la mère et la rabaisse devant les plus petites, les aînées ne veulent plus le voir et une m a dit : "c est un sale débile mental, un déséquilibré, lit la définition de "pervers narcissique".

Du coup, suite au fait que je l ai bloqué, il appelle l hosto, a fait écrire son avocate (lettre simple, mais pas avec accusé de réception), comme quoi il souhaite une médiation pour "le bien de la petite", il exige de venir a la maternité, et il demande un droit de visite a MON DOMICILE ou à définir après la naissance. Hors de question que ce gros porc remette les pieds chez moi, désolée, mais il me répugne, me dégoûte, m écœure après tout ce qu il a fait.

J ai fait une reconnaissance anticipée en octobre 2018 (il ne le sais pas) après les 1eres menaces, malheureusement il l a reconnu en février 2019.

Je sais qu il aura forcément un jour un DVH pour cet enfant, mais je veux que ce soit dans un milieu protégé, avec des professionnels, pour qu il ne puisse pas manipuler l enfant contre moi comme il m en a déjà menacée.
Je ne veux plus jamais a avoir à lui parler, je veux que tout passe par avocat ou écrit, et encore moins d etre seule avec lui.

Je le vois venir avec son avocate, il va se faire passer pour le "gentil" qui demande une médiation pour "le bien de l enfant" et moi pour la méchante qui ne veut plus de contacts avec lui...

J ai tout fait pour essayer de rester en bons Termes, mais impossible de discuter avec lui, et sa fille m a dit qu il arrêtera pas. Il a d ailleurs commis les agressions devant ses enfants qui en gardent des séquelles psy aujourd'hui, et malgré les plaintes, les Sms que la mère a gardé, il a continué.

Il m a dit d ailleurs qu aucune gendarmerie ne me protégera 24h/24 et qu il emmenait les gendarmes, la justice, que si la mère de ses filles était encore en vie que c est parcellaire que lui l a décidé, et que moi je dois toujours me tourner dans la rue quand je marche et que tot ou tard il aura ma peau...

Calaïca
Messages : 1898
Enregistré le : 22 Oct 2018, 20:11

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar Calaïca » 01 Avr 2019, 14:51

Je crois que malheureusement, et l'histoire de ses ex en est l'illustration, couper définitivement les ponts sera très compliqué.

Je me trompe peut-être, mais j'ai l'impression que des mouvements comme "me too" et autre et un peu plus de médiatisation des violences conjugales amène la justice à peut-être évoluer un tout petit peu, mais elle a tellement, tellement de retard, avec ce mythe totalement faux du "on peut être un mauvais mari mais un bon père" (ah oui, menacer une femme de mort devant ses enfants sans tenir compte de leur présence, c'est être un bon père????)!

Le mien n'était pas aussi fou que le tien, mais voilà comment j'ai agi.
A la maternité, j'ai expliqué qu'une médiation pénale était en cours (c'était le cas) et que je ne pouvais pas être seule dans une pièce avec lui. Je refusais donc qu'il entre dans ma chambre. Pour qu'il voit quand même l'enfant, il se mettait dans une autre pièce, la sage-femme lui amenait l'enfant, et quand il fallait qu'il tête ou autre, la sage-femme me le rapportait. Il s'en est évidemment plaint beaucoup par texto et autre, m'a menacé de régler ça en justice, mais il ne voulait pas trop écorner son image auprès du personnel donc s'est plié.
Ensuite, on allait dans un lieu public pour deux heures. Il prenait l'enfant, la gardait un peu avec lui tandis que je restais à l'autre bout, puis la rendait. On a dû changer de lieu car il a fait un scandale, a fait intervenir les gendarmes. Ensuite il prenait l'enfant seul deux heures. L'échange avait lieu en lieu public, devant témoin. Je n'ai jamais été seule avec lui à partir du moment où il est devenu très menaçant, malgré tout ce qu'il inventait pour cela.

Tout ça le temps d'avoir un jugement. On prévoyait un élargissement progressif du droit de visite. Comme il n'avait pas un dossier aussi lourd que le tien (je pense qu'il faut que tu joues là dessus), on m'avait dit qu'il n'aurait pas les visites médiatisées, donc j'ai proposé quelque chose qui paraissait raisonnable. Au final, comme il s'est éloigné et a présenté un dossier délirant au juge, et que de mon côté, j'apparaissais comme étant attentive à maintenir le lien père-enfant, il a obtenu pour l'instant 12 jours de visites médiatisées par an.

