Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Catdragoon
Messages : 29
Inscription : mar. 20 oct. 2020 16:03

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par Catdragoon »

pnyme a écrit : mar. 19 oct. 2021 14:49
J’ai souri quand tu as écrit « si tu n’es pas d’accord avec toi-même... »
Voilà ! Tu as mis le doigt sur le problème.
A mon avis, elle veut que tu supportes tous les torts de son mal-être. Tu es sa poubelle (comme moi, j’étais celle de PN). Et en plus, tu dis que c’est toi qui assumes économiquement.
Oui, c'est tout à fait ça. En fait, lorsque l'on s'est mis ensemble elle ne pouvait s'empêcher de critiquer son père avec lequel elle avait été en froid durant de nombreux mois. Lui reprochant mille et une choses. Puis ça a été sa mère qui n'était pas assez présente. Puis ses frères et soeurs puis mes parents . Maintenant c'est moi.
Avatar de l’utilisateur
MilaLune
Messages : 3413
Inscription : lun. 19 août 2019 18:25

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par MilaLune »

Catdragoon a écrit : mar. 19 oct. 2021 15:40 Je vous remercie pour vos réponses.

Entre temps, j'ai contacté l'association "Jamais sans papa" et à vrai dire... moi qui espérais avoir une lueur d'espoir, ils m'ont juste un peu plus anéanti.
Grosso modo quelque soit notre situation, quelque soit les choix de leur mère, les juges lui donneront la garde à 90% des cas.
Salut Cat,

Navrée de lire ces nouvelles.

Est-ce qu'ils t'ont conseillé au regard de l'ensemble des exigences de Madame ? Avec toutes les informations concernant l'éducation, le rapport au cadre institutionnel en règle générale, les habitudes des enfants et leur niveau participation aux décisions importantes les concernant ?
J'ai supposé que oui, mais je demande quand même...
Catdragoon a écrit : mar. 19 oct. 2021 15:40 Et pire encore, il lui suffirait de dire que je la tape pour que je me retrouve avec plusieurs mois de mise à l'épreuve sans pouvoir voir mes enfants et encore 6 mois de mise à l'épreuve où je ne pourrai les voir que dans un lieu choisi par la justice.
Si tu penses que c'est une situation à considérer, tu peux te préparer dès maintenant à te défendre, ou plutôt à défendre les intérêts de tes enfants, qui rejoignent tes décisions.

Par contre, Cat, ne baisse pas les bras. Tu n'as pas à être condamné à subir, oh non.
Certes, les traditions de la justice et les statistiques ne sont pas encourageantes pour les pères, mais tu as des arguments, et si tu n'as pas d'autres solutions que les utiliser contre la mère de tes enfants, alors c'est une option parfaitement envisageable, non ?

Courage.
Marc7373
Messages : 33
Inscription : mar. 28 sept. 2021 11:42

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par Marc7373 »

Bonjour,

j'ai lu une grande partie de ce sujet.
je dirais que la bonne chose, c'est d'être séparé.
parce que la situation empirait,
comme ça, ca permet de reconstruire autre chose

c'est une possibilité aussi pour les enfants, d'arrêter de voir de nombreuses disputes, désaccords
Catdragoon
Messages : 29
Inscription : mar. 20 oct. 2020 16:03

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par Catdragoon »

MilaLune a écrit : mar. 19 oct. 2021 19:50

Salut Cat,

Navrée de lire ces nouvelles.

Est-ce qu'ils t'ont conseillé au regard de l'ensemble des exigences de Madame ? Avec toutes les informations concernant l'éducation, le rapport au cadre institutionnel en règle générale, les habitudes des enfants et leur niveau participation aux décisions importantes les concernant ?
J'ai supposé que oui, mais je demande quand même...
Catdragoon a écrit : mar. 19 oct. 2021 15:40 Et pire encore, il lui suffirait de dire que je la tape pour que je me retrouve avec plusieurs mois de mise à l'épreuve sans pouvoir voir mes enfants et encore 6 mois de mise à l'épreuve où je ne pourrai les voir que dans un lieu choisi par la justice.


Courage.
Bonjour Mila,

J'ai eu la personne au téléphone. Cela a duré une trentaine de minutes et non, je n'ai pas été dans les détails. Je lui ai simplement dit que depuis 8 ans on vivait sur mon salaire exclusivement et qu'aujourd'hui elle voulait changer de vie pour une vie plus écologique et loin de la société. Et, surtout, qu'elle était anti vaccin et que pour elle il était hors de question de vacciner les enfants et que pour cela elle voulait quitter la France.
Voilà, je crois que c'est à peu près tout ce que je lui ai dit.

