C'est quoi l'idée ?

Dzave
Messages : 2021
Enregistré le : 17 Aoû 2018, 11:49

C'est quoi l'idée ?

Messagepar Dzave » 22 Nov 2018, 19:29

Grenadine a écrit :Je rejoints Forêts. La colère est salutaire, salvatrice même. Surtout quand on se met en colère contre nous, qu'on a honte d'avoir subi tous ces outrages tout en bavant d'amour devant notre bourreau. Quand on dépasse cela, le pn ne nous atteint plus, c'est impossible. On s'est tellement observé à la loupe qu'on le voit venir à mille lieux à la ronde.
Se mettre en colère contre soi, c'est enfin se regarder en face. C'est décider de ne plus être comme l'autre veut que je sois.
Et, après un travail de longue haleine sur soi-même, en étant conscient qu'on peut être content, heureux sans l'aval d'un autre, enfin on vit.


Je suis tout à fait d'accord avec ça ! Si ce n'est que je ne suis pas certaine d'être en colère contre moi, je crois que c'est plus une forme de honte...ou de révolte, je crois que c'est le bon mot !

Quand on se refait le film en se disant "mais pourquoi j'ai accepté ?", on a déjà fait un grand pas. Et on a alors deux choix :
- rester bloqué là dessus, s'en vouloir, avoir honte, s'auto-flagéler en quelque sorte ("mais je suis trop stupide !")
- voir le bon côté des choses : quand tu te poses cette question, c'est que tu ne te reconnais plus dans ce rôle de victime, et donc que tu t'en es sorti !
On ne peut voir la lumière sans l'ombre, on ne peut percevoir le silence sans le bruit, on ne peut atteindre la sagesse sans la folie. Carl Gustav Jung

olivier
Messages : 10
Enregistré le : 20 Nov 2018, 10:18

C'est quoi l'idée ?

Messagepar olivier » 24 Nov 2018, 10:47

Bonjour Foret,

Deux choses m'interpellent ..
-les traces de coups sur elle ... j'ai ma propre version, ce n'est que la mienne ... 1/c'est elle qui se frappe les jambes (pile poils hauteur des mains) dans un délire qui lui appartient et qui illustre sa folie ... 2 / Cela ne peux pas être un adulte qui lui a porté ces coups. Ou alors il pése 20 kg ... et juste ment ma seconde version ... c'est son fils (13ans) ... je ne serai pas surpris qu'ils se battent ...j'ai appris il y a quelque jours par une connaissance commune que son fils était ultra provocateur, insolent et méprisant avec ses camarades -SAUF -en présence de maman ou c'est un ange qui ne dit pas un mot.

- ce que cela provoque ou éveil en moi ... beaucoup de question parce que la violence ne fait pas partie de ma vie et de mes comportements d'une manière générale... aucuns de mes parents n'a jamais porté la main sur moi...plutôt athlétique et grande gueule je me suis parfois retrouvé a me battre adoléscent... mais en ultime recours ... disons faut que je prenne un coup ... pour que je démarre ... et la après c'est chaud ... et justement - encore - avec ma PN je suis exactement dans cet état de Zone Rouge ... ce qui veut dire que je serais prêt a me battre avec elle physiquement ... je l'envisage psychologiquement mais comprends bien le ridicule de la situation 85kg vs 52kg ...et pourtant j'ai bien vue dans ses yeux la rage de me taper dessus ... c'est fou ! Si elle avait osé je l'aurais calmé ... et ca n'a aucun sens ...je l'aurait bloqué d'une manière ou une autre ... en tout cas immobilisé ... et après ... c'est quoi l'idée ... a part se donner en spectacle et passer pour une folle ...

Bref ... oui elle me fascine et sa colère me sidère ... comment un être tout frêle tout mimi peut être qu'une bombe prête a exploser a tout instant ...
ca doit être épuisant de contenir en permanence cette colère qui vous rempli ?

Invité
Messages : 1891
Enregistré le : 15 Oct 2018, 18:09

C'est quoi l'idée ?

Messagepar Invité » 24 Nov 2018, 14:01

Bonjour olivier : moi, ce qui m'interpelle dans ton post et ton appel à l'aide, c'est qu'on ne parle que d'ELLE, dans une sorte de fascination que je trouve dérangeante.

ca doit être épuisant de contenir en permanence cette colère qui vous rempli ?

Qu'en dirais-tu ?

Forêts
Messages : 13
Enregistré le : 15 Sep 2018, 11:22

C'est quoi l'idée ?

Messagepar Forêts » 25 Nov 2018, 17:01

Olivier

Je souscris à la remarque de Heyvssi.
En poussant légèrement. ..

Vous vous parlez en parlant de la dame.

Vous savez, pour avoir déjà abouti un travail thérapeutique, que ce que nous relevons et nous représentons, parle de nous.

Ici, vous dîtes projeter 2 versions.
L' une : la violence sur soi.
La 2nde: la violence du fils.

Intéressant non?
Vous Ne vous représentez pas pour l' instant, vous hésitez, vous balancez, vous doutez entre 2 versions.
Très intéressant non??
À mon sens, il me semble que vous doutez parceque ce glissement, ce cerne vaporeux autour du sens à donner se comprend profondément à partir du chaos cognitif ds lequel nous plonge l' expérience perverse.
Nous ne savons plus, nous désapprenons la coïncidence heureuse entre événements - émotions/ ressentis - et valeurs/ principes.

Je vous engage à aller consulter la bibliothèque Ici, les articles traitant du décervelage, de la dissociation cognitive.

Vous doutez aussi.
Là, je crois que vous dîtes bcp à propos de cette faille flairée en vous, qui s' adosse apparemment à votre violence.
Pourquoi ne pas admettre ce que la censure morale, et votre " vir latine" refusent ..?

Que ce soit la version 1, où la 2ème, qui prévaut , la violence en est le paradigme continu.
Et là aussi, vous savez qu' on ne rencontre par nos amours ("amours") par un simple fait de hasard einsteinien....
Alors, le pervers encore moins.
Le corps de la dame vous offre un signifiant lisible ( voyez comme vous en cherchez le sens littéral. ...), mais vous détenez déjà le signifié : la violence.

Maintenant il y a fort à parier que la dame vous engage sur cette métaphore : le corps violenté.
Peu importe ce Qu' elle recherche.
Votre violence sur elle?
La sienne sur vous?

Bref.
Regardez à votre émotion, à votre doute et votre fascination.
Puis, concluez ( le "Ou. ...ou" / le "ni....ni").
Soyez. Ou devenez.

Bref encore: quittez ce plan où vous refluez vers une fantasmatique qui vous fascine, mais où vous n' accusez pas le passage à l' acte.
Là, la dame vous retient dans un espace projectif, suggestif, où elle vous condamne à demeurer comme un avatar de sa fantasmatique perverse ( au sens 1er, comme un détour par).
Vous êtes son détour vers une violence Qu' elle appelle.

Elle est peut être le scénario d' une violence que vous retenez ( normal, ça se sublime ma viol - ence....)
Sans vouloir faire de la psycho à 2 sous hein!

Forêts
Messages : 13
Enregistré le : 15 Sep 2018, 11:22

C'est quoi l'idée ?

Messagepar Forêts » 25 Nov 2018, 17:04

Oupsoupsoups.....etc

Lisez svp: " ça se sublime la viol-ence. .."

Pfffg, maudit correcteur!


Retourner vers « La manipulatrice perverse narcissique »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Patrick75, princesse et 6 invités