Donc là, il va falloir jouer serrer. En faisant en sorte qu'il voit l'enfant mais en vous mettant le moins en danger possible, en attendant un jugement. Tu n'as pas d'ordonnance de protection?
Peut-être peux-tu, puisqu'il propose une médiation, contacter de ton côté un espace rencontre pour lui proposer (hors jugement) de rencontrer ton enfant dans ce cadre? Ainsi, tu feras preuve de bonne volonté quand au maintien du lien parent-enfant et ce sera un peu sécurisé. Bien sûr, il refusera, mais tu auras de ton côté cet argument ("j'ai tenté de proposer cette solution, mais..."). De mon côté, j'avais entamé une médiation mais la médiatrice a mis fin dès le début en sachant la situation. Mais là encore, je montrai ma bonne volonté.

Après évidemment il faut demander un jugement en référé. Accumuler des preuves et des faits, rien que des faits. Pas de "X est méchant, il la traite mal" dans les témoignages mais "le 12 Février à 14h 12, X a dit à Mme Y les mots suivants: "...". Choisir les textos les plus parlants. Toujours en centrant autour de l'enfant, pas nécessairement de toi (tu peux te servir de ses menaces de mort pour justifier que tu demandes, par exemple, le droit de visite en lieu médiatisé, mais sinon, porte au dossier uniquement ce qui concerne les enfants. Ce ne sera pas son procès, mais un jugement pour définir la garde).
Evidemment, porter plainte en parallèle pour les violences autant que fois que nécessaire (je te conseille d'attendre quelques faits, de les cumuler avec un maximum de preuves, et d'aller porter plainte pour plusieurs faits à la fois. Ainsi, tu n’apparaîtras pas comme procédurière tout en soulignant le souci), et écrire au procureur s'ils classent la plainte (c'est ainsi que j'ai eu la médiation pénale).

Il y a des précédents, là: si tu pouvais avoir des témoignages (de ses grandes filles par exemple), ce serait encore mieux. J'avais vu un reportage où trois ex-victimes d'un homme avaient porté plainte ensemble pour maltraitance et étaient en procès ensemble: peut-être cela serait -il intéressant, si tu peux entrer en relation avec elles, de voir comment elles ont géré?

catloveuse
Messages : 27
Enregistré le : 01 Avr 2019, 09:59

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar catloveuse » 02 Avr 2019, 07:43

Merci.
Hier justement l assistante sociale de la gendarmerie où j ai porté plainte m a contactée (car l assistante sociale de l l'hopital l avait contactée aussi pour lui exposer le soucis), et elle m a donné le nom d une avocate spécialisée dans le droit de la famille et les ordonnances de protection. J ai directement appelé cette avocate, j ai brièvement expliqué l histoire en disant que je voulais une ordonnance de protection, mais elle a dit que les délais étaient trop court pour le jour de ma césarienne (début semaine prochaine).
Du coup j ai Rdv dans 2 semaines, et elle a dit qu il fallait effectivement demander un référé, et elle m a mit la liste de tous les papiers et Sms à fournir.
L assistante sociale a encore appelé l l'hopital pour vérifier que le service est bien au courant de ne pas le laisser entrer, elle a encore insisté auprès d eux car il y a une plainte pour "menaces de mort réitérées".
J ai également demandé aux gendarmes si je pouvais l entegistrer a son Insu quand il menaçait, ils ont dit oui, ça leurs fait des preuves en plus, du moment que je le diffuse pas sur internet par exemple, que je peux, donc j ai commandé une clé USB qui fait dictaphone que je garderai sur moi a la maternité au cas où monsieur débarque.
Justement, je sais que forcément il aura des droits sur l enfant, vu qu il l a reconnu, mais je veux justement ne plus être en contact avec lui, passer uniquement par le milieu sécurisé, mettre les choses par écrit dans un cahier a la limite, mais avec ce genre de personnage ça ne sert a rien de discuter.
J ai pourtant essayé, mais c est a perte.
La seule chose que j ai envie de lui dire et que je pense quand il menace de se suicider c est "te loupe pas surtout", mais je me tais, il serait capable de porter plainte pour non-assistance a personne en danger.
J ai remarqué que la seule chose qui le mets hors de lui, c est de l ignorer et de ne pas tenir compte de son avis, c est pour ça, je veux savoir si c est possible de passer uniquement par la justice, par des associations, et de ne plus jamais avoir a m adresser a lui ou de le débloquer...