Hier soir, pour une fois, j'ai voulu remettre la discussion sur le tapis parce que bon... je me sens mal. Elle m'a dit qu'à la base elle voulait me laisser tranquille pour la soirée parce que tout ce qu'elle dit ce n'est pas contre moi, qu'elle ne me veut pas de mal, que ça serait plus simple pour elle si j'étais un connard, etc.... mais qu'elle ne voyait que 3 chemins possibles:
Le départ à l'étranger mais elle se rend bien compte que ce n'est pas dans mes "capacités".
Continuer sur le chemin sur lequel on est à savoir se retrouver avec l'école obligatoire et donc la vaccination obligatoire pour les enfants (et le même refrain qu'avant hier sur le fait que ce sera à moi de porter la responsabilité si il devait y avoir des effets indésirables graves...)
Et, 3ième chemin, je lui laisse carte blanche et je la laisse partir avec les enfants sans rien dire, qu'elle trouverait même que ce serait un geste héroïque de ma part...

Bien évidemment je lui ai dit que ça, c'était hors de question. Et qu'effectivement, je ne me sentais pas capable de tout plaquer.

Donc, elle m'a dit: je veux t'entendre dire que tu porteras la responsabilité de la vaccination. Que c'est toi qui prendra leurs petites mains pour aller se faire injecter et que s'il y a le moindre problème, elle fera bien savoir aux enfants que ce n'est pas elle la responsable mais moi. Et que ça ne sera pas la peine de pleurer car on a tous les moyens de savoir qu'il y a énormément d'effets secondaires avec les vaccins, notamment chez les jeunes.
Or, j'ai beau chercher de mon côté, je ne trouve pas réellement d'info sur le sujet. Et surtout, ce que je vois, c'est que quelque soit les pays, ça vaccine à tour de bras.

Bref, je lui ai donc répondu que, comme jusqu'à aujourd'hui je continuerai à prendre mes responsabilités. Et je suis parti prendre l'air parce que je n'en pouvais plus. Je l'ai entendu pousser un cri de rage qui a réveillé notre petite qui dormait en porte bébé. Après je suis sorti et ne suis rentré que 2h plus tard pour me coucher...

Si tu penses que c'est une situation à considérer, tu peux te préparer dès maintenant à te défendre, ou plutôt à défendre les intérêts de tes enfants, qui rejoignent tes décisions.

Par contre, Cat, ne baisse pas les bras. Tu n'as pas à être condamné à subir, oh non.
Certes, les traditions de la justice et les statistiques ne sont pas encourageantes pour les pères, mais tu as des arguments, et si tu n'as pas d'autres solutions que les utiliser contre la mère de tes enfants, alors c'est une option parfaitement envisageable, non ?
Catdragoon
Messages : 29
Inscription : mar. 20 oct. 2020 16:03

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par Catdragoon »

Je ne peux plus modifier mon message et il me l'a validé sans que je l'ai fini... -_-

Mila, oui, je vais prendre contact avec un juge des affaires familiales et peut-être aussi avec la psy qui avait suivi mon cadet pendant un temps et aussi leur mère pendant quelques séances... Je ne sais pas si ça m'aidera vraiment, ni même comment j'arriverai à trouver le temps d'aller la voir sans que madame le sache mais bon, j'essaierai.
Catdragoon
Messages : 29
Inscription : mar. 20 oct. 2020 16:03

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par Catdragoon »

Marc7373 a écrit : mer. 20 oct. 2021 08:27 Bonjour,

j'ai lu une grande partie de ce sujet.
je dirais que la bonne chose, c'est d'être séparé.
parce que la situation empirait,
comme ça, ca permet de reconstruire autre chose

c'est une possibilité aussi pour les enfants, d'arrêter de voir de nombreuses disputes, désaccords
Bonjour Marc.

Oui, c'est peut-être la seule bonne solution. Mais je sais aussi que si je dois me retrouver loin de mes enfants je serai incapable de le supporter.
Mais en même temps, c'est vrai que depuis des mois et des mois, je n'ai plus réellement de vie.
Avatar de l’utilisateur
MilaLune
Messages : 3413
Inscription : lun. 19 août 2019 18:25

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par MilaLune »

C'est de la folie...
Effectivement, un vaccin ce n'est pas rien, surtout un vaccin méconnu.
Mais les risques psychologiques liés à l'expatriation, à la rupture avec la société, le besoin de confrontation à la diversité etc., tout est à considérer. Donc la psy, très bonne idée.

Perso je crois que je n'aimerais pas faire injecter ces produits dans les corps de mes enfants si j'en avais (car je n'aime déjà pas faire vacciner mon chien contre la rage, obligatoire...), mais j'aimerais encore moins injecter la terreur du monde extérieur, et le mépris de leurs besoins de lien social...

Avec ou sans arguments autour du vaccin, tu es en droit d'exprimer un avis qui aille dans le sens de la considération des besoins exprimés par tes enfants... Et des effets de la socialisation constatés sur eux.

D'autant que, comme tu le soulignes, rien ne dit qu'ils passeront au travers d'une vaccination ailleurs.

S'ils changent de pays et qu'une fois sur place, on leur impose d'être vaccinés, alors ça sera ta faute aussi ? Certainement, comme tout le reste...
Catdragoon
Messages : 29
Inscription : mar. 20 oct. 2020 16:03

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par Catdragoon »

MilaLune a écrit : mer. 20 oct. 2021 11:50 C'est de la folie...
Effectivement, un vaccin ce n'est pas rien, surtout un vaccin méconnu.
Mais les risques psychologiques liés à l'expatriation, à la rupture avec la société, le besoin de confrontation à la diversité etc., tout est à considérer. Donc la psy, très bonne idée.