Sumi1978
Messages : 249
Enregistré le : 11 Mar 2019, 13:49

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar Sumi1978 » 02 Avr 2019, 09:50

Ce qui me rassure dans votre histoire, Calaïca et Catloveuse, c’est que la justice est au courant et que vous êtes tout de même soutenues, malgré les efforts que vous devez mettre en place pour vous protéger.

Bien du courage à vous et continuez à vous battre! :42:

catloveuse
Messages : 27
Enregistré le : 01 Avr 2019, 09:59

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar catloveuse » 02 Avr 2019, 10:50

Moi d un coté c est ce qui m inquiete aussi, que la justice est au courant et qu il ai le droit de les avoir seul en week-end apres tout ce qu il a fait.
Sa fille m a dit comment il avait retourné l appart, mis le pistolet sur la tempe a sa mère, défoncé volets et fenêtres plusieurs fois, même essayé de tirer sur un voisin, malgré qu il ai fait ça devant les enfants et que plusieurs plaintes aient été déposées il n a pas toujours été puni... sa propre fille a dit pour reprendre ses mots : "c est un vrai débile mental, je ne comprends pourquoi on le laisse dehors".
Et c est à ce genre de personne que la justice confie des enfants...
Moi j ai l impression que la justice française attende qu il y ait des morts pour réagir...

Sumi1978
Messages : 249
Enregistré le : 11 Mar 2019, 13:49

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar Sumi1978 » 02 Avr 2019, 11:17

Oui Catloveuse, c’est enrageant :(
Mais d’un côté je comprends la justice, car y a eu tellement d’abus qu’ils sont obligés de prendre tout les éléments en compte. Pour les VRAIS victimes c’est long et parfois dangereux.

Ce que vous faites pour vous protéger est juste. Le fait de tout de même donner la possibilité au père de rencontrer l’enfant est très honorable. Beaucoup de femmes auraient disparues du radar pour ne plus rien à voir avec son CONNO.

L’idéal dans cette situation-ci est effectivement (comme tu le décris) que les grands enfants de ce malade acceptent de témoigner contre lui ou que les toutes victimes portent pleinte ensemble.

Pleins de pensées positives à vous. :39:

catloveuse a écrit :Moi d un coté c est ce qui m inquiete aussi, que la justice est au courant et qu il ai le droit de les avoir seul en week-end apres tout ce qu il a fait.
Sa fille m a dit comment il avait retourné l appart, mis le pistolet sur la tempe a sa mère, défoncé volets et fenêtres plusieurs fois, même essayé de tirer sur un voisin, malgré qu il ai fait ça devant les enfants et que plusieurs plaintes aient été déposées il n a pas toujours été puni... sa propre fille a dit pour reprendre ses mots : "c est un vrai débile mental, je ne comprends pourquoi on le laisse dehors".
Et c est à ce genre de personne que la justice confie des enfants...
Moi j ai l impression que la justice française attende qu il y ait des morts pour réagir...

Quichotte
Messages : 404
Enregistré le : 30 Nov 2018, 00:42

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar Quichotte » 02 Avr 2019, 12:48

Bonjour

À lire et relire: Nicolas Gangloff , violences conjugales, l' ordonnance de protection
Voir sur Google.

Afin de voir par toi même ( et ne pas tout déléguer à l' avocat, car gaffe avec les honoraires du référé...) les avantages et inconvénients comparés du référé et de l' ordonnance de protection.
Certes, l' OP est actionnée 15 jours après dépôt de la demande, ou saisine par le greffe.
Mais, elle permet de faire un package de plusieurs demandes.

À voir...

Courage!
We are such stuff as dreams are made on
And our little life is rounded with a sleep

Prospero. The tempest. Shakespeare.

Quichotte
Messages : 404
Enregistré le : 30 Nov 2018, 00:42

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar Quichotte » 02 Avr 2019, 12:50

Apparemment Heidi est connectée
J' ai relevé ses compétences en matière de droit...
Et m' est avis que ses conseils, si elle est disponible à t' en faire, te seront utiles.
We are such stuff as dreams are made on
And our little life is rounded with a sleep

Prospero. The tempest. Shakespeare.

Calaïca
Messages : 1898
Enregistré le : 22 Oct 2018, 20:11

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar Calaïca » 02 Avr 2019, 16:46

Sumi1978 a écrit :Ce qui me rassure dans votre histoire, Calaïca et Catloveuse, c’est que la justice est au courant et que vous êtes tout de même soutenues, malgré les efforts que vous devez mettre en place pour vous protéger.

Bien du courage à vous et continuez à vous battre! :42:


Au niveau de mon parcours (et je le dis pour que les victimes ne se découragent pas), ça a d'abord été très compliqué au niveau justice. Je suis tombée sur un gendarme un peu pervers quand il a pris ma première plainte, ça a été l'horreur. Il a tenté de me faire passer pour folle auprès des gendarmes (ex: j'appelais quand il était en furie, à leur arrivée il faisait semblant de dormir). Il a mis dans sa poche un juriste, la juge a refusé l'expertise psy car rien pour elle ne le justifiait dans sa décision provisoire, etc.
Je suis restée très calme, posée, sans lâcher toutefois (j'ai failli, c'est ma psy qui m'a poussé à ne pas lâcher et à continuer les dépôts de plainte ou autre, disant que je finirai par avoir gain de cause).
J'ai continué à envoyer des messages posés, factuels, concernant uniquement les enfants. Je n'ai porté plainte que ce pour quoi j'avais des preuves (ex: il tournait la nuit autour de chez moi, m'a prise en photo nue par la fenêtre : pas de preuve, pas de plainte. Il appelait mes amies pour les intimider : trace de l'appel, preuve, plainte).

Mon calme l'a fait disjoncter. Et ce sont ses mails à lui, envoyés en copie aux avocates, qui ont fait basculer en ma faveur. Mais c'est transitoire, je le sais. Il obtiendra à terme un droit de visite et d'hébergement. Il faut se préparer, et préparer les enfants à cela (une psy m'avait dit d'apprendre à mon fils de 3 ans et demi à appeler pompier et gendarme, pour qu'il ne soit pas totalement démuni si à l'époque où il allait seul chez son pere, et que c'était plus angoissant pour eux de ne pas savoir comment agir plutôt que de parler de tout ça. C'est fou d'en être là, mais oui...)

catloveuse
Messages : 27
Enregistré le : 01 Avr 2019, 09:59

Comment couper définitivement les ponts avec un pervers narcissique quand il y a un enfant ?

Messagepar catloveuse » 02 Avr 2019, 19:58

Justement, c est pour ça que je je ne lui réponds plus, et mon silence, c est en général ce qui le mets hors de lui, le fait qu il n est plus moyen de me manipuler.
La psychologue a dit que d un côté, le fait que que si il vient a la maternité, et qu il pète un plomb et que la sécurité ai besoin de contacter la gendarmerie, et qu il fasse un esclandre la bas devant témoin, serait une preuve en plus, car étant donné qu il est impulsif lorsque je l ignore peut effectivement le mettre hors de lui, donc preuve en plus.
Jouer la carte de l indifférance, de l ignorence, c est ce qui le mets le plus hors de lui...
Je n ai pas envie non plus de me servir de sa fille, qui est déjà perturbée suite à son comportement pour lui soutirer un témoignage...
Apres je pense que les gendarmes et le procureur ont également accès à son casier judiciaire, tandis que moi je n en ai pas, car la violence c est tout sauf mon truc.
Mais pour avoir des visites à mon domicile, il n en ai pas question, de plus il a dit à ses filles qu il ne souhaitait pas l avoir seule chez lui, car apparemment il ne saurai pas s en occuper.
Quand ses filles étaient bébés, c est la mère qui s occupais de tout et radin comme il est, il ne veut surtout pas a avoir a dépenser du matériel pour la petite.. bref, la seule chose que j eprouve pour lui est du dégoût ...
J ai acheté un livre sur les pervers narciques, qui je l espere va m'aider...


Retourner vers « Le manipulateur pervers narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Plum3 et 6 invités