Perso je crois que je n'aimerais pas faire injecter ces produits dans les corps de mes enfants si j'en avais (car je n'aime déjà pas faire vacciner mon chien contre la rage, obligatoire...), mais j'aimerais encore moins injecter la terreur du monde extérieur, et le mépris de leurs besoins de lien social...

Avec ou sans arguments autour du vaccin, tu es en droit d'exprimer un avis qui aille dans le sens de la considération des besoins exprimés par tes enfants... Et des effets de la socialisation constatés sur eux.

C'est ça qui est d'autant plus compliqué. C'est qu'elle n'a de cesse de dire que les autres sont malades. Qu'elle comprend aujourd'hui pourquoi elle a toujours eu autant de mal à se lier avec les autres, que ce n'était pas elle qui était dans le faux mais que c'est la société qui est malade et que l'obligation du pass sanitaire aujourd'hui lui donne pleinement raison! Impossible de toute façon de lui faire entendre raison de ce côté là. Elle sait que je suis l'exact opposé. Que je suis devenu avec les années, quelqu'un d'extrêmement social.
Aujourd'hui elle refuse toute discussion avec les personnes qui ne sont pas sur la même longueur d'onde qu'elle. Ses parents sont venus passer une semaine chez nous il y a peu de cela. Elle m'a dit que ça l'avait épuisé! Qu'elle ne supportait plus de parler avec eux car, comme ils sont vaccinés, ils parlent de restaurants, de cinéma, etc... sans prendre en compte le fait que nous, ne l'étant pas, nous ne pouvons plus permettre à nos enfants d'y avoir accès. Et le pompon fut lorsque nous avons été fêter l'anniversaire de notre fille chez mes parents dimanche dernier et qu'elle n'a pas décroché un sourire ou presque! Elle n'a quasiment pas adressé la parole à mes parents. Lorsque ma mère lui parlait, elle lui répondait le plus succinctement possible mais sans jamais la regarder dans les yeux. Mon père a de toute façon prit le parti de ne plus lui parler. Et l'un de mes frères ne veut même plus la voir.


D'autant que, comme tu le soulignes, rien ne dit qu'ils passeront au travers d'une vaccination ailleurs.

S'ils changent de pays et qu'une fois sur place, on leur impose d'être vaccinés, alors ça sera ta faute aussi ? Certainement, comme tout le reste...

Elle m'a répondu qu'alors elle admettrait son erreur et que l'on reviendrait en France si, à ce moment là, on considère que c'est ce qu'il y a de mieux.
Comme elle aime à me le répéter, il n'y a pas de vie facile mais qu'à l'époque de la guerre (14-18 ou 39-44) nombre de français ont eu le courage de quitter le pays pour sauver leurs enfants et que là, c'est la même chose...

Avatar de l’utilisateur
MilaLune
Messages : 3413
Inscription : lun. 19 août 2019 18:25

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par MilaLune »

Olala on se croirait dans les commentaires des sites du Parisien ou sous une vidéo YouTube d'une chaîne de TV.
Quel poison pour ton atmosphère.
Si on compare notre époque avec celle de la guerre, alors qui chez vous doit se cacher pour s'amuser, et qui veut éradiquer les personnes et comportements qui ne correspondaient pas à ses idéaux ? :lol:
Mais bon, on peut en rire tant qu'on veut, le fait est que tout débat restera stérile puisque ta voix n'a pas de place.

Est-ce que tu as lu des témoignages et interventions d'autres membres qui ont des enfants avec une PN, une manipulatrice ou une femme très immature ?
AnnaK
Messages : 478
Inscription : jeu. 12 août 2021 19:07

Re: Besoin de soutien, de conseils, d'aide psychologique...

Message par AnnaK »

Catdragoon a écrit : mar. 19 oct. 2021 15:40 Je vous remercie pour vos réponses.

Entre temps, j'ai contacté l'association "Jamais sans papa" et à vrai dire... moi qui espérais avoir une lueur d'espoir, ils m'ont juste un peu plus anéanti.
Grosso modo quelque soit notre situation, quelque soit les choix de leur mère, les juges lui donneront la garde à 90% des cas.
Bonsoir Catdragoon,

Oui environ 90% des enfants restent avec la mère, mais il faut prendre ce chiffre avec des pincettes.

La garde est effectivement accordée majoritairement aux mères, mais avec l'accord des pères dans environ 80% des cas. En cas de desaccord, les seuls chiffres officiels que j'ai pu trouver datent de 2013: 47% pour la mère, 26% pour le père, 26% en résidence alternée. On est très loin du 90%...ce chiffre énorme concerne probablement à la fois les divorces avec accord et désaccord mis ensemble.

En plus, depuis 2013 le taux de résidence alternée ne cesse d'augmenter. Il y a donc de bonnes raisons de rester optimiste...
Répondre